Il y a des disques qu’on aime pour des raisons précises, parce qu’ils prêchent votre chapelle, parce qu’ils font appel à un sens de la nostalgie, parce qu’ils sont novateurs, ou juste parce que la musique qu’ils proposent en appelle à votre ressenti, sans que l’on puisse expliquer pourquoi en posant une équation charnelle sur le papier. Chacun lit une partition, un poème, ou une histoire comme il le ressent, sans avoir besoin d’expliquer ses inclinaisons. On appelle ça le libre arbitre.

Certains musiciens jouent une musique immédiatement identifiable, estampillée d’un sceau bien précis, se situant dans les balises d’un style, d’une influence, d’un courant. On joue comme on peint, on prend d’abord une toile vierge et puis on commence les contours, ou le thème central, on essaie de provoquer une réaction chez celui qui regarde, qui écoute, qui danse, ou qui…secoue la tête.

Et l’avantage avec MALEMORT, c’est qu’on ne se la prend jamais. Parce qu’ils ne sont pas là pour ça. Les électrons libres nous avaient déjà avertis de leur refus des carcans sur leur premier album French Romances, qui nous promettait une histoire d’amour à la française, et aujourd’hui, ils reviennent avec le parcours d’un quidam perdu dans l’errance artistique et humaine de la découverte des années folles….Programme s’il vous plaît ? Oh, il est coloré et richement illustré….

J’embarque dans votre voyage, sans bagages…

Ce voyage préparé par nos trublions préférés est chaotique, complètement fou, sans obligation, sans repères, mais c’est justement ce qui fait son charme irrésistible. Second délire enveloppé dans un superbe artwork de Nicolas Dubuisson, Ball-Trap ne vous fait pas le coup du tir aux pigeons d’argile, mais ne vous prend pas non plus pour l’un d’entre eux. Avec Xavier, Seb et Seb, Steve et JC, le bonheur est assuré, mais la fête n’est pas aseptisée pour autant. Nous ne sommes pas dans un monde à la Pleasantville, en monochrome et sourire de façade, mais celle qu’ils utilisent pour balancer la sauce est puissante, mouvante, coulante, et débordante d’un groove qui n’appartient qu’à eux, comme leur personnage de fiction.

En suivant ce conte pas pour enfant, vous risquez de croiser Madame, de swinguer sur les accords de Django, de sentir le velours des tapis et de miroiter un avenir sous les ors décorant des murs presque décrépis. Vous reniflerez la poudre, la terre, la mort, mais au final vous vous sentirez plus vivant que le jour où vous avez perdu votre première dent, ou votre pucelage sur le banc d’une voiture volée pour l’occasion. Car là est l’aventure intérieure proposée par le quintette, qui une fois de plus n’en a fait qu’à sa tête, qui est autant de bois que sa musique est d’or….

Moment clé dans la carrière d’un groupe qui a choisi d’oublier coûte que coûte des références qui sont autant de croutes sur une plaie béante, ce deuxième album est plus qu’une réussite, c’est une célébration de la musique, un dernier hommage à la liberté de création, de la folie baroque d’une époque où on tentait d’oublier les tranchées pour se focaliser sur le plaisir débridé, au risque de s’endormir à jamais dans des volutes d’opium qui tournaient en cercle autour de votre âme, déjà damnée probablement. 

Une fois de plus, MALEMORT en choisissant de ne pas choisir à fait le bon non-choix, même en prenant le risque de s’aliéner un public avide de perspectives claires.

Car Ball-Trap, c’est une plume affinée et inspirée qui frotte les cordes d’instruments qui ne veulent pas être accordés à des codes trop fermés. Alors on valse, on tangue, on jazze, on rocke comme les fans de musique que nous sommes, sans trop se poser de question.

Dès l’entame éponyme, la messe lubrique est dite, et la clique nous embarque sur un bateau d’ivresse, sous une lune de Metal en fusion,  de swing à l’unisson, et on fait virevolter Madame qui ne voit plus Monsieur, et qui finalement, s’arrache les cheveux sur le Thrash furieux d’un   « Mille Regards », qui sont autant d’yeux posés sur elle…Elle est belle madame, elle est libérée, elle n’a pas plus de complexe que n’importe quelle piste de cet album qui la quitte souvent en montant dans les tours, et en faisant crisser les pneus sur l’asphalte…

Difficile de décrire une ode au refus…Difficile de poser des mots sur une musique désenchaînée, mais on peut à la rigueur souligner celle de ces musiciens qui jouent comme ils respirent, et qui dessinent une sarabande enivrante qui pendant trente-huit petites minutes nous fait oublier notre quotidien morne.

On parle de maréchaux déchus et engoncés dans des uniformes tâchés du sang des poilus, de swing futile et d’amours perdus, mais si le mot « concept » pointe le bout de son nez, c’est qu’il est débarrassé de toutes ses pompeuses prétentions pour devenir conte de fée déjà usée par la routine et les illusions fumées.

Vous aimeriez sans doute que je sois plus précis dans ma description, mais ne comptez pas sur moi pour faire des comparaisons, ce serait manquer de respect à ces créateurs de l’extrême qui pourtant se situent à la croisée des chemins.

C’est violent, assurément, dansant évidemment, chantant, heureux mais pas dupe, et si vous souhaitez des éléments plus concrets, tout ça a été enregistré au Concrete Studio par Mobo (GOROD, LOUDBLAST, MERCYLESS), et bénéficie donc d’une production parfaite, un peu sèche, mais qui donne de l’espace à chaque individualité tout en jouant la carte de la cohésion de groupe.

Un chant qui surfe sur les mots qu’il trempe de son phrasé unique, qui exhorte les images à sortir de son larynx sans les retenir, tandis que les guitares, elles, font à peu près ce qu’elles veulent…On passe d’une évocation swinguante des années folles avec ce « Cabaret Voltaire » qui est aussi léger et virevoltant que son homologue Post Punk n’était plombé et glaçant, à une incarnation Heavy-Rock débridée et jouée avec le coeur fixé sur le plaisir, de la trempe de « Decadence », tout en tâtant des ambiances en demi-teinte de « La Fille de Manchester », qui sortirait dans la lumière sans une prière….

Et si dans une volonté de plaisir, on tentait de résumer la déambulation par un nom, on retiendrait peut être celui de « Carnaval Cannibale ». Ils vous le disent eux-mêmes, que voulez-vous qu’ils y fassent puisque c’est comme ça que leur vie passe ? Au gré des vers qui combinent l’argot et le bon mot, où la rime se retrouve au bistrot pour séduire une belle et l’extraire du tripot, ou le Metal le plus agressif et rapide côtoie la chanson française sans honte, mais n’est-ce pas là la philosophie de ces illuminés qui croient encore que la musique n’est pas une affaire d’étiquettes mais bien de conquête personnelle ?

Alors on jumpe autour des tables en rebondissant sur le tempo élastique de « Décadence », qui ose le Thrash N’Roll fusion, on prononce « Mon Nom » en laissant sa phonétique s’enrouler autour d’un mid tempo agacé d’une basse ronflante, et on va jusqu'au bout de la nuit boogie pour « Vaille que Vaille », tenter de trouver un sommeil à tout jamais troublé par une partie de Ball-Trap de l’enfer…humain.

Ce disque est une tranche de vie, une rondelle de citron qu’on pose sur une platine-cocktail et qui s’y colle comme une mouche sur une vitre au soleil. Celui des MALEMORT brille de ses propres merveilles et si vous connaissez ma plume, vous avez certainement remarqué que dans cette chronique sans influence nominale citée, seul celui de MALEMORT a droit de cité.

Pourquoi ? Parce qu’il est unique et qu’il serait insultant de le comparer. Jouez cet album et fermez les yeux. Vous pourrez sentir le parfum des belles du matin qu’on a déjà payées mais qui traînent pour ne pas repartir de là où tout le monde vient. Ce néant de nostalgie qui nous fait danser au son des temps où la liberté de chanter était plus importante que les guerres de styles gangrénées. Ce temps où l’on pouvait s’amuser sans savoir à qui ça plairait, ce temps où…Mais quel temps déjà ? Celui que Ball-Trap s’ingénie à recréer l’espace d’un instant, pour nous faire sourire à la face d’un monde sordide en simulant la folie sur ses instruments, qui s’époumonent jusqu’au bout de la nuit… 

 Les années sont folles, la poésie est grave ou frivole, mais MALEMORT est comme une petite mort. Des pieds qui décollent, un orgasme auditif, une fontaine d’alcool, et un sommeil plein de couleurs et de souvenirs de picole. Une musique addictive, des mots qui sonnent, et un vent de liberté qui souffle sur l’actualité, qui a bien besoin d’un peu d’oubli pour ne pas tous nous achever…


Titres de l'album:

  1. Ball-TRap
  2. Brûle
  3. Cabaret Voltaire
  4. Carnaval Cannibale
  5. Décadence
  6. Foutue Belle Jeunesse (La Carapace)
  7. La Fille de Manchester
  8. Madame
  9. Mille Regards
  10. Mon Nom
  11. Vaille que Vaille

Site officiel


par mortne2001 le 01/12/2016 à 17:35
95 %    667

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
01/12/2016 à 18:26:23
C'est marrant comme on peut reconnaître un auteur rien qu'aux premiers mots qu'il délivre. Je ne suis donc pas étonné de découvrir le pseudo mortne2001 au bas de cette chronique d'une beauté et d'une poésie saisissante... Chapeau bas.
Pour ce qui est de la musique, j'ai découvert MALEMORT avec l'artwork (sublime effectivement) de ce 2nd album ainsi qu'avec le premier clip qui en est extrait. Et je dois dire que, je suis bien pressé d'en découvrir plus. Surtout après une telle prose...

mortne2001
membre enregistré
01/12/2016 à 18:46:39
Merci pour ce gentil commentaire, mais les mots sont souvent guidés par la musique...Alors comme celle de MALEMORT est poétique et unique en soi...

mazak
membre enregistré
02/12/2016 à 18:06:47
Superbe chronique pour un album magique. Ce "ball-trap" est certainement mon album de l'année.

mortne2001
membre enregistré
02/12/2016 à 18:29:05
Ça tombe bien, ça va bientôt être l'époque des Tops de fin d'année ;)

JTDP
membre enregistré
04/12/2016 à 11:37:02
@ mortne2001 : oui je comprends carrément ce que tu veux dire ! Mais bon, ce n'est pas donner à tout le monde de pouvoir exprimer aussi profondément et aussi poétiquement ce que la musique peut faire ressentir... ;-)


Mobo
@78.243.79.107
07/12/2016 à 20:34:01
Superbe chronique pour un album non moins superbe. Petite rectification cependant, l'album n'a pas été enregistré au Conkrete Studio. Il y a seulement été mixé et masterisé. L'enregistrement des batteries a été fait au Studio de la Tour Fine, et les autres instruments par le groupe lui-même. Rendons à César, etc etc :)

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !