Atlas Vending

Metz

09/10/2020

Sub Pop Records

[…] les METZ semblent capables de faire encore mieux, et d’aller encore plus loin. Peut-être d’unir lors d’une quatrième sortie l’esprit Pop au souffle Rock, en laissant un baiser Post Hardcore sur le front ? Je les laisse faire après tout, mais je serai là, encore une fois. Non parce qu’ils portent le même nom que ma ville de naissance, mais parce qu’ils portent le Rock à ébullition […]

C’est ainsi que je terminais ma chronique de Strange Peace il y a trois ans, sans vraiment savoir si les METZ allaient oui ou non publier un quatrième LP. Après tout, en 2017 personne ne pouvait encore prévoir la débâcle de 2020, la fin des concerts live, et l’avènement des prestations en streaming, la seule façon de partager une performance avec le public. Aujourd’hui, avec les éléments en notre possession, dans l’expectative d’un avenir en suspens, l’agonie des intermittents du spectacle, des organisateurs, des programmateurs, de tous ces métiers de l’ombre qui attendent qu’une décision ferme soit prise, les choses s’aggravent et le drame risque de prendre des proportions tragiques. Si la situation ne s’arrange pas rapidement, on peut s’attendre à quelques suicides tout à fait justifiés, face à l’immobilisme des gouvernements et à leurs parti-pris qui permettent à certains de se voir accorder des passe-droits, tandis que d’autres mettent la clé sous la porte dans l’indifférence totale des décideurs. Alors, non, il n’est pas étonnant que le quatrième album des canadiens sonne aussi urgent, tendu, chaotique et indomptable, puisqu’il est le reflet de la dualité de son époque. Cette peur de l’inconnu, cette méconnaissance de l’avenir, et cette question qui reste en suspens : pourra-t-on exercer notre métier dans des conditions normales un jour ? Mais dans les faits, Atlas Vending n’est pas vraiment différent des trois LPs qui le précèdent. Il est aussi Noisy, aussi chaotique, peut-être même plus, et ses influences sont les mêmes. SONIC YOUTH, JESUS LIZARD, les SWANS, MELVINS, UNSANE, REFUSED, le Post Hardcore, et surtout, cette rage qui couve en filigrane. Et la rage étant le moteur des grandes révolutions, on peut peut-être s’attendre à un énorme soulèvement très bientôt.

Avec ce nouvel épitre toujours cautionné par Sub Pop, coproduit par Ben Greenberg (UNIFORM) avec Seth Manchester à la console (DAUGHTERS, LINGUA IGNOTA, THE BODY) le tout emballé au Machines with Magnets , le trio (Alex, Chris, Hayden, toujours) ne pousse pas vraiment le bouchon plus loin, mais confirme sa position de leader sur la scène Noisy Post qu’il a gagné à la sueur de son front et à la bile de ses mots. D’ailleurs, selon ceux d’Alex, le tout est « une échappée dans laquelle il faut tout laisser derrière, puisqu’il s’agit de surpasser des obstacles et des liens qui vous ont toujours retenus, se relever et s’immerger dans ce qui nous fait avancer, aimer et changer ». Le même Alex assume ses solides positions, et affirme aussi qu’il ne faut pas trop intellectualiser sa musique, mais la laisser murir et évoluer selon ses ambitions. Et les ambitions du trio de Toronto sont grandes, bien que plus facilement devinables par l’auditeur qu’assumées par le groupe. En substance, et en écoutant cet Atlas Vending, on constate que METZ pourrait bien être le fils d’un UNSANE qui n’aurait jamais renoncé au combat, et qui continuerait d’arpenter les rues à la recherche d’un espoir sous la couche de misère contemporaine. Les guitares sont de plus en plus acides, aiguisées, parfois blasées, mais toujours combatives et pugnaces. Avec un tel degré de confiance dans les bagages, le trio se permet même d’incarner le FUGAZI des temps moderne sur « Hail Taxi », l’un des morceaux les plus mélodiques de l’album. Une charge virale qui nous contamine tous et nous donne envie d’aller voir ailleurs sans savoir si justement un ailleurs existe. Toutefois, faites attention à ne pas voir trop de lumière filtrer de ce nouvel album, elle est éparse et ne se montre pas sur commande. « Pulse » impose d’ailleurs un blackout total de ses dissonances assourdissantes, et de son tempo Indus à rendre le jeune Michael Gira fou de jalousie. Le chant, mixé largement en arrière supporte bien les effets et la réverb, mais la guitare lamine un motif concentrique, avant que la batterie n’explose tout de sa frappe erratique. Avec une intro pareille, les canadiens préviennent que le jour qui se lève ne sera guère plus porteur d’espoir que le précédent, et sombre dans le bruit d’un Post Hardcore blanc comme une nuit sans sommeil. Heureusement, l’entame sert juste à mettre mal à l’aise et à attirer l’attention, pour la conserver intacte sur le fulgurant « Blind Youth Industrial Park ».

