...And as We Have Seen the Storm, We Have Embraced the Eye

Chapel Of Disease

23/11/2018

Ván Records

Débat du dimanche. Qu’est-ce que le Death Metal finalement ? Si l’on s’en tient à des critères purement musicaux, c’est un déferlement de violence censé illustrer la brutalité de la vie et l’effroi de son inéluctable conclusion. Une vie de douleur, de combat, de souffrance, qui s’articule artistiquement autour d’un enchevêtrement de riffs sombres et rapides, et d’un tapis rythmique alternant la pression et le relâchement, une symphonie de cruauté, un maelström de bestialité. Mais qui a dit que ces concepts ne devaient être mis en forme que de façon unidimensionnelle ? Tout ceci reviendrait à admettre que la vie en elle-même ne peut être abordée que sous un angle linéaire, ce qui serait nier sa pluralité la plus élémentaire. De là, peut-on accepter qu’un groupe choisisse des sonorités plus nuancées, des ambiances plus paisibles, et des constructions instrumentales relevant de la beauté la plus formelle sans dénaturer le genre ? Je crois au contraire qu’à l’instar du Black Metal et ses obsessions nihilistes et maléfiques, le Death permet toutes les audaces, et toutes les ouvertures. Puisque la vie justement, et son labyrinthe d’émotions complémentaires et contradictoires nous fait passer par des stades de ressenti différents, et antagonistes, alternant le bonheur et la tristesse, l’empathie et le rejet, le plaisir et la souffrance. Dès lors, lorsqu’un groupe choisit de ne pas se cantonner à une optique dite « basique », il devient l’illustration parfaite de cette dualité et remplit sa mission, en transcendant des éléments disparates qui une fois assemblés, offrent une cohérence dans la concrétisation. Et sous ce point de vue-là, les allemands de CHAPEL OF DISEASE pourraient incarner la quintessence du genre en en refusant les limites imposées par l’éthique, se rapprochant du DEATH le plus évolutif.

Fondé en 2008, ce quatuor (Laurent T - chant/guitare, Cédric T - guitare, Christian K - basse et David D - batterie) a entamé sa carrière de la façon la plus classique qui soit, et aura patienté quatre années avant de livrer sa première démo, encore un peu trop consensuelle pour se faire remarquer (Death Evoked). Son premier LP, paru la même année ne semblait pas vouloir se détacher de cette routine passéiste, et prenait grand soin de respecter les codes old-school des années 90 (Summoning Black Gods). Mais trois ans plus tard, les originaires de Cologne prirent un virage assez surprenant, en ouvrant leur champ de perception à des possibilités plus progressives, acceptant la liberté créative d’une intégration de mélodies plus travaillées, travestissant leur agression d’une intelligence de composition qui en disait long sur leurs ambitions. Nous attendions donc tous avec impatience la suite de cette ouverture, et c’est trois ans plus tard une fois encore que nous avons la possibilité de constater la progression impressionnante qu’étale ...and as We Have Seen the Storm, We Have Embraced the Eye, au titre aussi interminable que ses prétentions sont viables. Sans vraiment bousculer la donne, CHAPEL OF DISEASE poursuit les travaux entrepris dès 2015, et nous livre un bilan en forme d’évasion, au travers d’une musique aussi violente qu’intelligente, et va jusqu’au bout de son raisonnement en réfutant le statisme d’un style qui aujourd’hui encore, passe pour un non-modèle d’acceptation et un monolithe de crudité. Et c’est ainsi que le créneau occupé par les allemands aujourd’hui se place en convergence de la vie et de la mort, et sonne plus léger tout en restant sombre, prônant une volonté de ne pas se cantonner à des schémas éprouvés pour faire avancer les choses, tout du moins les leurs. Et de fait, ...and as We Have Seen the Storm pourrait bien incarner le parangon d’une philosophie très personnelle, qui pourtant incarne de sa volonté d’évolution l’acmé d’un genre qui n’en finit plus de faire mourir la mort…

