Zero Hour is Now

Black Phantom

20/03/2020

Punishment 18 Records

Nous avons tous été des adolescents connaissant leurs premiers émois en écoutant une musique bien particulière. Lequel d’entre vous n’a jamais pratiqué l’air-guitar en mimant les accords de son groupe fétiche ? Lequel d’entre vous ne s’est jamais imaginé sur les plus grandes scènes du monde à la place de son musicien préféré, faisant vibrer la foule au son d’hymnes virils et collectifs ? Probablement très peu, et c’est tout à fait normal. De là, que nous nous soyons vu on stage à la place de James Hetfield, de Ronnie James Dio, de Nikki Sixx ou de Steve Harris, le principe reste le même. Mais ce principe peut parfois perdurer dans le temps, et s’appliquer à un contexte plus professionnel, puisque certains instrumentistes n’ont jamais hésité à s’inspirer de leurs influences de jeunesse pour construire leur carrière. Que nous parlions de Tim Owens qui s’épanouissait dans un tribute band à JUDAS PRIEST avant de les rejoindre pour de bon, ou de LIZZY BORDEN qui n’a jamais caché son admiration pour MAIDEN, les exemples sont nombreux, et tous étayant ma thèse. Dès lors, le débat est posé : doit-on louer les qualités d’un groupe qui se contente d’imiter à la perfection ses icônes, ou doit-on souligner le manque de pertinence au moment de mettre sa propre créativité de côté ? La question se pose à propos des italiens de BLACK PHANTOM qui ne font pas grand cas de leur fascination pour la Vierge de Fer, et qui au contraire, semble être fiers lorsqu’on les compare à IRON MAIDEN. C’est d’ailleurs leur principal argument promotionnel, mais cette franchise doit-elle excuser cette absence totale de prise de risques, ce mimétisme troublant, qui sur ce second album prend des airs de copie carbone de l’original ? Eh bien, aussi étrange que cela puisse paraître, la réponse est oui. Car malgré de nombreuses similitudes plus que troublantes dans le fond et la forme, Zero Hour is Now est un putain de bon album que le grand MAIDEN lui-même aurait certainement été fier d’enregistrer.

Il faut pour l’apprécier pleinement accepter le fait que ce quintet milanais (Manuel Malini - chant, Luca Belbruno - guitare, Roberto Manfrinato - guitare, Andrea Tito - basse et Ivan Carsenzuola - batterie) se supporte très bien en tribute band indirect de la bande à Bruce Dickinson. Formé à l’origine en 2014 en tant que projet solo d’Andrea Tito, bassiste/auteur/compositeur complètement obsédé par Steve Harris, BLACK PHANTOM est aujourd’hui un véritable groupe qui nous propose une suite à son premier LP publié en 2017, Better Beware ! Ancien membre de MESMERIZE, acteur essentiel de la scène italienne pendant vingt-cinq ans, Andrea Tito n’est absolument pas dupe, et sait pertinemment que beaucoup de chroniqueurs balaieront son travail d’un revers de clavier en arguant d’une ressemblance un peu trop flagrante avec qui-vous-savez. Mais en faisant preuve d’un minimum de recul et de compréhension, il est difficile de ne pas craquer pour un album qui aurait pu être Brave New World si MAIDEN ne l’avait pas déjà enregistré. Certes, la démarche est à moitié honnête, le propos passéiste, mais le résultat est à ce point parfait dans le parallèle qu’on en ressort plus admiratif que frustré. Vous me direz à juste titre que nul n’a besoin d’un clone de MAIDEN en 2020, mais au jugé de la qualité aléatoire des derniers albums de la bête anglaise en question, Zero Hour is Now fait figure de bouffée d’air frais et de démarquage très intelligent des plus grandes heures de MAIDEN post-reformation. On retrouve tous les ingrédients qui ont fait de notre groupe fétiche ce qu’il était une fois Dickinson et Smith revenu dans son giron, et il n’est pas rare de se dire que tel ou tel passage aurait fait merveille inséré dans « The Wicker Man » ou « Blood Brothers ».