Toujours aussi doués pour recycler les méthodes en vogue dans l’Amérique des nineties, ces répétitions dans le phrasé du chant, cette façon d’intégrer des éléments alternatifs et harmoniques dans un contexte purement Hardcore, pour faire sonner l’hallali comme les BLOODY VALENTINE, tout en conservant en tête l’importance de la scène new-yorkaise sur le désespoir mondial. La basse est comme d’habitude énorme, au moins autant que chez les FETISH 69, le chant a gagné en maturité, et le son nous ramène des années en arrière, lorsque les productions n’étaient pas standardisées et que le seul nom d’un producteur garantissait une écoute bien spécifique. Sur cet album, les instruments respirent dans la moiteur étouffante qu’ils créent de leurs strates de son si épaisses qu’on ne voit pas le jour passer. La discordance, l’assonance, la polyrythmie, les leitmotivs balancés comme à la parade, METZ connaît bien, et résume le tout en moins de trois minutes sur le cathartique « Sugar Pill », pilule bleue ou pilule rouge qu’on avale sans connaître le résultat. Mais on l’avale pour oublier ce qu’on connaît déjà, et pour voir si l’altération de la réalité est plus supportable que la réalité elle-même.

Et en quarante minutes, le groupe suit simplement sa route, sans se poser de problème existentiel. Il ne propose rien de neuf, ne cherche même pas à surpasser Strange Peace, ni à s’en servir de comparaison, il tente juste de marcher, une note après l’autre, pour voir où son propre chemin le mène. Il le mène sur les routes du chaos, avec un « Framed By The Comet’s Tail » qui fait très mal au cœur de ses itérations en pacemaker mal réglé, ou sur le chemin d’un Rock réduit à sa plus simple expression de bruit via « Parasite ».

Et puis vient la longue fin, celle qu’on attend de la part d’un groupe de cette trempe, qui balance « A Boat To Drown In » pour solde de tout compte. Sept minutes et quelques d’un up tempo à peine dérangé par la linéarité d’une guitare qui ne module jamais, sept minutes qui fonctionnent comme un mantra, ou un long cri poussé de façon monocorde, pour bien symboliser cette époque où les oreilles n’entendent que les plaintes de leur propre bouche. Il faut de l’audace ou de l’inconscience pour achever un tel album par sept minutes aux secondes identiques. Mais les METZ jouent ce qu’ils ressentent. L’autre question : seront-ils capables la prochaine fois de faire encore mieux ? La réponse dans trois ans, si d’ici là, personne n’a fêté le jour où la musique est morte.         

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Pulse

02. Blind Youth Industrial Park

03. The Mirror

04. No Ceiling

05. Hail Taxi

06. Draw Us In

07. Sugar Pill

08. Framed By The Comet’s Tail

09. Parasite

10. A Boat To Drown In


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/10/2020 à 18:05
95 %    397

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26