Dirty Damn Tricks

The L.a Maybe

26/03/2021

Autoproduction

THE L.A MAYBE. Non messieurs, c’est L.A or bust, comme on dit là-bas, alors il convient d’être précis, surtout lorsqu’on joue une musique pareille. Bang, dans le mille, vous l’avez compris, ces nouveaux-venus de la scène américaine s’épanouissent dans un Hard-Rock fortement connoté, et sous influence marquée. Après avoir proposé à leurs followers sur Facebook la primeur de leur premier simple, « Mr. Danger », THE L.A MAYBE ont mis le feu aux poudres et ont commencé à intriguer la masse de journalistes américains s’intéressant à leur cas. Il faut dire que leur musique est d’importance, puisqu’elle nous replonge dans le bonheur des légendes du Strip, mais pas que, et pour cause…Si le groupe a bénéficié d’une telle couverture alors qu’il est encore au stade de l’autoproduction, c’est pour une simple et bonne raison. Alvi Robinson, le chanteur de ce sextet improbable, est aussi connu sous le prénom Lee, ce qui pourrait n’être qu’une anecdote totalement innocente, mais qui une fois rapprochée de son histoire personnelle prend tout son sens. Alvi a en effet fait partie de ce lot de chanteurs inconnus que l’institution AC/DC a auditionnés pour prendre la place de Brian Johnson suite à ses problèmes de santé, et si évidemment c’est Axl Rose qui a finalement été choisi (oui, ça fait vendre plus de tickets qu’un inconnu), son audition a laissé des traces et lui a permis de monter ce nouveau groupe qui a beaucoup de choses à dire.

La première, est que le sieur Robinson aurait largement eu sa place au sein du combo australien. Sa voix, délicieusement gouailleuse et éraillée aurait parfaitement convenu aux grands hits chantés par Scott ou Johnson, et son entrain au micro aurait donné lieu à des concerts explosifs. Mais las, l’histoire ne fait pas toujours de vous le héros que vous auriez aimé être, et Alvi, tout comme ses trois compères d’audition, est revenu à une vie normale, sans avoir perdu la hargne de percer, bien au contraire.

Alors aujourd’hui, l’heure de la revanche a sonné. Bien épaulé par une clique de musiciens qui donnent au groupe une dimension presque sudiste, Alvi peut s’en donner à gorge pleine et hurler sur les hymnes composés par ses troupes. Car ce premier album de L.A MAYBE n’est pas du tout maybe, et plutôt for sure. Aux côtés d’Alvi, nous retrouvons donc cinq musiciens, Dallas Dwight (guitare), Drizzle Silvera (guitare), Josh Thompson (claviers), Rahsaan Lacey (basse) et Ryan Fosnow (batterie), pour un survol du Hard Rock/Classic Rock des eighties mais aussi des seventies, et pour un premier longue-durée, admettons que Dirty Damn Tricks fait un job remarquable. Non content de ressusciter le Glam des plus belles années, il s’attaque aussi au Hard bluesy des seventies qu’il remet au goût d’un jour Hard-Pop bumpy typiquement eighties. Un morceau aussi incroyable que « Peace of Mind » mérite à lui-seul l’acquisition de l’album, avec ses nuances de claviers qui nous entraînent dans les brumes du Rock le plus historique, avant qu’une cassure euphorique nous rappelle les POISON et autres SLAUGHTER. Beau contraste donc entre les différentes inclinaisons des américains, et un flair certain pour diverger d’une trajectoire bien établie qui aurait pu les condamner au simple rang de succédané des gloires du Billboard californien.

Evidemment, si Alvi a auditionné pour AC/DC, c’est qu’il est capable d’en chanter, et qu’il aime ça. On le sent dès les premiers morceaux de l’album, et plus spécialement sur le single « Mr. Danger », binaire authentique qui sent la sueur et la passion, et qui lâche des riffs éléphantesques qui n’ont pas non plus oublié le talent de Joe Perry et Brad Whitford. Ça déhanche, ça joue solide et classique, mais l’énergie, cette batterie badine, et l’osmose entre les six musiciens font que les analogies laissent place à l’admiration, admiration pour une musique jouée avec le cœur et les tripes.

Et si « Sucker Punch » accélère méchamment les débats pour dessiner un panorama plus punky, il défonce aussi nos derniers bastions de résistance mis à mal par les premières minutes de l’album. Le combo est prêt à en découdre, s’annonce déjà comme un performer hors pair, et se montre convaincant lorsqu’il combine le talent des BULLET BOYS et la hargne des DANGEROUS TOYS. On pense aussi aux suédois, les plus prompts à adopter une posture américaine pour oublier leurs hivers, mais on se retrouve vite trop submergé par l’émotion Hard-Rock pour y penser.

Globalement, Dirty Damn Tricks est un best-of du Hard US de ces trente dernières années. Allusif à tous les courants ayant fait du Sleaze ce qu’il fut il y a des décennies, il rend hommage aux pères fondateurs d’AC/DC en leur offrant un refrain typé CHEAP TRICK (« Oh Sugar »), avant de se rapprocher des derniers défenseurs de la légèreté Rock de la fin des années 80 et de l’orée des nineties (« She’s Reckless »). Si tous les morceaux sonnent comme des hits potentiels, c’est qu’ils ont été composés avec soin, et lorsque la tendresse mélancolique et subtilement sudiste de « When I’m Gone » allume les bougies, on pige définitivement que les THE L.A MAYBE sont tout sauf des brailleurs permanentés. Allusions à TESLA, au LYNYRD, aux ALLMAN BROTHERS, pour un bal des débutants qui finit par des embrassades sous la lune. Les soli, impeccables, sont soulignés par un orgue fabuleux, la rythmique abat un boulot de dingue, mais ce sont bien les riffs de la paire Dwight/Silvera qui donnent le ton et qui une fois encore, réunissent Angus, Malcolm, Joe et Brad (« Take Me Away »).

Titre après titre, break après break, ce premier album découvre ses dorures et ses ors, ne résiste pas à l’appel d’un boogie sexy (« Sweet »), avant de finir en trombe ternaire (« Up Next To You »). Alors, si je peux supposer qu’Alvi Robinson a quand même des regrets, je suppose aussi qu’il est très heureux de son propre parcours aujourd’hui. Et il a de quoi. THE L.A, DEFINITELY.          

          

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Mr. Danger

02. Sucker Punch

03. Oh Sugar

04. She’s Reckless

05. Peace of Mind

06. When I’m Gone

07. Take Me Away

08. Sweet

09. Fake

10. Up Next To You


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/05/2021 à 15:27
90 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35