Ah ben tiens, ça faisait longtemps. Mais comme le dit l’adage, où il y a du travail à la chaîne, y’a pas de désir, alors, autant distiller avec parcimonie ces instants de passion pour les vivre pour de bon. Le Grind, après tout, quoi d’autre ? Pas mal de trucs, mais autant y revenir régulièrement pour s’abreuver de blasts, de cris de gorets, d’accélérations fumeuses et autres interprétations lapidaires. Aujourd’hui, direction non l’Angleterre, la Russie ou l’Amérique du Sud, mais bien les Etats-Unis, pour y faire la connaissance d’un trio plein d’aisance, qui vient visiblement de publier son premier effort à compte d’auteur. Comme tout bon groupe de Grind qui se respecte, les KAYA ne sont pas très bavards quant à leur propre histoire, et nous délivrent le minimum d’informations syndicales ou l’inverse. Nous en venant d’Oakland, Californie, ces trois musiciens pourfendeurs de timidité musicale (Feral - chant, Gary - guitare et Gregg - batterie) nous narrent donc leur philosophie sur l’extrême radical via les neufs morceaux de cet inaugural Life Is Trivial, qui en cinq minutes, fait le tour de la question Grind contemporaine sans se poser d’inutiles questions. Et comme les groupes du cru à chanteuse sont mon talon d’Achille devant l’éternel, je n’ai bien sûr pas pu résister à l’idée de vous parler du barouf explosé par ces cinq petites minutes, en forme d’exutoire, mais un peu frustrantes sur les bords.

Ne sachant pas si ce premier EP s’apparente à un extended-play ou à une démo, je le traiterai sans balises, et affirmerai haut et fort qu’il représente la quintessence du genre sous toutes ses formes. Se basant sur des structures simples, les californiens avancent bon train, et mélangent avec bonheur Grind, Powerviolence et Fastcore (bien salé quand même) pour se rapprocher parfois du chaos entraîné dans le sillage des mirifiques CLOSET WITCH (le chant de Feral nous aiguille clairement dans cette direction). Et pour la petite histoire, et histoire de l’être, précis évidemment, ne vous fiez surtout pas à cette pochette délibérément kawaii pour juger du contenu de ce premier jet, puisqu’il a plutôt tendance à prôner la violence et l’urgence, comme tout bon hurlement qui se respecte. Mais si le fond de l’air est chaud, et si la précipitation est palpable, ça n’empêche nullement le trio de dégainer des riffs costauds, dont on se souvient, et non de se vautrer dans le bordel à peine organisé pour foutre encore plus le souk que ses petits copains de chambrée. D’ailleurs, les passages de chaque style sont marqués, et bien exécutés, ce qui confère à cette première réalisation une patine professionnelle qui fait plaisir à entendre.

Les vocal duties sont d’ailleurs partagées par Feral et Gary, qui tous deux s’époumonent façon Tex Avery, et qui nous vrillent les tympans de leur gravité et de leur acidité. C’est éminemment rapide, et même parfois épileptique, tirant sur une espèce de Mathgrind de temps à autres (d’où la validation de la comparaison avec les CLOSET WITCH), et nous offrant une construction en crescendo qui nous laisse sur le dos, à l’occasion du final « Soil », le plus long du lot. Capables de caser un maximum d’idées en une poignée de secondes, les américains nous enivrent de vélocité et de férocité, et montrent qu’ils ont les qualités nécessaires pour enregistrer un LP complet, chose que l’on attend avec une certaine impatience. Il faut dire qu’avec des segments ne dépassant jamais la minute, on reste un peu sur sa faim, même si cette immédiateté contribue aussi au succès de cet EP. Assez proche dans les moments les plus Crust du NAPALM DEATH des deux albums de covers, les KAYA ont les reins largement assez solides pour encaisser le choc provoqué par leurs morceaux déchaînés, et n’hésitent pas à jouer la dissonance (« Hollow », aussi catchy que pure folie), pour mieux constater le vide ambiant (« Nothing », encore des riffs qui tournent fou une fois évoquée la sidérurgie anglaise de la fin des années 80). Le tout s’enquille comme un one shot, et provoque une ivresse qui fait du bien, même si les cinq petites minutes consacrées à cette présentation ne suffisent clairement pas à nous procurer le grisant dont nous avons besoin. Mais les combos de Grind produisant à la vitesse de copulation des lapins, gageons que nous entendrons très vite parler à nouveau de ce trio, qui vient de faire une entrée de scène pleine de colère et de brio.   

                     

Titres de l’album:

                      1.Refuse

                      2.Gaps

                      3.Created

                      4.Hollow

                      5.Nothing

                      6.Crumble

                      7.Dry

                      8.Fleas

                      9.Soil

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/06/2018 à 13:57
80 %    48

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain't Enough

Hatchet

Dying to Exist

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


ha quel boulet je fais,!! ;) dommage j'ai loupé exhorder mais vu Accept que je n'avais encore jamais vu et pourtant je suis vieux , mais j'ai laissé tombé le heavy depuis trop longtemps . J'étais aussi présent au Fury. re ;)
pour le dimanche j'ai énormément apprécié Rotten sound, cri(...)


PUTAIN !!! !!! !!!
LA news quoi !!!
"The lady rides a black horse"... Ce que j'ai pu l'écouter cet album à l'époque bordel ! Une tuerie...
Hâte ! Hâte ! Hâte !


POUAH !!! !!! !!!
FAKE NEWS !!! !!! !!!
(Comme dirait l'autre con...)
Tout content d'écouter de nouveaux titres, me voilà tout dépité de me retrouver face à une bête compilation.
Tout ce qui est là était déjà paru il y a des années sur "Under the black sun", la sec(...)


BOUDIOU !!! !!! !!!
Je n'étais pas au courant...
Je télécharge de suite le bazar bordel !!!
Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) groupe ricain du genre...


Pressé de l'écouter celui la ! Ce titre m'a étonné dans le bon sens !


probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année


toujours au top. du Deicide classique
et toujours ce coté démoniaque qu'aucun autre groupe n'est capable de capturer