Mother Culture

Avast

26/10/2018

Dark Essence Records

Dès que l’on aborde le sujet du Post Black et à fortiori de son extension la plus bâtarde le Blackgaze, les langues se délient, mais les esprits se ferment. Il semblerait que ce « nouveau » courant suscite autant de passion que de rejet, mais que les deux formes de réactions soient aussi virulentes l’une que l’autre. Il suffit pour comprendre les tenants et aboutissants du débat de prononcer le nom de DEAFHEAVEN pour assister à un concert de vomi de bile ou de louanges…Et si les AVAST peuvent se réclamer quelque part de l’héritage de ce groupe, ils n’en sont pas pour autant des parents proches, puisque leur musique semble se vouloir combinaison de plusieurs tendances, et surtout, assez fidèle à une éthique de confrontation violence/harmonie, qui ne tombe à aucun moment dans la facilité bruitiste ou la vacuité contemplative. D’ailleurs, je mets quiconque au défi de ranger ces norvégiens dans une case bien précise, puisque leur premier album longue-durée échappe à toute catégorisation, se voulant aussi mouvant qu’une harmonie perdue dans les limbes de l’oubli, mais à la fois aussi rigide qu’un dogme occulte énoncé pendant une cérémonie. Mais une fois encore, loin de considérations musicales et bien avant d’avoir écouté la moindre note de ce Mother Culture, c’est sa pochette qui m’a interpellé. Une sublime pochette en noir et blanc, au graphisme enfermé dans le passé, et à la pose sublime de sérénité, qui provoque toutefois un sentiment de malaise, comme lorsqu’on regarde la morte en face pour la première fois. Le début, la fin, le bonheur, la tristesse, la douceur, la violence, autant de concepts contradictoires qui finalement balisent assez bien le contenu d’un album aux contours flous, qui semble s’évertuer à illustrer la dualité de la vie et de l’humanité avec plus d’acuité que ses contemporains. Ce qui est d’ailleurs la thématique principale de ses textes…

Mother Culture est une fable apocalyptique sur l’avènement et la chute de la civilisation humaine, et la façon dont elle a surexploité les ressources naturelles de sa planète, pour se retrouver aujourd’hui dans une situation dramatique d’extinction programmée. Inspiré de la nouvelle philosophique de Daniel Quinn, Ishmael, ce premier LP est d’une haute teneur en opposition, et le fruit du travail d’un groupe qui a murement réfléchi ses compositions pour leur offrir une logique émotionnelle, et une densité intemporelle. Fondé en 2015 à Stavanger, ce collectif norvégien (Hans Olaf Myrvang - basse/chant, Trond Salte & Ørjan Kristoffersen Lund - guitares et Stian Steensnæs - batterie) a d’abord pris le temps de de se présenter en publiant un premier EP éponyme en 2016, se limitant à deux entrées pour ne pas trop en révéler. Mais on saisissait déjà à l’époque des envies d’autre chose, sans vraiment savoir quelle direction les AVAST allaient emprunter. Des éléments de réponse nous sont donc apportés aujourd’hui, via les 6 titres de ce premier album, qui fort de ses qualités plurielles se définit comme un excellent album de Post Black à tendance traditionnelle, mais qui parvient tout de même à trouver un parfait équilibre entre vision progressive et envie de se rattacher aux racines nationales du genre, pour aboutir à un mélange relevé de sonorités purement BM et d’harmonies asséchées typiques du Post Metal le plus mélodieux et nuancé. Et le groupe semble être à l’aise dans ce créneau médian, puisque chaque composition de ce Mother Culture est une finalité à lui seul, tout en s’intégrant à un tout conceptuel.

