Danger to Ourselves

Stagewar

24/09/2021

Black Sunset

C’est déjà l’heure du troisième album pour les thrasheurs allemands de STAGEWAR, qui depuis presque vingt ans, déclenchent des guerres sur scène comme nombre de leurs compatriotes. Après Living on Trash, petit précis à l’usage de ceux vivant sur des tas d’immondices, Killing Fast, bible des tueurs de masse qui détestent perdre du temps, les originaires de Neu-Anspach nous avouent qu’ils sont un danger pour eux-mêmes, et la révélation a de quoi étonner.

Fondé en 2003, le combo a patiemment élaboré sa stratégie de conquête de l’Europe, en quatre démos successives, distribuées à raison d’une par an. Et c’est finalement huit ans après son émergence que le quatuor a enfin osé plonger dans le grand bain, révélant ses intentions et dévoilant ses ambitions. On a toujours des préjugés en ce qui concerne le Thrash d’outre-Rhin. Les aînés de SODOM, KREATOR, TANKARD, DESTRUCTION ayant mis en place un système de destruction systématique par la violence outrancière, on a souvent tendance à considérer que les musiciens de la belle Allemagne ne sont que de violents bourrins incapables de ralentir le rythme et d’insuffler un peu de finesse à leur musique. La donne avait légèrement changé à la fin des années 80, avec l’arrivée de la vague Techno-Thrash portant les HOLY MOSES, DEATHROW et autres à flots, mais cette arrière-pensée reste fermement ancrée dans l’inconscient collectif, alors même que les groupes nationaux cherchent depuis longtemps à s’éloigner de leur patrimoine génétique.

Ce qui est assurément le cas des sympathiques STAGEWAR. Si vous ne connaissez pas le groupe et vous attendez donc à une resucée des plans popularisés par ASSASSIN ou EXUMER, vous en serez pour vos frais, TVA comprise. Le quatuor (James Reuter - basse, Josef Schweng - batterie, Kimon Roggenbuck - guitare et Dominik Dezius - guitare/chant, les deux membres originaux) développe depuis longtemps des arguments beaucoup plus nuancés, n’hésitant pas à faire appel au pouvoir fédérateur du groove pour séduire son auditoire, et osant les contrastes les plus nuancés pour ne pas verser dans le classicisme outrancier.

En gros, old-school, mais pas trop. Et l’écoute du monstrueux « Box Of Dirt » vous prouvera immédiatement que les allemands ne sont pas tous des chats gris la nuit, avides de bière et de riffs bon marché. Certains cherchent leur pitance ailleurs que dans les poubelles des choucrouteries, et ne rongent pas les saucisses de la brutalité pour les vomir en mode gros rouge qui tâche. Avec un beat chaloupé, une voix à rendre les représentants de la NOLA ivres de bonheur, et une tendance à mixer les conditions de vente de CORROSION OF CONFORMITY et EXHORDER, les cousins germains surprennent de leur audace, et s’éloignent des schémas Thrash les plus convenus.

Sans négliger l’importance de la vitesse, il est évident que Danger to Ourselves se concentre plus sur l’efficacité que sur la rapidité. Les titres sont conséquents, construits, professionnels, et nous offrent autre chose qu’un plan détaillé de la Ruhr ou qu’un voyage organisé et nostalgique de la Bay-Area. Thrash parce que, mais terriblement Heavy aussi, parfois bluesy, traitant la mélodie comme une alliée et non un ennemi (« Follow Me »), STAGEWAR se démarque de la faune conformiste, et chasse sur ses propres terres. Doté d’un soliste volubile qui ne parle jamais pour ne rien dire, d’un frontman qui occupe l’espace avec intelligence, et d’une section rythmique polyvalente s’adaptant à merveille aux climats, ce troisième album se révèle dans sa profonde richesse, et nous entraîne sur les traces des chercheurs en hybridation les plus redoutables, avec en exergue cette façon de plaquer un refrain entêtant sur un thème brutal (« R.U.N. »).

Attendez quand même un peu avant de décerner la palme Thrash de l’année 2021. Si les qualités du groupe sont nombreuses et bien mises en avant, une certaine routine finit par s’installer, avec des lignes de chant qui ne s’écartent jamais du grognement préventif, et une guitare qui mouline souvent dans le même sens. Mais nous avons au moins la chance d’éviter les chœurs de la fête de la binouze, et celle de pouvoir apprécier des choses que METALLICA et EXODUS ne sont plus trop capables de produire (« Enough Is Not Enough »)     

Il faut souligner que les morceaux dépassent souvent une durée raisonnable, sans tomber dans l’excès, mais juste assez pour distiller des plans inhabituels dans le créneau. Et même si la cadence raisonnable donne parfois des fourmis dans les jambes tant on aimerait que les BPM s’envolent (« Hands Of Time »), le talent du groupe pour combiner violence et musicalité est exceptionnel, et loin des tentatives les plus lénifiantes d’un TESTAMENT compromis.

Nous aurions évidemment apprécié un titre bien killer cavalant comme un dératé, mais la fin de l’album, fidèle à l’éthique, clôt le débat avec mesure. Intéressante sortie, groupe méritant, et bouée lancée dans l’océan de la nostalgie déjà surpeuplé de nageurs désespérés attendant qu’on s’intéresse à leur sort. STAGEWAR reste fidèle à lui-même, et c’est finalement ce qu’on préfère chez eux.

  

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Danger To Ourselves

02. Box Of Dirt

03. Follow Me

04. R.U.N.

05. Enough Is Not Enough

06. Hands Of Time

07. Nothing For Nothing

08. Over And Out


Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 26/05/2022 à 15:27
78 %    100

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32