La vie peut être extrêmement simple. Tu te lèves, tu vas au travail, tu manges, tu rentres tu dors. Mais elle peut aussi se montrer particulièrement complexe. T’opposer des problématiques apparemment insolubles, te coincer au centre d’un labyrinthe d’énigmes, de questions existentielles, et te renvoyer à ta propre condition d’être surpuissant par lui-même, mais à l’importance toute relative à une échelle globale.

En somme, la vie est un cercle vicieux, et plus en profondeur, c’est une catharsis et une Némésis parallèles et perpétuelles. Némésis, puisqu’elle pose elle-même les intrigues qui rongent ta psyché, catharsis, puisque c’est elle qui en apporte les réponses.

Intéressante dualité n’est-ce pas ?

Il en va de même pour la musique, qui se veut équation parfois insoluble mais qui se résout d’elle-même. Un art qui provoque les sens, les irrite, te plonge dans un état méditatif ou traumatique, et qui pourtant, t’oppose les éléments de plaisir qui en découlent directement.

Ces interrogations et réflexions ne sont nullement gratuites, mais dérivent de l’écoute d’un disque qui les a lui-même jetées sur la table.

Le premier album des Grecs mystérieux de LOCUST LEAVES.

A Subtler Kind of Light est en effet l’archétype du LP profond, plein de sens, et dont l’écoute vous laisse aussi interrogatif que rempli de certitudes. Un disque qui dérange, qui provoque, mais qui caresse aussi les sens, peut-être à rebrousse-poil, mais qui vous pousse à analyser votre point de vue d’une façon un peu plus complète que d’ordinaire.

Certes, il n’est pas aussi inextricable que certaines œuvres de Varèse, John Cale, VAN DER GRAAF GENERATOR ou KING CRIMSON, mais il possède cette aura mystique qui en fait un accomplissement à multiples facettes, dont le fond et la forme sont en parfaite adéquation avec le thème de renouvellement de pensée, et de prise en charge de sa propre identité.

Un peu abscons comme ça au débotté, mais riche, personnel, et propice à des remises en question. La musique est-elle faite pour déranger, ou simplement pour procurer un plaisir fugace, finalement aussi futile qu’une journée lambda qui passe comme des minutes vides de sens…

Pour un premier jet, A Subtler Kind of Light est admirable à bien des égards. Il à la grandiloquence de certains travaux d’OPETH, de PSYCHOTIC WALTZ, d’ARCTURUS, d’EBONY LAKE, l’emphase des exactions de FATES WARNING, d’IN THE WOODS, et accumule les références tout en restant sur un terrain personnel. Il est relativement difficile de le placer sur une quelconque carte de genres, et finalement, c’est tant mieux comme ça. Il est aussi terriblement difficile à dater, puisque de sa production à son interprétation, il brouille les pistes, évoque un MANILLA ROAD perdu dans les limbes du temps, un SAMAEL déchiré entre plusieurs conceptions de l’extrême, et peut s’envisager comme un album de Black progressif terriblement envoutant, tout autant que comme un album de Metal fantasmagorique à la VOIVOD.

Et avec quatre pistes pour trente-cinq minutes de musique, il n’a pas joué la facilité, en combinant la technique poussée d’un DEATH ou d’un CORONER, sans pour autant tomber dans la démonstration et en gardant l’humilité mélodique indispensable à toute entreprise de séduction.

Alors, séduit-il par ses atmosphères inquiétantes et anachroniques ou par son efficacité larvée qui de temps à autres, se permet d’être plus directe et moins concentrique ?

Les deux en somme, ce qui en fait un des albums les plus fascinants du moment.

Concrètement, LOCUST LEAVES est un duo. Il est constitué d’une ossature double, axée autour de Helm qui prend en charge la partie musicale, et de Nick K. qui s’occupe des vocaux. Les deux hommes sont accompagnés de quelques musiciens additionnels, Vorskaath à la batterie, Ayloss à la lead, et de « Gemeinschaft Triste », qui s’occupe des ambiances.

Cette équipe, en un seul et premier LP parvient à déjouer toutes les stratégies d’analyse, et à forcer l’auditeur et le chroniqueur à effectuer une sorte d’introspection pour savoir si oui ou non, cette musique en anathèmes s’adresse à eux ou pas.

Et autant être franc, cette musique m’a parlé, beaucoup, d’une façon pertinente et poétique à outrance, sans pour autant me forcer à l’apprécier autrement que pour ce qu’elle est.

Dans les faits, la thématique d’A Subtler Kind of Light est expliqué assez clairement par Helm :

« L’album parle de transmutation. Du fait de devenir celui que vous avez toujours été, tout en se battant contre les lois empiriques durant ce processus. »

En gros, quoiqu’il advienne de nous et de notre pensée, il en restera toujours une trace infime, un dernier écho. Et c’est ce processus que cet album se complaît à décrire au travers d’un dédale de sons, d’imbrication d’idées, de pertinence mélodique et d’agressivité rythmique, un peu comme si l’OPETH le plus grave et sentencieux recoupait ses idées avec l’ANATHEMA le plus harmonieux mais entêté, dans l’optique de sonner comme un amalgame de tendances sans véritablement se découvrir. Interrogatif ? On le serait à moins.

Plus trivialement et prosaïquement, la musique de ces quatre morceaux est aussi sombre qu’elle n’est lumineuse. Elle est aussi limpide qu’elle n’est complexe. Et nous évoluons donc de passages délicieusement harmonieux et légèrement achroniques (dignes d’un Metal Progressif des années 70, avant son heure donc), à des furieuses guerres éclairs qui rappellent le Black le plus analogique des 90’s, tout en multipliant les allusions à un Thrash technique de la fin des années 80.

Difficile de décomposer chaque entrée en tant que telles, puisqu’elles sont toutes aussi touffues et différentes qu’elles ne sont légères et similaires. La tactique est toujours la même, empiler les couches et développer les thèmes sans perdre de vue la cohésion d’ensemble, mais en restant suffisamment libre pour se métamorphoser en permanence.

Il est clair que les passages ténébreux et concentrés suggèrent le CORONER de fin de carrière, tandis que les évolutions les plus légères nous parlent d’un temps où la liberté de ton des PSYCHOTIC WALTZ faisait d’eux les chantres d’une fusion underground contre nature fertile.

Du oui, du non, du peut-être, mais aussi une sacrée valse humaine qui nous entraîne dans une folle sarabande de créativité. Et une théorie musicale individuelle pouvant se partager avec le plus grand nombre, qui n’y comprendra certainement pas grand-chose.

Trois morceaux chantés et un instrumental final qui referme les portes de la perception sur un univers trouble (« Flight (Ptisi) », sorte de dérivation un peu troublante qui mélange les sons dans une théâtralité de l’absurde assumée), pour un premier jet d’une maturité étonnante et pourtant encore bouillonnant d’idées agencées un peu trop naïvement.

Une fin et un début en soi.

Une dualité de plus en somme…


Titres de l'album

  1. Light (Fos)
  2. Pillar (Vraxos)
  3. Fall (Ptosi)
  4. Flight (Ptisi)

Site officiel

Bandcamp label page album

par mortne2001 le 29/03/2017 à 14:23
82 %    558

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.