Mask of Morality

Salems Lott

06/04/2018

Rēd Moon Rēcords

Me voilà rassuré, Hollywood n’a rien perdu de sa superbe ni de son sens du spectacle. Il faut dire que la scène Hard Rock devenait un peu triste ces derniers temps, et perdait de vue les excès de ses origines…Entre les adorateurs du passé incapables d’extirper leurs modèles d’un schéma bien établi, les tristes sires nous plombant le moral de leurs leçons de morale, les tournées d’adieux sans fin des cadors et les pastiches plus ou moins grotesques, il n’y avait pas vraiment de quoi s’enthousiasmer. D’aucuns me diront que la musique en tant qu’art peut se vouloir sérieuse, et délivrer des messages construits, argument auquel j’opposerai un gros besoin de fun. Non pour s’évader d’une réalité qu’il faut bien affronter, mais pour lui faire face avec un peu plus d’énergie et d’espoir. Alors oui, je l’affirme, nous avons besoin de groupes comme SALEMS LOTT, qui au-delà d’une apparence chamarrée et de looks bigarrés propose une vision du quotidien lucide, mais surtout une musique qui essaie de s’extirper de sa condition figée pour s’ancrer dans un réalisme qui fait souvent défaut aux créateurs actuels. Il serait pourtant facile à la vision des photos promo et des clips lâchés sur Youtube de les ranger dans la catégorie des amuseurs fardés, s’en remettant à quelques astuces d’enrobage et de production pour se distinguer de la masse, mais une simple écoute de leur musique et de leur message suffit à comprendre qu’ils sont beaucoup plus que ça. Frondeurs par nécessité, provocateurs par besoin, ces américains pur jus n’en sont pas pour autant les clowns que certains imaginent, mais bien des musiciens solides et des compositeurs habiles, capables de trousser de véritables hymnes sans occulter le monde qui les entoure.

Se revendiquant d’un Shock-Rock à la Alice COOPER, mais se consacrant corps et âme à la pratique d’un Hard Rock flamboyant et légèrement Power sur les bords, les SALEMS LOTT pourraient tout aussi bien se rattacher à la vague Visual-Key de la fin des années 90, sans en emprunter tous les tics irritants. Formé fin 2013, le groupe peut s’enorgueillir d’avoir créé sa propre structure de publication et d’édition, d’avoir bourré à craquer des salles mythiques comme le Roxy Theatre, le House Of Blues, ou le Whisky a Go-Go, et surtout, d’avoir mis sur le marché l’un des EP les plus excitants du moment, ce fameux Salems Lott éponyme paru il y a trois ans. Alliant provocation visuelle (les musiciens ressemblent à des enfants illégitimes des PRETTY BOY FLOYD et de GENOCIDE) et clinquant musical, le quatuor peu discret mais disert (Kay Wada - basse, Tony F. Corpse - batterie, Jett Black - guitare/chœurs et Monroe Black - chant/guitare) nous offre donc aujourd’hui une vue panoramique de la suite de ses aventures, sous la forme d’un long qu’un nouvel EP avait préfiguré il y a un an. Mask Of Morality reprend donc les trois titres déjà parus en 2017 (« Enigma », « When Heaven Comes Down » et « You Can’t Hide From The Beast Inside »), qu’on retrouve ici en ouverture, et les complète avec les sept autres morceaux inédits, qui une fois assemblés forment une litanie dédiée à l’individualisme, à la pensée personnelle, et au désir de se détacher d’une masse sociétale de suiveurs adoptant un comportement en adéquation avec les attentes de gouvernements peu amènes à satisfaire les instincts personnels de leur peuple. Une vieille affaire de révolte, de refus des convenances, et de libre-arbitre, thèmes récurrents dans le Rock qui trouvent ici une lumière nouvelle, à mi-chemin entre un show carnavalesque et une prise de conscience exubérante qui accepte la musique comme exutoire, et la liberté comme catharsis.