Mais là où les choses deviennent plus intéressantes, c’est lorsque les italiens se permettent d’ajouter des choses plus personnelles à leur musique. Si les deux premiers morceaux sont évidemment symptomatiques de cette optique de révérence absolue, « Schattenjäger » change un peu la donne, et ajoute un peu de puissance purement Heavy à l’équation, permettant à BLACK PHANTOM de ne pas être qu’un simple fantôme aux chaînes un peu trop bruyantes, ce que prouve ce break de basse très inventif qui relance le morceau en son milieu. Alors évidemment, le timbre de voix et le vibrato de Manuel Malini sont presque totalement calqués sur les tics de Bruce Dickinson, mais en accentuant légèrement la puissance des guitares et en enjolivant leurs structures de quelques fantaisies guitaristiques, les transalpins parviennent à se dégager de cette ombre un peu trop écrasante, sans toutefois prendre complètement leurs distances. Et dès « The Road », le cheminement logique reprend de plus belle, et la silhouette du MAIDEN le plus épique et lourd s’impose, mais les choses sont tellement bien faites et avec tant de conviction qu’on accepte de se prendre au jeu de ces fausses reprises/pas tout à fait vrais originaux. Car tout est parfait sur ce disque, une fois digéré le postulat de départ. Les musiciens sont tout à fait capables, l’ambiance générale emphatique et héroïque, les emprunts savoureux et calqués à la note près, mais surtout, les compositions sont bonnes, et même excellentes. Lorsque le groupe s’éloigne un peu de sa rigueur, il en adopte presque des postures plus violentes, pas totalement Thrash mais caractéristiques d’un Heavy plus dur et appuyé, comme à l’occasion du très bon  « Aboard The Rattling Ark », qui nous permet de sortir de cette apnée MAIDEN.

On sent même pointer parfois des allusions à d’autres groupes, gravitant dans la même galaxie, mais suffisamment éloignés pour ne pas risquer la collision, et « Either You Or Me » de se rapprocher d’un QUEENRYCHE des débuts. Mais pour bien rappeler qu’ils ne sont pas là pour autre chose qu’une passion dévorante transformée en art sublime de la contrefaçon touchante, les musiciens tiennent à confirmer ce legs en lâchant un « Hands Of Time » plus Harris que nature, avant de terminer par une autre version de « Schattenjäger », chantée en allemand cette fois-ci. Une fois tous ces éléments en main, vous serez à même de juger de la pertinence d’un tel effort, et de savoir si oui ou non, BLACK PHANTOM mérite votre attention, ou simplement d’être rangé dans le tiroir des slips déjà portés avant d’avoir été achetés. Il n’en demeure pas moins qu’au-delà de l’exercice de mimétisme, Zero Hour is Now est un LP qui s’apprécie comme un excellent album de Heavy Metal traditionnel, certes sous perfusion, mais aux veines saillantes et aux muscles bandés.

                                                                                                  

Titres de l’album :

                         01. Redemption

                         02. Hordes Of Destruction

                         03. Schattenjäger

                         04. The Road

                         05. Aboard The Rattling Ark

                         06. Either You Or Me

                         07. Begone!

                         08. Hands Of Time

                         09. Schattenjäger (Deutsch)

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/05/2020 à 16:48
80 %    487

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


MorbidOM
@78.246.0.128
09/05/2020, 03:40:24
Effectivement le mimétisme est troublant mais c'est vachement bien foutu.
À chacun de voir si il y trouve son compte.
Au passage "faire grand cas" : "Tenir en estime, avoir bonne opinion, accorder une grande importance à" (wiktionary)
Du coup je pense que tu t'es un peu emmêlé les pinceaux avec "BLACK PHANTOM qui ne font pas grand cas de leur fascination pour la Vierge de Fer" (peut-être "pas grand mystère")

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01