Manifest Decimation

Power Trip

Alors que j’apprenais ce matin que cette petite salope de 2020 nous avait pris Chadwick Boseman en sus des millions d’anonymes morts dans diverses circonstances, je me disais que le body count commençait à prendre des allures de mauvais slasher produit par la Cannon dans les années 80. Pas une semaine ne passe sans un avis de décès, et les pages des webzines et autres sites spécialisés commencent à ressembler à des notices nécrologiques non-stop. Souvenons-nous, il y a quelques temps, c’était la perte de Riley Gale que nous déplorions, emporté lui aussi à un trop jeune âge, alors qu’il avait encore toute la vie créative devant lui. POWER TRIP, le groupe le plus doué de sa génération, perdait donc son légendaire vocaliste au timbre si rauque, et si la carrière du groupe pourra se remettre de ce deuil inconsolable, la suite des aventures n’aura plus le même goût. Il sera plus amer, et pour d’autres raisons que le son si particulier du combo qui depuis la fin des années 2000 nous sevrait de son approche punky héritée des eighties Crossover. En tant que fan absolu de Thrash, le sous-genre le plus symptomatique de l’extrême métallique, j’avais accueilli l’émergence du groupe avec une euphorie non feinte. A l’époque, la déferlante old-school n’en était encore qu’à ses balbutiements, et les LPs du cru n’en étaient que trop précieux, et si les MUNICIPAL WASTE et autre TOXIC HOLOCAUST étaient déjà bien implantés sur la scène, aucun des deux n’avaient l’intensité des texans de POWER TRIP. Alors, lorsqu’en 2013, après nous avoir assommés de deux EP (Armageddon Blues en 2009 et Power Trip en 2011) le quintet lâcha enfin son premier LP, les attentes étaient grandes, et aucun espoir ne fut déçu. Car en effet, Manifest Decimation était un manifeste de haine, un massacre organisé, une boucherie clinique, et la preuve que le Thrash/Crossover d’antan avait encore de très sombres jours devant lui.

Les cinq musiciens (Chris Whetzel - basse, Chris Ulsh - batterie, Blake "Rossover" Ibanez & Nick Stewart - guitares et évidemment Riley Gale - chant) avaient élaboré un répertoire à filer une crise d’urticaire à tous les fans des CRO-MAGS en assaisonnant leur Thrash poisseux d’une grosse dose de Hardcore, à tel point qu’on pouvait presque les assimiler dans les passages les plus furieux à des héritiers de la scène Crust anglaise, et des enfants illégitimes de DISCHARGE, SIEGE ou AMEBIX. Produit, enregistré, mixé et masterisé par Arthur Rizk, Manifest Decimation ne faisait pas de quartier, prônait la modulation modérée, redonnait ses lettres de noblesse au mid tempo étouffant, et nous faisait suer de sa moiteur insupportable et de ses guitares à peu près aussi enthousiastes qu’un anglais sous Thatcher. Il émanait de cet album un parfum nauséeux, et pourtant, impossible de rester de marbre en l’écoutant. Il faut dire qu’en choisissant de n’y faire figurer que huit morceaux pour trente-cinq minutes, les texans avaient fait le bon choix, celui de la concision Hardcore et de la précision à la SLAYER. On pouvait alors comparer les POWER TRIP à X combos de la génération 80, LEEWAY, EXCEL, LUDICHRIST, les MAGS évidemment, POSSESSED même pour cette intensité noire, mais il n’en restait pas moins que les originaires de Dallas étaient uniques en leur genre, et que depuis, peu d’ensembles ont réussi à atteindre cette intensité, si ce ne sont les ENFORCED il y a quelques années. Beaucoup ont déploré la linéarité de l’ensemble, arguant du fait que le groupe rechignait à imposer des plans plus variés, et je peux comprendre leurs regrets. Mais le parti-pris de Manifest Decimation était d’incarner un gigantesque bloc de granit vous tombant sur la tronche en pleine rue, et de fait, seule la puissance importait, et celle dégagée par la fournaise Heavy de « Crossbreaker » n’en était que plus impressionnante.

