Bon Halloween, on va encore revenir dessus, et ça commence à me casser les bonbons. Tiens d’ailleurs, ces bonbons, on ne pourrait pas plutôt les apparenter aux fameuses dragées à l’anis que le Marquis de Sade distribuait à loisir à ses courtisanes, pour ensuite s’enivrer de leurs vents délicatement lâchés par l’anus ? Si, et puisqu’on en est là, autant transformer cette fête salement commerciale en célébration de l’hédonisme, avec fouets, fessées, cordages et autres raffinements SM. Et si jamais vous cherchez la bande-son idéale d’une telle soirée de déviance, ne vous jetez pas sur une compile de Barry White, puisque j’ai exactement le truc qu’il vous faut. Alors, PINK MASS. Mais qu’est-ce à dire ? Une messe rose ? Pas la peine de vous triturer les méninges avant de faire le grand ménage, le groupe vous explique ça lui-même, en termes choisis.

« PINK MASS propage l’idée de libération sexuelle, et d’épouser votre moi intime. Un étrange sentiment de pouvoir, pour trouver votre réelle identité, dans une société uniformisée. Là devient utile de préciser ce que cette « Messe Rose » signifie vraiment. Elle évoque un rituel satanique pratiqué post-mortem, qui transforme l’âme d’un hétérosexuel mort en homosexuel »

Je ne sais pas si les fondements de ce « rituel » sont formalisés dans un grimoire quelconque, mais avouons tout de go que Necrosexual en explique les tenants et aboutissants avec une énergie de tous les diables, et qu’en tant que BO d’une soirée de débauche hautement spirituelle, il tient la dragée haute à bien d’autres litanies dégoulinant de stupre.

Le Metal à tendance BDSM, on connaît, via les GENITORTURERS, les INTENSE MUTILATION, et toute la clique des fans de Goregrind qui s’en donnent à orifice joie pour nous les remplir de leurs giclées pas toujours très saines. La plupart du temps, c’est amusant, mais musicalement, nous restons loin d’un plaisir autre qu’excessif, qui peine à cacher le manque d’inspiration d’une provocation pas toujours de bon ton. Mais le cas des PINK MASS est éminemment différent. Même si les braillards paillards ne peuvent s’empêcher de sombrer dans le chaos désorganisé à la moindre crise de priapisme, au moins ont-ils la délicatesse de nous proposer des morceaux accrocheurs avant de décharger. Ainsi, les originaires du New-Jersey (Tyrant Perversor – chant,

Snevil the Wet Brained Mercenary – basse/chant, Shock the Cockringed Mongrel – guitare/chant, Van Lee Tassels the Obnoxious – guitare et Kurtemis Caninus – batterie) proposent une jolie partouze musicale à base de spiritualité Gore, de pénétrations Death, d’éjaculations Grind, et secouent le tout dans leur caleçon avant d’étendre les bâches et d’allumer les chandeliers. Sous ses allures de célébration « officielle », Necrosexual nous entraîne dans un monde de débauche hédoniste, qu’une intro glauque mais bien troussée (elle aussi…) « introduit » à merveille, si vous me passez l’expression. On pourrait faire le tour de la question assez rapidement, si nos hôtes lubriques n’avaient pas soigné leur présentation, et préparé leur accueil dans les moindres détails. Mais une fois les portes passées, attendez-vous à un sale choc dans les noix, tant « Hedonist’s Lament », loin de pleurnicher dans son coin, agite ses soubresauts rythmiques d’un Crust/Grind décomplexé, mais méchamment efficace sur sa petite durée. Je ne vais pas mentir en prétendant que ces américains pas très puritains vont chambouler le petit monde de l’underground musical sexué, mais leur approche est si exubérante qu’on se laisse aller, et qu’on laisse tomber nos défenses petit à petit. Plus orgie bon enfant que réelle réflexion sur l’indépendance spirituelle, ce second album reprend peu ou prou les choses là où Slvt Kvlt les avaient laissées, lessivées, mais heureuses d’avoir été si malmenées.

