Afterthoughts

Greywind

21/10/2016

Spinefarm Records

Afterthoughts, ou l’archétype même de l’album duquel on ne sait pas quoi attendre. Joliment dissimulé sous une pochette aux splendides tonalités automnales et hivernales, il se révèle être un des disques les plus surprenants et captivants de cette fin d’année 2016, sans pour autant jouer la carte de l’originalité à outrance. D’instinct, on s’attend à une énième digression pénible sur le thème usé du Metal symphonique, ou à une nouvelle contemplation Modern Metal pas forcément pertinente, mais après lecture des informations disponibles sur les différentes pages du groupe, la curiosité est éveillée, et on sent que les choses risquent d’être un peu plus complexes et pourtant plus limpides que prévues.

Mais avant d’aller plus loin et d’expliquer sans être trop précis le pourquoi du comment du caractère indispensable de cette première œuvre, un peu d’histoire pour situer le contexte, celle de GREYWIND et de son nom de baptême si poétique.

GREYWIND n’est assurément pas un groupe comme les autres. Mais plutôt que de groupe, il convient de parler d’un duo à la symbiose naturelle, puisque son ossature repose sur la complicité et la complémentarité familiale d’un frère et d’une sœur, Paul et Steph O’Sullivan et leur patronyme qui sent l’Irlande à plein nez.

C’est effectivement des côtes Irlandaises que ces deux musiciens/créateurs viennent, de Killarney plus exactement, et autant dire de suite que leur parcours musical ne fut pas des plus communs…

Si Steph se définit avec beaucoup de dérision comme « cette fille bizarre qui écoute du CHEMICAL ROMANCE », il est inutile de chercher trace de ses goûts personnels dans la musique de son entité. Paul de son côté, joue les multi-instrumentistes de génie, et tisse des tapis de textures sonores un brin synthétiques, mais aux mélodies organiques que sa sœur met admirablement bien en relief.

Pas forcément décidés au départ à tenter l’aventure officielle, c’est le décès de leur oncle qui les poussera finalement à tenter le plongeon dans le grand bain professionnel, la fratrie appréhendant à ce moment-là toute la futilité d’une existence pouvant s’achever à n’importe quel moment, et vous laissant avec des regrets qu’il n’est jamais facile d’assumer.

Alors, Afterthoughts. Pas vraiment Metal mais suffisamment agressif et puissant pour vous concerner, Rock dans le fond, avec cette touche Electro discrète mais onirique, un album somme toute versatile qui pourtant offre une cohérence indéniable, mais surtout, une bonne dizaine de morceaux tous aussi séduisants les uns que les autres, portés par cette complémentarité indiscutable entre deux musiciens honnêtes, issus de la même union.

Cet album, c’est le constat de plusieurs années de passion et de volonté d’expression qui trouvent aujourd’hui leur concrétisation dans une musique riche, patiemment élaborée par un compositeur sincère et une interprète qui ne l’est pas moins, et qui profite de l’imagination de son frère pour laisser sa voix déambuler dans les couloirs d’un rêve instrumental qui nous ramène souvent sur les côtes Irlandaises, nous permettant même de sentir les embruns sur notre visage sans avoir à bouger de notre salon.

Si les pistes semblent parfois se suivre et se ressembler, le duo trouve toujours une idée subtile pour dévier délicatement de sa trajectoire, et des écoutes multiples permettent de saisir toute la richesse de ce premier album dont la valeur ajoutée repose sur l’association naturelle de deux musiciens se connaissant par cœur. Il est évidemment possible de saisir au vol une nuée d’influences, contemporaines ou pas, mais il me plait de voir en Afterthoughts un mélange des univers différents des CORRS, d’Amanda Somerville et de PARAMORE pour les instants les plus puissants, avec bien sûr une petite touche du EVANESCENCE le moins complaisant, sans ses tics les plus crispants.

Mélodique, puissant, feutré, intimiste et grandiloquent, tels sont les qualificatifs qui s’appliquent dans le contexte d’un disque qui refuse les convenances et écrit sa propre histoire avec ses propres mots et références.

Si « Afterthoughts », le morceau éponyme d’ouverture passe pour un single parfait, avec son subtil équilibre de Metal moderne, de Pop musclée, et d’Alternatif discret, les exemples à mettre en avant ne manquent pas, et transforment l’essai en best-of initial d’une perfection assez bluffante.

En choisissant un format de morceaux assez court et presque dans des standards Pop, le duo permet à ses compositions de respirer et de ne jamais répéter des motifs trop voyants, même si le fil rouge les unissant est flagrant.