La fin de l’humanité donc, l’impossibilité de s’extraire d’une condition préprogrammée, l’avidité prenant le pas sur le cognitif, et l’inéluctabilité d’un destin qui nous condamne de facto à la disparition. Tels sont les ingrédients d’une œuvre qui ne sombre jamais dans la complaisance, mais qui étale ses arguments de manière à les agencer artistiquement. Si certains faits nous entraînent sur la piste d’un Post BM classique, notamment au niveau de la confrontation permanente entre violence et apaisement, et cette façon de laisser des harmonies s’envoler au-dessus d’un ciel chargé, l’ensemble du travail accompli se veut beaucoup plus complexe qu’une simple relecture des travaux antérieurs, en témoigne l’ouverture progressive et hypnotique de « Mother Culture », le morceau le plus long de l’album, mais aussi l’un des plus violents et assourdissant. Car après une intro cryptique, les blasts occupent le terrain, le chant est symptomatique de la vague norvégienne de BM des années 90, et l’on peine même à saisir la teneur d’un riff qui semble bloqué sur une gravité de fond, qui se fond d’ailleurs dans une rythmique percussive. C’est alors que les mélodies s’intègrent à ce contexte chaotique, prenant forme autour d’harmonies planantes, qui modulent la véhémence ambiante pour donner au titre des allures de ballet infernal en forme de fin du monde annoncée. C’est assez bien joué de la part des AVAST d’avoir choisi le morceau le plus connoté pour nous introduire à leur monde, et tout ça nous guide sur une piste inédite, dont on suit la trace avec appétit. D’autant plus qu’ils rentrent en contradiction pratiquement immédiatement avec cette assertion, en plaçant l’atmosphérique « The Myth » sur le passage, qui fausse les calculs de son ambiance Post Metal. Riff accrocheur, rythmique cassée, et ancrage dans l’inconscient collectif des défricheurs de terrain Post Rock, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter LES DISCRETS ou VATTNET dans une version expurgée tout à fait crédible.

Mais plus l’album avance, et plus les données deviennent précises, et cette perpétuelle opposition entre cruauté musicale et beauté pastorale devient alors une norme, à tel point qu’on imagine bien les norvégiens rejoindre l’écurie des Acteurs de l’Ombre, qui seraient certainement ravis d’accueillir en leur sein le quatuor. « Birth Of Man », reprend peu ou prou les recettes de « Mother Culture », de façon plus synthétique, mais c’est alors que l’imprévisible « The World Belongs to Man » dessine d’autres lendemains, en s’aventurant en terre Post Hardcore, suggérant même une affection particulière pour NEUROSIS et ses lancinances obsédantes. De la pluralité donc, pour une œuvre qui refuse de se voir figée dans la pierre, et beaucoup d’idées évidemment, mais aussi de la constance dans la qualité. Il est aussi intéressant de constater l’opposition factuelle des morceaux, lorsqu’en final « The World Belongs to Man » se transforme en « Man Belongs to the World », traduisant un fatalisme de circonstance, et surtout, une prise de conscience que cette planète sur laquelle nous vivons ne nous appartient nullement, mais qu’elle avait accepté de nous héberger jusqu’à ce qu’elle soit obligée de se débarrasser de nous. Sur cet épilogue en testament, les guitares serpentent, le tempo s’assouplit, et si la voix toujours aussi écorchée de Hans Olaf Myrvang n’infléchit pas ses harangues, la guitare ose des arpèges oniriques, comme pour nous préparer à un dernier voyage vers l’oubli…

Si AVAST peut évidemment être considéré comme un groupe de Post Black dans le sens le plus littéral du terme, ses membres appartiennent à cette catégorie de musiciens qui ne se contentent pas d’effleurer la surface, et qui vont chercher dans les profondeurs de l’inhumanité leur inspiration. De fait, Mother Culture est l’une des plus belles nécrologies à l’échelle mondiale qui puisse exister, et la bande-son parfaite d’une extinction que rien ne viendra enrayer.               


Titres de l'album :

                             1.Mother Culture

                             2.The Myth

                             3.Birth of Man

                             4.The World Belongs to Man

                             5.An Earnest Desire

                             6.Man Belongs to the World

Bandcamp officiel 

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/11/2018 à 14:20
80 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54