Afterthoughts, ou l’archétype même de l’album duquel on ne sait pas quoi attendre. Joliment dissimulé sous une pochette aux splendides tonalités automnales et hivernales, il se révèle être un des disques les plus surprenants et captivants de cette fin d’année 2016, sans pour autant jouer la carte de l’originalité à outrance. D’instinct, on s’attend à une énième digression pénible sur le thème usé du Metal symphonique, ou à une nouvelle contemplation Modern Metal pas forcément pertinente, mais après lecture des informations disponibles sur les différentes pages du groupe, la curiosité est éveillée, et on sent que les choses risquent d’être un peu plus complexes et pourtant plus limpides que prévues.

Mais avant d’aller plus loin et d’expliquer sans être trop précis le pourquoi du comment du caractère indispensable de cette première œuvre, un peu d’histoire pour situer le contexte, celle de GREYWIND et de son nom de baptême si poétique.

GREYWIND n’est assurément pas un groupe comme les autres. Mais plutôt que de groupe, il convient de parler d’un duo à la symbiose naturelle, puisque son ossature repose sur la complicité et la complémentarité familiale d’un frère et d’une sœur, Paul et Steph O’Sullivan et leur patronyme qui sent l’Irlande à plein nez.

C’est effectivement des côtes Irlandaises que ces deux musiciens/créateurs viennent, de Killarney plus exactement, et autant dire de suite que leur parcours musical ne fut pas des plus communs…

Si Steph se définit avec beaucoup de dérision comme « cette fille bizarre qui écoute du CHEMICAL ROMANCE », il est inutile de chercher trace de ses goûts personnels dans la musique de son entité. Paul de son côté, joue les multi-instrumentistes de génie, et tisse des tapis de textures sonores un brin synthétiques, mais aux mélodies organiques que sa sœur met admirablement bien en relief.

Pas forcément décidés au départ à tenter l’aventure officielle, c’est le décès de leur oncle qui les poussera finalement à tenter le plongeon dans le grand bain professionnel, la fratrie appréhendant à ce moment-là toute la futilité d’une existence pouvant s’achever à n’importe quel moment, et vous laissant avec des regrets qu’il n’est jamais facile d’assumer.

Alors, Afterthoughts. Pas vraiment Metal mais suffisamment agressif et puissant pour vous concerner, Rock dans le fond, avec cette touche Electro discrète mais onirique, un album somme toute versatile qui pourtant offre une cohérence indéniable, mais surtout, une bonne dizaine de morceaux tous aussi séduisants les uns que les autres, portés par cette complémentarité indiscutable entre deux musiciens honnêtes, issus de la même union.

Cet album, c’est le constat de plusieurs années de passion et de volonté d’expression qui trouvent aujourd’hui leur concrétisation dans une musique riche, patiemment élaborée par un compositeur sincère et une interprète qui ne l’est pas moins, et qui profite de l’imagination de son frère pour laisser sa voix déambuler dans les couloirs d’un rêve instrumental qui nous ramène souvent sur les côtes Irlandaises, nous permettant même de sentir les embruns sur notre visage sans avoir à bouger de notre salon.

Si les pistes semblent parfois se suivre et se ressembler, le duo trouve toujours une idée subtile pour dévier délicatement de sa trajectoire, et des écoutes multiples permettent de saisir toute la richesse de ce premier album dont la valeur ajoutée repose sur l’association naturelle de deux musiciens se connaissant par cœur. Il est évidemment possible de saisir au vol une nuée d’influences, contemporaines ou pas, mais il me plait de voir en Afterthoughts un mélange des univers différents des CORRS, d’Amanda Somerville et de PARAMORE pour les instants les plus puissants, avec bien sûr une petite touche du EVANESCENCE le moins complaisant, sans ses tics les plus crispants.

Mélodique, puissant, feutré, intimiste et grandiloquent, tels sont les qualificatifs qui s’appliquent dans le contexte d’un disque qui refuse les convenances et écrit sa propre histoire avec ses propres mots et références.

Si « Afterthoughts », le morceau éponyme d’ouverture passe pour un single parfait, avec son subtil équilibre de Metal moderne, de Pop musclée, et d’Alternatif discret, les exemples à mettre en avant ne manquent pas, et transforment l’essai en best-of initial d’une perfection assez bluffante.

En choisissant un format de morceaux assez court et presque dans des standards Pop, le duo permet à ses compositions de respirer et de ne jamais répéter des motifs trop voyants, même si le fil rouge les unissant est flagrant.

Guitares lancinantes et écrasantes, arrangements ciselés, de quelques notes de piano désincarnées (« The Lake »), de guitares acoustiques aussi pénétrées de Folk Irlandais que de Post Rock mélodique et aéré (« Stitch On My Wings », sublime de délicatesse), de chœurs célestes et d’une rythmique plus appuyée (« Circle »), ou de colorations pastels enchanteresses suggérant une ballade bucolique dans la lande verte et venteuse (« In Autumn »).

Si les trames de base sont finement ouvragées, c’est bien évidemment le chant de Steph qui se place en avant, sans en rajouter, de par la nature incroyablement pure de son incarnation. En tant que vocaliste, Steph s’impose sans exagérer le drame et le pathos, et sa voix juvénile s’accommode fort bien du caractère emphatique des trouvailles de son frère, qui offre à sa jumelle artistique un écrin magnifique pour ses envolées lyriques qui pourtant ne tombent jamais dans les excès d’un Metal symphonique éreintant.

Alors, on marche, on regarde le ciel, on se tient la main et on arpente son passé/présent, partageant celui de ces deux musiciens décalés, qui ne jurent que par une authenticité palpable, partant même parfois dans des directions surprenantes, comme des souvenirs cruels remontant à la surface de la mémoire (« Car Spin », plus violent mais tout aussi mélodique).

Un final en forme d’épiphanie logique (« Wander », qui suggère avec pertinence cette errance à laquelle le duo nous convie et qui unit dans un même élan la rudesse d’un hiver Metal et l’automne agonisant d’un Folk électronique brûlant), et une impression touchante qui garde le cœur au printemps d’une vie qu’on espère longue, et ponctuée de réussites artistiques aussi probantes que ce premier album.

Une fraîcheur pleine de maturité, telle est la dualité de ce Afterthoughts qui rend hommage de sa musique à la magnificence de sa pochette. Une belle histoire de famille que Steph et Paul ont la bonté de partager avec nous, et qui nous donne le sentiment de les connaître un peu.

 Puisque leur histoire pourrait très bien être la notre…


Titres de l'album:

  1. Afterthoughts
  2. Forest Ablaze
  3. Circle
  4. Safe Haven
  5. The Lake
  6. Car Spin
  7. Stitch On My Wings
  8. Desolate
  9. In Autumn
  10. Wander

Site officiel


par mortne2001 le 01/02/2017 à 14:58
80 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)