Guitares lancinantes et écrasantes, arrangements ciselés, de quelques notes de piano désincarnées (« The Lake »), de guitares acoustiques aussi pénétrées de Folk Irlandais que de Post Rock mélodique et aéré (« Stitch On My Wings », sublime de délicatesse), de chœurs célestes et d’une rythmique plus appuyée (« Circle »), ou de colorations pastels enchanteresses suggérant une ballade bucolique dans la lande verte et venteuse (« In Autumn »).

Si les trames de base sont finement ouvragées, c’est bien évidemment le chant de Steph qui se place en avant, sans en rajouter, de par la nature incroyablement pure de son incarnation. En tant que vocaliste, Steph s’impose sans exagérer le drame et le pathos, et sa voix juvénile s’accommode fort bien du caractère emphatique des trouvailles de son frère, qui offre à sa jumelle artistique un écrin magnifique pour ses envolées lyriques qui pourtant ne tombent jamais dans les excès d’un Metal symphonique éreintant.

Alors, on marche, on regarde le ciel, on se tient la main et on arpente son passé/présent, partageant celui de ces deux musiciens décalés, qui ne jurent que par une authenticité palpable, partant même parfois dans des directions surprenantes, comme des souvenirs cruels remontant à la surface de la mémoire (« Car Spin », plus violent mais tout aussi mélodique).

Un final en forme d’épiphanie logique (« Wander », qui suggère avec pertinence cette errance à laquelle le duo nous convie et qui unit dans un même élan la rudesse d’un hiver Metal et l’automne agonisant d’un Folk électronique brûlant), et une impression touchante qui garde le cœur au printemps d’une vie qu’on espère longue, et ponctuée de réussites artistiques aussi probantes que ce premier album.

Une fraîcheur pleine de maturité, telle est la dualité de ce Afterthoughts qui rend hommage de sa musique à la magnificence de sa pochette. Une belle histoire de famille que Steph et Paul ont la bonté de partager avec nous, et qui nous donne le sentiment de les connaître un peu.

 Puisque leur histoire pourrait très bien être la notre…


Titres de l'album:

  1. Afterthoughts
  2. Forest Ablaze
  3. Circle
  4. Safe Haven
  5. The Lake
  6. Car Spin
  7. Stitch On My Wings
  8. Desolate
  9. In Autumn
  10. Wander

Site officiel


par mortne2001 le 01/02/2017 à 14:58
80 %    540

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Un ep moyen et voilà ou ça mène.... A la limite, Carcass en première partie de Behemoth ça peut se comprendre vu la grosse machine qu'est devenu la bande a Nergal. Mais Arch Enemy ça fait mal. C&apos(...)

01/12/2020, 15:32

Tartampion

J'aime beaucoup DEP. Ces deux morceaux n'y ressemblent pas, mais me donnent envie d'écouter l'album au complet.

01/12/2020, 14:10

MorbidOM

Heu... J'adore Carcass mais vous en demandez beaucoup là quand même.Première fois que j'envisage de ne pas aller voir Carcass alors qu'ils passent à Paris ou Marseille.

01/12/2020, 14:08

Simony

S'ils veulent faire le Knotfest, il y a des passages obligés...    SLIPKNOT + KORN + MACHINE HEAD + TRI(...)

01/12/2020, 13:42

Jus de cadavre

Entièrement d'accord Grinder (bizarrement ta réaction ne m'étonne pas hahaha !). Mais ça fait bien longtemps que le respect, tout le monde s'en beurre la raie je crois. Megadeth qui fait la première partie de Five Finger Death machin ((...)

01/12/2020, 12:39

grinder92

Carcass qui ouvre pour Arch Enemy et Behemoth, pffff. J'ai rien contre ces 2 groupes mais bon, on a tué le respect là, non ?

01/12/2020, 12:23

POMAH

Désolé pour la faute. Oui leur Album est vraiment une pépite, j'ai hâte qu'ils en sortent un nouveau d'ailleurs.

01/12/2020, 10:21

L'Apache

Ca me fait grave pensé à Behemoth perso !

01/12/2020, 08:48

Solo Necrozis

D'ici là on sera tous vaccinés et pucés par le nouvel ordre mondial donc pas de report cette fois j'espère!

01/12/2020, 08:19

Humungus

Un de mes albums de l'année !!!Tout est dit dans la chro... ... ...

01/12/2020, 07:14

Jus de cadavre

Ecouté un peu par hasard il y a quelques jours : une tuerie cet album !

01/12/2020, 07:05

LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39