Toute cette prose ne doit pas vraiment vous aider à savoir à quelle sauce musicale vous allez être mangés, mais il serait peut-être trop facile de voir en ce premier LP un équivalent contemporain au Theater Of Pain de MÖTLEY CRÜE, graphiquement et thématiquement parlant. Artistiquement, il en est pourtant assez éloigné, reprenant plus volontiers les codes du Heavy clinquant japonais, et quelques bribes de philosophie Power-Metal européenne, tout en proposant de nouvelles pistes mélodiques très agréables à suivre. Et au bout du compte, il devient très difficile de situer les originaires d’Hollywood, qui prennent un malin plaisir à brouiller les pistes, non consciemment, mais en jouant leur musique, butinant un peu partout de quoi polliniser des fleurs éclatantes de couleurs chatoyantes. Association d’un message individualiste et de chansons étranges, empruntant tout autant au Hard-Rock californien qu’au Heavy Metal à l’allemande, Mask Of Morality se veut tremplin de talents individuels, qui une fois mis en commun aboutissent à la gestation de morceaux terriblement attachants, et séduisants, à l’image de cet ambivalent, fragile et épique « Shattered To Pieces », qui allie la délicatesse d’une harmonie subtile à l’emphase d’une structure opératique flamboyante. Mais loin de se poser en indécrottables romantiques, les américains n’ont pas oublié comment les instrumentistes de leur pays sont capables de faire hurler les décibels et brûler les frontières, lorsqu’ils s’abandonnent enfin aux joies d’un Power/Speed aussi empreint de la vague nippone de Metal brûlant que de celle plus réaliste du RIOT de Thundersteel (« Thin Ice »). Se montrant aussi allusif que franc, le quatuor n’hésite pas à flirter avec le Thrash moderne pour imposer son point de vue, ce que l’introductif et déjà connu « Enigma » prouve de sa rythmique pulmonaire et de sa guitare létale. Dextérité, fluidité, variété, telles sont donc les qualités mises en avant sur un premier album faisant aussi la part belle aux arrangements, en trouvant toujours la bonne approche pour donner encore plus d’ampleur à des chansons déjà bien carton.

Et on se prend facilement au jeu, tant leur Hard-Rock estampillé 2018 sait se montrer mordant, et délicatement synthétique, sans tomber dans l’Alternatif stérile (« Royal Desperado »), tout autant que puissant et mélodique sur l’instant (« Fatal Attraction » et sa rythmique ludique). Mettant à profit toutes les armes de leur arsenal, les SALEMS LOTT proposent de belles envolées sur fond de sextolets (« Mother Of Chains », qui rappelle autant la deuxième vague de Heavy US que la véhémence européenne des JUDAS PRIEST), et surtout, un final homérique de plus de sept minutes qui prouve que leur créativité est en parfaite adéquation avec leur sens du spectacle auditif. En tant qu’épilogue, « Alexandria’s Genesis » est l’apothéose que nous étions en droit d’attendre d’un ensemble qui refuse toute limite, et qui joue crânement sa carte sans se soucier d’en faire trop ou pas assez. Catapulté encore une fois par une rythmique qui explose tout sur son passage, et doté d’une puissance complètement Thrash, cet ultime morceau incarne l’au-revoir digne d’un quatuor qui sait ce qu’il vaut, et qui réconcilie dans un même élan Power symphonique, Thrash apocalyptique et théâtralité dramatique, pour imposer un style qui n’appartient qu’à lui. Ramage adapté au plumage, foi en un art consommé de l’excès, Mask Of Morality fait tomber les masques des usurpateurs qui se contentent souvent d’exhumer les artefacts du passé pour avancer vers leur avenir. Une déclaration d’intention sans humilité, mais qui peut compter sur ses propres qualités pour s’imposer. Et surtout, une façon s’envisager le Hard et le Heavy de papa sous le point de vue des enfants de la génération suivante, qui refuse de rester dans l’ombre, ou d’adopter les grimaces qu’on essaie de lui imposer. Pas forcément discret, mais nous sommes là pour assister à un spectacle non ? Et c’est exactement ce que les SALEMS LOTT nous offrent…


Titres de l'album:

  1. Enigma
  2. When Heaven Comes Down
  3. You Can't Hide from the Beast Inside
  4. Higher Anguish
  5. Royal Desperado
  6. Fatal Attraction
  7. Shattered to Pieces
  8. Thin Ice
  9. Mother of Chains
  10. Alexandria's Genesis

Site officiel


par mortne2001 le 25/04/2018 à 14:10
80 %    543

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07