Alors que je me délectais à l’époque des sillons de mon vinyle blanc de Scum, ma mère me lança un regard sombre et un peu attristé, qu’elle souligna d’un « Attention, si tu tombes là-dedans, tu ne vas jamais te relever ». A l’époque, jeune chien fou en demande de sensations fortes, je ne prêtais qu’une attention discrète à son avertissement, certain d’avoir trouvé là le style qui allait me conforter dans mes ambitions bruitistes. Depuis, trente ans ont passé, et je me remémore souvent ce conseil qu’elle m’avait adressé dans un moment de tendresse effrayée. Et je dois admettre que ses propos étaient alors bienveillants et plein de bon sens. Car depuis, en effet, je ne m’en suis jamais relevé. Le Grind fait depuis des lustres partie de mon quotidien, comme le pain de mie beurré, la brosse à dents non essuyée, et les allers retours aux toilettes en prenant garde de bien m’essuyer. Mais dois-je pour autant le regretter ? Je me juge associable juste ce qu’il faut, et modérément aimable, ce qui me convient parfaitement. Et surtout, comment déplorer les heures passées sur la toile à la recherche d’un combo made in blasts, apte à épancher ma soif de violence et de rythmiques véhémentes ? Non, rien de rien, je ne regrette rien, et surtout pas d’avoir déniché ce matin un groupe italien, qui lui non plus n’a pas oublié les fondements d’un style qui ne supporte ni les timorés, ni les adeptes du conformisme outrancier. Leur nom ?

CAVERNICULAR. Leur premier album ? Man's Place in Nature. Sa pochette ? Une brouette de cadavres qui ne fait pas grand cas de la faible opinion qu’ils ont de leurs congénères, et de leur place sur une planète qu’ils ont eux-mêmes condamnée. Leur musique ? Un « subtil » mélange de Grind, de Powerviolence et de Grindviolence, pour une vingtaine de minutes d’outrance, bon enfant certes, mais qui sait quand même atteindre des sommets de violence.

Les CAVERNICULAR viennent donc de Palerme, et on déjà publié un premier effort auto-titré en novembre 2016, qui jetait les bases de leur euphorie rythmique. Dans le groupe, Toto crie, Sandro grogne, Furious G guitarise et Piparino blastise, pour un ballet de méchanceté instrumentale qui s’abreuve à la fontaine de jouvence si souvent recherchée. Ici, pas de triggage, pas de triche non plus, mais une sacrée référence aux influences les plus marquantes, des ASSUCK en passant par THE KILL, voire NAPALM évidemment, et aussi les BRUTAL TRUTH. En gros, l’abécédaire de brutalité international, qui ne supporte pas de voir sa musique si brute et pure dénaturée par des effets de studio destinés à soi-disant « l’enjoliver ». Ici, on bourrine non-stop, on accélère, on accélère encore, on lâche parfois quelques riffs bien mosh, mais on prend grand soin de faire peur aux mioches. Tout ça joue très vite, mais ils le disent d’ailleurs eux-mêmes dans leur très courte bio. Bio qu’ils agrémentent de leur CV passé et présent, en évoquant leurs projets parallèles comme L.E.A.R.N., ANF, HAEMOPHAGUS, FECCIA TRICOLORE, ou UNDEAD CREEP, ce qui permettra sans doute aux puristes de l’underground européen de situer les débats. Difficile de parler d’un groupe qui fait beaucoup de boucan, mais sachez quand même qu’ils prennent le temps de poser des climats et ambiances, qu’ils détruisent soudain d’accès de colères bien vilains. C’est du Grind, du vrai, avec des BPM affolés, mais aussi du Powerviolence, du bon, de celui qu’on retrouve du côté de Boston, Washington ou du Mexique pourquoi pas, qui a su rester solide et carré dans l’interprétation, même si parfois, le quatuor se laisse aller à une fulgurance sans raisons (« Dope », trois secondes de « You Suffer » qui font du bien par où elles passent…).

Les gus terminent même leur effort par quelques dissonances striées de samples en arrière-plan, histoire de s’assurer que nos oreilles sont bel et bien bousillées.

C’est méchamment efficace çà défaut d’être original, et ça prouve que désormais, les italiens sont à l’aise dans tous les domaines, un peu comme leurs cousins suédois. On retrouve les sensations ressenties lors des sorties de premiers 7’’ de Grind, et cet affolement délicieux nous débarrassant de nos pellicules dans un joli mouvement de cheveux. La production permet de saisir toutes les nuances, même les plus graves, et la complémentarité des voix est vraiment efficace, dans une longue tradition Barney/Mitch qui s’échangent depuis vingt ans les accès de démence. Pas plus d’une minute et quelques par titres, mais c’est largement suffisant, d’autant plus que les musiciens concentrent leurs idées, et peuvent compter sur une précision diabolique pour les exécuter. Bons musiciens, qui font du bruit parce qu’ils aiment bien, mais qui savent aussi se montrer catchy lorsque la batterie se fixe sur un mid (« Drops Of Lexotan »). C’est parfois même salement crade et dissonant (« First Choice Meat »), et ça prend même son temps pour faire remonter à la surface le temps béni des maxis de NAPALM avec Lee (« The Lady In Yellow », qu’on croirait exhumé de séances issues de Mentally Murdered, avec cette touche Death glauque en bonus).

Intense, fou, ce premier LP/EP ne se lasse pas de nous bousculer, et présente un groupe sûr de son fait, qui fera sans doute bientôt partie des grands. Mais en substance, et au vu de la densité de la production, Man's Place in Nature se révèle un excellent jet Grind/Power, qui finalement, donne raison à ma maman. Devrais-je regretter un jour d’avoir posé mes oreilles sur des vinyles à la vitesse exagérée ?

Non.

Désolé maman, mais le Grind, c’est trop bon. Surtout lorsqu’il est bien joué, et à fond.    

Bandcamp officiel


           

par mortne2001 le 04/10/2017 à 14:53
75 %    352

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)