L’histoire du Thrash est vraiment passionnante en soi. Certes, je ne suis certainement pas l’observateur externe le plus objectif qui soit, puisque je baigne dans les remous de ce jacuzzi musical torride depuis ma plus tendre adolescence, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agit là de la frange de l’extrême à la légende la plus envoutante qui puisse exister.

Outre les groupes référence que nous connaissons tous, le genre est peuplé d’OS en tous genres, dont certains ont acquis avec le temps un statut culte mérité ou pas, mais il n’est pas rare de tomber sur un exemple oublié, ou tout simplement passé à côté de notre vigilance pour cause de mauvaise distribution.

En ces temps reculés, trouver un label investi n’était pas chose facile, et il arrivait souvent qu’après un premier LP, les choses se gâtent…

C’est plus ou moins la mésaventure qu’ont connue nos héros Canadiens du jour, puisque après plusieurs démos et un premier longue durée, leur avancée stoppa net, pour connaître un très long hiatus…

Si long d’ailleurs qu’on les pensait perdus pour le compte, égarés dans les arcanes de l’oubli du temps, mais c’était sans compter sur un label de passionnés comme Xtreem Music pour les extirper de leur condition subie et immérité.

AGGRESSION, c’est donc une histoire Québécoise dont le point d’origine remonte à 1985, l’année de leur première démo, vite suivie par une cassette live et une seconde présentation un an plus tard. Battant alors pavillon ASYLUM pendant quelques mois, le combo formé par les guitaristes fous Sasquatch et Burn put enfin exprimer ses vues sur un Thrash violent et hargneux en 1987, grâce au label Banzai records qui distribua leur premier album The Full Treatment, qui leur permis de tourner dans de meilleures conditions et avec un répertoire un peu plus étoffé.

Et si les choses avaient suivi leur cours normal, nos cinq cousins du Nord de l’Amérique auraient dû poursuivre leur travaux, et peut être sortir ce fameux LP composé en 1986, Forgotten Skeleton, qui finalement laissa sa place un an plus tard à The Full Treatment…Mais comme parfois, A et B ne mènent pas forcément à C, il leur faudra attendre la bagatelle de dix-huit années pour que cet album voit enfin le jour, en 2004, via Great White North Records.

Depuis, encore une longue période de silence, quelques concerts de reformation qui ne menèrent à rien, dont une participation au Montreal Massacre Festival pour « promouvoir » la tranche de passé enfin exhumée. Le hiatus s’étendra jusqu’en 2015, et trouvera finalement sa conclusion dans la parution d’un nouvel effort, celui que vous écouterez une fois cette chronique lue, puisque évidemment, je suis là pour vous en convaincre…

Depuis leurs débuts très influencés par les cadors inévitables de SLAYER, POSSESSED et autres KREATOR, les Canadiens dont le line up d’origine ne trouve plus écho que dans le leadership de Denis "Sasquatch" Barthe ont évolué vars un Thrash subtilement teinté de Death soft, ce qui rend leur musique encore plus efficace, rapide et dangereuse.

Et pour éviter des effets de manche dispensables, admettons-le de suite, Fragmented Spirit Devils est une excellente surprise qui justifie tous les efforts de maintien à la surface fournis par le groupe. Non contents de proposer la plupart du temps un Thrash féroce et solide, le quintette touche un peu à tout, se permettant même des allusions Heavy dignes du meilleur de la NWOBHM, et même quelques glissements Hardcore absolument délicieux dans la forme et le fond.

Il semblerait donc que la sortie de la compilation Fractured Psyche Demons l’année dernière et la tournée en soutien qui s’ensuivit leur aient aiguisé les crocs, puisqu’ils reviennent enfin avec un LP officiel qui dame largement le pion à bien des ensembles revivalist pourtant assez affûtés.

Dans l’option Thrash Canadien, inutile de le nier, les AGGRESSION tiennent plus des RAZOR que de nos chouchous de VOÏVOD. Leur Thrash brutal est éminemment rapide, violent, méchant, avec ce petit plus de savoir-faire que possèdent les héros d’époque qui n’ont jamais oublié pourquoi ils ont un jour choisi de faire plus de bruit que les autres.

