Sur leur Bandcamp, les OUT OF PHASE nous indiquent qu’ils viennent de Dresde, Allemagne. Sur leur page Facebook, qu’ils viennent de Dresde, Allemagne, et qu’ils font du Grind.

Ailleurs, rien. Ici non plus. Ok, jouons la concision, car après tout, la concision fait le lardon. Et les lardons, la musique de ces Allemands en contient certainement, ainsi que des patates et quelques wurtz. Vous aimez la musique bien épaisse, bien grasse, mais qui procure une étrange sensation de bien-être et de satiété, sans laisser l’estomac trop chargé et prêt à rendre…les armes ? (Et les tripes aussi…)

Ok, alors allons-y.

Le Crust Grind Allemand n’a jamais été très tendre, et l’école d’outre-Rhin a toujours privilégié les charges bien rudes aux finasseries superfétatoires. Mais je dois reconnaître que dans le cas des OUT OF PHASE, la leçon a été bien apprise et restituée avec toute la sauvagerie nécessaire. Si vous lisez ma prose régulièrement, vous avez dû constater que les AARGH FUCK KILL avaient récemment obtenu mes faveurs en sortant un EP chargé en Crust bien salé. Et bien il est possible de situer les OUT OF PHASE dans le même créneau, quoique chez eux, la douleur musicale prend des formes un peu différentes.

Certes, les Allemands sont teigneux, et affectionnent un gros Crust qui ferait passer DISCHARGE pour une joyeuse bande d’assureurs en plein karaoké de séminaire. Certes, ils ne cherchent pas à faire les malins quand ils peuvent faire dérailler le train, mais leur bordel ambiant n’est pas non plus dénué de finesses, même si ces dernières sont souvent écrasées par des charges en blasts assez corsées. DISCHARGE donc, mais aussi EXTREME NOISE TERROR, et l’école Crust/Hardcore Allemande, SOULCHARGE et DISFLEISCH inclus évidemment, mais aussi la plus jeune génération des ALPINIST/TRAINWRECK, pour ce côté assez lourd bien développé.

Mais pour être plus précis - et bien que ce premier EP semble parti sur une direction claire pendant quelques morceaux - disons que la musique dispensée sur ces huit chansons offre un joli panel de capacités Hardcore, Crust, Grind, mais aussi Sludge sur l’intervention finale « Grey », qui en plus s’étend sur plus de sept minutes alors que le reste ne dépasse jamais les trois, voire les deux, les une, ou les quelques secondes.

Alors on commence doucement avec un intro grondante et légèrement Induscore qui prend son temps, mais qui finit par ne jamais exploser, et nous laisser avec une tension insupportable et moite. Bien vu d’avoir caché une partie de son jeu dès l’entame, un peu NAPALM DEATH style d’ailleurs, avant d’abattre ses cartes sur un bordélique et traumatique « First World Problems » qui juxtapose un Crust vraiment nauséeux et hurlé d’une voix rauque et grave, à de brutales tempêtes de blasts Grind qui secouent salement les neurones.

Après une telle entrée en matière, on commence à craindre la baisse de régime que le lapidaire « Geisteshaltung » ne nous offrira pas de son Grind mauvais comme un sale virus, et qui une fois de plus ne rechigne pas à piétiner les plates-bandes d’un Hardcore teinté d’Indus en forme de zones d’ombre assez troublantes.

« Black Hole » reste plus ou moins dans le même registre, et cavale dès la fin de son cri initial, pour une ruade rythmique sans pitié, rapidement transformée en tempête Grind déchaînée. Une fois de plus, l’accent est mis sur la brutalité, avec un art consommé de l’équilibrisme rythmique assez impressionnant. Loin de se contenter de son rôle habituel de pivot, le duo basse/batterie innove, décolle, racole, et propose des idées assez fumeuses, des ralentissements excessivement oppressants, avant de repartir dans des délires proches du Mathcore.

« Believer » confirme cette tendance, et caracole Crust sans se poser de questions, en se basant sur des riffs à rendre les DISCHARGE honteux d’avoir été aussi joyeux. Quelques montées d’escalier en double grosse caisse densifient encore plus le son, et les OUT OF PHASE s’en permettent justement quelques-unes bien groovy, avec une basse claquante digne d’une clique de Brooklyn, et toujours ces guitares en éclipse qui stoppent la lumière dès le petit matin. Final lourd, lent, tendu et stressant, avant que les trente secondes et quelques de Grind totalement débridé de « Therapie » ne prennent le relais pour un exutoire bien mérité qui soulage les tempes et permet de haleter…un peu.

« Threshold of Pain », pas plus complaisant, avance rapidement, d’un Crust/Grind performant et toujours aussi véhément, avant que le final déjà cité de « Grey » ne donne encore plus de valeur à ce premier EP décidemment très surprenant.

J’ai parlé un peu en amont de ce morceau louche, mais je peux en remettre une couche tant il m’a laissé sur une impression de malaise assez prononcé, de par ses arpèges introductifs un peu biaisés, et de sa progression d’intensité qui finit par atteindre un sommet dans le Crustcore/Induscore maladif, et tendu comme des artères prêtes à exploser.

C’est un crescendo de douleur brillamment mis en musique, qui tâte du FETISH 69 comme du UNSANE dopé aux amphétamines Hurtcore, et qui achève de transformer cet EP en coup de maître, qui donne vraiment envie d’en savoir plus à propos de ce groupe qui s’il ne se considère pas en phase, l’est indéniablement avec ses propres convictions bruitistes.

Mais vous n’en saurez pas plus avant d’avoir écouté.

Alors voilà le topo.

Les OUT OF PHASE viennent de Dresde, Allemagne et jouent du GrindSauf que cette assertion n’est qu’à moitié vraie.

 Ce qui est certain par contre, c’est qu’ils viennent de sortir l’un des EP les plus brutaux et dérangeant de l’année, l’air de rien, et sans rien demander à personne.


Titres de l'album

  1. Intro
  2. First World Problems
  3. Geisteshaltung
  4. Black Hole
  5. Believer
  6. Therapie
  7. Threshold Of Pain
  8. Grey

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/11/2016 à 17:32
85 %    371

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


OUT of PHASE
@78.55.217.33
14/04/2017 à 19:51:37
Thanks a lot for taking the time to listen to our stuff! Much appreciated!

mortne2001
membre enregistré
15/04/2017 à 11:06:18
When the music is good, one's gotta spread the word! You're welcome ;)

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.