Kingdoms to Hovel

Nullification

14/01/2022

Personal Records

Si d’aventure vous étiez, en cette fin d’année au parfum de doutes et de craintes, nostalgiques du Death made in Pays-Bas de Martin Van Drunen via ses enfants bâtards ASPHYX et PESTILENCE, alors, quittez Amsterdam même dans votre souvenir pour prendre un vol vers les Philippines et Calabarzon. Une fois sur place, renseignez-vous auprès des locaux pour trouver le caveau de répétition des NULLIFICATION, attendez qu’ils branchent leurs instruments, fermez les yeux, et ça y est, vous y êtes. Le mimétisme est certes impressionnant, mais après tout, chaque élève de l’école old-school à ses propres mentors, et ceux de NULLIFICATION datent tous de l’orée des années 90 et de sa première moitié, lorsque le Death floridien se confrontait aux vues plus rigoristes européennes.

Formé de quatre individus aux mines patibulaires, ce nouveau concept nous propose donc un sacré voyage dans le temps, et repart à la conquête des fosses communes exhumées il y a plus de trente ans, et des égouts de Floride les plus putrides. Ainsi, depuis quelques mois, Jayson Gonzales (guitare/synthés), Jonathan Miranda (guitare), Andrei Alemania (batterie) et Rozel Leaño (chant/basse) nous proposent donc un survol morbide des années les plus suintantes de l’extrême, avec une compilation des meilleures astuces en la matière via ce premier et homérique album, Kingdoms to Hovel.

Pochette faite à la main par un élève de terminale assez doué en arts graphiques, ambiance délétère, soli inspirés par l’école Mameli, rythmique en chien de fusil qui aime les fills, les cassures et les accélérations intempestives, riffs aiguisés comme des piquets de tente rongés par les éléments, le tout est savoureux en tympans, et surtout, symptomatique d’une démarche passéiste qui ne crache pas sur un brin de sophistication technique. Mais ne vous laissez pas fourvoyer par mes propos nuancés, l’attaque subie en écoutant ce premier album est rude, au moins autant que celle subie lors de la découverte des premiers PESTILENCE et MORBID ANGEL. En combinant le radicalisme de toutes les têtes d’affiche, les philippins nous donnent une leçon de violence bien agencée, sophistiquée dans la brutalité, et animée d’un esprit respectueux des dogmes les plus séculaires.   

 

Ainsi, les moments de cruauté pure succèdent aux instants les plus vicieusement méchants, et l’écoute de ce premier long concis se déroule sous un soleil de plomb, avachi sur le béton, attendant que la mort nous délivre d’un sort funeste. Très capables, les quatre musiciens regroupés en mai 2021 nous prouvent que lorsqu’on apprend bien ses leçons, on peut les réciter avec un poil d’inventivité, et si tous leurs titres semblent sous perfusion, leur diction est parfaite.

Je parlais de Martin Van Drunen, évidemment aiguillé vers la comparaison par le chant assez similaire de Rozel Leaño, rauque, caverneux, asthmatique, mais la musique suit aussi la piste de ces défricheurs de l’extrême que furent ASPHYX. Cette piste-là, et quelques autres aussi, et si les noms de MERCYLESS, BENEDICTION, DEMOLITION HAMMER, ou RIPPING CORPSE viennent chatouiller votre mémoire, il n’y a rien d’étonnant à cela, puisque Kingdoms to Hovel se complait dans le synthétique propre, la redite excellente, et la paraphrase élégante dans la bestialité. 

Doté d’un son très sec qui respecte l’esprit d’époque, ce premier album est d’une maîtrise parfaite dans la copie, mais évite le plagiat grâce à une énergie de tous les diables qui se manifeste autour de cassures en blasts fermes, mais aussi dans des interventions en solo plus délicates et mélodiques que la moyenne. Le groupe a aussi trouvé le moyen de nous attitrer dans ses filets via une intro simple mais envoutante, un peu cheap de ses claviers à l’économie, mais mystico-morbide, et le voyage en compagnie des philippins passe très vite, mais aussi dans les recoins les moins recommandables du pays qui l’espace d’une demi-heure, se prend pour la Floride des pionniers.

Sauvage, bestial, brutal, carré, passionné, ce premier LP distribué par Personal Records en CD et par Metal Choice Cut Records en édition Tape très limitée vaut largement le détour des nostalgiques, qui y verront une bifurcation intéressante vers le passé, entre maîtrise et débauche.

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Intro To Annihilation

02. The Sledgehammer

03. Calamity From The Skies

04. Kingdoms Reduced To Hovel

05. Deliverance From Chaos

06. Negated Fields

07. Inside The Surreal

08. Everything... and Everyone (Nullified)

09. I, The Nullifier


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/01/2022 à 15:42
80 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26