Alors que je me délectais à l’époque des sillons de mon vinyle blanc de Scum, ma mère me lança un regard sombre et un peu attristé, qu’elle souligna d’un « Attention, si tu tombes là-dedans, tu ne vas jamais te relever ». A l’époque, jeune chien fou en demande de sensations fortes, je ne prêtais qu’une attention discrète à son avertissement, certain d’avoir trouvé là le style qui allait me conforter dans mes ambitions bruitistes. Depuis, trente ans ont passé, et je me remémore souvent ce conseil qu’elle m’avait adressé dans un moment de tendresse effrayée. Et je dois admettre que ses propos étaient alors bienveillants et plein de bon sens. Car depuis, en effet, je ne m’en suis jamais relevé. Le Grind fait depuis des lustres partie de mon quotidien, comme le pain de mie beurré, la brosse à dents non essuyée, et les allers retours aux toilettes en prenant garde de bien m’essuyer. Mais dois-je pour autant le regretter ? Je me juge associable juste ce qu’il faut, et modérément aimable, ce qui me convient parfaitement. Et surtout, comment déplorer les heures passées sur la toile à la recherche d’un combo made in blasts, apte à épancher ma soif de violence et de rythmiques véhémentes ? Non, rien de rien, je ne regrette rien, et surtout pas d’avoir déniché ce matin un groupe italien, qui lui non plus n’a pas oublié les fondements d’un style qui ne supporte ni les timorés, ni les adeptes du conformisme outrancier. Leur nom ?

CAVERNICULAR. Leur premier album ? Man's Place in Nature. Sa pochette ? Une brouette de cadavres qui ne fait pas grand cas de la faible opinion qu’ils ont de leurs congénères, et de leur place sur une planète qu’ils ont eux-mêmes condamnée. Leur musique ? Un « subtil » mélange de Grind, de Powerviolence et de Grindviolence, pour une vingtaine de minutes d’outrance, bon enfant certes, mais qui sait quand même atteindre des sommets de violence.

Les CAVERNICULAR viennent donc de Palerme, et on déjà publié un premier effort auto-titré en novembre 2016, qui jetait les bases de leur euphorie rythmique. Dans le groupe, Toto crie, Sandro grogne, Furious G guitarise et Piparino blastise, pour un ballet de méchanceté instrumentale qui s’abreuve à la fontaine de jouvence si souvent recherchée. Ici, pas de triggage, pas de triche non plus, mais une sacrée référence aux influences les plus marquantes, des ASSUCK en passant par THE KILL, voire NAPALM évidemment, et aussi les BRUTAL TRUTH. En gros, l’abécédaire de brutalité international, qui ne supporte pas de voir sa musique si brute et pure dénaturée par des effets de studio destinés à soi-disant « l’enjoliver ». Ici, on bourrine non-stop, on accélère, on accélère encore, on lâche parfois quelques riffs bien mosh, mais on prend grand soin de faire peur aux mioches. Tout ça joue très vite, mais ils le disent d’ailleurs eux-mêmes dans leur très courte bio. Bio qu’ils agrémentent de leur CV passé et présent, en évoquant leurs projets parallèles comme L.E.A.R.N., ANF, HAEMOPHAGUS, FECCIA TRICOLORE, ou UNDEAD CREEP, ce qui permettra sans doute aux puristes de l’underground européen de situer les débats. Difficile de parler d’un groupe qui fait beaucoup de boucan, mais sachez quand même qu’ils prennent le temps de poser des climats et ambiances, qu’ils détruisent soudain d’accès de colères bien vilains. C’est du Grind, du vrai, avec des BPM affolés, mais aussi du Powerviolence, du bon, de celui qu’on retrouve du côté de Boston, Washington ou du Mexique pourquoi pas, qui a su rester solide et carré dans l’interprétation, même si parfois, le quatuor se laisse aller à une fulgurance sans raisons (« Dope », trois secondes de « You Suffer » qui font du bien par où elles passent…).

Les gus terminent même leur effort par quelques dissonances striées de samples en arrière-plan, histoire de s’assurer que nos oreilles sont bel et bien bousillées.

C’est méchamment efficace çà défaut d’être original, et ça prouve que désormais, les italiens sont à l’aise dans tous les domaines, un peu comme leurs cousins suédois. On retrouve les sensations ressenties lors des sorties de premiers 7’’ de Grind, et cet affolement délicieux nous débarrassant de nos pellicules dans un joli mouvement de cheveux. La production permet de saisir toutes les nuances, même les plus graves, et la complémentarité des voix est vraiment efficace, dans une longue tradition Barney/Mitch qui s’échangent depuis vingt ans les accès de démence. Pas plus d’une minute et quelques par titres, mais c’est largement suffisant, d’autant plus que les musiciens concentrent leurs idées, et peuvent compter sur une précision diabolique pour les exécuter. Bons musiciens, qui font du bruit parce qu’ils aiment bien, mais qui savent aussi se montrer catchy lorsque la batterie se fixe sur un mid (« Drops Of Lexotan »). C’est parfois même salement crade et dissonant (« First Choice Meat »), et ça prend même son temps pour faire remonter à la surface le temps béni des maxis de NAPALM avec Lee (« The Lady In Yellow », qu’on croirait exhumé de séances issues de Mentally Murdered, avec cette touche Death glauque en bonus).

Intense, fou, ce premier LP/EP ne se lasse pas de nous bousculer, et présente un groupe sûr de son fait, qui fera sans doute bientôt partie des grands. Mais en substance, et au vu de la densité de la production, Man's Place in Nature se révèle un excellent jet Grind/Power, qui finalement, donne raison à ma maman. Devrais-je regretter un jour d’avoir posé mes oreilles sur des vinyles à la vitesse exagérée ?

Non.

Désolé maman, mais le Grind, c’est trop bon. Surtout lorsqu’il est bien joué, et à fond.    

Bandcamp officiel


           

par mortne2001 le 04/10/2017 à 14:53
75 %    300

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)