D’autres pointaient du doigt le choix du mixage en retrait de la voix de Gale, blindée de réverb’ comme à la grande époque, mais je trouve justement que cet effet ajoutait à la mystique de l’ensemble, comme un LP inédit exhumé des coffres d’un indépendant des années 80 un peu tête en l’air. Toujours est-il que le vocaliste au timbre si particulier conférait aux morceaux une patine encore plus agressive, à la limite d’un Hardcore teinté de Death, vomissant ses lyrics comme un Anarcho-Punk anglais. Et c’est justement ce qui permettait aux américains de se démarquer de leurs homologues les plus fameux, qui avaient opté pour une approche moins radicale et embrumée pour privilégier le côté fun et un peu Mosh du Thrash de papa. Mais à vrai dire, et sans vraiment connaître le groupe au préalable, on sentait dès l’entame dantesque de « Manifest Decimation » que les choses allaient être radicalement différentes. Intro spatiale à la Alien cheap, mise en place progressive de la démarche, avec des percussions en battement de cœur affolé, guitares affamées, riff typiquement anglais, pour une reprise US des standards en vogue chez les parrains de DISCHARGE. Ce premier morceau rappelait étrangement les assauts soniques du classique Hear Nothing, et propageait un message de haine envers la compromission et le solde du Thrash pour tout compte de légèreté. Non, les POWER TRIP n’étaient pas frais, ils n’étaient pas drôles, et tel n’était pas leur but. Ils voulaient incarner la relève du Thrash le plus violent, le plus sourd, celui qui faisait encore peur à l’époque, et que les magnifiques LEEWAY ont traîné du côté le plus Core.

Il était impossible de ne pas penser à un album de la trempe d’Age of Quarrel ou à une version démoniaque du SUICIDAL de How Will I Laugh Tomorrow en écoutant Manifest Decimation, tant cet album empestait la rue et ses dangers, les guerres de gang et la musique comme seule échappatoire. Et lorsque la bombe « Heretic's Fork » nous explosait en plein visage, les dégâts étaient tels que des oreilles déjà ruinées par l’écoute répétée de musiques amplifiées depuis trente ans y laissaient encore quelques pourcentages d’écoute perdus. De fait, cet album se posait parmi les meilleurs premiers du cru, et pavait une voie royale çà tous les suiveurs qui chaque semaine allaient emboiter le pas des texans. Des suiveurs qui allaient s’échiner à disséquer le monstrueux « Murderer's Row » et essayer de comprendre comment Riley Gale pouvait hurler à ce point sans perdre sa gorge. Qui allaient essayer de composer un hymne à moitié aussi véhément et efficace que « Power Trip » qui renvoyait EXODUS dans les cordes de sa légende. A essayer de construire une longue suite venimeuse comme « The Hammer of Doubt » sans utiliser cinquante riffs inutiles différents. Et finalement, seuls les POWER TRIP parviendront à prendre leur propre suite, quatre ans plus tard, avec le logique et perfectionné Nightmare Logic. Mais le mal était fait, la graine profondément plantée, et il était certain que seul le destin pouvait faire tomber le quintet de son piédestal…en le réduisant à un quatuor. Et sans savoir ce qu’il adviendra du groupe, je ne peux que le remercier pour ce postulat définitif, et déplorer la perte de ce hurleur de calibre incroyable qu’était Riley Gale. Alors oui, et je m’excuse encore une fois pour ma grossièreté, mais 2020, tu es quand même une belle salope.

Fuck you!!!!!          

                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Manifest Decimation

02. Heretic's Fork

03. Conditioned to Death

04. Murderer's Row

05. Crossbreaker

06. Drown

07. Power Trip

08. The Hammer of Doubt


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/08/2020 à 16:10
%    221

Commentaires (13) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
01/09/2020, 10:54:31
Album extraordinaire certes, mais j'ai tout de même une nette préférence pour le second.

Humungus
membre enregistré
01/09/2020, 11:17:05
Bordel mortne2001 !!!
Je ne connaissais pas du tout ENFORCED...
Je ne me remettais pas de la disparition du mec de POWER TRIP... ... ...
Mais j'ai peut-être bien trouvé le remède à mon mal être actuelle !!!
Un autre putain de groupe de Crossover ultra violent ?!?!?!
Je dis vouuuuui bien sûr !!! !!! !!!
Pis avec des riffs à la SLAYER en plus...
Que demande le peuple ?!?!?!
Merci Monsieur mortne2001 !!! !!! !!!

Arioch91
membre enregistré
01/09/2020, 13:12:11
Pas le genre de Thrash que j'affectionne mais RIP pour le chanteur.

Je vais continuer à rechercher mon graal en Thrash Metal pour un bon moment encore :)

mortne2001
membre enregistré
01/09/2020, 18:55:58
@Humungus @Arioch91 : mes trois grosses claques en Thrash ces dernières années ça reste CRIMSON SLAUGHTER, ENFORCED et WARFECT. Les trois seuls à atteindre l'intensité des 80's.

