Life Is Trivial

Kaya

26/05/2018

Autoproduction

Ah ben tiens, ça faisait longtemps. Mais comme le dit l’adage, où il y a du travail à la chaîne, y’a pas de désir, alors, autant distiller avec parcimonie ces instants de passion pour les vivre pour de bon. Le Grind, après tout, quoi d’autre ? Pas mal de trucs, mais autant y revenir régulièrement pour s’abreuver de blasts, de cris de gorets, d’accélérations fumeuses et autres interprétations lapidaires. Aujourd’hui, direction non l’Angleterre, la Russie ou l’Amérique du Sud, mais bien les Etats-Unis, pour y faire la connaissance d’un trio plein d’aisance, qui vient visiblement de publier son premier effort à compte d’auteur. Comme tout bon groupe de Grind qui se respecte, les KAYA ne sont pas très bavards quant à leur propre histoire, et nous délivrent le minimum d’informations syndicales ou l’inverse. Nous en venant d’Oakland, Californie, ces trois musiciens pourfendeurs de timidité musicale (Feral - chant, Gary - guitare et Gregg - batterie) nous narrent donc leur philosophie sur l’extrême radical via les neufs morceaux de cet inaugural Life Is Trivial, qui en cinq minutes, fait le tour de la question Grind contemporaine sans se poser d’inutiles questions. Et comme les groupes du cru à chanteuse sont mon talon d’Achille devant l’éternel, je n’ai bien sûr pas pu résister à l’idée de vous parler du barouf explosé par ces cinq petites minutes, en forme d’exutoire, mais un peu frustrantes sur les bords.

Ne sachant pas si ce premier EP s’apparente à un extended-play ou à une démo, je le traiterai sans balises, et affirmerai haut et fort qu’il représente la quintessence du genre sous toutes ses formes. Se basant sur des structures simples, les californiens avancent bon train, et mélangent avec bonheur Grind, Powerviolence et Fastcore (bien salé quand même) pour se rapprocher parfois du chaos entraîné dans le sillage des mirifiques CLOSET WITCH (le chant de Feral nous aiguille clairement dans cette direction). Et pour la petite histoire, et histoire de l’être, précis évidemment, ne vous fiez surtout pas à cette pochette délibérément kawaii pour juger du contenu de ce premier jet, puisqu’il a plutôt tendance à prôner la violence et l’urgence, comme tout bon hurlement qui se respecte. Mais si le fond de l’air est chaud, et si la précipitation est palpable, ça n’empêche nullement le trio de dégainer des riffs costauds, dont on se souvient, et non de se vautrer dans le bordel à peine organisé pour foutre encore plus le souk que ses petits copains de chambrée. D’ailleurs, les passages de chaque style sont marqués, et bien exécutés, ce qui confère à cette première réalisation une patine professionnelle qui fait plaisir à entendre.

Les vocal duties sont d’ailleurs partagées par Feral et Gary, qui tous deux s’époumonent façon Tex Avery, et qui nous vrillent les tympans de leur gravité et de leur acidité. C’est éminemment rapide, et même parfois épileptique, tirant sur une espèce de Mathgrind de temps à autres (d’où la validation de la comparaison avec les CLOSET WITCH), et nous offrant une construction en crescendo qui nous laisse sur le dos, à l’occasion du final « Soil », le plus long du lot. Capables de caser un maximum d’idées en une poignée de secondes, les américains nous enivrent de vélocité et de férocité, et montrent qu’ils ont les qualités nécessaires pour enregistrer un LP complet, chose que l’on attend avec une certaine impatience. Il faut dire qu’avec des segments ne dépassant jamais la minute, on reste un peu sur sa faim, même si cette immédiateté contribue aussi au succès de cet EP. Assez proche dans les moments les plus Crust du NAPALM DEATH des deux albums de covers, les KAYA ont les reins largement assez solides pour encaisser le choc provoqué par leurs morceaux déchaînés, et n’hésitent pas à jouer la dissonance (« Hollow », aussi catchy que pure folie), pour mieux constater le vide ambiant (« Nothing », encore des riffs qui tournent fou une fois évoquée la sidérurgie anglaise de la fin des années 80). Le tout s’enquille comme un one shot, et provoque une ivresse qui fait du bien, même si les cinq petites minutes consacrées à cette présentation ne suffisent clairement pas à nous procurer le grisant dont nous avons besoin. Mais les combos de Grind produisant à la vitesse de copulation des lapins, gageons que nous entendrons très vite parler à nouveau de ce trio, qui vient de faire une entrée de scène pleine de colère et de brio.   

                     

Titres de l’album:

                      1.Refuse

                      2.Gaps

                      3.Created

                      4.Hollow

                      5.Nothing

                      6.Crumble

                      7.Dry

                      8.Fleas

                      9.Soil

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/06/2018 à 13:57
80 %    433

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57

Simony

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

26/10/2020, 17:22

Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41