La question cruciale reste la même. Peut-on jouer une musique hautement abrasive, dérangeante, malsaine, mais rester groovy, catchy, et finalement, pondre des hits de l’absurde aussi violents qu’entêtants ? Certains ont tenté de résoudre l’équation, mais le mal de tête handicapant les a empêchés de nous offrir une solution. Néanmoins, et comme je suis encore plus borné que la moyenne, j’ai continué les recherches de mon côté, et peut-être trouvé une issue à la problématique.

Oui, on peut jouer une musique sale, un poil obscène et perverse sur les bords, tout en lâchant des riffs facilement mémorisables, qui rebondissent sur une rythmique smooth n’bump, qui peut même donner envie de danser. Enfin, sans pousser les choses trop loin pour les rattraper…Cette preuve, ou assimilé, je vous la présente ce matin, sous la forme d’un EP sorti presque de nulle part, enfin plutôt du côté de Portland, Oregon, hometown de la lourdeur oppressive et des lancinances excessives. Ici, pas forcément question de Metal, ni de Sludge, encore moins de Doom, mais plutôt de Noisy Rock, de Post Hardcore tendu, et de Loud Rock pas très ventru. Emanant des entrailles de la ville, une puanteur Post-Grunge payant son tribut à toutes les figures de style pas forcément imposées, qui contribuent à la réputation d’une cité qui n’a de cesse de s’affirmer comme nouvel Eden des tordus en tous genres.

Ce matin, nous avons à traiter du cas des dérangés de MAXIMUM MAD, qui ne sont effectivement pas tout nets, et qui jouent une musique pas vraiment honnête, à cheval sur les époques, mais pas à cheval sur les principes. D’ailleurs, Jayson, bassiste et chanteur, nous le dit lui-même. « Je m’ennuie, et tu as tellement de besoins… ». C’est franc, mais à la rigueur, je n’ai pas tant de besoins que ça…Juste celui d’écouter vos morceaux, complémentaires mais tous différents, qui font appel à un ressenti personnel très ancré dans mon passé…

Les influences de ces flingués sont assumées, avouées, et même revendiquées. D’abord, la quasi intégralité des catalogues d’AmRep et Hydrahead, mais aussi d’autres références plus éparses. NIRVANA, BOTCH, SNAPCASE, VISION OF DISORDER, HELMET, UNSANE, en gros, la clique usuelle des bruitistes bien concentrés pour nous déconcentrer, et pour traduire en riffs la malaise ambiant d’une vie qui ne nous laisse que très peu de répit. Sauf qu’ici, le désespoir s’accommode fort bien d’un humour au second degré qui laisse le sourire un peu coincé, tant l’ironie est l’arme maîtresse de ce quatuor sans stress. Outre Jayson à la basse et aux hurlements, on retrouve au line-up Mark à la guitare, Travis à la batterie et David à l’autre guitare, qui une fois ensemble, font un barouf tout à fait honorable, qui en effet, semble prendre un malin plaisir à combiner l’urgence palpable des UNSANE, la lourdeur et l’épaisseur de BOTCH, la malice malsaine des MELVINS, et l’ad-lib un peu évaporé des NIRVANA, première époque évidemment. On sent du Seattle là-dedans, mais aussi pas mal de New-York, en gros, l’ennui urbain agrémenté d’un certain cynisme qui sait garder du flegme, mais qui nous colle quand même un bon coup de trique par derrière. Et en vingt minutes, pas trop le temps d’astiquer la baguette avant la fessée, il faut frapper fort, et sans traîner. Alors, du coup, « Affluenza », qui après un feedback qui lacère bien les tympans (je suis sûr qu’en plus ils l’ont fait exprès les sagouins) chaloupe comme un poivrot perdu sur un trottoir de Portland à la recherche d’une maison qui n’est même pas la sienne. On pense UNSANE évidemment, pour ce son de guitare très rêche, et puis aussi pour les raclages de Jayson qui n’a cure de la fluidité de son gosier, mais on pense aussi FETISH 69 et MELVINS, à cause de cette énorme basse qui prend toute la place de ses graves insondables. Et puis, un léger parfum LIZARD envahit la pièce, entraînant une indéniable légèreté de tempo, comme si le quatuor badinait un peu dans les couloirs, à la recherche de l’amour, ou de l’inspiration. En deux titres seulement, les MAXIMUM MAD démontrent qu’ils ne sont pas venus pour jouer les meubles avec Dear Enemy, qui ventile et éparpille façon puzzle, mais qui prend quand même le parti de faire sourire et groover, sans trop avoir l’air d’y toucher.

Nonchalance ? Non, décidés, et « Active Aggressive » l’impose d’une maousse basse qui pourrait faire rougir les SWANS et le JOKE de honte. C’est gras, toujours un peu fat, avec ce larsen qui s’agite en arrière-plan, alors que les deux guitares cherchent à nous en faire un bien foireux. La batterie de son côté ne sait pas vraiment ce qu’elle veut, et mélange les hits pour nous perdre sur un fil rythmique pas vraiment franc, mais éminemment sympathique. Lourdeur soudaine, breaks en fontaine, et ambiance qui s’empèse soudainement, histoire de ne plus savoir d’où vient le vent. C’est subtilement glauque dans le rendu, mais étrangement souriant dans cette violence de tous les instants, rampante, grouillante, et qui peut exploser sans prévenir, comme ça, pour se faire plaisir.

En six titres néanmoins, les originaires de l’Oregon nous démontrent tout leur potentiel, et entament une carrière débutée en 2016 de la plus belle des façons. Sans chercher à atteindre le degré de folie maladive d’UNSANE ou l’oppression d’un BOTCH, le quatuor sait s’aménager des espaces personnels tout en faisant fructifier des influences rationnelles. Ils osent même la brièveté d’une saillie encore assez noisy, la plus peut-être, qui ne cède pas un pouce de terrain. « Weird Hands », est sans doute l’équivalent de cette vidéo virale sur Youtube, « The Hand Thing », qui nous montrait des personnages bizarres s’agiter sans raison, et mimer un lavage des mimines frénétique sans autre explication. On tangue sur les chaloupés d’une batterie qui ne se maintient que très rarement sur un schéma cartésien, alors même que les guitares tissent de nouveaux motifs en alternance…Un coup en haut, un coup en bas, à la Kim Thayil, une approche à la SONIC YOUTH accordé pour une fois comme tout le monde, et pas mal de Rock sale mais épidermique, qui trouve son épitomé dans l’incroyablement tendu final « Obscene Gestures », qui vous prend la température avec le doigt, et qui vous somme de rester au lit pour ne pas attraper froid. Et comme les lascars aiment perturber, c’est le titre qu’ils ont choisi pour les représenter, et défendre en amont un EP malicieux, délicieux, mais aussi un peu tortueux…

Ah, et je précise, le truc a été capté live, par Stephan Hawkes (RED FANG, GAYTHEIST, BLACK ELK), d’où cette immédiateté et cette âpreté qui n’ont pas été altérées par des artifices de productions éculés. Alors, la preuve en est donnée, OUI, on peut jouer sale et bruyant mais groover. C’est possible.

Et ça sonne super bien en fait.


Titres de l'album:

  1. Affluenza
  2. Lucky Coward
  3. Active Aggressive
  4. Unmanned
  5. Weird Hand
  6. Obscene Gestures

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/10/2017 à 17:15
80 %    212

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Thank you!
@198.236.110.1
20/11/2018 à 17:44:47
Thank you for the awesome review! -Jayson

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.