Lorsqu’on évoque le cas du BM médiéval, on a souvent tendance à penser à de délicates évasions bucoliques le long de chemins anciens, promenades rythmées de mélodies Folk un peu niaiseuses sur les bords. Or il convient bien de faire la différence entre le Black d’obédience médiévale et le Black Folk, qui ne partagent finalement que quelques astuces instrumentales et des obsessions pour l’histoire et les traditions. Là où le second reste parfois focalisé sur des harmonies que la musique traditionnelle utilise depuis des siècles, le premier opte pour une brutalité de ton qui se voit mâtinée d’influences plus acoustiques, et d’orchestrations plus rudes, sans pour autant occulter la délicatesse de progressions tout à fait charmantes. Parfois. Car selon les auteurs, l’aspect brutal peut se voir privilégier au détriment d’une méthode de composition plus abordable, et de fait, produire des œuvres envoutantes, juxtaposant la violence la plus crue à la subtilité la plus vraie. C’est indéniablement le cas des français de DARKENHOLD, qui depuis 2008 continuent leur travail d’exploration des légendes anciennes, au travers d’une musique aussi riche qu’âpre, et sans connaître la moindre baisse d’inspiration. Pas moins de quatre longue-durée à leur actif, A Passage to the Towers en 2010, Echoes From the Stone Keeper en 2012 et Castellum en 2014, avant trois années de silence pour accoucher non d’un revirement, mais d’une adaptation de la trajectoire en 2017, via ce Memoria Sylvarum à l’ambiance plus sombre et aux atmosphères délétères plus travaillées. Sorti à compte d’auteur en version CD, ce quatrième voyage de DARKENHOLD se verra au mois de septembre honoré d’une réédition via Les Acteurs de l’Ombre, qui en proposeront une version vinyle limitée à 500 exemplaires, dont il faudra vite s’emparer sous peine de voir l’objet transformé en collector hors de prix. Car outre sa thématique toujours de saison, cet album peut aussi se targuer de proposer l’une des formes de BM les plus abouties et audacieuses du marché.

Toujours mené de front par le duo Cervantes (chant,) et Aldébaran (guitare, claviers, basse, chœurs), DARKENHOLD vous propose donc avec Memoria Sylvarum des pérégrinations forestières à la recherche d’une connexion entre l’âme et les sources naturelles oubliées, en admirant au passage les ruines qui jonchent ce voyage, aussi introspectif que contemplatif. Si une fois encore, Aldébaran a pris en charge l’intégralité de l’orchestration et Cervantes la totalité des textes, le duo a privilégié une optique beaucoup plus directe et crue pour illustrer son propos. Musicalement, les thématiques n’ont pas vraiment changé des obsessions séculaires du partenariat, mais on note un durcissement global du ton, qui s’illustre dans des riffs beaucoup plus sales qu’à l’ordinaire, entachés d’un grain  leur conférant un aspect plus « raw » que la moyenne. Mais loin de handicaper le projet, cette soudaine volonté de sortir de ses propres rangs et de sa zone de confort confère à Memoria Sylvarum un petit surplus d’inédit, et surtout, une crédibilité musicale quant à ses aspirations nostalgiques et traditionnalistes. Si la patine acoustique n’a évidemment pas disparu au profit d’un BM plus linéaire et disons-le, « classique », elle s’en trouve sublimée par l’emploi de cordes pures et d’harmonies l’étant tout autant, ce qui permet d’accentuer la dualité entre les deux aspects de la musique de DARKENHOLD. A cheval entre un Black typiquement 90’s et des mélodies Folk intemporelles, le groupe se permet de concrétiser sa vision d’un passé qu’il convient d’honorer à ses justes mérites, pour mieux s’y plonger histoire de ne pas perdre le lien avec l’histoire et les souvenirs.

Une fois encore, chaque titre est un canevas tissé à la main, aux mailles serrées avec soin, ou au contraire laissées un peu lâches. Les notes sonnent comme si elles avaient été choisies avec précision, et chaque son semble parfaitement à sa place, sans que l’ensemble ne paraisse un peu trop précis et stérile. La sauvagerie des plans BM les plus agressifs permet de contrebalancer le choix des harmonies les plus claires, ce qui autorise un équilibre stable, sans pour autant nous engoncer dans un sentiment de sécurité un peu trop prononcé. Ici, l’aventure louvoie, accélère le pas, s’arrête pour contempler, mais ne nous ennuie que très rarement de clichés et autres litanies de carte postale pour touriste en mal d’authenticité. Pourtant, tout l’est ici, et saluons le travail de production et d’écriture du combo qui est parvenu à trouver le son idoine pour mettre en exergue sa vision, celle d’une nature à l’appel pressant, et au passé aux souvenirs persistants. Sonnant daté sans paraître éculé, ce quatrième album s’accorde parfaitement de sa thématique, et nous offre une démonstration de force que « Sombre Val » introduit de sa puissance et de sa superbe. En choisissant un morceau court et percutant pour ouvrir les portes de leur quatrième odyssée, le duo a fait le bon choix et accroche l’oreille qui se voit immédiatement bousculée par une débauche de violence contrôlée suscitant autant de questions qu’elle n’apporte de réponses.

Mais cette oreille est aussi caressée par des évolutions beaucoup plus progressives, comme le confirment des segments aussi ambitieux que « A l’Orée de l’Escalier Sylvestre » ou le final “Présence des Orbes”, qui de leurs superpositions et autres variations de ton nous entraînent dans un voyage où le choc temporel est immédiatement atténué par la douceur des déambulations bucoliques. Et si l’on occulte la courte transition synthétique « La Grotte de la Chèvre d’Or », et son clavier embrumé, tous les morceaux font montre d’une orchestration analogique déterminée et déterminante, qui permet à Memoria Sylvarum de se démarquer brillamment de ses trois aînés et d’assurer sa place méritée dans la mythologie du groupe. Mid tempi martelés, soudainement embarqués dans des envolées brutales, voix sous-mixée pour accentuer le mysticisme du périple (« Sous la Voûte de Chênes » et son acoustique sublime transcendant un riff des plus simples, avant d’errer le long des routes Heavy avec superbe), volonté de ne pas choisir entre modération et débordements bruitistes majestueux (« Clameur de Falaises », l’un des plus heurtés du lot avec sa partie de batterie chaotique), pour un résultat global extraordinaire, qui n’a négligé aucun détail pour parfaire son concept. En optant pour une âpreté nouvelle, les DARKENHOLD, sans se départir de leur sens mélodique folklorique (dans le sens le plus noble du terme) signent là un travail exemplaire, qui de sa douceur nostalgique nous évoque les ruines d’antan, et qui de sa puissance nous ramène violemment vers un passé que le présent à souvent tendance à oublier. Reconnaissons leur ce devoir de mémoire impeccablement mis en forme.

     

Titres de l'album:

                        1. Sombre Val

                        2. La Chevauchée des Esprits de Jadis

                        3. Ruines Scellées en la Vieille Forêt

                        4. A l’Orée de l’Escalier Sylvestre

                        5. La Grotte de la Chèvre d’or

                        6. Sous la Voûte de Chênes

                        7. Clameur des Falaises

                        8. Errances [Lueur des Sources Oubliées]

                        9. Présence des Orbes

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2018 à 17:16
88 %    360

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.