Mask of Morality

Salems Lott

06/04/2018

Rēd Moon Rēcords

Me voilà rassuré, Hollywood n’a rien perdu de sa superbe ni de son sens du spectacle. Il faut dire que la scène Hard Rock devenait un peu triste ces derniers temps, et perdait de vue les excès de ses origines…Entre les adorateurs du passé incapables d’extirper leurs modèles d’un schéma bien établi, les tristes sires nous plombant le moral de leurs leçons de morale, les tournées d’adieux sans fin des cadors et les pastiches plus ou moins grotesques, il n’y avait pas vraiment de quoi s’enthousiasmer. D’aucuns me diront que la musique en tant qu’art peut se vouloir sérieuse, et délivrer des messages construits, argument auquel j’opposerai un gros besoin de fun. Non pour s’évader d’une réalité qu’il faut bien affronter, mais pour lui faire face avec un peu plus d’énergie et d’espoir. Alors oui, je l’affirme, nous avons besoin de groupes comme SALEMS LOTT, qui au-delà d’une apparence chamarrée et de looks bigarrés propose une vision du quotidien lucide, mais surtout une musique qui essaie de s’extirper de sa condition figée pour s’ancrer dans un réalisme qui fait souvent défaut aux créateurs actuels. Il serait pourtant facile à la vision des photos promo et des clips lâchés sur Youtube de les ranger dans la catégorie des amuseurs fardés, s’en remettant à quelques astuces d’enrobage et de production pour se distinguer de la masse, mais une simple écoute de leur musique et de leur message suffit à comprendre qu’ils sont beaucoup plus que ça. Frondeurs par nécessité, provocateurs par besoin, ces américains pur jus n’en sont pas pour autant les clowns que certains imaginent, mais bien des musiciens solides et des compositeurs habiles, capables de trousser de véritables hymnes sans occulter le monde qui les entoure.

Se revendiquant d’un Shock-Rock à la Alice COOPER, mais se consacrant corps et âme à la pratique d’un Hard Rock flamboyant et légèrement Power sur les bords, les SALEMS LOTT pourraient tout aussi bien se rattacher à la vague Visual-Key de la fin des années 90, sans en emprunter tous les tics irritants. Formé fin 2013, le groupe peut s’enorgueillir d’avoir créé sa propre structure de publication et d’édition, d’avoir bourré à craquer des salles mythiques comme le Roxy Theatre, le House Of Blues, ou le Whisky a Go-Go, et surtout, d’avoir mis sur le marché l’un des EP les plus excitants du moment, ce fameux Salems Lott éponyme paru il y a trois ans. Alliant provocation visuelle (les musiciens ressemblent à des enfants illégitimes des PRETTY BOY FLOYD et de GENOCIDE) et clinquant musical, le quatuor peu discret mais disert (Kay Wada - basse, Tony F. Corpse - batterie, Jett Black - guitare/chœurs et Monroe Black - chant/guitare) nous offre donc aujourd’hui une vue panoramique de la suite de ses aventures, sous la forme d’un long qu’un nouvel EP avait préfiguré il y a un an. Mask Of Morality reprend donc les trois titres déjà parus en 2017 (« Enigma », « When Heaven Comes Down » et « You Can’t Hide From The Beast Inside »), qu’on retrouve ici en ouverture, et les complète avec les sept autres morceaux inédits, qui une fois assemblés forment une litanie dédiée à l’individualisme, à la pensée personnelle, et au désir de se détacher d’une masse sociétale de suiveurs adoptant un comportement en adéquation avec les attentes de gouvernements peu amènes à satisfaire les instincts personnels de leur peuple. Une vieille affaire de révolte, de refus des convenances, et de libre-arbitre, thèmes récurrents dans le Rock qui trouvent ici une lumière nouvelle, à mi-chemin entre un show carnavalesque et une prise de conscience exubérante qui accepte la musique comme exutoire, et la liberté comme catharsis.

Toute cette prose ne doit pas vraiment vous aider à savoir à quelle sauce musicale vous allez être mangés, mais il serait peut-être trop facile de voir en ce premier LP un équivalent contemporain au Theater Of Pain de MÖTLEY CRÜE, graphiquement et thématiquement parlant. Artistiquement, il en est pourtant assez éloigné, reprenant plus volontiers les codes du Heavy clinquant japonais, et quelques bribes de philosophie Power-Metal européenne, tout en proposant de nouvelles pistes mélodiques très agréables à suivre. Et au bout du compte, il devient très difficile de situer les originaires d’Hollywood, qui prennent un malin plaisir à brouiller les pistes, non consciemment, mais en jouant leur musique, butinant un peu partout de quoi polliniser des fleurs éclatantes de couleurs chatoyantes. Association d’un message individualiste et de chansons étranges, empruntant tout autant au Hard-Rock californien qu’au Heavy Metal à l’allemande, Mask Of Morality se veut tremplin de talents individuels, qui une fois mis en commun aboutissent à la gestation de morceaux terriblement attachants, et séduisants, à l’image de cet ambivalent, fragile et épique « Shattered To Pieces », qui allie la délicatesse d’une harmonie subtile à l’emphase d’une structure opératique flamboyante. Mais loin de se poser en indécrottables romantiques, les américains n’ont pas oublié comment les instrumentistes de leur pays sont capables de faire hurler les décibels et brûler les frontières, lorsqu’ils s’abandonnent enfin aux joies d’un Power/Speed aussi empreint de la vague nippone de Metal brûlant que de celle plus réaliste du RIOT de Thundersteel (« Thin Ice »). Se montrant aussi allusif que franc, le quatuor n’hésite pas à flirter avec le Thrash moderne pour imposer son point de vue, ce que l’introductif et déjà connu « Enigma » prouve de sa rythmique pulmonaire et de sa guitare létale. Dextérité, fluidité, variété, telles sont donc les qualités mises en avant sur un premier album faisant aussi la part belle aux arrangements, en trouvant toujours la bonne approche pour donner encore plus d’ampleur à des chansons déjà bien carton.

Et on se prend facilement au jeu, tant leur Hard-Rock estampillé 2018 sait se montrer mordant, et délicatement synthétique, sans tomber dans l’Alternatif stérile (« Royal Desperado »), tout autant que puissant et mélodique sur l’instant (« Fatal Attraction » et sa rythmique ludique). Mettant à profit toutes les armes de leur arsenal, les SALEMS LOTT proposent de belles envolées sur fond de sextolets (« Mother Of Chains », qui rappelle autant la deuxième vague de Heavy US que la véhémence européenne des JUDAS PRIEST), et surtout, un final homérique de plus de sept minutes qui prouve que leur créativité est en parfaite adéquation avec leur sens du spectacle auditif. En tant qu’épilogue, « Alexandria’s Genesis » est l’apothéose que nous étions en droit d’attendre d’un ensemble qui refuse toute limite, et qui joue crânement sa carte sans se soucier d’en faire trop ou pas assez. Catapulté encore une fois par une rythmique qui explose tout sur son passage, et doté d’une puissance complètement Thrash, cet ultime morceau incarne l’au-revoir digne d’un quatuor qui sait ce qu’il vaut, et qui réconcilie dans un même élan Power symphonique, Thrash apocalyptique et théâtralité dramatique, pour imposer un style qui n’appartient qu’à lui. Ramage adapté au plumage, foi en un art consommé de l’excès, Mask Of Morality fait tomber les masques des usurpateurs qui se contentent souvent d’exhumer les artefacts du passé pour avancer vers leur avenir. Une déclaration d’intention sans humilité, mais qui peut compter sur ses propres qualités pour s’imposer. Et surtout, une façon s’envisager le Hard et le Heavy de papa sous le point de vue des enfants de la génération suivante, qui refuse de rester dans l’ombre, ou d’adopter les grimaces qu’on essaie de lui imposer. Pas forcément discret, mais nous sommes là pour assister à un spectacle non ? Et c’est exactement ce que les SALEMS LOTT nous offrent…


Titres de l'album:

  1. Enigma
  2. When Heaven Comes Down
  3. You Can't Hide from the Beast Inside
  4. Higher Anguish
  5. Royal Desperado
  6. Fatal Attraction
  7. Shattered to Pieces
  8. Thin Ice
  9. Mother of Chains
  10. Alexandria's Genesis

Site officiel


par mortne2001 le 25/04/2018 à 14:10
80 %    629

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52