Et d’accents Gore en impulsions Thrash, d’accélérations du bassin Grind en caresses intimes Death, le tableau est complet, et le cerveau bien cramé. Dès lors, ce viol du libre arbitre nous oblige à rentrer dans le jeu, qui cela dit est loin d’être déplaisant. Plutôt bons musiciens, les PINK MASS ne sont justement ni à la masse, ni à la ramasse, et gardent leurs instincts en éveil pour nous rendre la pareille. Avec des intitulés ne laissant aucune place à l’imagination comme « Bestial Sodomizers » (au groove suintant pourtant) ou « Craving Asphyxiation » (déchaîné comme un pervers lâché dans un club aux punitions sévères), le quatuor ne cherche pas à dissimuler ses penchants, mais les assume avec un bel allant. Cet allant se matérialise souvent en blasts qui vous chauffent un peu le gland (« Voreified », que les GORE BEYOND NECROPSY auraient pu décorer de quelques étrons parfumés), mais aussi en interludes plus surprenants (« Lair of the Hedonist », et sa basse grave qui coule le long de samples), ou en compressions qui atteignent même l’intensité d’un EMPEROR qui aurait vraiment mal tourné (« Extinction of the Breeders »). D’ailleurs, les mecs en profitent pour régler quelques comptes au NSBM (« F.O.A.D N.S.B.M », lourd comme des allusions nationalistes, mais intense comme des récriminations pacifistes, et légèrement Indus pour nous garder sur la piste), tout en usant de stridences pour rameuter le péquin nostalgique d’un Grind anglais bien chafouin (« Altar Of Domination », ou comment unir CARCASS, MORBID ANGEL et SUFFOCATION dans la même pièce pour claquer celui qui acquiesce).

Tout ça est donc beaucoup plus fin que les apparences ne le laissaient penser, même si le chaos est toujours à portée de fouet. Les mélodies sont parfois laissées en souvenir, comme sur le final « Sigil of the Sexorcist » qui résonne d’échos de plaisir et de râles de désir, mais ne croyez pas pour autant que le romantisme ait sa place à la table des élans. Une simple écoute au pulvérisant « Excoriated Purity » vous suffira à piger que les culs-bénis n’ont pas le droit de cité, à moins qu’ils n’assument leur hypocrisie en se faisant convertir aux délices de la violence musicale et physique. Mais pour autant, Necrosexual ne tombe jamais dans la gaudriole post-mortem d’une adaptation des standards de Jörg Buttgereit, et ne s’amuse avec les cadavres que pour de faux. A l’inverse, il traite le Death à tendance Gore et Grind avec le plus grand des sérieux, et parvient même à nous embarquer dans sa cérémonie biaisée sans avoir à nous dominer. Du latex OK, des claques sur les parties charnues aussi, mais du boulot, et une puissance à décorner les cocus. Qui d’ailleurs n’en sont toujours pas revenus. Un truc à écouter pour une fête d’Halloween déguisée, en soubrette ou en pompier, mais qui laisse repu et fatigué une fois les six heures du matin bien tapés. Se dégorger, c’est bien, mais ça râpe le frein et ça brule quand on fait pipi. Ici la pénicilline n’est pas fournie, mais le lub’ si. Et c’est bien la seule fois où vous pourrez vous faire mettre sans avoir l’impression de vous faire enfler. Histoire de rester poli, entre gens bien éduqués.


Titres de l'album:

  1. Invocation of the Necrosexual
  2. Hedonist's Lament
  3. Dismal Tormentor
  4. Bestial Sodomizers
  5. Crypt Perversor
  6. Extinction of the Breeders
  7. Lair Of The Hedonist
  8. Voreified
  9. Altar Of Domination
  10. Craving Asphyxiation
  11. Excoriated Purity
  12. F.O.A.D. N.S.B.M.
  13. Sigil of the Sexorcist

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2017 à 17:37
70 %    261

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !