Evil and Divine

Sunbomb

14/05/2021

Frontiers Records

Si mon moi du futur était venu à ma rencontre en 1988 pour me dire que plus de trente ans plus tard, j’écouterai un morceau de Doom composé par Tracii Guns et chanté par Michael Sweet, je pense que j’aurais bien ri, et que je l’aurais renvoyé dans le futur avec une bonne calotte (même si le moi de 1988 n’aurait PAS pu mettre une calotte au moi de 2021). A l’époque en effet, il eut été difficile d’imaginer Sweet faire autre chose que du bonbon sucré et béni sur mesure au sein du STRYPER le plus mielleux, ou d’envisager Tracii Guns jouer autre chose qu’un Hard Rock n’Roll teinté de Glam. Mais ainsi va la vie, ainsi divergent les carrières, et si en 2021, STRYPER et L.A GUNS sont toujours actifs, leur approche a changé, et leurs passions ont pris le dessus. Appelez ça la maturité, l’acceptation d’un changement personnel, ou tout autre concept, toujours est-il que les deux musiciens se retrouvent aujourd’hui autour d’un projet que nul n’aurait pu concevoir, back in glorious times. Certes, depuis le temps, l’amour de Guns pour le Doom n’est plus un secret pour personne. Comme tout le monde est au courant du durcissement de ton dans STRYPER, avec un Sweet de plus en plus prompt à assombrir ses mélodies pour les rendre plus musclées. Alors, finalement, ce projet mis sur pied par Serafino pour Frontiers n’est pas si improbable que ça. Spécialement après quelques précisions, pointant du clavier le fait que SUNSTORM n’est pas vraiment un combo Doom pour jus, mais plutôt un exutoire Metal de première catégorie, qui fait la part belle aux influences premières des deux musiciens.                           

              

Ce projet entre Dieu et Diable a vu le jour publiquement en 2019, lorsque Tracii a lâché un tweet présentant Evil and Divine comme l’album qu’il aurait adoré faire quand il avait dix-sept ans. Il apporta quelques précisions plus tard, en décrivant ce projet comme similaire au dernier album de L.A GUNS, The Devil You Know, en trois fois plus puissant. Il était donc clair que le guitariste et compositeur s’aventurait en terre méchamment Heavy, ce qu’il a immédiatement assumé, et qui lui a fait comprendre qu’il avait besoin d’un chanteur d’exception pour mener à bien sa mission. Et en se rappelant que les plus grands groupes de Heavy et de Doom ont toujours eu recours aux services d’un chanteur au timbre puissant et volatile, Tracii n’a donc pas hésité à contacter Michael Sweet, trop heureux de mettre son puissant gosier au service de ce concept. Une fois les deux musiciens ensembles, la logique se montra telle qu’elle, et le partenariat fut validé, ce qui nous permet aujourd’hui d’écouter ce premier album à la musique aussi flamboyante que sa pochette. Et sans révolutionner quoi que ce soit, autant dire que l’alchimie entre les deux musiciens a fonctionné à plein régime.

Comme je le disais, SUNSTORM est loin d’être un groupe obsédé par le Doom comme ont pu l’être CANDLEMASS ou TROUBLE, ou toute la horde underground des adorateurs de la lenteur. SUNSTORM est un groupe de Heavy Metal stricto-sensu, fasciné par les origines du genre, allusif à BLACK SABBATH autant qu’au ZEP, et surtout, passionné par les sonorités les plus pures du genre. On ne pond pas un titre d’entame de la fougue de « Life » sans être à fond dans son truc, d’autant que ce titre explose de toute part et qu’il présente l’album sous un jour particulièrement brulant et agressif. Sur un tempo à la RIOT des grands jours, Tracii et Michael bombent le torse, bandent les muscles, se montrent sauvages, indomptables, et proposent un morceau que le STRYPER de ces dernières années aurait pu interpréter la main sur la bible. Riffs efficaces, chant bien sur hors-normes de la part de Sweet, l’un des chanteurs les plus doués de sa génération, et rythmique solide et percussive. Accompagnés par Mitch Davis à la basse et le vieux compère de Tracii Adam Hamilton à la batterie, SUNSTORM présente donc un line-up soudé (d’autant que le bassiste actuel de L.A GUNS est venu donner un coup de manche sur le titre « They Fought »), et le résultat ne se fait pas attendre. En deux morceaux seulement, Guns prouve que sa guitare est toujours verte, et qu’elle est capable de se déchirer sur des riffs fédérateurs, mais surtout, de créer des ambiances variées. Car « Take Me Away », en ralentissant le tempo méchamment Doom offre de la variété immédiate, et confère au début d’album une atmosphère de passage en revue de toutes les composantes Metal de tradition.

Je l’avoue, entendre Michael vocaliser sur un morceau pachydermique digne du premier éponyme du SAB’ est un plaisir rare dont il serait inconscient de se passer. D’autant que le morceau est très crédible dans sa tentative de réactualiser le séminal « Black Sabbath ». En tendant bien l’oreille, on comprend assez rapidement que le guitariste a pompé allégrement les grands maîtres pour accoucher de son œuvre, sans se soucier d’une quelconque éthique, et on pourrait logiquement le pointer du doigt pour ces facilités. Car « No Tomorrows » et ses tierces pioche sans vergogne dans les souvenirs de THIN LIZZY et de la NWOBHM, tandis que « Born To Win » s’amuse beaucoup à reproduire l’intro de « Good Times, Bad Times » de LED ZEP. Mais malgré ces travers, on ne peut que se prendre d’affection pour un disque qui a des allures de best-of de notre musique préférée, joué avec les tripes et le cœur. D’autant que trouver les noms de Sweet et de Guns accolés au générique d’un disque est toujours une surprise assez réjouissante de son incongruité.

Une fois les bases posées et certaines vérités acceptées, Evil and Divine ne dévie pas de sa trajectoire, et propose des chansons classiques, mais terriblement agréables et rebelles. Le groove puissant et viril de « Evil And Divine », title-track par excellence nous convainc des inclinaisons JUDAS PRIEST et ICED EARTH des deux compères. « Been Said And Done » nous rappelle au contraire que les deux hommes ont aussi connu des jours plus sensibles, et qu’ils ont été les auteurs de ballades que les fans chantent encore à pleins poumons.

Le répertoire est donc ouvert, perméable à diverses influences traditionnelles, et si les chansons accusent parfois le coup de leurs références trop pesantes, elles n’en restent pas moins très agréables à l’écoute, d’autant que l’album ne joue pas trop sur la longueur. Nous aurions éventuellement pu nous passer d’un « Story Of The Blind » qui ne fait que répéter plus ou moins habilement des idées déjà exposées, mais heureusement, le tout se termine sur un endiablé (sorry Michael) « They Fought », encore une fois très NWOBHM, et aussi conquérant qu’un SAXON en pleine jeunesse.

Plaisir mineur pour deux artistes majeurs, SUNSTORM est une petite étrangeté sympathique, mais une association pas si contre nature que ça.  

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Life

02. Take Me Away

03. Better End

04. No Tomorrows

05. Born To Win

06. Evil And Divine

07. Been Said And Done

08. Stronger Than Before

09. Story Of The Blind

10. World Gone Wrong

11. They Fought


Facebook officiel


par mortne2001 le 18/06/2021 à 18:18
80 %    644

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17