Il y a des disques qu’on aime pour des raisons précises, parce qu’ils prêchent votre chapelle, parce qu’ils font appel à un sens de la nostalgie, parce qu’ils sont novateurs, ou juste parce que la musique qu’ils proposent en appelle à votre ressenti, sans que l’on puisse expliquer pourquoi en posant une équation charnelle sur le papier. Chacun lit une partition, un poème, ou une histoire comme il le ressent, sans avoir besoin d’expliquer ses inclinaisons. On appelle ça le libre arbitre.

Certains musiciens jouent une musique immédiatement identifiable, estampillée d’un sceau bien précis, se situant dans les balises d’un style, d’une influence, d’un courant. On joue comme on peint, on prend d’abord une toile vierge et puis on commence les contours, ou le thème central, on essaie de provoquer une réaction chez celui qui regarde, qui écoute, qui danse, ou qui…secoue la tête.

Et l’avantage avec MALEMORT, c’est qu’on ne se la prend jamais. Parce qu’ils ne sont pas là pour ça. Les électrons libres nous avaient déjà avertis de leur refus des carcans sur leur premier album French Romances, qui nous promettait une histoire d’amour à la française, et aujourd’hui, ils reviennent avec le parcours d’un quidam perdu dans l’errance artistique et humaine de la découverte des années folles….Programme s’il vous plaît ? Oh, il est coloré et richement illustré….

J’embarque dans votre voyage, sans bagages…

Ce voyage préparé par nos trublions préférés est chaotique, complètement fou, sans obligation, sans repères, mais c’est justement ce qui fait son charme irrésistible. Second délire enveloppé dans un superbe artwork de Nicolas Dubuisson, Ball-Trap ne vous fait pas le coup du tir aux pigeons d’argile, mais ne vous prend pas non plus pour l’un d’entre eux. Avec Xavier, Seb et Seb, Steve et JC, le bonheur est assuré, mais la fête n’est pas aseptisée pour autant. Nous ne sommes pas dans un monde à la Pleasantville, en monochrome et sourire de façade, mais celle qu’ils utilisent pour balancer la sauce est puissante, mouvante, coulante, et débordante d’un groove qui n’appartient qu’à eux, comme leur personnage de fiction.

En suivant ce conte pas pour enfant, vous risquez de croiser Madame, de swinguer sur les accords de Django, de sentir le velours des tapis et de miroiter un avenir sous les ors décorant des murs presque décrépis. Vous reniflerez la poudre, la terre, la mort, mais au final vous vous sentirez plus vivant que le jour où vous avez perdu votre première dent, ou votre pucelage sur le banc d’une voiture volée pour l’occasion. Car là est l’aventure intérieure proposée par le quintette, qui une fois de plus n’en a fait qu’à sa tête, qui est autant de bois que sa musique est d’or….

Moment clé dans la carrière d’un groupe qui a choisi d’oublier coûte que coûte des références qui sont autant de croutes sur une plaie béante, ce deuxième album est plus qu’une réussite, c’est une célébration de la musique, un dernier hommage à la liberté de création, de la folie baroque d’une époque où on tentait d’oublier les tranchées pour se focaliser sur le plaisir débridé, au risque de s’endormir à jamais dans des volutes d’opium qui tournaient en cercle autour de votre âme, déjà damnée probablement. 

Une fois de plus, MALEMORT en choisissant de ne pas choisir à fait le bon non-choix, même en prenant le risque de s’aliéner un public avide de perspectives claires.

Car Ball-Trap, c’est une plume affinée et inspirée qui frotte les cordes d’instruments qui ne veulent pas être accordés à des codes trop fermés. Alors on valse, on tangue, on jazze, on rocke comme les fans de musique que nous sommes, sans trop se poser de question.

