T21, cela dira quelque chose aux moins jeunes et aux Nordistes parmi nous. C'était l'un des fleurons de la Cold Wave française, l'un des rares courants du Rock national qui atteignit une reconnaissance critique à l'étranger. Le groupe des frères Lomprez avait résisté longtemps, jusqu'à un arrêt en 2010, interrompu par la sortie d'un nouvel album l'an dernier.


Dans la grisaille hivernale, le court trajet au Rockstore faisait rejoindre une affluence assez fournie, largement quadragénaire voire plus, restée fidèle à ses souvenirs. Le merchandising proposait beaucoup d'extraits de la longue discographie des Hennuyers.


Nos Montpelliérains de MY GREAT BLUE CADILLAC font parler d'eux depuis quelques années, ne serait-ce que pour avoir été tout de suite signé sur un label étranger, mais sont loin des styles musicaux qu'on présumerait sous ce nom. C'est un couple à la ville qui s'est lancé avec une basse et un petit set de batterie. La ressemblance avec les White Stripes s'arrête là cependant. Peu engagé au départ par l'arrivée du chanteur sous sa capuche illuminée par une guirlande intérieure (!!!) derrière un petit mégaphone, je me suis coulé ensuite peu à peu dans l'échange des deux amants face à face, vêtus de robes noires, leurs visages teints également en noir, lui commençant à la batterie et au chant et elle avec la basse qui fuzzait gravement. Leur Post-Punk glacial aux rythmes ternaires est original, oppressant bien que les vocaux soient placés haut et ne ménagent pas leur puissance déclamatoire. Cela rappelle l'esprit créatif et arty des premiers temps de cette scène. De loin, on pouvait comparer à la théâtralité absurde de Christian Death ou Virgin Prunes, sans l'y affilier strictement. Une pointe d'Industriel est présente, diffuse mais persistante.

Quand ils échangèrent leurs instruments et leurs rôles le temps de deux titres, l'intérêt grandit d'autant que cela ne nuit nullement à la force de la basse comme aux coups de toms. Le fuzz donnait assez d'énergie pour rendre une guitare superflue, cela sans nuire à la clarté des notes des passages plus rapides. Survint un moment étrange où, tout en continuant ses vocalises, lui demanda à l'assistance de se rapprocher en tendant des doigts d'honneur pour prendre une photo. Hanté, inédit, ce duo peut se trouver un public par sa singularité pas tout à fait en rupture avec une certaine tradition.


TRISOMIE 21 se présenta en trio, devant une illustration blanc sur noir qui ne fit que se déplacer lentement tout au long du set. Philippe Lomprez, peu intéressé par les concerts, était vêtu très banalement et se cala devant un lutrin. Son frère avait ses claviers et ordinateurs installés sur l'un des plateaux élevés sur la scène et assurait aussi la basse. Toute la batterie était samplée, y compris les parties originellement jouées sur de vraies peaux.

Qu'il s'agisse d'anciens titres ou d'extraits d'"Elegance Never Dies", leur New Wave entraînante et déprimée montre tous ses charmes avec le son amplifié du live. Les finesses des superpositions de synthétiseurs, la rondeur de la basse restent typiques de cette époque, même si les nouveaux morceaux sont plus dépouillés et cherchent plus l'efficacité directe. La guitare y participe. Tenue par Gregg Anthe en personne, lui-même meneur des mythiques Morthem Vlade Art et plus récemment In Broken English, le line-up actuel a de la gueule ! Autre trait constant, les titres assez brefs pour le style se terminent toujours sèchement, sans effets particuliers pour parachever des compositions de grand talent.

Le timbre nasal et faible de Philippe Lomprez, vont bien avec ce style de musique, en fin de compte, comme son manque de charisme et ses poses de timide qui essaie. À l'instar de Mark Burgess ou Martin Gore, les compositeurs inspirés de la New Wave la plus sombre ont la personnalité introvertie qui va avec, tout est exprimé dans leurs créations. Cela ne l'empêcha pas de faire un peu d'humour. Son frère Hervé disparut soudain en coulisses avant de réapparaître au milieu de l'assistance avec sa basse, pour jouer un titre récent repris en chœur par le public. Inoubliable.

Les grands classiques de T21 étaient tous là, le premier par la sublime ballade Electro en français "Il se noie" (surgissement de portables pour filmer…). Mais aussi le recueillement consensuel et un peu remuant de "Breaking Down", vieux titre parmi les plus simples, ou le fort tube instrumental "la fête triste" par Hervé Lomprez seul sur son piédestal de synthés, un peu charrette sur le tempo cependant (rangez vos téléphones et vivez directement l'instant présent, Bon Dieu !)… Le temps passait sans qu'on s'en rende compte et à l'instar des morceaux cela s'arrêta un peu par surprise, avant de revenir clore la visite par l'attendu et circonstancié "the Last Song" qui fit danser beaucoup de monde avant l'ultime acclamation.

La bonne pluie glacée qui attendait au-dehors une affluence rapidement dispersée semblait commandée exprès pour couronner une soirée aussi mélancolique.

par RBD le 29/01/2018 à 14:13
   541

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.