Ah ben tiens, ça faisait longtemps. Mais comme le dit l’adage, où il y a du travail à la chaîne, y’a pas de désir, alors, autant distiller avec parcimonie ces instants de passion pour les vivre pour de bon. Le Grind, après tout, quoi d’autre ? Pas mal de trucs, mais autant y revenir régulièrement pour s’abreuver de blasts, de cris de gorets, d’accélérations fumeuses et autres interprétations lapidaires. Aujourd’hui, direction non l’Angleterre, la Russie ou l’Amérique du Sud, mais bien les Etats-Unis, pour y faire la connaissance d’un trio plein d’aisance, qui vient visiblement de publier son premier effort à compte d’auteur. Comme tout bon groupe de Grind qui se respecte, les KAYA ne sont pas très bavards quant à leur propre histoire, et nous délivrent le minimum d’informations syndicales ou l’inverse. Nous en venant d’Oakland, Californie, ces trois musiciens pourfendeurs de timidité musicale (Feral - chant, Gary - guitare et Gregg - batterie) nous narrent donc leur philosophie sur l’extrême radical via les neufs morceaux de cet inaugural Life Is Trivial, qui en cinq minutes, fait le tour de la question Grind contemporaine sans se poser d’inutiles questions. Et comme les groupes du cru à chanteuse sont mon talon d’Achille devant l’éternel, je n’ai bien sûr pas pu résister à l’idée de vous parler du barouf explosé par ces cinq petites minutes, en forme d’exutoire, mais un peu frustrantes sur les bords.

Ne sachant pas si ce premier EP s’apparente à un extended-play ou à une démo, je le traiterai sans balises, et affirmerai haut et fort qu’il représente la quintessence du genre sous toutes ses formes. Se basant sur des structures simples, les californiens avancent bon train, et mélangent avec bonheur Grind, Powerviolence et Fastcore (bien salé quand même) pour se rapprocher parfois du chaos entraîné dans le sillage des mirifiques CLOSET WITCH (le chant de Feral nous aiguille clairement dans cette direction). Et pour la petite histoire, et histoire de l’être, précis évidemment, ne vous fiez surtout pas à cette pochette délibérément kawaii pour juger du contenu de ce premier jet, puisqu’il a plutôt tendance à prôner la violence et l’urgence, comme tout bon hurlement qui se respecte. Mais si le fond de l’air est chaud, et si la précipitation est palpable, ça n’empêche nullement le trio de dégainer des riffs costauds, dont on se souvient, et non de se vautrer dans le bordel à peine organisé pour foutre encore plus le souk que ses petits copains de chambrée. D’ailleurs, les passages de chaque style sont marqués, et bien exécutés, ce qui confère à cette première réalisation une patine professionnelle qui fait plaisir à entendre.

Les vocal duties sont d’ailleurs partagées par Feral et Gary, qui tous deux s’époumonent façon Tex Avery, et qui nous vrillent les tympans de leur gravité et de leur acidité. C’est éminemment rapide, et même parfois épileptique, tirant sur une espèce de Mathgrind de temps à autres (d’où la validation de la comparaison avec les CLOSET WITCH), et nous offrant une construction en crescendo qui nous laisse sur le dos, à l’occasion du final « Soil », le plus long du lot. Capables de caser un maximum d’idées en une poignée de secondes, les américains nous enivrent de vélocité et de férocité, et montrent qu’ils ont les qualités nécessaires pour enregistrer un LP complet, chose que l’on attend avec une certaine impatience. Il faut dire qu’avec des segments ne dépassant jamais la minute, on reste un peu sur sa faim, même si cette immédiateté contribue aussi au succès de cet EP. Assez proche dans les moments les plus Crust du NAPALM DEATH des deux albums de covers, les KAYA ont les reins largement assez solides pour encaisser le choc provoqué par leurs morceaux déchaînés, et n’hésitent pas à jouer la dissonance (« Hollow », aussi catchy que pure folie), pour mieux constater le vide ambiant (« Nothing », encore des riffs qui tournent fou une fois évoquée la sidérurgie anglaise de la fin des années 80). Le tout s’enquille comme un one shot, et provoque une ivresse qui fait du bien, même si les cinq petites minutes consacrées à cette présentation ne suffisent clairement pas à nous procurer le grisant dont nous avons besoin. Mais les combos de Grind produisant à la vitesse de copulation des lapins, gageons que nous entendrons très vite parler à nouveau de ce trio, qui vient de faire une entrée de scène pleine de colère et de brio.   

                     

Titres de l’album:

                      1.Refuse

                      2.Gaps

                      3.Created

                      4.Hollow

                      5.Nothing

                      6.Crumble

                      7.Dry

                      8.Fleas

                      9.Soil

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/06/2018 à 13:57
80 %    83

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...