On savait fut un temps que les groupes du cru en avait assez de se contenter de bousculer les auditeurs avec des motifs de plus en plus crus et des rythmiques de plus en plus complexes. Chuck l’avait très bien assimilé de son vivant, transformant sa créature bestiale en entité débordant d’émotion, et MORGOTH avait même traversé le Styx en intégrant à sa musique des données industrielles et dansantes, se rapprochant d’une version frigorifiée d’un KILLING JOKE en plein apprentissage Metal. Depuis, la vague Post Metal a intégré des variables Death à son vocable, et il n’est plus si incongru de laisser l’inspiration dériver au gré des courants, amalgamant le Rock, le classique, le Jazz et même le Folk dans des fondations purement Death. C’est un peu l’expression la plus absolue de ce Crossover que les allemands nous livrent en six morceaux et presque cinquante minutes, et autant dire qu’ils assument totalement cette prise de position en plaçant en ouverture « Void Of Worlds », qui est né d’un assemblage disparate de deux parties bien distinctes. Disposant d’un nœud de riffs et de trois minutes de construction, le groupe s’en est alors remis au talent de Cédric, qui leur proposa alors une digression en guitare claire, sur laquelle le quatuor s’est mis à broder, pour offrir une conclusion instrumentale impressionnante de maîtrise et de quiétude, dans la plus grande tradition des jams des seventies. Et cette juxtaposition de climats en ouverture d’une étape aussi importante que celle d’un troisième album est la preuve de la confiance totale des allemands en leur nouvelle direction, et valide toutes les interrogations que les fans se posaient après The Mysterious Ways of Repetitive Art. Et on se prend alors à penser à David Gilmour évidemment, mais aussi à OPETH, en moins nostalgique et introspectif, mais en tout cas, à tout sauf à des acrobaties agressives qui restent la marque de fabrique du genre. Ces quatre minutes, sans être totalement symptomatiques de cette œuvre, en sont la trace la plus palpable d’éloignement et de travestissement, et même si le reste du LP ne confirme pas toujours ce culot, il en reste marqué durablement.  

Mais on retrouve évidemment des traces de cette volonté de s’extirper d’un carcan restrictif, même si ces mêmes traces sont plus subtiles sur les autres titres. Ainsi, le puissant et long « Null » se voit doté d’arrangements presque symphoniques et Ambient, qui peinent à cacher son élaboration purement Rock que des soli purs et mélodiques exploitent avec beaucoup de pertinence. Et la violence globale de s’adapter à ce rapprochement des racines purement Rock du Metal, qui par exagération et par mutation a fini par donner naissance à des excroissances de plus en plus violentes, qui finalement ont enterré sous une épaisse chape de plomb leurs racines. Mais CHAPEL OF DISEASE est bien décidé à prouver que ces racines, aussi profondément enterrées furent-elles sont toujours là, et n’hésitent pas à creuser dans un passé beaucoup plus ancien pour ramener à la vie des  harmonies sombres mais volatiles, comme le démontre le presque Goth-Rock « 1.000 Different Paths » qui évoque Peter Murphy, les BAUHAUS, mais aussi THE JESUS AND MARY CHAIN, tout comme OPETH et d’autres affranchis. Et la conclusion « The Sound Of Shallow Grey » de pousser le bouchon encore plus loin au risque de provoquer le rejet des puristes les plis indécrottables, en acceptant d’insérer des éléments de Synth-Pop, de Rock classique, tout en gardant cette morgue Death toujours aussi présente, mais déformée, moulée, sans être forcément dénaturée. Loin d’un final épique que le groupe rejetait d’emblée, ce dernier morceau est sans doute le plus féroce et le plus varié de l’ensemble, et entérine définitivement le postulat prouvant que les allemands ont franchi encore une étape dans leur parcours ascendant. Et si peu de soli évoquent les délires hystériques du Death des origines, et si les structures répondent volontiers à un sens de l’expérimentation poussé, et si le Rock, le Hard-Rock, se placent à la même hauteur que le Death, ...and as We Have Seen the Storm, We Have Embraced the Eye n’en reste pas moins directement affilié au genre, et incarne peut-être sa forme la plus honnête, tout du moins la plus fertile. Et l’une des plus fascinantes en soi.

 

Titres de l’album :

                         1. Void Of Words

                         2. Oblivious - Obnoxious - Defiant

                         3. Song Of The Gods

                         4. Null

                         5. 1.000 Different Paths

                         6. The Sound Of Shallow Grey

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/12/2018 à 16:03
90 %    559

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
31/12/2018, 13:52:28
J'ai essayé et insisté. Les atmosphères Prog ou vaguement Post-Punk, en effet, ne m'ont pas trop emballé sur ce coup-là. Mais je salue volontiers l'effort, ils contribuent à élargir les limites du genre.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11