Découvert par hasard dans un café au fin fond de la Meuse un soir d'hiver 2017, le groupe Italien BLUE HOUR GHOSTS y défendait alors son premier album publié fin 2016. Alors certes, cet opus a été publié il y a un moment maintenant mais le groupe est toujours en cours de promotion de ce dernier, dont ils sont visiblement fiers.

Il est vrai que de découvrir un album après avoir entendu les morceaux en version live avec une approche forcément plus brute n'est pas du tout pareil que l'effet inverse mais dans le cas de ce groupe, on retrouve tout de même cet esprit Progressive Power Metal dont se dégage un gros feeling moderne, tant dans les guitares que dans les arrangements aux claviers ou les effets sur la voix. Si la production est très soignée, de part ses arrangements plutôt pointus, avec un mixage et un mastering plus costaud, l'effet de ce premier opus aurait révélé encore plus puissamment la nature accrocheuse et même parfois grasse de cette musique alternant habilement titres rentre dedans et titres plus mid-tempo. Dans le premier domaine, l'ouverture de l'album montre toute l'étendue des capacités des Italiens, la voix d'Alessandro Guidi un brin rocailleuse permet de ne pas sonner trop lisse comme beaucoup de groupes de Power Metal, la batterie de Claudio Mulas, bien dynamique même si au mix cela manque de respiration, c'est très sec et la profondeur n'y est pas pour le coup, c'est dommage mais pas handicapant. De même les guitares, si elles restent en surface démontrent leur capacité à donner le change avec cette basse très présente dans le mix, voilà un choix particulièrement payant car un titre comme "Unsolved" groove plutôt bien avec la mise en avant de cet instrument.

Au niveau du style donc, on pense à SYMPHONY X rencontrant KATATONIA avec quelques moments plus légers et Rock renvoyant vers le Progressive Rock d'un ANATHEMA, et donc indirectement à Steven Wilson ("A Ton Of Feathers"). Pourtant, la fluidité n'est pas compromise et cela me rappelle par exemple le groupe Brésilen BAD SALAD, capable de mélanger plusieurs styles pour une personnalité sous-jacente. C'est ici le cas pour BLUE HOUR GHOSTS, sans grande originalité dans les riffs proposés ou même les structures, le groupe affiche une personnalité qui demande encore à être confirmer mais on devine ici parfaitement les capacités et jamais on est tenté de passer un titre, pas de faute de goût prononcée, juste un Metal fait avec passion et honnêteté. 

Ce premier album est donc une carte de viste extrêmement solide et prometteuse dont on retient surtout "Dreadful Faces And Fiery Arms", "Death And The Lover" ou "The Rogue Wave" comme étant au-dessus du lot mais le reste est de très bonne tenue, un album qui plaira définitivement aux amateurs de Spleen Metal moderne comme KATATONIA comme aux amateurs de Power Metal à la SYMPHONY X surtout celui des derniers albums dont on retrouve la portée plus moderne. C'est donc par un soir d'hiver que ces Italiens sont parvenus jusqu'à mes oreilles et le penchant studio confirme ce que j'ai pu voir ce soir là, c'est plaisant, très bien fait, un premier album de très grande qualité. 

Track-listing :

  1. Dreadful Faces And Fiery Arms
  2. Unsolved
  3. A Ton Of Feathers
  4. The Rogue Wave
  5. Death And The Lover
  6. Secrets Of The Night
  7. Ballad Of The Wrecked
  8. Leftovers
  9. The Missing Void

Facebook


par Simony le 22/01/2018 à 06:12
72 %    371

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)