Deformed By Law

Expurgo

05/04/2018

Black Hole Productions

Problématique. Comment parler de vingt-sept morceaux de Grind s’étalant sur trente-sept minutes, sans tomber dans la redite, et employer des images usées, éculées, et connues par cœur de tous les fans de bruit et de fureur ? La réponse est simple et inexistante, puisqu’il convient de céder à la passion sans se poser de question. Et les fans de Grind, qu’ils soient français, américains, allemands, australiens ou brésiliens savent très bien à quoi s’attendre lorsqu’ils s’apprêtent à poser leurs délicates oreilles sur un LP teinté d’old-school assumé et de violence exacerbée. De la même façon, les initiés connaissant leurs classiques, ne seront pas surpris par la haute teneur en brutalité du dernier-né des lusophones d’EXPURGO, l’une des plus anciennes figures du circuit sud-américain. Fondé en 2003, mais sevré de Grind depuis la fin des années 90 via l’implication de deux de ses membres (Egon et Phil, toujours à la barre), le groupe a depuis près d’une vingtaine d’années multiplié les apparitions, les implications, pour finalement se bâtir une discographie à la hauteur de sa légende. Une multitude de formats, dont une grande majorité de splits qui les a fait partager des faces avec les EXUTORY, SUBMERSED CADAVER, DEAD FETUS COLLECTION, BLUE HOLOCAUST et encore d’autres aux noms plus fleuris, mais surtout, un énorme premier LP qui fait encore date et référence dans le milieu, le trépidant et excitant Burial Ground, publié en 2010, et qui jusqu’à aujourd’hui n’avait connu aucune suite conséquente. Le mal est donc réparé, et l’élan retrouvé, puisque c’est par l’entremise d’un infernal Deformed By Law que nous retrouvons les musiciens de Belo Horizonte, plus en colère que jamais.

Mais en colère contre quoi au juste ? Toujours un peu la même chose, collant de près à l’éthique sociale du Grind. D’ailleurs, tout est plus ou moins exposé sur cette superbe pochette, qui se propose d’illustrer le propos. La façon dont la loi nous manipule et nous déforme pour épouser les contours dociles souhaités, laissant en suspens cette interrogation très légitime. Qui fait les lois, qui fabrique les institutions, et l’appareil économique et légal qui en découle ? Désirant autant provoquer et choquer qu’éveiller les consciences, cette cover superbe n’est pas sans rappeler certains graphismes de BRUTAL TRUTH et PUNGENT STENCH, pour un résultat qui dépasse toutes les espérances en termes de Grind/Death intense. Car le ramage est parfaitement adapté au plumage, et Deformed By Law représente à peu de choses près la quintessence d’un style qui sait allier brutalité excessive et efficience jouissive. Enregistré aux Engenho Estúdio Multimídia de Belo Horizonte entre septembre 2015 et avril 2016, et produit/mixé/masterisé aux ClintWorks Arts de Hamburg par Dennis Clint en mai 2017, ce second longue-durée des brésiliens est plus qu’une simple suite, il est un tour de force dans l’exercice difficile de capter l’essence même du Grind de tradition, celui des NAPALM DEATH, CARCASS, REGURGITATE, DEAD INFECTION, NASUM, EXTREME NOISE TERROR, GENERAL SURGERY, WARSORE, et AGATHOCLES. Utilisant toutes les armes de dissuasion/persuasion à sa disposition, ce LP fait montre des extraordinaires qualités de composition et d’interprétation d’un quatuor qui n’a laissé aucun détail traîner. Disposant d’un son gigantesque ridiculisant n’importe quelle tentative des THE KILL (qui font pourtant partie de mes tarés préférés), EXPURGO en profite pour passer en revue toutes les figures imposées du genre en y apposant sa griffe, qui entaille les consciences comme un rasoir méchamment effilé.

Oscillant constamment entre épaisseur Death et vélocité Grind, Deformed By Law juxtapose des fulgurances Grind et des concassages Death, histoire de faire le lien entre les origines anglaises et les déformations du nouveau millénaire, sans trahir l’un ou l’autre camp. Les riffs sont massifs, la rythmique écrasante et concassante, et le double chant traditionnel permet d’apporter ce petit plus de férocité qui transforme les tentatives les plus classiques en classiques du genre. Pas plus d’une poignée de minutes dans les instants les plus développés, pour une giclée de secondes dans les cas les plus lapidaires, ce désormais incontournable qui aura exigé un soin particulier au travers de longues années peaufine la sauvagerie pour la rendre tangible, et nous bouscule sans discontinuer, mais sans non plus nous exploser les tympans. Ce qui explose par contre, ce sont les conventions et les craintes, de devoir faire face une énième fois à un gymkhana de violence non contenue. Car la violence ici, aussi débridée est exubérante soit-elle est toujours justifiée, et mise en exergue par un sens aigu du riff qui tue, à tel point qu’on se voit bien incapable d’en recenser les plus efficaces. Et si le tandem basse/batterie usine comme aux plus grandes heures du Taylorisme, la guitare n’est jamais en reste et turbine aussi intense que le duo Harris/Pintado, faisant même le lien avec les derniers chefs d’œuvre des NAPALM. Ce constat peut sembler excessif et lapidaire, mais il décrit pourtant une réalité tangible, que n’importe quel morceau vous fera éclater au visage. Et finalement, on se retrouve peu ou prou dans le même état que le pauvre bougre dépeint sur cette magnifique pochette, la tête à l’envers, mais les idées plus claires.

Alors certes, parler de Grind n’est jamais chose facile, puisque c’est une musique instinctive, viscérale et immédiate. Mais finalement, on trouve toujours les mots pour peu que le chaos nous stimule l’imagination, ce qui est indubitablement le cas du second LP d’EXPURGO. Une façon d’expurger le trop plein de frustration, tout en se rattachant au ressenti le plus épidermique d’une musique qui refusera à jamais de plier genou face à l’autorité artistique et politique. Se révolter oui, conspuer oui, mais le faire de façon brutale et constructive. Ce qui est exactement le cas de Deformed By Law qui contourne la loi harmonique pour provoquer une révolte bruitiste.


Titres de l'album:

1. Silence

2. Victimized

3. Inhale Radiation Fumes

4. Carnivorous Eyes

5. Dead as Fuck

6. Xenon Pieces Swallowed

7. Interlude

8. The Taste of Human Toxicity

9. Discurso Do Cadafalso

10. Nasty Gut Feast

11. Classic Utopia of a Junkie Ambience

12. All Substances Are Toxic Under the Right Conditions

13. Habemus Cannis

14. Deviled Mind

15. Morgue Despair

16. Lungs Decay

17. Devil Variation

18. Sadistic Executioner

19. Harmless Scares

20. Agateophobia

21. Atmosphere of Horror

22. Deploring Connections

23. Global Suppuration

24. Grey Waste III – Malebolge

25. Walk Among the Dead

26. On the Edge

 27. Obsolescence

Facebook officiel



par mortne2001 le 07/05/2018 à 14:14
85 %    467

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33

Jus de cadavre

2009 était sans doute l'une des meilleures année pour voir Down sur scène. Phil était sobre, son chant redevenu plus juste (forcément sans abus c'est plus facile), le groupe dans son ensemble était touché par la grâce. Ils avaient sorti 2 ans auparavant un album cathartique ou toutes leurs t(...)

09/08/2020, 11:01

LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43