Sur leur Bandcamp, les OUT OF PHASE nous indiquent qu’ils viennent de Dresde, Allemagne. Sur leur page Facebook, qu’ils viennent de Dresde, Allemagne, et qu’ils font du Grind.

Ailleurs, rien. Ici non plus. Ok, jouons la concision, car après tout, la concision fait le lardon. Et les lardons, la musique de ces Allemands en contient certainement, ainsi que des patates et quelques wurtz. Vous aimez la musique bien épaisse, bien grasse, mais qui procure une étrange sensation de bien-être et de satiété, sans laisser l’estomac trop chargé et prêt à rendre…les armes ? (Et les tripes aussi…)

Ok, alors allons-y.

Le Crust Grind Allemand n’a jamais été très tendre, et l’école d’outre-Rhin a toujours privilégié les charges bien rudes aux finasseries superfétatoires. Mais je dois reconnaître que dans le cas des OUT OF PHASE, la leçon a été bien apprise et restituée avec toute la sauvagerie nécessaire. Si vous lisez ma prose régulièrement, vous avez dû constater que les AARGH FUCK KILL avaient récemment obtenu mes faveurs en sortant un EP chargé en Crust bien salé. Et bien il est possible de situer les OUT OF PHASE dans le même créneau, quoique chez eux, la douleur musicale prend des formes un peu différentes.

Certes, les Allemands sont teigneux, et affectionnent un gros Crust qui ferait passer DISCHARGE pour une joyeuse bande d’assureurs en plein karaoké de séminaire. Certes, ils ne cherchent pas à faire les malins quand ils peuvent faire dérailler le train, mais leur bordel ambiant n’est pas non plus dénué de finesses, même si ces dernières sont souvent écrasées par des charges en blasts assez corsées. DISCHARGE donc, mais aussi EXTREME NOISE TERROR, et l’école Crust/Hardcore Allemande, SOULCHARGE et DISFLEISCH inclus évidemment, mais aussi la plus jeune génération des ALPINIST/TRAINWRECK, pour ce côté assez lourd bien développé.

Mais pour être plus précis - et bien que ce premier EP semble parti sur une direction claire pendant quelques morceaux - disons que la musique dispensée sur ces huit chansons offre un joli panel de capacités Hardcore, Crust, Grind, mais aussi Sludge sur l’intervention finale « Grey », qui en plus s’étend sur plus de sept minutes alors que le reste ne dépasse jamais les trois, voire les deux, les une, ou les quelques secondes.

Alors on commence doucement avec un intro grondante et légèrement Induscore qui prend son temps, mais qui finit par ne jamais exploser, et nous laisser avec une tension insupportable et moite. Bien vu d’avoir caché une partie de son jeu dès l’entame, un peu NAPALM DEATH style d’ailleurs, avant d’abattre ses cartes sur un bordélique et traumatique « First World Problems » qui juxtapose un Crust vraiment nauséeux et hurlé d’une voix rauque et grave, à de brutales tempêtes de blasts Grind qui secouent salement les neurones.

Après une telle entrée en matière, on commence à craindre la baisse de régime que le lapidaire « Geisteshaltung » ne nous offrira pas de son Grind mauvais comme un sale virus, et qui une fois de plus ne rechigne pas à piétiner les plates-bandes d’un Hardcore teinté d’Indus en forme de zones d’ombre assez troublantes.

« Black Hole » reste plus ou moins dans le même registre, et cavale dès la fin de son cri initial, pour une ruade rythmique sans pitié, rapidement transformée en tempête Grind déchaînée. Une fois de plus, l’accent est mis sur la brutalité, avec un art consommé de l’équilibrisme rythmique assez impressionnant. Loin de se contenter de son rôle habituel de pivot, le duo basse/batterie innove, décolle, racole, et propose des idées assez fumeuses, des ralentissements excessivement oppressants, avant de repartir dans des délires proches du Mathcore.

« Believer » confirme cette tendance, et caracole Crust sans se poser de questions, en se basant sur des riffs à rendre les DISCHARGE honteux d’avoir été aussi joyeux. Quelques montées d’escalier en double grosse caisse densifient encore plus le son, et les OUT OF PHASE s’en permettent justement quelques-unes bien groovy, avec une basse claquante digne d’une clique de Brooklyn, et toujours ces guitares en éclipse qui stoppent la lumière dès le petit matin. Final lourd, lent, tendu et stressant, avant que les trente secondes et quelques de Grind totalement débridé de « Therapie » ne prennent le relais pour un exutoire bien mérité qui soulage les tempes et permet de haleter…un peu.

« Threshold of Pain », pas plus complaisant, avance rapidement, d’un Crust/Grind performant et toujours aussi véhément, avant que le final déjà cité de « Grey » ne donne encore plus de valeur à ce premier EP décidemment très surprenant.

J’ai parlé un peu en amont de ce morceau louche, mais je peux en remettre une couche tant il m’a laissé sur une impression de malaise assez prononcé, de par ses arpèges introductifs un peu biaisés, et de sa progression d’intensité qui finit par atteindre un sommet dans le Crustcore/Induscore maladif, et tendu comme des artères prêtes à exploser.

C’est un crescendo de douleur brillamment mis en musique, qui tâte du FETISH 69 comme du UNSANE dopé aux amphétamines Hurtcore, et qui achève de transformer cet EP en coup de maître, qui donne vraiment envie d’en savoir plus à propos de ce groupe qui s’il ne se considère pas en phase, l’est indéniablement avec ses propres convictions bruitistes.

Mais vous n’en saurez pas plus avant d’avoir écouté.

Alors voilà le topo.

Les OUT OF PHASE viennent de Dresde, Allemagne et jouent du GrindSauf que cette assertion n’est qu’à moitié vraie.

 Ce qui est certain par contre, c’est qu’ils viennent de sortir l’un des EP les plus brutaux et dérangeant de l’année, l’air de rien, et sans rien demander à personne.


Titres de l'album

  1. Intro
  2. First World Problems
  3. Geisteshaltung
  4. Black Hole
  5. Believer
  6. Therapie
  7. Threshold Of Pain
  8. Grey

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/11/2016 à 17:32
85 %    330

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


OUT of PHASE
@78.55.217.33
14/04/2017 à 19:51:37
Thanks a lot for taking the time to listen to our stuff! Much appreciated!

mortne2001
membre enregistré
15/04/2017 à 11:06:18
When the music is good, one's gotta spread the word! You're welcome ;)

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)