Life Is Trivial

Kaya

26/05/2018

Autoproduction

Ah ben tiens, ça faisait longtemps. Mais comme le dit l’adage, où il y a du travail à la chaîne, y’a pas de désir, alors, autant distiller avec parcimonie ces instants de passion pour les vivre pour de bon. Le Grind, après tout, quoi d’autre ? Pas mal de trucs, mais autant y revenir régulièrement pour s’abreuver de blasts, de cris de gorets, d’accélérations fumeuses et autres interprétations lapidaires. Aujourd’hui, direction non l’Angleterre, la Russie ou l’Amérique du Sud, mais bien les Etats-Unis, pour y faire la connaissance d’un trio plein d’aisance, qui vient visiblement de publier son premier effort à compte d’auteur. Comme tout bon groupe de Grind qui se respecte, les KAYA ne sont pas très bavards quant à leur propre histoire, et nous délivrent le minimum d’informations syndicales ou l’inverse. Nous en venant d’Oakland, Californie, ces trois musiciens pourfendeurs de timidité musicale (Feral - chant, Gary - guitare et Gregg - batterie) nous narrent donc leur philosophie sur l’extrême radical via les neufs morceaux de cet inaugural Life Is Trivial, qui en cinq minutes, fait le tour de la question Grind contemporaine sans se poser d’inutiles questions. Et comme les groupes du cru à chanteuse sont mon talon d’Achille devant l’éternel, je n’ai bien sûr pas pu résister à l’idée de vous parler du barouf explosé par ces cinq petites minutes, en forme d’exutoire, mais un peu frustrantes sur les bords.

Ne sachant pas si ce premier EP s’apparente à un extended-play ou à une démo, je le traiterai sans balises, et affirmerai haut et fort qu’il représente la quintessence du genre sous toutes ses formes. Se basant sur des structures simples, les californiens avancent bon train, et mélangent avec bonheur Grind, Powerviolence et Fastcore (bien salé quand même) pour se rapprocher parfois du chaos entraîné dans le sillage des mirifiques CLOSET WITCH (le chant de Feral nous aiguille clairement dans cette direction). Et pour la petite histoire, et histoire de l’être, précis évidemment, ne vous fiez surtout pas à cette pochette délibérément kawaii pour juger du contenu de ce premier jet, puisqu’il a plutôt tendance à prôner la violence et l’urgence, comme tout bon hurlement qui se respecte. Mais si le fond de l’air est chaud, et si la précipitation est palpable, ça n’empêche nullement le trio de dégainer des riffs costauds, dont on se souvient, et non de se vautrer dans le bordel à peine organisé pour foutre encore plus le souk que ses petits copains de chambrée. D’ailleurs, les passages de chaque style sont marqués, et bien exécutés, ce qui confère à cette première réalisation une patine professionnelle qui fait plaisir à entendre.

Les vocal duties sont d’ailleurs partagées par Feral et Gary, qui tous deux s’époumonent façon Tex Avery, et qui nous vrillent les tympans de leur gravité et de leur acidité. C’est éminemment rapide, et même parfois épileptique, tirant sur une espèce de Mathgrind de temps à autres (d’où la validation de la comparaison avec les CLOSET WITCH), et nous offrant une construction en crescendo qui nous laisse sur le dos, à l’occasion du final « Soil », le plus long du lot. Capables de caser un maximum d’idées en une poignée de secondes, les américains nous enivrent de vélocité et de férocité, et montrent qu’ils ont les qualités nécessaires pour enregistrer un LP complet, chose que l’on attend avec une certaine impatience. Il faut dire qu’avec des segments ne dépassant jamais la minute, on reste un peu sur sa faim, même si cette immédiateté contribue aussi au succès de cet EP. Assez proche dans les moments les plus Crust du NAPALM DEATH des deux albums de covers, les KAYA ont les reins largement assez solides pour encaisser le choc provoqué par leurs morceaux déchaînés, et n’hésitent pas à jouer la dissonance (« Hollow », aussi catchy que pure folie), pour mieux constater le vide ambiant (« Nothing », encore des riffs qui tournent fou une fois évoquée la sidérurgie anglaise de la fin des années 80). Le tout s’enquille comme un one shot, et provoque une ivresse qui fait du bien, même si les cinq petites minutes consacrées à cette présentation ne suffisent clairement pas à nous procurer le grisant dont nous avons besoin. Mais les combos de Grind produisant à la vitesse de copulation des lapins, gageons que nous entendrons très vite parler à nouveau de ce trio, qui vient de faire une entrée de scène pleine de colère et de brio.   

                     

Titres de l’album:

                      1.Refuse

                      2.Gaps

                      3.Created

                      4.Hollow

                      5.Nothing

                      6.Crumble

                      7.Dry

                      8.Fleas

                      9.Soil

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/06/2018 à 13:57
80 %    370

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30