La Foi, La Loi, La Croix

Thrash La Reine

31/05/2019

Autoproduction

« Nous ne réinventons rien, mais en même temps, nous avons le sentiment de proposer quelque chose de frais et légèrement neuf. »

J’aime cette franchise, typiquement canadienne bien évidemment. Alors que d’ordinaire, les groupes francophones donnent toujours le sentiment de voir leur art à travers le prisme des certitudes et de la prétention (et une récente discussion avec un batteur national bien connu n’a fait que confirmer ces impressions), les montréalais de THRASH LA REINE jouent la carte de l’honnêteté, et proposent donc une musique simple, accessible, subtilement nostalgique, et qui plus est, chantée en français. Rares sont les ensembles qui choisissent la langue de Molière lorsqu’ils évoluent en terrain Heavy classique, et ce second EP des canadiens se pose donc en jolie incongruité dans le paysage Metal contemporain. Pour la jouer courte, mais vous fournir une bio rapide et personnelle, voici comment ce trio envisage ses options et son approche :

« THRASH LA REINE est un trio Heavy métal francophone montréalais fondé en 2017. Nous nous inspirons des classiques du Heavy Metal tout en apportant l’énergie des groupes francophones qui ont rendus mémorables nos années de CEGEP. Dans chaque chanson, nous mélangeons les thèmes épiques du Power Metal aux revendications sociales du Thrash métal pour en faire un « Thrash épique » »

Pour clarifier quelques points, sachez qu’au Québec, le CEGEP est un collège d'enseignement général et professionnel. Ensuite, pour en savoir un peu plus, ces fameux groupes qui ont donc rythmé la vie quotidienne de nos musiciens alors encore élèves, furent ANONYMUS, GROOVY AARDVARK LES COWBOYS FRINGANTS, LES VULGAIRES MACHINS, GRIM SKUNK, LES ORDURES IONIQUES, LES MARMOTTES APPLATIES, ARSENIQ 33, TSPC, soit un paquet de références inconnues pour ma part, mais dont les spécialistes sauront évaluer l’importance au moment de juger de cette musique que proposent les canadiens. Quelle musique ? Ce « Thrash épique » dont ils pensent pouvoir se revendiquer, mais qui dans les faits s’apparente plus à un Heavy légèrement corsé qu’à un Thrash vraiment assumé. D’ailleurs, les trois musiciens affirment se placer sous l’égide d’IRON MAIDEN, HELLOWEEN, MANOWAR, METALLICA, MEGADETH, ou PRIMAL FEAR, ce qui guidera plus l’auditeur éventuel sur la piste d’une musique certes puissante, mais à la vélocité totalement maîtrisée. Ce qui est évidemment le cas, puisque les six morceaux de cet EP refusent toute accélération intempestive, voire toute accélération tout court, pour se concentrer sur des tempi médiums, des passages plus lourds, et donc s’éloigner de la férocité du Thrash des origines.

C’est donc en toute modération que Ren (chant/guitare), Domm (basse/chœurs) et Guillaume (batterie) s’adonnent aux joies de la virilité métallique nostalgique, semblant parfois se poser en synthèse parfaite de la scène Heavy française des années 80 et de la précision franche du ANNIHILATOR le plus accommodant. Ce qu’on remarque d’ailleurs dès le riff d’intro du glorieux et plein de classicisme « Pourchasser Le Dragon », qui rappelle une fusion assez intelligente entre ADX, SORTILEGE, ANNIHILATOR, JUDAS PRIEST, mais aussi les SWORD nationaux, le tout agité d’une passion indéfectible pour le Hard Rock tel qu’il fut conçu il y a trente ans. Les textes en français permettent d’apprécier en toute quiétude des thématiques contemporaines, car malgré des intitulés qui pourraient parfois faire penser aux pires clichés de DIO et consorts, les problématiques sont actuelles et d’importance. Ainsi, le même « Pourchasser Le Dragon » ne vous incite pas à prendre votre épée de chevalier pour aller délivrer une princesse des griffes d’un dragon, mais aborde la dictature du virtuel qui déclenche des compétitions de popularité stupides. Le reste des préoccupations se situe bien évidemment au niveau des libertés individuelles, de la rébellion, des injustices sociales et politiques, ce que met admirablement bien en relief cette sublime pochette sur laquelle on retrouve un prêtre machiavélique, une reine du mal et un politicien corrompu. Mais au-delà du graphisme et des concepts, c’est bien la musique qui reste le centre d’intérêt de ce La Foi, La Loi, La Croix qui fait d’ailleurs suite à un premier jet court lui aussi (Le Metal Est Notre Langue), et qui confirme que le seul but de ces trois montréalais reste de jouer le Metal le plus pur et franc possible, au-delà des clivages et des luttes d’originalité. Ici, tel n’est pas le but, mais pourtant, malgré des atours vraiment formels, leurs morceaux ont ce petit plus charmant qui ne fait pas les grands albums, mais les bons divertissements.

En acceptant le caractère passéiste de la chose, il est tout à fait possible d’apprécier ces chansons qui font honneur à leurs influences, que l’ambiance passe d’un MAIDEN survolté (« Le Rédempteur ») à un METALLICA apaisé (« Thrash La Reine »). THRASH LA REINE se permet même quelques incursions en territoire progressif, ce qui valide plus ou moins ma précédente comparaison avec les SORTILEGE (sans la voix magique de Zouille et la poésie harmonique), via un final ouvert et évolutif. « Du Sang Sur Les Plaines » montre des capacités à gérer les ambitions avec plus de panache, et permet de se rendre compte des talents individuels, sans que la cohésion d’ensemble ne soit atténuée. Avec une production un peu trop claire qui manque de grain, La Foi, La Loi, La Croix sonne encore un peu léger, mais heureusement, l’investissement des instrumentistes permet d’occulter ce léger handicap. Et s’il ressort effectivement de cette réalisation un conformisme nous renvoyant aux plus grandes heures du Heavy à tendance Power des eighties, il n’en reste pas moins que ce second EP est plaisant à l’écoute, même s’il n’évite pas toujours les poncifs mélodiques (« Garde La Foi » et son intro de basse pas forcément réussie). Ajoutez à ça une tendance à toujours s’appuyer sur un mid tempo qui mériterait souvent de se laisser aller à des accélérations plus prononcées (« Le Rédempteur », qu’on aurait adoré voir s’énerver au niveau cadence, mais qui reste quand même le hit incontestable de l’ensemble), et vous obtenez une moyenne tout à fait honorable. La révolution ne viendra pas de Montréal, mais les THRASH LA REINE n’ayant jamais prétendu bousculer l’ordre établi, le voilà respecté. Tout comme la logique.

               

Titres de l'album :

                       1. Pourchasser Le Dragon

                       2. Thrash La Reine

                       3. Le Rédempteur

                       4. La Peur du Lendemain

                       5. Garde La Foi

                       6. Du Sang Sur Les Plaines

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/07/2020 à 18:07
70 %    276

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50