Avé

Venom Inc.

11/08/2017

Nuclear Blast

En voyant le nom, le logo, le chaland inattentif se demandera sans doute qui ose copier l’un des plus grands groupes que l’extrême a connu. Et puis, avec un peu de réflexion, il se dira sans doute qu’une troupe d’inconnus n’aurait pas osé plagier à ce point l’un des combos les plus emblématiques de la scène anglaise. Et il aura raison. Car si le nom de VENOM est inscrit sur la pochette de cet Avé, rien n’est dû au hasard ni au manque de respect. Et malgré le petit INC. accolé, les choses paraissent claires, et le sont. C’est bien de VENOM dont il s’agit, un autre VENOM, plus actuel, et n’ayant rien à voir avec l’incarnation solitaire de Cronos qui depuis des années, s’évertue à faire revivre la gloire passée, avec plus ou moins de succès. VENOM INC. est donc une nouvelle mouture du bouc, cette fois-ci articulée autour de deux de ses dresseurs les plus légendaires, Mantas et Abaddon, une mouture plus noire, plus compacte et un peu moins cornue, qui, une fois évadée du pré dans lequel elle était cantonnée, a commencé à salement endommager les alentours pour exprimer sa colère. L’histoire de VENOM méritait-elle qu’on lui accole un chapitre supplémentaire sans tomber dans le grotesque ?? Je crois que le grotesque a toujours fait partie de sa légende, et pour une fois, il sait s’en tenir éloigné pour signer l’un des disques les plus solides de sa carrière, sans doute parce qu’il est difficile de l’y rattacher, même en prenant en compte les paramètres idoines.

Mantas et Abaddon, c’est une vieille histoire d’amour/haine, qui a trouvé son apogée en 2015, lorsque le tempétueux guitariste, alors flanqué de son lieutenant Tony, a dû s’accorder d’une demande particulière des organisateurs du Keep It True Festival. Ceux-ci étaient d’accord pour programmer M-PIRE OF EVIL sur l’affiche, assez haut d’ailleurs, à la condition expresse qu’Anthony Bray les rejoigne sur scène pour offrir un final à la VENOM, soit quelques reprises bien senties du répertoire originel de la bête anglaise…Le pauvre Tony, réduit à l’état de négociateur s’est vu adresser un très élégant « Fuck you !!! » par son guitariste, peu enclin à l’idée de s’accoupler on stage avec son ancien batteur. Pourtant, à force de diplomatie, les trois membres du VENOM de Prime Evil (1989), Temples of Ice (1991) et The Waste Lands (1992) finirent par se réunir et interpréter quelques tubes de l’early répertoire, à la grande joie des spectateurs présents dont la réponse fut plus qu’extatique.

De là, est née l’idée plutôt saugrenue au départ de continuer l’aventure sous un jour plus formel, et pourquoi pas, de se réunir en studio pour composer de nouveaux morceaux, qui puiseraient à la source pour avancer vers l’avenir, et ainsi, ressusciter le VENOM le plus traditionnel, en le remettant au goût du jour. Sur le papier, l’idée était risquée, je l’admets. Alors pour ne pas trop dénaturer la légende, et certainement pour des questions de droit, les trois « amis » décidèrent d’adapter le patronyme pour éviter les ennuis, tout en reprenant le lettrage du logo originel, histoire de bien montrer aux fans que le vrai VENOM était de retour, sous une forme un peu remaniée, mais avec deux membres originaux pour en manier la barre. Et après quelques répétitions et sessions de studio, Avé était né, et prêt à déverser sa bile Thrash/Black sur un monde dubitatif, attendant certainement le résultat avant d’accorder son pardon.

Et reconnaissons-le, si pardon il y a, il sera autant lié à l’histoire d’un combo hors norme qui nous a tant apporté mais aussi tant repris, qu’à une musique certes sympathique, mais qui n’a absolument rien à voir avec Welcome To Hell ou Black Metal.

