DEMONS DREAM is a five man strong Heavy Metal Band with passion for 80s Metal 

 

Ah ? Que voilà un postulat des plus intéressants…En même temps, avec des influences assumées comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, SAXON, ACCEPT, U.D.O., difficile de se tromper sur les intentions d’un quintette qui les affiche presque comme un dossard ANGEL WITCH sur une veste en jean…Mais la mode est cyclique, nous le savons tous, et inutile de se lancer dans une entreprise de recensement des combos actuels se plongeant dans la passion d’un passé que rien ne semble pouvoir enterrer. La passion ne se discutant pas, autant apprécier ou occulter, puisque ce sont les deux seules solutions qui se présentent à nous. Ainsi, ces cinq musiciens aussi attachants que velus se réclament donc d’une nostalgie parfaitement en phase avec son époque qui semble avoir beaucoup de mal à se tourner vers l’avenir sans se retourner sur son passé. Quintette originaire d’Heidenheim (Marius - chant, Kai & Gyros - guitares, Kiko - basse et Marc Kiko - batterie), DEMONS DREAM ne prétend pas révolutionner le petit monde du Heavy Metal de papa, mais bien d’en faire perdurer l’esprit, en se concentrant sur son aspect le plus européen, celui-là même qui il y a plus de trente ans définissait les contours de la violence musicale mélodique à grands coups de rythmiques hargneuses, de lignes de chant lyriques, et de soli héroïques. Et à ce petit jeu des sept familles consanguines, les cousins germains s’en tirent plutôt bien, même si leur Metal sent quand même un peu le réchauffé au micro-ondes.

Pas grand-chose à raconter au sujet de ces chevaliers en armure de badges, si ce n’est qu’ils nous ont déjà offert une première démo en 2016, Nuclear Attack, dont on retrouve deux segments sur ce premier longue-durée, « Live Hard, Die Free » et « Restless Dead ». En tant que premier chapitre officiel d’une histoire naissante, Battle Cry fleure bon la NWOBHM, plus que les jets de limaille de la sidérurgie allemande tournant à plein régime dans les 80’s, et privilégie les harmonies en tierce à la MAIDEN et les premiers émois de la vague anglaise, qui en envoyant au front ses plus fidèles guerriers nous avait fait entrer de plein pied dans une décade qui allait révolutionner le Heavy Metal, avant de le faire méchamment stagner. On sent que nos amis allemands ont relativement bien disséqué les discographies des ténors de l’époque, les TRESSPASS, SAMSON, mais aussi celles plus échevelées des combattants Power de 84/85, même si quelques harmonies un peu Folk sur les bords viennent égayer leurs démonstrations de puissance qui finalement, restent dans des limites raisonnables. Pas de débordements ici, mais pas de niaiserie pour autant, et on croirait parfois entendre une forme embryonnaire de Metal à la brésilienne, un peu comme si les parents d’ANGRA mettaient au point l’éducation de leur future progéniture en se servant des grimoires rédigés par les MANILLA ROAD et autres MANOWAR.

Aussi progressif que percutant, ce premier album fait donc la part belle aux riffs francs, aux harmonies vocales et aux chœurs fédérateurs, sans se demander si cette technique n’a pas montré ses limites depuis longtemps. Mais en se plaçant délibérément à cheval entre Heavy mélodique et Power épique, les DEMONS DREAM prennent des risques qui s’avèrent payants, puisqu’on cède assez vite face au charme de compositions aussi épiques que directes, à l’image de ce « Battle Cry », qui cite OMEN en adaptant ses psaumes, et en les travestissant de pulsions ambitieuses à la MAIDEN des deux premiers LP avec Paul. Le chant de Marius est d’ailleurs assez typique de cette époque charnière, un peu chevrotant sur les bords, mais qui a les capacités de chatouiller des notes assez hautes histoire d’accentuer le caractère dramatique de morceaux qui ressemblent parfois à des chansons de geste. On peut se montrer réfractaire à cette alternance entre timbre nasillard et cris de rossignol en pleine saison des amours, mais il est toutefois plus difficile de faire la fine bouche en dégustant des riffs francs du collier comme ceux qui propulsent « Speed Attack » dans la galaxie HELLOWEEN/HEAVEN’S GATE. C’est certes à peu près aussi original qu’un LP de covers de MAIDEN interprété par un groupe d’outre-Rhin, mais la vague old-school étant ce qu’elle est, autant en accepter les règles les plus élémentaires pour se concentrer sur un revival qui a quand même un minimum de gueule.

Breaks, contretemps, soudaines embardées volontaires, pour un Heavy qui ne joue pas les faux semblants, et qui s’emballe de temps en temps pour accélérer le rythme, et qui dans ces moments-là se montre performant (« Restless Dead »). Beaucoup se diront que tout ceci est un peu trop passéiste pour être honnête et passeront leur chemin en arguant du fait que la vague suédoise se montre beaucoup plus crédible dans ce rôle, mais même les plus réfractaires sauront admettre le potentiel tubesque d’une entame comme « Hellrider » qui aurait pu en son temps être composé par un JUDAS PRIEST toujours aussi inoxydable. D’autant plus que loin de se montrer bas du front et (trop) fasciné par des ficelles éculées, le quintette sait aussi trousser des moments d’émotion sur fond de quête épique au pays des guitares effilées, en terminant son album sur un morceau évolutif. Reprenant à son compte les recettes développées sur les titres précédents pour les pousser à leur paroxysme, « World At War » se propose donc de synthétiser trois années de développement du Heavy Metal pour en étaler sa version, toujours aussi concernée par des entremêlements de voix collégiaux et de motifs de guitare bien costauds. Dès lors, pas la peine d’arguer du fait que tout ceci est une entreprise limitée au départ, puisque les musiciens en sont parfaitement conscients, et ne cherchent qu’à nous faire plaisir en se faisant plaisir, tâche dont ils s’acquittent à merveille. Doté qui plus un d’un son presque d’époque, Battle Cry remplit donc sa tâche et nous ramène quelques décennies en arrière, lorsque l’acier des guitares était trempé, et que les artifices de production n’avaient pas encore remplacé la rudesse du ton. Pas de quoi renier ses premiers SAXON, mais de quoi alterner avec quelques chansons relativement bien troussées.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Hellrider
  3. Live Hard Die Free
  4. Demon's Dream
  5. Battle Cry
  6. Speed Attack
  7. Restless Dead
  8. Black Sails
  9. World At War

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2018 à 14:32
75 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...