Dès l’entame éponyme, la messe lubrique est dite, et la clique nous embarque sur un bateau d’ivresse, sous une lune de Metal en fusion,  de swing à l’unisson, et on fait virevolter Madame qui ne voit plus Monsieur, et qui finalement, s’arrache les cheveux sur le Thrash furieux d’un   « Mille Regards », qui sont autant d’yeux posés sur elle…Elle est belle madame, elle est libérée, elle n’a pas plus de complexe que n’importe quelle piste de cet album qui la quitte souvent en montant dans les tours, et en faisant crisser les pneus sur l’asphalte…

Difficile de décrire une ode au refus…Difficile de poser des mots sur une musique désenchaînée, mais on peut à la rigueur souligner celle de ces musiciens qui jouent comme ils respirent, et qui dessinent une sarabande enivrante qui pendant trente-huit petites minutes nous fait oublier notre quotidien morne.

On parle de maréchaux déchus et engoncés dans des uniformes tâchés du sang des poilus, de swing futile et d’amours perdus, mais si le mot « concept » pointe le bout de son nez, c’est qu’il est débarrassé de toutes ses pompeuses prétentions pour devenir conte de fée déjà usée par la routine et les illusions fumées.

Vous aimeriez sans doute que je sois plus précis dans ma description, mais ne comptez pas sur moi pour faire des comparaisons, ce serait manquer de respect à ces créateurs de l’extrême qui pourtant se situent à la croisée des chemins.

C’est violent, assurément, dansant évidemment, chantant, heureux mais pas dupe, et si vous souhaitez des éléments plus concrets, tout ça a été enregistré au Concrete Studio par Mobo (GOROD, LOUDBLAST, MERCYLESS), et bénéficie donc d’une production parfaite, un peu sèche, mais qui donne de l’espace à chaque individualité tout en jouant la carte de la cohésion de groupe.

Un chant qui surfe sur les mots qu’il trempe de son phrasé unique, qui exhorte les images à sortir de son larynx sans les retenir, tandis que les guitares, elles, font à peu près ce qu’elles veulent…On passe d’une évocation swinguante des années folles avec ce « Cabaret Voltaire » qui est aussi léger et virevoltant que son homologue Post Punk n’était plombé et glaçant, à une incarnation Heavy-Rock débridée et jouée avec le coeur fixé sur le plaisir, de la trempe de « Decadence », tout en tâtant des ambiances en demi-teinte de « La Fille de Manchester », qui sortirait dans la lumière sans une prière….

Et si dans une volonté de plaisir, on tentait de résumer la déambulation par un nom, on retiendrait peut être celui de « Carnaval Cannibale ». Ils vous le disent eux-mêmes, que voulez-vous qu’ils y fassent puisque c’est comme ça que leur vie passe ? Au gré des vers qui combinent l’argot et le bon mot, où la rime se retrouve au bistrot pour séduire une belle et l’extraire du tripot, ou le Metal le plus agressif et rapide côtoie la chanson française sans honte, mais n’est-ce pas là la philosophie de ces illuminés qui croient encore que la musique n’est pas une affaire d’étiquettes mais bien de conquête personnelle ?

Alors on jumpe autour des tables en rebondissant sur le tempo élastique de « Décadence », qui ose le Thrash N’Roll fusion, on prononce « Mon Nom » en laissant sa phonétique s’enrouler autour d’un mid tempo agacé d’une basse ronflante, et on va jusqu'au bout de la nuit boogie pour « Vaille que Vaille », tenter de trouver un sommeil à tout jamais troublé par une partie de Ball-Trap de l’enfer…humain.

Ce disque est une tranche de vie, une rondelle de citron qu’on pose sur une platine-cocktail et qui s’y colle comme une mouche sur une vitre au soleil. Celui des MALEMORT brille de ses propres merveilles et si vous connaissez ma plume, vous avez certainement remarqué que dans cette chronique sans influence nominale citée, seul celui de MALEMORT a droit de cité.

Pourquoi ? Parce qu’il est unique et qu’il serait insultant de le comparer. Jouez cet album et fermez les yeux. Vous pourrez sentir le parfum des belles du matin qu’on a déjà payées mais qui traînent pour ne pas repartir de là où tout le monde vient. Ce néant de nostalgie qui nous fait danser au son des temps où la liberté de chanter était plus importante que les guerres de styles gangrénées. Ce temps où l’on pouvait s’amuser sans savoir à qui ça plairait, ce temps où…Mais quel temps déjà ? Celui que Ball-Trap s’ingénie à recréer l’espace d’un instant, pour nous faire sourire à la face d’un monde sordide en simulant la folie sur ses instruments, qui s’époumonent jusqu’au bout de la nuit… 

 Les années sont folles, la poésie est grave ou frivole, mais MALEMORT est comme une petite mort. Des pieds qui décollent, un orgasme auditif, une fontaine d’alcool, et un sommeil plein de couleurs et de souvenirs de picole. Une musique addictive, des mots qui sonnent, et un vent de liberté qui souffle sur l’actualité, qui a bien besoin d’un peu d’oubli pour ne pas tous nous achever…


Titres de l'album:

  1. Ball-TRap
  2. Brûle
  3. Cabaret Voltaire
  4. Carnaval Cannibale
  5. Décadence
  6. Foutue Belle Jeunesse (La Carapace)
  7. La Fille de Manchester
  8. Madame
  9. Mille Regards
  10. Mon Nom
  11. Vaille que Vaille

Site officiel


par mortne2001 le 01/12/2016 à 17:35
95 %    859

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
01/12/2016 à 18:26:23
C'est marrant comme on peut reconnaître un auteur rien qu'aux premiers mots qu'il délivre. Je ne suis donc pas étonné de découvrir le pseudo mortne2001 au bas de cette chronique d'une beauté et d'une poésie saisissante... Chapeau bas.
Pour ce qui est de la musique, j'ai découvert MALEMORT avec l'artwork (sublime effectivement) de ce 2nd album ainsi qu'avec le premier clip qui en est extrait. Et je dois dire que, je suis bien pressé d'en découvrir plus. Surtout après une telle prose...

mortne2001
membre enregistré
01/12/2016 à 18:46:39
Merci pour ce gentil commentaire, mais les mots sont souvent guidés par la musique...Alors comme celle de MALEMORT est poétique et unique en soi...

mazak
membre enregistré
02/12/2016 à 18:06:47
Superbe chronique pour un album magique. Ce "ball-trap" est certainement mon album de l'année.

mortne2001
membre enregistré
02/12/2016 à 18:29:05
Ça tombe bien, ça va bientôt être l'époque des Tops de fin d'année ;)

JTDP
membre enregistré
04/12/2016 à 11:37:02
@ mortne2001 : oui je comprends carrément ce que tu veux dire ! Mais bon, ce n'est pas donner à tout le monde de pouvoir exprimer aussi profondément et aussi poétiquement ce que la musique peut faire ressentir... ;-)


Mobo
@78.243.79.107
07/12/2016 à 20:34:01
Superbe chronique pour un album non moins superbe. Petite rectification cependant, l'album n'a pas été enregistré au Conkrete Studio. Il y a seulement été mixé et masterisé. L'enregistrement des batteries a été fait au Studio de la Tour Fine, et les autres instruments par le groupe lui-même. Rendons à César, etc etc :)

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !


Oh bourdal de mardch !
La pochette o_O


Il fallait un commentaire négatif. Je déteste l'unanimisme...
Mais j'adore ce site et je croise les doigts pour qu'il ne soit pas éphémère.


J'ai toujours eu du mal avec leur musique, décidément je leur laisse une chance à chaque fois mais ...


j'adore se groupe


Je trouve ça complétement con.
Je vais pas argumenter parce que j'imagine que tout le monde s'en fout mais je trouvais que 10 messages unanimement élogieux c'était un peu beaucoup.
Voilà.


Poisson d'avril


Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!