Jus de cadavre
membre enregistré
01/09/2020, 19:15:55
Enforced mais oui c'est la grosse buterie ce truc !
(Par ici pour ceux qui veulent ramasser leurs petites dents brisées : https://www.youtube.com/watch?v=2XSl8reBmeA)

Humungus
membre enregistré
02/09/2020, 10:13:41
Je télécharge ça de suite...

LeMoustre
@93.4.16.166
02/09/2020, 21:10:08
Euh, y'a quand même Terrifier, Drencrom et Mayhemix entre quelques autres, qui sont au-dessus du lot.

Humungus
membre enregistré
04/09/2020, 12:25:34
J'ai écouté DRENCROM : Aucun intérêt à mon sens.
La disco de WARFECT : Pas mal du tout, mais cela m'a beauuuuucoup moins accroché que le précédent ENFORCED.
En parlant de riffs Slayeriens, je suis tombé sur une autre putain de pépite en fouinant un peu à gauche à droite : HIGH COMMAND. Toujours un pur Power Crossover qui casse de la gencive dans le pit bordel !!! !!! !!!
Tout comme ENFORCED, commandé dans la foulée et j'écoute ça en boucle de manière autistique depuis déjà 3 jours...

LeMoustre
@93.4.16.166
04/09/2020, 18:52:59
High Command, oui, je vois très bien ce groupe et le dernier album. Tu dois aimer Noisem alors, et les groupes qui usent de réverb' à fond, Humungus. Drencrom est beaucoup plus old school, c'est sûr, haha. Les fans d'Incubus/Opprobrium peuvent aussi aller voir le dernier Enforcer (les Chiliens).

Humungus
membre enregistré
05/09/2020, 10:57:02
Je ne connaissais pas NOISEM non plus...
C'est tout de même vachement plus Death Grind comme bazar. Ce qui me botte en ce moment, c'est la recherche de groupes bien Crossover.
Mais bon... Pas mal du tout quoi qu'il en soit.
J'ai téléchargé TERRIFIER, à écouter donc...
MAYHEMIX, rien trouvé sur la toile... T'es sûr du nom ?
Merci pour les conseils en tous cas LeMoustre !

LeMoustre
@93.4.16.166
05/09/2020, 15:34:47
Mayhemic, pardon, avec leur EP Mortuary Feast of Skeletons : facilement trouvable et dispo il y a encore quelques jours chez Infernö Records, en France donc !

Humungus
membre enregistré
05/09/2020, 20:04:29
AAAHHH !!!
J'trouvais ça bizarre aussi...
Je vais donc pencher une oreille là-dessus brave homme.

PS : Tu m'as l'air en tous cas d'apprécier fortement la scène d'Amérique du Sud...

LeMoustre
@93.4.16.166
06/09/2020, 13:18:38
Chilienne principalement, mais pas que. D'ailleurs j'ai été un poil étonné que Foreseen (2 albums - Finlande) n'intègre pas la shortlist des tueries thrash citées ci-dessus, par exemple. Plus proche de Power Trip que de Drencrom, héhé.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Concerts à 7 jours
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire !

Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down.
Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion.
Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57

saad

les trois extraits sont pires que Swansong. Aucune inspiration. Ultra mauvais

19/09/2020, 09:01

Living Monstrosity

Une pochette d'Olivier de Benoist ?

19/09/2020, 08:32

Living MOnstrosity

Oui pardon, Swansong et non swanGsong.

(holy shit ! je réalise que je n'ai plus écouté cet album chant du cygne depuis SA SORTIE !)

19/09/2020, 08:23

Jus de cadavre

Tout comme Living ! Très Swansong !

19/09/2020, 03:22

KaneIsBack

Curieux d'écouter ça, surtout que ça fait un bail que Sodom n'a pas sorti un vrai bon album.

18/09/2020, 22:06

Facial

Superbe album!!

18/09/2020, 20:35

Living Monstrosity

Houla il est très Swangsong celui-ci... mais j'aime beaucoup.
Je trouve ça très groovy et classieux.

18/09/2020, 19:50

Kairos

pas un seul extrait qui m'emballe pour le moment

18/09/2020, 19:10

grinder92

Purée, Billou il a pas vu que ça enregistrait quand il faisait ses gammes pour s'échauffer... et l'ingé son l'a gardé !!!

18/09/2020, 18:38

steelvore666

Génial.
Enfin la suite !

18/09/2020, 12:53

Reg

Bon morceau old school
Jairo T. est un Celtic Frost worshipper ^^

18/09/2020, 09:23