3 albums en 3 ans, le rythme semble effréné mais en vérité depuis le premier album en 2012, le groupe a proposé une sortie tous les ans. C'est que le collectif emmené par le CURSED 13, Niantiel qui écrit pratiquement tout pour GRAFVITNIR, mixe et produit les albums, a beaucoup de choses à dire mais bien entendu, à ce rythme la lassitude peut guetter. Il faut pourtant évacuer cela de suite, car si Necrosophia montrait un visage peut être un peu moins direct des Suédois avec des structures plus complexes, ce Keys To The Mysteries Beyond a tout du petit frère parfait à l'excellent Obeisance To A Witch Moon sorti l'an passé. L'intensité et la noirceur du Black Metal du trio nous emmène sur des terres que les groupes catalogués dans l'Esoteric Black Metal connaissent parfaitement, car GRAFVITNIR fait partie de cette mouvance où le Black Metal n'est pas seulement une façon de s'exprimer, leur musique relate une certaine forme de croyance et de divination pour la noirceur incarnée par l'occultisme et le personnage de Lucifer.

Mais c'est à travers la symbolique du Serpent que GRAFVITNIR poursuit sa quête, symbole de la réincarnation des forces du mal, l'animal tient une place prépondérante dans le récit du groupe, le tout servit par un Black Metal aux leads furieusement mélodiques, mais noirs ! Ainsi, ceux qui suivent le groupe depuis un moment ne seront pas déstabilisés par cet excellent "Niddhögg" qui ouvre l'album (on passera sur ce bruit de vent qui ne sonne pas vraiment réel...) enchainé à ce titre qui donne son nom à l'album. Les leads de guitare sont toujours aussi acérés, les rythmiques ne faiblissent pas, les blasts sont rois bien brisés par des mosh-parts absolument terribles ("Vargavinter") et derrière c'est un mur noir semblant infranchissable qui s'abat sur l'auditeur comme chape de suie dont on ne se défait pas. "Crossing The Abyss", un petit intermède plutôt inquiétant amène un peu de calme mais le lead qui débute "Eternity's Glistening Black" vous replonge dans un état d'esprit proche de la furie, comme une déferlante vous renvoyant à la gueule la haine accumulée, et c'est qu'ils en ont accumulé de la haine en un an les gaillards car dès "Journey Into Storms", un autre interlude sur la même base que le précédent, on part pour une fin d'album des plus chaotiques.

D'ailleurs, on pourrait se demander pourquoi avoir placer ces 2 interludes de la sorte avec un seul morceau calé au milieu, mais c'est là une question de concept et puis avant d'attaquer cette fin d'album, je vous assure que ces 3 minutes de pause rendent le reste encore bien plus sauvage qu'il ne l'est déjà, cela marque l'esprit au fer rouge ! Les morceaux de l'album, tout comme c'est le cas sur tous les albums du groupe sont dominés par des leads marquant, très guerriers dans l'esprit mais avec un flot et une couleur si dégoutée qu'on sent le malaise monter. "Niddhögg", "Keys To The Mysteries Beyond", "Unleash The Storm Of Nothingness" sont construits sur cette base alors qu'un "Vargavinter" ou "Eye Of Lucifer" s'appuient plus sur des riffs Raw Black Metal d'une puissance et d'une profondeur bien mise en valeur par le travail sur la batterie, car régulièrement le batteur utilise des toms très graves qui sonnent comme des tambours (est-ce peut-être des tambours tout simplement d'ailleurs) et dessus une réverb' dantesque qui nous donne un aperçu des tambours de l'enfer. Le groupe n'hésite pas non plus à casser les rythmes pour mieux relancer la machine derrière, le titre "Eye Of Lucifer" regorge de ce genre de choses jusqu'à cette partie entrainante très surprenante mais qui sublime ce morceau, attention les cervicales. 

GRAFVITNIR saupoudre ses sorties de petites surprises de ce style mais pour le reste on est sur la même trajectoire, cette voix criarde proche de la folie symbole d'une haine mise au service d'une musique intense et pour être sûr de ne pas s'éloigner de la trajectoire d'origine, c'est encore et toujours Magnus Devo Andersson (bassiste de MARDUK) qui s'est occupé du mastering au Endarker Studio, véritable antre de la scène Black Suédoise actuelle. Avec ce Keys To The Mysteries Beyond le groupe montre que le style Black Metal est intarissable lorsqu'il est fait avec talent et convictions, tous les leads de cet album renvoient cette impression de déjà entendu et pourtant, chacun d'entre eux nous permet de reconnaître chaque morceau, l'art de faire la même chose avec des choses pourtant assez différentes et marquantes pour qu'on l'identifie de suite. La relève de DISSECTION s'affirme dans l'obscurité qui lui sied si bien mais attention, mettre un pas dans ce monde occulte, c'est déjà faire un pas de trop si on espère pouvoir faire demi-tour !

Track-listing :

  1. Niddhögg
  2. Keys To The Mysteries Beyond
  3. Vargavinter
  4. Crossing The Abyss
  5. Eternity's Glistening Black
  6. Journey Into Storms
  7. Unleash The Storm Of Nothingness
  8. Eye Of Lucifer
  9. Whispers Of The Primordial Sea
  10. Glimpsees Of The Unseeble

Facebook

 

par Simony le 12/12/2017 à 07:12
90 %    434

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


mamakin
@78.192.38.132
19/12/2017 à 07:48:19
un bon 60% pour moi. un poil mou et propos dilué

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)


Bien vu de nous rappeler à cet anniversaire !
Après eux, il n'y a eu que des suiveurs en définitive…
(sic)


Aussi captivant et profond que les 2 derniers Behemoth.