Grotesque Buzzsaw Defilement

Mortify

29/01/2021

Obliteration Records

N’y voyez aucune connotation péjorative, mais en termes d’extrême, avec les japonais, on peut s’attendre à tout. Oui, ils partagent la couronne de la démence instrumentale avec les sud-américains, qui eux non plus ne sont jamais les derniers à en faire trop et à le faire exprès. Alors, lorsqu’un groupe de Death/Grind émerge de Tokyo, je prépare mes tympans avant de les risquer à jamais, ne sachant jamais à quelle sauce sanglante ils vont être endommagés. Mais bonne surprise avec les tarés de MORTIFY, puisque ce trio se vautre dans la fange classique avec une plaisir non feint, nous proposant une sorte de Crossover improbable entre les approches. Né en 2017, et déjà auteur d’un premier long qui n’excédait pas les dix minutes, ce trio infernal (Ryo - batterie, Tak - guitare et Adam - chant, pas de bassiste, c’est très surfait) se propose donc de construire une voie fluviale reliant la Suède et l’Angleterre, osant le mélange contre-nature entre le Death formel et glacial d’ENTOMBED et les ravages de blasts de NAPALM DEATH. Sur le papier, ça pue, mais dans les faits, c’est plutôt efficace, même si les neuf minutes de ce second « long » ne permettent pas vraiment d’apprécier la mixture à sa juste valeur.

Evoluant évidemment au sein d’autres ensembles (SU19B, FINAL EXIT, UNCONSCIOUS DISHARMONIC MALFUNCTION, TRIKORONA, AGATHAUMAS, DISROTTED, SICK/TIRED, INHABITANTS, PAUCITIES, PAZUZU, URINE COP), Ryo, Tak et Adam se font plaisir et foutent un bordel pas possible. Leur philosophie est simple, et admirablement bien résumée par le titre de leur premier LP (Stench of Swedish Buzzsaw) ou leur bio succincte (Swedish HM-2 Buzzsaw Grindcore formed in 2017). En gros, les guitares suédoises d’ENTOMBED insérées de force dans un Grind à l’anglaise, voire international, et la reprise magique des frappés d’AGATHOCLES vient à point nommé nous aiguiller sur la culture de ces trois marsouins.  

De là, que dire quand on s’attèle à la chronique d’un album qui atteint à peine la dizaine de minutes, et qui propose treize pistes similaires ? La tâche n’est pas facile, mais sachez que les japonais ne se foutent pas de vous et ne vous mentent pas sur la marchandise. Leur musique est effectivement le nœud qui relie le Death rigide et le Grind débridé (sic), et on en vient rapidement à regretter que les musiciens soient de telles feignasses et qu’ils ne daignent pas jouer un peu plus longtemps. Enrobé dans un artwork absolument splendide et zombiesque (et drôle qui plus est, avec cette sympathique créature abimée qui tient malicieusement une HM-2), Grotesque Buzzsaw Defilement est donc tout sauf n’importe quoi, et s’affale dans le bordel le plus organisé, mais aussi le plus joyeux. Impossible de résister à la pluie de riffs pissée par Tak qui s’en donne à cœur joie dans le plus pur Sunlight Studios style, et si la frappe de Ryo respecte la tradition des blasts à l’anglaise, le chant doublé et hystérique d’Adam confère aux très courtes pistes (moins d’une minute et ils s’en vantent en plus) une intensité rare dans le domaine.

Alors, de « Flesh Creep » à « Deviant » (seul morceau à empiéter la minute de cinq secondes), le ton est donné, et ne varie jamais. Entre passages purement Grind et d’autres plus emprunts de Death, sans oublier quelques inserts D-beat du plus bel effet, ce second album est un petit plaisir coupable dans l’actualité un peu morne et prétentieuse. Evidemment old-school, terriblement vintage, délicieusement anachronique, Grotesque Buzzsaw Defilement n’est toutefois pas grotesque, et prouve une fois de plus la passion du Japon pour l’extrême le moins corrompu. Loin des exactions Goregrind que ses musiciens affectionnent tant, ou des délires bruitistes à la MERZBOW, MORTIFY reste accroché à l’analogique, mais drope un son énorme aux échos retentissants. Comme je le disais, il serait de bon ton la prochaine fois que la bande s’éternise un peu, quitte à nous refourguer plus de reprises du tonneau de celle d’AGATHOCLES (dont le « No ! » est gratifié d’une énergie de tous les diables), puisque neuf minutes en leur compagnie débile sont vraiment trop peu.

Grotesque Buzzsaw Defilement, c’est un peu le moment divin où votre cul peut enfin se poser sur la cuvette pour lâcher des colombins trop longtemps retenus. Pas élégant comme formule, mais ad hoc.         

       

                                               

Titres de l’album:

01. Flesh Creep                     

02. Musty Trudge      

03. Organ Terror        

04. Obelisk of Suffering       

05. 100 Rats  

06. No Survivors       

07. No! (AGATHOCLES cover)     

08. Grabby Hands     

09. Brain Gurgler      

10. Adhesives

11. Mangy Mutts       

12. Smells of Barfs    

13. Deviant


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 13/11/2022 à 18:04
75 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51