Avec ses quarante minutes de musique pour dix morceaux, Fragmented Spirit Devils et son titre fleurant bon le Death des nineties incarne l’archétype de l’album de Thrash quasiment parfait, ce qu’il pourrait être d’une certaine façon. Et après une intro inquiétante et inquisitoire (« As Play In The Fields Of Satan »), nous rentrons dans le vif du débat avec un lapidaire et grave « Chapel Of Horrors », qui résonne d’un tocsin funèbre pour une messe en gravité majeure, durant laquelle auraient pu officier conjointement les MESSIAH et RIGOR MORTIS. Riffs qui circulent dans les allées pour faire la quête, doublement des parties vocales pour un rendu brutal, et cavalcade d’une rythmique qui ne s’en laisse pas compter, et les BPM non plus. Tout ça donne le la, comme ces multiples breaks menaçants qui accentuent encore plus la fournaise, et le quintette enchaîne sans temps mort sur le mid tempo diabolique de « Unleashing The Ghost » qui dégénère très vite en mash-up de SLAYER et RAZOR, pour une débauche de méchanceté presque gratuite qui ne rechigne pas à tâter du Death à la MORBID ANGEL via quelques passages en blasts bien sentis.

Et après un interlude baignant l’acoustique d’un TESTAMENT dans un dialogue de goules dément, chœurs évangéliques ironiques à l’appui (« Insanity Without Indulgence »), AGGRESSION continue la sienne via le truculent « Halo of Maggots » qui une fois de plus joue la carte de l’outrance Gore à la RIGOR MORTIS de « Demons ». Cette bonne humeur et cette soif de jouer font plaisir à entendre, mais toute cette énergie n’empêche pas les Canadiens de se faire plaisir en noyant le poisson pour un long « Furnace Creek » qui ose enfin un peu de mélodie pour mieux la fracasser après quelques minutes sur un platane Thrash solidement planté dans le sol.   

Et comme ces gueux ne peuvent s’empêcher de nous prendre à revers, ils osent l’exercice Heavy à la NWOBHM sur un « Dark Shadow Crossing » qui lui non plus ne tarde pas à s’échauffer l’esprit et accélérer la cadence, tout en maintenant l’emprise sur un refrain fédérateur très Bay Area.

AGGRESSION se fend même d’une auto citation, en reprenant dans le texte un de leurs plus vieux morceaux qu’on trouvait déjà sur leur première démo, « Evil Pox », qui tranche de son Thrash épais et médium avec la démence ambiante.

Et comme décidemment ils ne font rien comme tout le monde, ils invitent sur le final Manny Charelton de NAZARETH à venir planter des soli sur leur reprise improbable du « Razamanaz » du même groupe, qui offre à Fragmented Spirit Devils une porte de sortie surprenante, mais groovy en diable et à la fermeture boogie délectable.

Avec ce second « véritable » album en…trente ans, les Canadiens renouent avec leur propre histoire, mais aussi avec celle d’un style musical qui décidemment nous réserve toujours son lot de surprises. Fragmented Spirit Devils agit donc comme une métonymie parfaite, et en mettant de côté les prétentions critiques trop littéraires, incarne le comeback d’un groupe mineur qui a retrouvé une troisième jeunesse, et qui fait la nique à bien des gamins qui pensaient avoir tout compris.

 C’est sans doute pour ça aussi que j’aime tant le Thrash…Parce que ça reste une affaire de sales drôles, et qu’à presque cinquante ans, on peut toujours revivre son adolescence sans avoir à remonter dans le temps.


Titres de l'album:

  1. At Play In The Fields Of Satan
  2. Chapel Of Horrors
  3. Unleashing The Ghost
  4. Insanity Without Indulgence
  5. Halo Of Maggots
  6. Furnace Creek
  7. Dark Shadow Crossing
  8. Strangulation Ejaculation
  9. Evil Pox 2016
  10. Razamanaz (ft. Manny Charlton)

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/11/2016 à 18:56
90 %    348

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.