Tyrant

Bliss Of Flesh

30/10/2020

Listenable Records

Les fêtes approchent, le temps des cadeaux aussi (bis repetita).

Il est certain que notre cher label national Listenable ne fait pas les choses à moitié pour célébrer les derniers mois de cette année pourrie, et après avoir lâché le molosse LOUDBLAST, voici que la maison de disques envoie à nos trousses la meute de loups BLISS OF FLESH pour finir le travail. Car si les calaisiens n’ont pas encore derrière eux la carrière de monsieur Buriez, ils n’en restent pas moins l’une des valeurs les plus sûres de la brutalité made in France depuis le début des années 2000. Cela dit, en vingt ans, ces musiciens avides de méchanceté n’ont pas vraiment joué la carte de la prolixité, puisque seuls trois albums constellaient jusqu’à présent leur discographie, tous consacrés à l’œuvre de Dante Alighieri, La Divine Comédie. C’est ainsi qu’Empyrean mettait un point final à ce travail de titan il y a trois ans, et c’est avec un nouveau concept que le quintet revient en 2020, parfaitement adapté à son époque. Se concentrant cette fois-ci sur Discours De La Servitude Volontaire, écrit par Etienne De La Boétie en 1548 sur les bancs de la fac de droit d’Orléans, BLISS OF FLESH propose donc une étude de son époque par le prisme du passé, et cette fameuse définition de la « servitude volontaire », qu’on utilise beaucoup de nos jours, à bon ou mauvais escient. Qu’en est-il donc du contenu de cette œuvre fondamentale dont les enseignements servent encore aujourd’hui ? Je laisserai Wikipedia répondre à cette question de façon synthétique :

« Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d'analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

 

L’originalité de la thèse soutenue par La Boétie est de nous démontrer que, contrairement à ce que beaucoup s’imaginent quand ils pensent que la servitude est forcée, elle est en vérité toute volontaire. Combien, sous les apparences trompeuses, croient que cette obéissance est obligatoirement imposée. Pourtant, comment concevoir autrement qu’un petit nombre contraint l’ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement ? En fait, tout pouvoir, même quand il s’impose d’abord par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active ou résignée, d’une partie notable de ses membres2. Pour La Boétie, « Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres » ».

 

La servitude volontaire, souvent évoquée en cette époque de confinement et de décisions gouvernementales arbitraires et contradictoires, représente donc la privation de liberté qu’un homme s’inflige à lui-même, sous prétexte de bien commun. Et lorsqu’il nous est interdit de sortir de chez nous hors du cadre du travail ou de quelques impératifs choisis, cette théorie ressort, cette fois-ci non sous la forme de posts Facebook conspirationnistes, mais bien d’un album méchamment solide et solidement méchant, soit la trademark la plus absolue du groupe nordiste. Ce quatrième longue durée du quintet (J. Poizon - basse, Fleshstigma - batterie, Sikkardinal & Pandemic - guitares, et Necurat - chant) n’oppose donc pas grande résistance à la logique découlant des trois premiers, et s’épanouit toujours dans cette forme très noircie de Death Metal qui évidemment tire beaucoup d’enseignements du Black Metal, à tel point que l’on confond souvent les deux à l’écoute. Excellemment mixé et masterisé au studio Vamacara en France par HK, et superbement décoré par l’artwork de l’artiste hongrois Balázs Jacsó qui pour l’occasion s’est inspiré des œuvres picturales médiévales, Tyrant impose donc la tyrannie au centre des débats, et son acceptation par un peuple qui préfère voir ses libertés réduites à la portion congrue que de se lever et se battre pour la démocratie réelle. Pour souligner et illustrer cette théorie, le groupe a recours aux mêmes astuces que d’habitude, un abattage constant, une violence omniprésente, et son label n’hésite pas une fois de plus à avoir recours à des comparaisons flatteuses pour situer le travail de ses poulains. C’est ainsi que Listenable propose ce travail aux fans de MARDUK, BLOOD INCANTATION, IMMOLATION, BELPHEGOR, ou DARK FUNERAL, tandis que les webzines n’hésitent pas à parler de WATAIN, DISSECTION et autres IMMORTAL. Je me contenterai pour ma part d’affirmer avec une certaine facilité que BLISS OF FLESH fait une fois encore ce qu’il sait faire de mieux, soit du BLISS OF FLESH, ou la quintessence d’un Metal extrême qui se dispense fort bien d’étiquettes.

Son propre bien sûr, un peu trop même diront certains, alors justement que cette fameuse production épouse avec fidélité les contours de cette dictature que le groupe pointe du doigt, compositions évolutives et riches, parfois agrémentées de quelques transitions de cordes doucereuses (« Hexis », superbe transition), attitude compacte, muscles bandés, pour une quatrième démonstration de force. Certes, le quintet n’apporte pas grand-chose de neuf à la cause, mais fait le job avec une application incroyable, et ce quatrième tome ne prend absolument pas ombrage des trois premiers. D’ailleurs, « Serve » impose le climat sans attendre, et nous éclabousse d’une gerbe de blasts à rendre fou les plus grands percussionnistes de BM. Richesse et profondeur du son dans la complication qui n’est pas sans évoquer la période la plus symphonique d’EMPEROR, guitaristes qui alternent les riffs catchy et les motifs imbriqués plus mélodiques, voix toujours aussi grave de Necurat, le tableau brossé est noir, la danse agitée, et pourtant, le Metal des calaisiens est toujours aussi accrocheur dans la démence et la débauche de moyens. Cette nouvelle superproduction fait ombrage à des sorties plus récentes, et le mordant du groupe après trois années d’absence fait vraiment plaisir à entendre.

Avec une moyenne de cinq minutes par morceau, des intros luxuriantes et imposantes, une approche théâtrale du chant, Tyrant évoque avec acuité cet échange entre les tyrans et leurs discours emphatiques, et l’attitude servile des peuples qui pensent toujours que leurs leaders agissent pour le bien collectif. Mais on sent en filigrane les émanations d’une révolte qui couve, et lorsque le pamphlet « Mors » ose enfin le déroulé progressif, l’oreille est déjà préparée à ce déluge d’informations. Son clair, harmonies amères, nuancier de violence exhaustif, et BLISS OF FLESH de confirmer son statut de leader naturel de la scène Death/Black avec une facilité confondante. Et si nul ne sait comment le peuple va finir par réagir face à l’oppression de dirigeants trop sûrs d’eux, il est certain qu’une rébellion éventuelle s’accordera fort bien de la bande-son proposée par le groupe.

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Serve

02. Genesis

03. Vanitas

04. Krieg

05. Hexis

06. Panem

07. Tyrant

08. Mors

09. Naturae


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/11/2020 à 14:53
85 %    735

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


saer
@78.192.38.132
05/12/2020, 10:22:56

Ce groupe n'en fini plus de s'enfoncer... Heureusement qu'il y a bien mieux dans le style en France.


steelvore666
@88.122.224.169
05/12/2020, 12:17:52

On n'a pas du écouter le même album alors !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31