Pas plus en tout cas que la vague actuelle de hordes Blackened Thrash qui s’en revendiquent…

En tant que LP de son époque, Avé y est solidement ancré, malgré quelques références directes à l’émergence des musiques extrêmes du début des 80’s, que l’on sent sous-jacentes, dans certains riffs et arrangements, et quelques mélodies amères. Sa production est énorme, mais pas trop compressée, et laisse vivre des ambiances que l’on aimerait toutefois plus opaques ou paillardes, mais ne comptez pas trop là-dessus, puisque la puissance est toujours privilégiée sur l’ambiance, malgré quelques trouvailles de fumée assez appréciables. En tant que disque de VENOM, il est difficile de reconnaître la patte d’un groupe unique, même avec deux membres originels dans le line-up, ceux-là mêmes qu’on trouvait sur des pamphlets aussi urgents et primitifs que Welcome To Hell, Black Metal ou At War With Satan. Il semblerait que le trio ait cédé aux sirènes contemporaines, et qu’ils aient voulu se frotter aux cadors d’aujourd’hui, histoire de leur montrer qui sont toujours les vrais patrons.

Sauf que le nom de VENOM, en 2017, n’inspire plus la même crainte ou la même révérence qu’il y a longtemps, et que les morceaux de ce nouvel album, aussi solides soient-ils, ne sont pas toujours très inspirés. De plus, avec une option de plus d’une heure pour onze compositions, Jeff, Tony et Anthony n’ont guère choisi la facilité, et se perdent souvent dans des dédales de décors répétitifs, qui font sombrer leur allant dans une mare d’hésitation et de tergiversation.

Si l’entame homérique de plus de huit minutes « Ave Satanas » est l’introduction glauque et démesurée que l’on était en droit d’attendre, la mièvrerie et la pauvreté de mémoire de « Dein Fleisch » ne cache pas les combles et révèle une créativité légèrement en berne. C’est carré, ça se veut méchant, mais ça n’impressionne pas plus que ça, et là est bien le problème…

Oui, admettons-le, Avé est beaucoup trop long, et aurait gagné à être amputé d’une bonne dizaine de minutes. Les segments les plus brefs dépassent pourtant les quatre, et même si certains ont le goût auditif miraculeux des premiers tubes du groupe (le très MOTORHEAD/VENOM « Time To Die », radical et rapide, « War » et son riff classique qui tourbillonne avec sadisme comme un fouet Thrash claquant sur un vinyle abimé de Black Metal), ils ne parviennent pas toujours à contrebalancer un abus flagrant de mélodies hors contexte, comme celles qu’on retrouve sur « Preacher Man », qui fait pourtant ce qu’il peut de ses saccades pour nous convaincre de sa vilénie. Le chant de Tony, très linéaire n’a pas le détachement et l’ironie de celui de Cronos, mais convient quand même à la tonalité ambiante, qui se veut débordante de testostérone, à l’image des membres du groupe aux muscles saillants et à la mine patibulaire. Mais loin d’un naufrage ou d’un désastre, ce nouvel LP/épisode de saga interminable prouve que les trois musiciens ont quand même encore pas mal de choses à dire, et ont fait d’énormes progrès techniques. Reste que la composition n’est pas toujours leur fort…On pense parfois à du MACHINE HEAD qui repenserait à sa jeunesse perdue (« Blood Staind »), et si certaines progressions ne manquent pas de panache démoniaque (« I Kneel To No God », et ses chœurs virils), le tout manque de diversité, et surtout, de cet esprit maléfique qu’on aimait tant chez le combo de Newcastle, et qui a complètement disparu au profit d’une uniformisation et d’une adaptation aux exigences d’une époque qui ne tolère plus l’approximation de production.

Dommage. Le retour des cavaliers de l’apocalypse aurait pu/dû être fêté comme il se devait, avec tous les honneurs mérités des combats menés, mais le coup d’épée rate l’ennemi et vient s’écraser dans l’eau. Mais pour des néophytes, des fans acharnés, et d’autres plus complaisants que moi, Avé restera une bonne démonstration de forme et de force, à cent lieues de la provocation des débuts, mais assez proche des standards de 2017. Comme une marque déposée, plus qu’un malaise imposé.


Titres de l'album:

  1. Ave Satanas
  2. Forged In Hell
  3. Metal We Bleed
  4. Dein Fleisch
  5. Blood Stained
  6. Time To Die
  7. The Evil Dead
  8. Preacher Man
  9. War
  10. I Kneel To No God
  11. Black N'Roll

Site officiel


par mortne2001 le 30/08/2017 à 17:54
68 %    496

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00