Bon Halloween, on va encore revenir dessus, et ça commence à me casser les bonbons. Tiens d’ailleurs, ces bonbons, on ne pourrait pas plutôt les apparenter aux fameuses dragées à l’anis que le Marquis de Sade distribuait à loisir à ses courtisanes, pour ensuite s’enivrer de leurs vents délicatement lâchés par l’anus ? Si, et puisqu’on en est là, autant transformer cette fête salement commerciale en célébration de l’hédonisme, avec fouets, fessées, cordages et autres raffinements SM. Et si jamais vous cherchez la bande-son idéale d’une telle soirée de déviance, ne vous jetez pas sur une compile de Barry White, puisque j’ai exactement le truc qu’il vous faut. Alors, PINK MASS. Mais qu’est-ce à dire ? Une messe rose ? Pas la peine de vous triturer les méninges avant de faire le grand ménage, le groupe vous explique ça lui-même, en termes choisis.

« PINK MASS propage l’idée de libération sexuelle, et d’épouser votre moi intime. Un étrange sentiment de pouvoir, pour trouver votre réelle identité, dans une société uniformisée. Là devient utile de préciser ce que cette « Messe Rose » signifie vraiment. Elle évoque un rituel satanique pratiqué post-mortem, qui transforme l’âme d’un hétérosexuel mort en homosexuel »

Je ne sais pas si les fondements de ce « rituel » sont formalisés dans un grimoire quelconque, mais avouons tout de go que Necrosexual en explique les tenants et aboutissants avec une énergie de tous les diables, et qu’en tant que BO d’une soirée de débauche hautement spirituelle, il tient la dragée haute à bien d’autres litanies dégoulinant de stupre.

Le Metal à tendance BDSM, on connaît, via les GENITORTURERS, les INTENSE MUTILATION, et toute la clique des fans de Goregrind qui s’en donnent à orifice joie pour nous les remplir de leurs giclées pas toujours très saines. La plupart du temps, c’est amusant, mais musicalement, nous restons loin d’un plaisir autre qu’excessif, qui peine à cacher le manque d’inspiration d’une provocation pas toujours de bon ton. Mais le cas des PINK MASS est éminemment différent. Même si les braillards paillards ne peuvent s’empêcher de sombrer dans le chaos désorganisé à la moindre crise de priapisme, au moins ont-ils la délicatesse de nous proposer des morceaux accrocheurs avant de décharger. Ainsi, les originaires du New-Jersey (Tyrant Perversor – chant,

Snevil the Wet Brained Mercenary – basse/chant, Shock the Cockringed Mongrel – guitare/chant, Van Lee Tassels the Obnoxious – guitare et Kurtemis Caninus – batterie) proposent une jolie partouze musicale à base de spiritualité Gore, de pénétrations Death, d’éjaculations Grind, et secouent le tout dans leur caleçon avant d’étendre les bâches et d’allumer les chandeliers. Sous ses allures de célébration « officielle », Necrosexual nous entraîne dans un monde de débauche hédoniste, qu’une intro glauque mais bien troussée (elle aussi…) « introduit » à merveille, si vous me passez l’expression. On pourrait faire le tour de la question assez rapidement, si nos hôtes lubriques n’avaient pas soigné leur présentation, et préparé leur accueil dans les moindres détails. Mais une fois les portes passées, attendez-vous à un sale choc dans les noix, tant « Hedonist’s Lament », loin de pleurnicher dans son coin, agite ses soubresauts rythmiques d’un Crust/Grind décomplexé, mais méchamment efficace sur sa petite durée. Je ne vais pas mentir en prétendant que ces américains pas très puritains vont chambouler le petit monde de l’underground musical sexué, mais leur approche est si exubérante qu’on se laisse aller, et qu’on laisse tomber nos défenses petit à petit. Plus orgie bon enfant que réelle réflexion sur l’indépendance spirituelle, ce second album reprend peu ou prou les choses là où Slvt Kvlt les avaient laissées, lessivées, mais heureuses d’avoir été si malmenées.

