Depuis la sortie d’In The Name Of Suffering des EYEHATEGOD, le panorama ricain de l’oppression musicale a un tantinet changé. Auparavant, mis à part quelques tentatives Doom somme toute assez formelles, la lourdeur s’exprimait au travers d’un Hardcore bien méchant, ou d’un Death tranchant. Mais les originaires de la Nouvelle-Orléans ont repoussé les limites de la laideur musicale, au point d’en offrir un reflet distordu et hideux, mais proche d’une réalité et d’un quotidien faisant plus souffrir que n’importe quelle rage de dents. C’était en 1990, sur notre obscur label national Intellectual Convulsion, et depuis, rien n’a jamais vraiment été pareil, même si l’intensité de vilénie de ce premier jet ne fut que très rarement égalée. Pourtant, les musiciens ont essayé, appuyant sur les plaies, exagérant le grotesque d’une oppression systématique, au point de parfois friser les limites du ridicule, à force de vouloir le rendre normatif. Donc, le Sludge prit enfin la suite des évènements en main de pessimisme, sans vraiment nous obliger à regarder la vérité en face. Cette vérité, les WORRY en ont fait un dogme, mais surtout, une musique.

Une musique maladive mais cathartique, qui si elle n’emprunte pas forcément la route déviante tracée par les aînés susnommés, la croise de temps à autres, au détour de parties de chant véhémentes, d’un riff éléphantesque lâchée sur la victime en train d’expier, ou d’un break plus long qu’à l’ordinaire, diluant ses effluves pachydermiques dans un air vicié. Difficile de comparer ce travail à des œuvres précédentes, puisque les renseignements concernant les WORRY ne sont pas légion sur la toile. Nous disposons tout au plus d’une page Facebook, et d’un Bandcamp pas forcément à jour, qui nous offre en guise de nouveauté le single « Marrow », que l’on trouve en second de couverture traumatique de ce A Celebration Of Suffering

La célébration de la souffrance. Mais laquelle ? Celle d’un Sludge tirant sur un Doom renforcé ? Il y a longtemps que ces exactions ne font plus peur ni mal, mais admettons que les natifs de Colorado Springs en manient les codes avec une aisance indéniable, se permettant même des allusions aux Post Hardcore le plus malsain pour colorer leur EP de teintes encore plus noircies. En quelques titres, ils font montre d’un indéniable potentiel, qui permet à cette petite demi-heure impartie de passer comme un cauchemar éveillé, qui laisse des traces, mais permet de guérir sans forcément passer des heures sur son lit d’hôpital. Bien sûr, la lourdeur est omniprésente, évidemment, la brutalité se sent dans la malséance, mais les quelques mélodies acoustiques disséminées de çà et là en disent long sur les capacités de musiciens qui tiennent quand même à garder une certaine emprise harmonique sur le bruit le plus brut. Leur musique n’en est pas, et se révèle intelligemment agencée, et articulée autour de morceaux qui ne se contentent pas de répéter les sempiternelles ordalies nous forçant à la plongée obligatoire dans les eaux bouillantes du traumatisme humain.

En gros, comme en détail, ces sept morceaux sont lourds, parfois très, mais suffisamment proches d’un Hardcore teigneux pour ne pas basculer du côté Doom vers lequel ils risquent de tomber. On sent même des inflexions purement Metal dans certaines mélodies de guitare, à l’instar de celles qui enjolivent le ténébreux « There Is No End », qui au choix, peut se prendre comme une ode à la vie ou comme une acceptation du concept en tant que mort éternelle dont on ne s’extirpe jamais. Arpèges délicats et sobres, variations, modulations, pour de soudaines accélérations de médiator qui mettraient les NEUROSIS d’accord, eux qui de leur Post-Hardcore ont tant fait pour la cause Sludge. Ce qui n’empêche nullement ce quatuor (Christian, Dan

Jeremy et Greg) de bien enfoncer leurs doigts dans la prise puis dans les plaies, via un initial « Harm », qui effectivement ne se contente pas d’allusions à la douleur, mais la provoque d’un riff énorme et rouillé, qui cède enfin sous la pression du silence d’un break presque apaisé. On ne doute alors pas de leurs intentions, qui sont d’adapter la force compacte du Sludge dans un contexte moins étriqué, objectif qu’ils atteignent sans forcer, et qui laisse présager d’une suite fascinante en version plus longue-durée.

Et en mettant de côté l’intermède acoustique et pur « Regret », qui semble en éprouver sans vraiment les définir, A Celebration Of Suffering se pose en bloc indicible qui nous compresse les sens, les écrasant de regrets, mais sans remords, et « A Legacy of Regret » de combiner les aspérités viriles du Sludge sur un tapis sonore aux harmonies Doom, le tout constamment agressé de stridences, de couches vocales véhémentes, et d’une basse ronflante. Archétype de l’art consommé des américains pour distordre l’harmonie de coups de boutoirs rythmique, ce morceau se pose en synthèse d’une démarche pas si claire, qui nous bouscule, et nous confine à l’orée d’un monde ou la beauté et la laideur cohabitent dans une même douleur, se tapant la bourre sans discontinuer pour tenter de mettre en avant leurs traits les plus caractéristiques. Un son emprunté qui privilégie la crudité sans négliger la nuance, une profondeur en écho qui pourtant refuse la diffusion en matifiant l’impact, et un final en provocation, « Achieving Dirt », qui répète, martèle le message, module le rythme, pour finir par épouser les contours d’un Doomcore vraiment cathartique, faisant le point de liaison entre la scène actuelle, et ces fameux prémices sudistes que l’Amérique nous envoya fut un temps pour nous prévenir des débordements à venir.

Pas vraiment novateur dans le fond ou la forme, A Celebration Of Suffering est tout de même suffisamment varié pour intéresser les fans d’un Sludge tendu et les aficionados d’un Doom repu. Il représente sans doute plus une étape qu’un achèvement, mais en l’état, présente largement assez de qualités pour satisfaire les deux camps. Espérons que les WORRY développent cette dualité à l’avenir pour nous offrir un album complet qui pourra peut-être symboliser un avancement patent. En attendant, « souffrir par eux n’est pas souffrir ». Et puis, on peut toujours trouver un certain plaisir dans la souffrance. Ou en son nom, c’est selon.


Titres de l'album:

  1. Harm
  2. Marrow
  3. Definitive Texts
  4. Regret
  5. A Legacy Of Regret
  6. There Is No End
  7. Achieving Dirt

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/12/2017 à 17:58
75 %    189

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.