Lorsqu’on évoque le cas du BM médiéval, on a souvent tendance à penser à de délicates évasions bucoliques le long de chemins anciens, promenades rythmées de mélodies Folk un peu niaiseuses sur les bords. Or il convient bien de faire la différence entre le Black d’obédience médiévale et le Black Folk, qui ne partagent finalement que quelques astuces instrumentales et des obsessions pour l’histoire et les traditions. Là où le second reste parfois focalisé sur des harmonies que la musique traditionnelle utilise depuis des siècles, le premier opte pour une brutalité de ton qui se voit mâtinée d’influences plus acoustiques, et d’orchestrations plus rudes, sans pour autant occulter la délicatesse de progressions tout à fait charmantes. Parfois. Car selon les auteurs, l’aspect brutal peut se voir privilégier au détriment d’une méthode de composition plus abordable, et de fait, produire des œuvres envoutantes, juxtaposant la violence la plus crue à la subtilité la plus vraie. C’est indéniablement le cas des français de DARKENHOLD, qui depuis 2008 continuent leur travail d’exploration des légendes anciennes, au travers d’une musique aussi riche qu’âpre, et sans connaître la moindre baisse d’inspiration. Pas moins de quatre longue-durée à leur actif, A Passage to the Towers en 2010, Echoes From the Stone Keeper en 2012 et Castellum en 2014, avant trois années de silence pour accoucher non d’un revirement, mais d’une adaptation de la trajectoire en 2017, via ce Memoria Sylvarum à l’ambiance plus sombre et aux atmosphères délétères plus travaillées. Sorti à compte d’auteur en version CD, ce quatrième voyage de DARKENHOLD se verra au mois de septembre honoré d’une réédition via Les Acteurs de l’Ombre, qui en proposeront une version vinyle limitée à 500 exemplaires, dont il faudra vite s’emparer sous peine de voir l’objet transformé en collector hors de prix. Car outre sa thématique toujours de saison, cet album peut aussi se targuer de proposer l’une des formes de BM les plus abouties et audacieuses du marché.

Toujours mené de front par le duo Cervantes (chant,) et Aldébaran (guitare, claviers, basse, chœurs), DARKENHOLD vous propose donc avec Memoria Sylvarum des pérégrinations forestières à la recherche d’une connexion entre l’âme et les sources naturelles oubliées, en admirant au passage les ruines qui jonchent ce voyage, aussi introspectif que contemplatif. Si une fois encore, Aldébaran a pris en charge l’intégralité de l’orchestration et Cervantes la totalité des textes, le duo a privilégié une optique beaucoup plus directe et crue pour illustrer son propos. Musicalement, les thématiques n’ont pas vraiment changé des obsessions séculaires du partenariat, mais on note un durcissement global du ton, qui s’illustre dans des riffs beaucoup plus sales qu’à l’ordinaire, entachés d’un grain  leur conférant un aspect plus « raw » que la moyenne. Mais loin de handicaper le projet, cette soudaine volonté de sortir de ses propres rangs et de sa zone de confort confère à Memoria Sylvarum un petit surplus d’inédit, et surtout, une crédibilité musicale quant à ses aspirations nostalgiques et traditionnalistes. Si la patine acoustique n’a évidemment pas disparu au profit d’un BM plus linéaire et disons-le, « classique », elle s’en trouve sublimée par l’emploi de cordes pures et d’harmonies l’étant tout autant, ce qui permet d’accentuer la dualité entre les deux aspects de la musique de DARKENHOLD. A cheval entre un Black typiquement 90’s et des mélodies Folk intemporelles, le groupe se permet de concrétiser sa vision d’un passé qu’il convient d’honorer à ses justes mérites, pour mieux s’y plonger histoire de ne pas perdre le lien avec l’histoire et les souvenirs.

Une fois encore, chaque titre est un canevas tissé à la main, aux mailles serrées avec soin, ou au contraire laissées un peu lâches. Les notes sonnent comme si elles avaient été choisies avec précision, et chaque son semble parfaitement à sa place, sans que l’ensemble ne paraisse un peu trop précis et stérile. La sauvagerie des plans BM les plus agressifs permet de contrebalancer le choix des harmonies les plus claires, ce qui autorise un équilibre stable, sans pour autant nous engoncer dans un sentiment de sécurité un peu trop prononcé. Ici, l’aventure louvoie, accélère le pas, s’arrête pour contempler, mais ne nous ennuie que très rarement de clichés et autres litanies de carte postale pour touriste en mal d’authenticité. Pourtant, tout l’est ici, et saluons le travail de production et d’écriture du combo qui est parvenu à trouver le son idoine pour mettre en exergue sa vision, celle d’une nature à l’appel pressant, et au passé aux souvenirs persistants. Sonnant daté sans paraître éculé, ce quatrième album s’accorde parfaitement de sa thématique, et nous offre une démonstration de force que « Sombre Val » introduit de sa puissance et de sa superbe. En choisissant un morceau court et percutant pour ouvrir les portes de leur quatrième odyssée, le duo a fait le bon choix et accroche l’oreille qui se voit immédiatement bousculée par une débauche de violence contrôlée suscitant autant de questions qu’elle n’apporte de réponses.

Mais cette oreille est aussi caressée par des évolutions beaucoup plus progressives, comme le confirment des segments aussi ambitieux que « A l’Orée de l’Escalier Sylvestre » ou le final “Présence des Orbes”, qui de leurs superpositions et autres variations de ton nous entraînent dans un voyage où le choc temporel est immédiatement atténué par la douceur des déambulations bucoliques. Et si l’on occulte la courte transition synthétique « La Grotte de la Chèvre d’Or », et son clavier embrumé, tous les morceaux font montre d’une orchestration analogique déterminée et déterminante, qui permet à Memoria Sylvarum de se démarquer brillamment de ses trois aînés et d’assurer sa place méritée dans la mythologie du groupe. Mid tempi martelés, soudainement embarqués dans des envolées brutales, voix sous-mixée pour accentuer le mysticisme du périple (« Sous la Voûte de Chênes » et son acoustique sublime transcendant un riff des plus simples, avant d’errer le long des routes Heavy avec superbe), volonté de ne pas choisir entre modération et débordements bruitistes majestueux (« Clameur de Falaises », l’un des plus heurtés du lot avec sa partie de batterie chaotique), pour un résultat global extraordinaire, qui n’a négligé aucun détail pour parfaire son concept. En optant pour une âpreté nouvelle, les DARKENHOLD, sans se départir de leur sens mélodique folklorique (dans le sens le plus noble du terme) signent là un travail exemplaire, qui de sa douceur nostalgique nous évoque les ruines d’antan, et qui de sa puissance nous ramène violemment vers un passé que le présent à souvent tendance à oublier. Reconnaissons leur ce devoir de mémoire impeccablement mis en forme.

     

Titres de l'album:

                        1. Sombre Val

                        2. La Chevauchée des Esprits de Jadis

                        3. Ruines Scellées en la Vieille Forêt

                        4. A l’Orée de l’Escalier Sylvestre

                        5. La Grotte de la Chèvre d’or

                        6. Sous la Voûte de Chênes

                        7. Clameur des Falaises

                        8. Errances [Lueur des Sources Oubliées]

                        9. Présence des Orbes

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2018 à 17:16
88 %    294

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas plutôt sorti chez Notre Dame des landes Records ce truc ?

... pardon. Ça doit être le soleil.


J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...