SoCal Punk ? Le meilleur et le seul selon les experts, et une certaine tradition des envolées rythmiques soulignées de riffs tranchants comme une lame et pourtant légers comme une flamme. La liste des références est longue, et sans vouloir établir un panorama exhaustif, on pourrait jeter dans la marmite de la légende des noms comme ceux des DESCENDENTS, CIRCLE JERKS, des RAMONES évidemment, SOCIAL DISTORSION, celui du FLAG, des SUICIDAL, des DK, et puis dans la génération plus tardive et pas si spontanée que ça, des GREEN DAY ou d’OFFSPRING.

En gros, une énorme portion de l’héritage Punk US qui n’en finit pas de faire des émules et de dispenser ses enseignements par procuration.

Il faut dire qu’il y a matière à. Après tout, cette mouvance née à la fin des 70’s est toujours aussi valide aujourd’hui, et surtout, toujours aussi habilement représentée par des skateurs ou pas, mais en tout cas des musiciens qui n’ont pas la mémoire courte, et qui comme leurs aînés, aiment jouer fast & fun.

Un des derniers exemples en date, les BAD REACTION. Sans vraiment savoir ce qu’est ce fameux mauvais réflexe qu’ils invoquent dans leur nom de baptême, je crois pouvoir affirmer au gré des éléments glanés sur la toile que leur existence même est sujette à débat.

Existent-ils toujours ? Rien n’est moins sûr, puisque leur Bandcamp nous indique une possible cessation d’activité, au jugé du court laïus accompagnant la présentation de ce Making Friends is our Business, qui finalement, pourrait prouver qu’ils n’ont pas réussi à se faire tant d’amis que ça.

Les BAD REACTION en l’état, ne sont pas RELIGION pour autant, et sont quatre (Kash – chant, Ben – guitare, Jesse – basse et Nick – batterie), mais cet album disponible gratos sur leur site pose quelques énigmes directes et indirectes.

Il a visiblement été enregistré en hiver 2009, et serait le dernier témoignage de ce gang, qui serait donc défunt en 2017.

De l’intérêt de sortir huit ans plus tard un LP à titre posthume ?

Laisser une trace dans la mémoire collective du SoCal Punk dont les BAD REACTION étaient d’habiles et sincères représentants.

On retrouve en effet sur leur album tout ce qui a fait le charme de cette musique directe et franche, qu’on écoutait en dévalant le bitume ou en half-pipant dans les piscines abandonnées, le casque vissé sur les oreilles ou la boom-box posée sur le rebord. Bières, potes, skates, et c’est parti pour une après-midi de glande en famille, au son d’un Punk Hardcore tirant parfois sur le Crossover, et rappelant même les premières injonctions des SUICIDAL, sans toutefois en atteindre les sommets de rapidité et de véhémence.

Non, le Punk des BAD REACTION est mélodique, mais peut aussi se montrer très fast, avec une bordée de morceaux qui vont à l’essentiel, et qui suggèrent tout autant la rage juvénile des STUPIDS que l’enthousiasme mélodique débridé des PENNYWISE.

La tradition donc, respectée et vénérée, et au final, un LP d’une vingtaine de minutes qui donne la rage et l’envie de partir downtown chauffer quelques bulles pour expulser un trop plein d’énergie.

Alors, ça joue, court, concis et rapide, ça chante, avec cette voix de branleur qui balance ses slogans en y croyant dur comme fer, et derrière ça mouline, avec en exergue cette putain de basse gironde et brillante qui joue les seconds solistes.

En parlant de soliste, Ben en est un tout à fait capable, et torche quelques interventions notables, sans pour autant se départir de sa science rythmique assez confondante d’efficacité.

C’est manifeste sur des titres comme « 15 Seconds » ou « You Never Learn », sur lesquels le petit malin lâche quelques saillies en solo assez convaincantes, sans pour autant remplir les blancs ou ralentir la machine pleine d’allant.

En gros comme en détail, Making Friends is our Business n’est rien de moins qu’un brillant survol de plus de trente ans de Punk Californien, Hardcore ensoleillé, qui malgré sa violence manifeste savait toujours rester primesautier.

Alors, on lâche des mélodies, on se vautre dans le fun et les parties, mais on assume ses choix, et on fonce tout droit, pour un sacré clin d’œil aux DECENDENTS et autres LAGWAGON, sans perdre de vue ses propres conceptions.

Parfois, lorsque la machine s’emballe, le spectre de DRI croise la silhouette d’Ian MacKaye (« Eaten Alive », qui suggère aussi que nos quatre petits Californiens ont jeté une oreille sur les SDI et autres représentants d’un crossover Thrash/Punk patent), et la machine à tendance justement à souvent s’emballer, d’autant plus que les morceaux ne durent guère plus d’une minute (« No Rules, Thrashcore, Skatecore, enfin tout ce qui bastonne et finit par Core qu’on redemande encore).

Un poil de second degré et d’ironie développée pour un pamphlet à l’humour noir assumé (« The Ballad Of Phil Spector », back to 1982 avec la rage des CRO-MAGS diluée dans le coulé de guitare de Stephen Egerton), une basse qui n’a de cesse de claquer et frimer pour que le tempo ne cesse de grimper (« Aggravated Opinions »), et au final, un gros clin d’œil à la bande de Milo Aukerman, en suivant la piste de thématiques multiples qui transcendent le Punk des origines pour le rendre plus personnel (« Same Old Story », mélange du FLAG et des DESCENDENTS de Milo Goes To College).

En définitive, je ne sais toujours pas ce qu’il est advenu de ce groupe, ni s’il existe toujours. J’espère que oui, mais dans le cas contraire, Making Friends is our Business fait office de testament alléchant, qui tout en faisant regretter leur éventuelle disparition, rend hommage à leur diction musicale de leur vivant.

Et du coup, ils se sont fait un ami supplémentaire. Moi.

 Mais à la rigueur, j’étais déjà fan du SoCal avant l’heure, alors, ils ont juste prêché un converti.


Titres de l'album

  1. Voices
  2. You Never Learn
  3. Bright Community
  4. New Bohemians
  5. Alpha Male
  6. 15 Seconds
  7. Dead Rat
  8. Eaten Alive
  9. No Rules
  10. Guilt Trip
  11. Critical Times
  12. The Ballad Of Phil Spector
  13. Aggravated Opinion
  14. Personal Space
  15. Same Old Story

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/03/2017 à 16:38
85 %    349

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.