Genocide Rituals

Sacrilegious Profanity

21/12/2020

Autoproduction

Il y avait très longtemps que je ne m’étais pas roulé dans la fange du BM underground, et encore plus que je n’avais pas torturé mes oreilles avec une démo lo-fi. C’est en tout cas ce que je me disais en louchant sur l’artwork de la nouvelle maquette du projet biélorusse SACRILEGIOUS PROFANITY, et je commettais là une grave erreur de débutant : ne jamais juger un livre sur sa couverture. Car cette photo un peu cheap et Ô combien convenue (encore un pauvre musicien perdu dans la forêt sous la neige avec son costume d’apparat) me laissait à penser que ce projet s‘affiliait de lui-même au Black le plus Raw et inaudible, dans la plus pure tradition norvégienne d’enregistrement sur un quatre pistes racheté à Daniel Puzio de VULCAIN. Tout l’attirail semblait rassemblé sur cette vieille table en bois du formalisme le plus chêne ou merisier usé, les micros Fisher-Price pour enregistrer le chant d’une pièce à côté, la batterie programmée de la main gauche, les textes refilant toutes les images d’Epinal, et les riffs fatigués empruntés à DARKTHRONE pour quelques centimes d’Euro. Mais avec un timing de quarante-quatre minutes pour six morceaux, Genocide Rituals prenait alors des allures d’album déguisé en démo, et en glissant le premier morceau dans mes pauvres oreilles, ma stupéfaction n’en fut que plus grande : SACRILEGIOUS PROFANITY osait avec sa troisième démo un effort totalement professionnel et bien plus intéressant que des soties officielles plus confirmées et attendues.

Premier gros choc de cette maquette anonyme, sa production terriblement performante et puissante, qui met les graves en valeur et qui évite le piège habituel des guitares qui grésillent sur fond de caisse claire Toys’r’Us. « Life Abomination », de sa vilénie, rappelle mêmes les exactions les plus violentes de mes chouchous de 1349 et se pose en intro redoutable et diabolique. Entame Ambient pour poser le climat, volutes de synthés en cordes un peu minimalistes, avant l’entrée en scène d’un riff incroyablement redondant et d’une basse tonitruante et ronde. Emphatique, ce premier titre nous plonge dans le monde de ténèbres de SACRILEGIOUS PROFANITY et révèle une lénifiante vérité : loin d’un simple gag underground, le trio maléfique mené par le terrifiant Goat Worshiper (aussi membre de DOOMSLAUGHTER et GOATHORNED) s’impose comme une entité professionnelle à part entière, entièrement vouée aux gémonies du BM le plus sombre et violent, et ambitieux, comme le prouvent ces longues pistes de plus de huit minutes qui constituent l’ossature réelle du concept.  

Aux côtés du leader, on retrouve T.D aux claviers, et Nihilation au chant, et les trois compères traqueurs de truffes et autres cèpes nous délivrent un message simple, clair et occulte à la fois : le Black Metal formel n’est pas mort, et sa colère n’en est que plus grande. Ici, pas question d’expérimentation hasardeuse, mais bien d’assaut sonique ultime et incroyablement dense, et « Necroritual Of Immortality » de démontrer avec amplitude que le statut de démo de cette sortie est beaucoup trop humble eu égard à ses qualités intrinsèques. Il faut dire qu’en occupant le terrain avec trois compositions atteignant la demi-heure, SACRILEGIOUS PROFANITY a vu les choses en grand, et distribué par un label volontaire, il est évident que Genocide Rituals à la carrure d’un excellent LP. Entre brutalité sourde et blasts tempétueux, Goat Worshiper nous dresse un état des lieux du BM formel de facture très professionnelle, et le chant, raclé et imperturbable ne fait qu’accentuer la majesté de riffs simples mais réellement efficaces. Avec de nombreuses cassures ne nuisant pas à la progression des idées, cette démo offre donc le meilleur du BM des nineties, un subtil mélange de fragrances bestiales et froides, qui combine avec habileté et fluidité les tempi, passant sans transition d’un beat lourd et martelé à une crise d’épilepsie soudaine et incontrôlable (« Unholy Witchery (Devil Invocation) »).

Mais c’est évidemment le pivot central de « Zodiac Sign Of Apocalypse » qui attise la curiosité de ses onze minutes bien tapées, et il n’est guère étonnant de constater qu’il incarne l’acmé d’une démarche noire comme une nuit sans lune. Reprenant à son compte les recettes les plus evil de la scène norvégienne culte, en agrémentant l’approche d’un radicalisme allemand, SACRILEGIOUS PROFANITY se montre implacable, intraitable même, et nous entraîne dans une chute en spirale dans les bas-fonds de la nécromancie musicale la plus effrayante. On pense évidemment à 1349, à DARKTHRONE, mais aussi à DARK FUNERAL parfois, sans que les biélorusses n’empruntent leurs recettes les plus classiques. Et en nous tailladant les veines sur l’outro symphonico-bruitiste de « Damned Void », le groupe laisse une sale coulée de sang dans la neige, et le souvenir macabre d’un groupe sûr de ses arguments.

Plus qu’une démo donc, Genocide Rituals est à appréhender comme un véritable album, pensé, construit, qui donne foi en la capacité des musiciens les plus fidèles à renouveler le genre sans le trahir. Du beau travail.

 

           

Titres de l’album:

01. Life Abomination

02. Necroritual Of Immortality

03. Unholy Witchery (Devil Invocation)

04. Zodiac Sign Of Apocalypse

05. Worlds Devoured

06. Damned Void


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/07/2021 à 14:03
85 %    188

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


POMAH
membre enregistré
15/07/2021, 19:18:29

Une belle d2couverte Merci Mortne2001


Simony
membre enregistré
15/07/2021, 22:56:45

Le nom 1349 m'a donné envie de mettre en route le lecteur, j'suis pas déçu. La version CD pourra certainement trouver une place à moins que la version vinyle qui semble être prévue également ne me tente. A réfléchir...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44