Sur leur Bandcamp, les OUT OF PHASE nous indiquent qu’ils viennent de Dresde, Allemagne. Sur leur page Facebook, qu’ils viennent de Dresde, Allemagne, et qu’ils font du Grind.

Ailleurs, rien. Ici non plus. Ok, jouons la concision, car après tout, la concision fait le lardon. Et les lardons, la musique de ces Allemands en contient certainement, ainsi que des patates et quelques wurtz. Vous aimez la musique bien épaisse, bien grasse, mais qui procure une étrange sensation de bien-être et de satiété, sans laisser l’estomac trop chargé et prêt à rendre…les armes ? (Et les tripes aussi…)

Ok, alors allons-y.

Le Crust Grind Allemand n’a jamais été très tendre, et l’école d’outre-Rhin a toujours privilégié les charges bien rudes aux finasseries superfétatoires. Mais je dois reconnaître que dans le cas des OUT OF PHASE, la leçon a été bien apprise et restituée avec toute la sauvagerie nécessaire. Si vous lisez ma prose régulièrement, vous avez dû constater que les AARGH FUCK KILL avaient récemment obtenu mes faveurs en sortant un EP chargé en Crust bien salé. Et bien il est possible de situer les OUT OF PHASE dans le même créneau, quoique chez eux, la douleur musicale prend des formes un peu différentes.

Certes, les Allemands sont teigneux, et affectionnent un gros Crust qui ferait passer DISCHARGE pour une joyeuse bande d’assureurs en plein karaoké de séminaire. Certes, ils ne cherchent pas à faire les malins quand ils peuvent faire dérailler le train, mais leur bordel ambiant n’est pas non plus dénué de finesses, même si ces dernières sont souvent écrasées par des charges en blasts assez corsées. DISCHARGE donc, mais aussi EXTREME NOISE TERROR, et l’école Crust/Hardcore Allemande, SOULCHARGE et DISFLEISCH inclus évidemment, mais aussi la plus jeune génération des ALPINIST/TRAINWRECK, pour ce côté assez lourd bien développé.

Mais pour être plus précis - et bien que ce premier EP semble parti sur une direction claire pendant quelques morceaux - disons que la musique dispensée sur ces huit chansons offre un joli panel de capacités Hardcore, Crust, Grind, mais aussi Sludge sur l’intervention finale « Grey », qui en plus s’étend sur plus de sept minutes alors que le reste ne dépasse jamais les trois, voire les deux, les une, ou les quelques secondes.

Alors on commence doucement avec un intro grondante et légèrement Induscore qui prend son temps, mais qui finit par ne jamais exploser, et nous laisser avec une tension insupportable et moite. Bien vu d’avoir caché une partie de son jeu dès l’entame, un peu NAPALM DEATH style d’ailleurs, avant d’abattre ses cartes sur un bordélique et traumatique « First World Problems » qui juxtapose un Crust vraiment nauséeux et hurlé d’une voix rauque et grave, à de brutales tempêtes de blasts Grind qui secouent salement les neurones.

Après une telle entrée en matière, on commence à craindre la baisse de régime que le lapidaire « Geisteshaltung » ne nous offrira pas de son Grind mauvais comme un sale virus, et qui une fois de plus ne rechigne pas à piétiner les plates-bandes d’un Hardcore teinté d’Indus en forme de zones d’ombre assez troublantes.

« Black Hole » reste plus ou moins dans le même registre, et cavale dès la fin de son cri initial, pour une ruade rythmique sans pitié, rapidement transformée en tempête Grind déchaînée. Une fois de plus, l’accent est mis sur la brutalité, avec un art consommé de l’équilibrisme rythmique assez impressionnant. Loin de se contenter de son rôle habituel de pivot, le duo basse/batterie innove, décolle, racole, et propose des idées assez fumeuses, des ralentissements excessivement oppressants, avant de repartir dans des délires proches du Mathcore.

« Believer » confirme cette tendance, et caracole Crust sans se poser de questions, en se basant sur des riffs à rendre les DISCHARGE honteux d’avoir été aussi joyeux. Quelques montées d’escalier en double grosse caisse densifient encore plus le son, et les OUT OF PHASE s’en permettent justement quelques-unes bien groovy, avec une basse claquante digne d’une clique de Brooklyn, et toujours ces guitares en éclipse qui stoppent la lumière dès le petit matin. Final lourd, lent, tendu et stressant, avant que les trente secondes et quelques de Grind totalement débridé de « Therapie » ne prennent le relais pour un exutoire bien mérité qui soulage les tempes et permet de haleter…un peu.

« Threshold of Pain », pas plus complaisant, avance rapidement, d’un Crust/Grind performant et toujours aussi véhément, avant que le final déjà cité de « Grey » ne donne encore plus de valeur à ce premier EP décidemment très surprenant.

J’ai parlé un peu en amont de ce morceau louche, mais je peux en remettre une couche tant il m’a laissé sur une impression de malaise assez prononcé, de par ses arpèges introductifs un peu biaisés, et de sa progression d’intensité qui finit par atteindre un sommet dans le Crustcore/Induscore maladif, et tendu comme des artères prêtes à exploser.

C’est un crescendo de douleur brillamment mis en musique, qui tâte du FETISH 69 comme du UNSANE dopé aux amphétamines Hurtcore, et qui achève de transformer cet EP en coup de maître, qui donne vraiment envie d’en savoir plus à propos de ce groupe qui s’il ne se considère pas en phase, l’est indéniablement avec ses propres convictions bruitistes.

Mais vous n’en saurez pas plus avant d’avoir écouté.

Alors voilà le topo.

Les OUT OF PHASE viennent de Dresde, Allemagne et jouent du GrindSauf que cette assertion n’est qu’à moitié vraie.

 Ce qui est certain par contre, c’est qu’ils viennent de sortir l’un des EP les plus brutaux et dérangeant de l’année, l’air de rien, et sans rien demander à personne.


Titres de l'album

  1. Intro
  2. First World Problems
  3. Geisteshaltung
  4. Black Hole
  5. Believer
  6. Therapie
  7. Threshold Of Pain
  8. Grey

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/11/2016 à 17:32
85 %    434

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


OUT of PHASE
@78.55.217.33
14/04/2017 à 19:51:37
Thanks a lot for taking the time to listen to our stuff! Much appreciated!

mortne2001
membre enregistré
15/04/2017 à 11:06:18
When the music is good, one's gotta spread the word! You're welcome ;)

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)