Ethereal Atrocities

Concrete

25/09/2021

Rebirth The Metal Productions

La Bulgarie, ça fait du bruit. Les bulgares de CONCRETE ont l’air particulièrement remontés au moment de sortir leur quatrième album, qui vient à point nommé sanctionner leurs dix ans d’existence. Dix années pour quatre longue-durée, et si le cycle de deux ans par album a été rompu en l’occurrence, il n’y avait aucune baisse de régime à craindre, ni de déviation vers un style plus abordable. Les originaires de Shumen ont en effet gardé le cap sur l’ile bourrin, avec encore une fois, une sacrée salve de boulets de canons qui explosent toute coque sur leur passage, même celles des sous-marins.

CONCRETE, c’est la garantie de passer un sacré bon moment chaotique en compagnie d’esthètes d’un OLDM certes respectueux des codes, mais méchant comme un mâtin privé de son kilo de viande matinal. En trois albums, les dresseurs de mort ont joué les redresseurs de tort, et nié toute évolution du genre depuis sa définition dans les grandes lignes par SUFFOCATION.

Dawn of Revival était une entrée en matière assez musclée, Chambers of Afterlife confirmait l’exploration des grottes de la violence, et Domain of Untold Horrors s’enfonçait dans l’ossuaire de l’anti-musicalité d’un pas leste et d’un geste agreste. Quatre ans plus tard, le groupe se présente sous un jour à peine modifié et un nouveau batteur, Pavlin Nikolov (ex-ITSI, ex-COUNTERBUFF, ex-ETERNAL SCENE, ex-MURDER OF CROWS, ex-SEGMENTED) à l’expérience assez conséquente pour savoir où placer les blasts et les décélérations qui brisent les cervicales.  

Avec toujours aux commandes les deux membres d’origine que sont Zhivko Stoyanov (basse) et Kalin Kolev (guitare/chant), et le soutien du second guitariste Peter Dimitrov, présent depuis 2014, CONCRETE continue de faire honneur à son patronyme en proposant un Death Metal en béton, de celui que l’on coule sur un cadavre qu’on souhaite planquer dans les piliers d’un pont ou sous les fondations d’un building. Le béton qui durera des centaines d’années, et qui cachera de sa neutralité en couches des odeurs suspectes de mort louche, et qu’on prend un incroyable plaisir à déguster en pleine face. Car la musique des bulgares n’a pas changé d’un iota, et sa philosophie non plus : du in your face instantané, du brutal corsé, pour se sentir malmené de tous les côtés.

Le côté formel justement de la musique du quatuor ne surprendra personne, puisque l’optique old-school est privilégiée depuis les débuts, mais ce nouvel album semble encore plus dense et bestial que les précédents. Bestial, mais chirurgical, sans pitié, et animé d’un esprit revanchard assez admirable. Une belle collection de riffs au rasoir vous attend en traquenard, et si les structures sont d’un conventionnel poussé à son paroxysme, l’efficacité de cette crise de rage est si intense qu’il convient de faire quelques pauses pour ne pas finir maboule. Succession de démonstrations techniques et de poussées dans les mach, mash-up des divas d’outre-tombe pour ne pas rester fixé sur une seul idole, CONCRETE assoit sa réputation avec une belle fermeté, et des titres qui ont de faux-airs de bourrasque emportant une petite ville sur son passage (« Omnivorous Eradication »).

Aussi classique qu’une copie carbone des grandes années peut l’être, Ethereal Atrocities n’est évidemment pas si atroce que son titre le laisse supposer, mais réserve de beaux segments Heavy, des cassures qui font mal au dos, et des cris de bête qui impressionnent toujours dans un contexte urbain. Et si les mauvaises langues vous diront que de « Thinning The Veil » à  « Cinder Deity » le chemin est trop bien tracé pour réserver la moindre surprise, rendez-vous service, coupez leur la leur, et faites la bouillir avec des légumes de saison. Car ce quatrième chapitre de la saga, aussi linéaire soit-il dans son refus de l‘évolution, représente le meilleur du Death de qualité, joué par des esthètes barbares qui connaissent leur métier.

Certes, la double grosse caisse est immanquablement insupportable, mais les guitares tourbillonnent, les soli rappellent l’importance de la dissonance wagnérienne de Trey A, et la section rythmique à l’abattage impressionnant créé un malaise permanent qu’aucune pilule ne saurait soulager.

Epuré de toute graisse, Ethereal Atrocities n’est rien de moins que trente minutes de sprint pour échapper à un médecin psychopathe qui vous poursuit le scalpel à la main, accompagné par une sorte de monstre difforme aux intentions aussi cruelles que ses fonctions cérébrales ne sont réduites au minimum.

 

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Thinning The Veil

02. In Darkness They Exist

03. Crowning The Grotesque

04. Omnivorous Eradication

05. Into Lifeless Slumber

06. Thorns In Utopia

07. Symbiotic Hatred

08. The Strain-Ridden Kind

09. Cinder Deity


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/05/2022 à 15:27
75 %    44

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02