Au Fleuve de Loire

Hanternoz

03/05/2021

Antiq Records

Ils n’ont pas de chapeau rond, mais ils sont pourtant bretons, et ont la décence de ne pas se grimer pour représenter leur chère région, ce sont les HANTERNOZ. Formé en 2006 par deux collègues de tradition, Hyvermor (VEHEMENCE, GRYLLE, REGIMENT) et Sparda (CREATURES), ce duo unique en son genre revient donc après une longue absence longue-durée, sous la tutelle des passionnés du label Antiq, pour nous offrir enfin leur second album. Treize ans après leur première œuvre Metal Kozh, onze ans après le EP Linceuls d’Ecume, huit ans après Mallozh d'ar zistrujerien Kastell Ankiniz, les HANTERNOZ nous présentent donc leurs nouvelles légendes en musique via Au Fleuve de Loire, qui comme son nom l’indique, est une ode à ce fleuve mystérieux qui est aussi le plus long et large de France. Mais c’est aussi le fleuve qui séparait les deux langues officielles de notre beau pays jusqu’à ces temps modernes ou le langage a été uniformisé, et cette frontière naturelle a bien évidemment inspiré les deux musiciens, qui lui ont donc consacré un concept album. Et cette rivière le valait bien si j’en juge par l’heure de musique développée par les deux créatifs, qui manifestement avaient des choses à raconter à son sujet, et des choses à raconter à leur manière, qui depuis leurs débuts à évolué pour approcher aujourd’hui de la perfection dans un genre pourtant complexe à faire passer auprès des fans.

Entouré d’une sacrée sélection de guests pour les épauler dans leur tâche de narrateurs, Hyvermor et Sparda lèvent donc le voile sur le mystère qui nimbait leur second LP officiel, et découvrent un pèlerinage fascinant sur leurs terres, qui conduira le marcheur sur les sinuosités de la Loire, de ses légendes, et de ses mythes devenus réalité. La Loire est ici présentée sous bien des problématiques, de ses espèces menacées aux nombreuses âmes qu’elle a englouties, en passant par son époque industrielle et son passé médiéval bien sûr, les deux hommes se permettant même de proposer le point de vue d’un poisson, ou de se souvenir de leur enfance personnelle. Une fois encore, les deux hommes ont utilisé leur propre expérience pour transposer ces légendes et les rendre plus actuelles, et si la thématique de l’album s’avère passionnante, son contenu musical l’est tout autant. Sans changer leur recette initiale qui consistait à superposer les mélodies Folk à la brutalité du BM, Hyvermor et Sparda parviennent encore à nous surprendre de leur souci du détail et des arrangements, mais aussi par leur facilité à trouver des harmonies vraiment prenantes pour les opposer à la brutalité d’une musique qui séduira les plus exigeants.

Je le précise immédiatement, bien que le constat semble implicite et évident. Au Fleuve de Loire est un album qui nécessite de nombreuses écoutes pour être apprécié à son juste potentiel, et il vous faudra vous immerger pendant des jours dans ce fleuve unique pour en ressortir avec des semblants de réponses et une poignée de certitudes. Enregistré, mixé et masterisé par Stefan Traunmüller aux Soundtempel studios, Au Fleuve de Loire dispose d’un son profond, chaud, qui met admirablement bien en relief l’instrumentation classique tout comme la base guitare/basse/batterie plus traditionnelle. L’équilibre entre les deux approches Folk/BM est donc parfait, et si les mélodies sont souvent héritées de la scène folklorique traditionnelle, le métissage permet aussi d’apprécier cette rudesse de ton qui nous évite la niaiserie des contes d’antan. Ceci dit, les instruments nobles se taillent parfois la part du lion sur cette réalisation, en profitant d’espaces instrumentaux leur étant complètement dédiés comme sur le final de « L'Hanterdro de Languidic ». Accompagnés par une pléiade d’invités et d’amis, les deux hommes ont donc laissé libre cours à leur imagination d’une histoire romancée ou pas, mais basée sur d’anciennes légendes tournant autour de de fleuve long de 1 006 kilomètres. Et après une courte intro, « À Cul de Grève » scelle les retrouvailles entre ce groupe et son public, à grand renfort de riffs concentriques et mélodiques qui nous replongent dans un passé lointain, mais que nul n’a oublié.     

On retrouve sur ce morceau de reprise de contact des voix connues de la scène, avec la participation de Spellbound (AORLHAC, JOURS PALES, ex-ASPHODELES), Cervantès (DARKENHOLD) et Géraud (BORGIA), et autant dire que dès ses premières mesures, « À Cul de Grève » fascine et hypnotise. Le chant, en place, ne prend pas le pas sur les harmonies de riffs de la guitare qui une fois encore refuse les licks les plus évidents du genre, et en 2021, HANTERNOZ incarne le lien parfait entre la génération 70 des ANGE et ALICE et la vague norvégienne du BM des années 90, sans pour autant se reposer sur des astuces de l’un ou l’autre camp. On reste séduit par cette façon de traiter la longueur par une profusion de plans s’entrechoquant en parfaite logique, mais avec un naturel artistique désarmant.

Hyvermor prend en charge la guitare, les flûtes et le chant, tandis que son compère Sparda s’est occupé de la basse, des chœurs et de la vielle à roue, la rythmique et la seconde guitare étant assurée par le tandem Isarnos (ANUS MUNDI, OXXO XOOX, WORMFOOD, REGIMENT) à la batterie et Stefan Traunmüller (RAUHNÄCHT, GOLDEN DAWN, THE NEGATIVE BIAS). Sacrée équipe aux commandes de ce nouveau recueil de légendes, qui surpasse de très loin tout ce que le duo a pu produire jusqu’à lors. Les deux musiciens auraient d’ailleurs pu nous satisfaire avec une simple moitié d’album, tant les premiers morceaux sont déjà plus riches et passionnant que n’importe quelle autre production contemporaine, et une fois parvenu au pivot central « Vieille Nasse Crevée », il nous faut accuser le choc de la masse d’informations prodiguée avant de reprendre l’écoute.

En plus de dix minutes, HANTERNOZ développe un argumentaire hallucinant, faisant d’eux une sorte de vieux sage transmettant son savoir à la jeune génération qui a refusé de partir. Entre ces accélérations dantesques et ces soudaines accalmies mélodiques, le cœur bat la chamade, et les chœurs eux jouent le rôle de narrateurs venus du passé pour apporter leur vérité. Et sans vouloir dévoiler tous les tours et détours de cet album qui suit les sinuosités du fleuve qui l’a inspiré, autant admettre que la diversité est reine sur cet album, et que chaque morceau possède une identité forte. Entre le radicalisme d’un BM vraiment âpre et brutal, et la lourdeur d’un Heavy qui happe dans son vortex d’harmonies (« Bateliers de Loire »), le voyage n’est pas sans heurts et nécessite des efforts.

Mais en tant que second album longuement attendu, Au Fleuve de Loire est un chef d’œuvre qui vous donnera envie d’en savoir plus sur son histoire et ses légendes, bien que les HANTERNOZ vous en aient déjà dévoilé une bonne partie.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Déjà la Nuit                     

02. À Cul de Grève   

03. Ce Que le Fleuve a Pris   

04. L'Hanterdro de Languidic          

05. Vieille Nasse Crevée       

06. Bateliers de Loire

07. Le Roi René a Fait Mander        

08. Hérons dans ma Mémoire           

09. Bientôt la Nuit


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/04/2021 à 17:29
88 %    274

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Moshimosher
membre enregistré
07/05/2021, 22:57:38

Excellent album ! Très riche ! J'adore ! 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41