Et d’accents Gore en impulsions Thrash, d’accélérations du bassin Grind en caresses intimes Death, le tableau est complet, et le cerveau bien cramé. Dès lors, ce viol du libre arbitre nous oblige à rentrer dans le jeu, qui cela dit est loin d’être déplaisant. Plutôt bons musiciens, les PINK MASS ne sont justement ni à la masse, ni à la ramasse, et gardent leurs instincts en éveil pour nous rendre la pareille. Avec des intitulés ne laissant aucune place à l’imagination comme « Bestial Sodomizers » (au groove suintant pourtant) ou « Craving Asphyxiation » (déchaîné comme un pervers lâché dans un club aux punitions sévères), le quatuor ne cherche pas à dissimuler ses penchants, mais les assume avec un bel allant. Cet allant se matérialise souvent en blasts qui vous chauffent un peu le gland (« Voreified », que les GORE BEYOND NECROPSY auraient pu décorer de quelques étrons parfumés), mais aussi en interludes plus surprenants (« Lair of the Hedonist », et sa basse grave qui coule le long de samples), ou en compressions qui atteignent même l’intensité d’un EMPEROR qui aurait vraiment mal tourné (« Extinction of the Breeders »). D’ailleurs, les mecs en profitent pour régler quelques comptes au NSBM (« F.O.A.D N.S.B.M », lourd comme des allusions nationalistes, mais intense comme des récriminations pacifistes, et légèrement Indus pour nous garder sur la piste), tout en usant de stridences pour rameuter le péquin nostalgique d’un Grind anglais bien chafouin (« Altar Of Domination », ou comment unir CARCASS, MORBID ANGEL et SUFFOCATION dans la même pièce pour claquer celui qui acquiesce).

Tout ça est donc beaucoup plus fin que les apparences ne le laissaient penser, même si le chaos est toujours à portée de fouet. Les mélodies sont parfois laissées en souvenir, comme sur le final « Sigil of the Sexorcist » qui résonne d’échos de plaisir et de râles de désir, mais ne croyez pas pour autant que le romantisme ait sa place à la table des élans. Une simple écoute au pulvérisant « Excoriated Purity » vous suffira à piger que les culs-bénis n’ont pas le droit de cité, à moins qu’ils n’assument leur hypocrisie en se faisant convertir aux délices de la violence musicale et physique. Mais pour autant, Necrosexual ne tombe jamais dans la gaudriole post-mortem d’une adaptation des standards de Jörg Buttgereit, et ne s’amuse avec les cadavres que pour de faux. A l’inverse, il traite le Death à tendance Gore et Grind avec le plus grand des sérieux, et parvient même à nous embarquer dans sa cérémonie biaisée sans avoir à nous dominer. Du latex OK, des claques sur les parties charnues aussi, mais du boulot, et une puissance à décorner les cocus. Qui d’ailleurs n’en sont toujours pas revenus. Un truc à écouter pour une fête d’Halloween déguisée, en soubrette ou en pompier, mais qui laisse repu et fatigué une fois les six heures du matin bien tapés. Se dégorger, c’est bien, mais ça râpe le frein et ça brule quand on fait pipi. Ici la pénicilline n’est pas fournie, mais le lub’ si. Et c’est bien la seule fois où vous pourrez vous faire mettre sans avoir l’impression de vous faire enfler. Histoire de rester poli, entre gens bien éduqués.


Titres de l'album:

  1. Invocation of the Necrosexual
  2. Hedonist's Lament
  3. Dismal Tormentor
  4. Bestial Sodomizers
  5. Crypt Perversor
  6. Extinction of the Breeders
  7. Lair Of The Hedonist
  8. Voreified
  9. Altar Of Domination
  10. Craving Asphyxiation
  11. Excoriated Purity
  12. F.O.A.D. N.S.B.M.
  13. Sigil of the Sexorcist

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2017 à 17:37
70 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.