DEMONS DREAM is a five man strong Heavy Metal Band with passion for 80s Metal 

 

Ah ? Que voilà un postulat des plus intéressants…En même temps, avec des influences assumées comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, SAXON, ACCEPT, U.D.O., difficile de se tromper sur les intentions d’un quintette qui les affiche presque comme un dossard ANGEL WITCH sur une veste en jean…Mais la mode est cyclique, nous le savons tous, et inutile de se lancer dans une entreprise de recensement des combos actuels se plongeant dans la passion d’un passé que rien ne semble pouvoir enterrer. La passion ne se discutant pas, autant apprécier ou occulter, puisque ce sont les deux seules solutions qui se présentent à nous. Ainsi, ces cinq musiciens aussi attachants que velus se réclament donc d’une nostalgie parfaitement en phase avec son époque qui semble avoir beaucoup de mal à se tourner vers l’avenir sans se retourner sur son passé. Quintette originaire d’Heidenheim (Marius - chant, Kai & Gyros - guitares, Kiko - basse et Marc Kiko - batterie), DEMONS DREAM ne prétend pas révolutionner le petit monde du Heavy Metal de papa, mais bien d’en faire perdurer l’esprit, en se concentrant sur son aspect le plus européen, celui-là même qui il y a plus de trente ans définissait les contours de la violence musicale mélodique à grands coups de rythmiques hargneuses, de lignes de chant lyriques, et de soli héroïques. Et à ce petit jeu des sept familles consanguines, les cousins germains s’en tirent plutôt bien, même si leur Metal sent quand même un peu le réchauffé au micro-ondes.

Pas grand-chose à raconter au sujet de ces chevaliers en armure de badges, si ce n’est qu’ils nous ont déjà offert une première démo en 2016, Nuclear Attack, dont on retrouve deux segments sur ce premier longue-durée, « Live Hard, Die Free » et « Restless Dead ». En tant que premier chapitre officiel d’une histoire naissante, Battle Cry fleure bon la NWOBHM, plus que les jets de limaille de la sidérurgie allemande tournant à plein régime dans les 80’s, et privilégie les harmonies en tierce à la MAIDEN et les premiers émois de la vague anglaise, qui en envoyant au front ses plus fidèles guerriers nous avait fait entrer de plein pied dans une décade qui allait révolutionner le Heavy Metal, avant de le faire méchamment stagner. On sent que nos amis allemands ont relativement bien disséqué les discographies des ténors de l’époque, les TRESSPASS, SAMSON, mais aussi celles plus échevelées des combattants Power de 84/85, même si quelques harmonies un peu Folk sur les bords viennent égayer leurs démonstrations de puissance qui finalement, restent dans des limites raisonnables. Pas de débordements ici, mais pas de niaiserie pour autant, et on croirait parfois entendre une forme embryonnaire de Metal à la brésilienne, un peu comme si les parents d’ANGRA mettaient au point l’éducation de leur future progéniture en se servant des grimoires rédigés par les MANILLA ROAD et autres MANOWAR.

Aussi progressif que percutant, ce premier album fait donc la part belle aux riffs francs, aux harmonies vocales et aux chœurs fédérateurs, sans se demander si cette technique n’a pas montré ses limites depuis longtemps. Mais en se plaçant délibérément à cheval entre Heavy mélodique et Power épique, les DEMONS DREAM prennent des risques qui s’avèrent payants, puisqu’on cède assez vite face au charme de compositions aussi épiques que directes, à l’image de ce « Battle Cry », qui cite OMEN en adaptant ses psaumes, et en les travestissant de pulsions ambitieuses à la MAIDEN des deux premiers LP avec Paul. Le chant de Marius est d’ailleurs assez typique de cette époque charnière, un peu chevrotant sur les bords, mais qui a les capacités de chatouiller des notes assez hautes histoire d’accentuer le caractère dramatique de morceaux qui ressemblent parfois à des chansons de geste. On peut se montrer réfractaire à cette alternance entre timbre nasillard et cris de rossignol en pleine saison des amours, mais il est toutefois plus difficile de faire la fine bouche en dégustant des riffs francs du collier comme ceux qui propulsent « Speed Attack » dans la galaxie HELLOWEEN/HEAVEN’S GATE. C’est certes à peu près aussi original qu’un LP de covers de MAIDEN interprété par un groupe d’outre-Rhin, mais la vague old-school étant ce qu’elle est, autant en accepter les règles les plus élémentaires pour se concentrer sur un revival qui a quand même un minimum de gueule.

Breaks, contretemps, soudaines embardées volontaires, pour un Heavy qui ne joue pas les faux semblants, et qui s’emballe de temps en temps pour accélérer le rythme, et qui dans ces moments-là se montre performant (« Restless Dead »). Beaucoup se diront que tout ceci est un peu trop passéiste pour être honnête et passeront leur chemin en arguant du fait que la vague suédoise se montre beaucoup plus crédible dans ce rôle, mais même les plus réfractaires sauront admettre le potentiel tubesque d’une entame comme « Hellrider » qui aurait pu en son temps être composé par un JUDAS PRIEST toujours aussi inoxydable. D’autant plus que loin de se montrer bas du front et (trop) fasciné par des ficelles éculées, le quintette sait aussi trousser des moments d’émotion sur fond de quête épique au pays des guitares effilées, en terminant son album sur un morceau évolutif. Reprenant à son compte les recettes développées sur les titres précédents pour les pousser à leur paroxysme, « World At War » se propose donc de synthétiser trois années de développement du Heavy Metal pour en étaler sa version, toujours aussi concernée par des entremêlements de voix collégiaux et de motifs de guitare bien costauds. Dès lors, pas la peine d’arguer du fait que tout ceci est une entreprise limitée au départ, puisque les musiciens en sont parfaitement conscients, et ne cherchent qu’à nous faire plaisir en se faisant plaisir, tâche dont ils s’acquittent à merveille. Doté qui plus un d’un son presque d’époque, Battle Cry remplit donc sa tâche et nous ramène quelques décennies en arrière, lorsque l’acier des guitares était trempé, et que les artifices de production n’avaient pas encore remplacé la rudesse du ton. Pas de quoi renier ses premiers SAXON, mais de quoi alterner avec quelques chansons relativement bien troussées.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Hellrider
  3. Live Hard Die Free
  4. Demon's Dream
  5. Battle Cry
  6. Speed Attack
  7. Restless Dead
  8. Black Sails
  9. World At War

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2018 à 14:32
75 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...