Bon Halloween, on va encore revenir dessus, et ça commence à me casser les bonbons. Tiens d’ailleurs, ces bonbons, on ne pourrait pas plutôt les apparenter aux fameuses dragées à l’anis que le Marquis de Sade distribuait à loisir à ses courtisanes, pour ensuite s’enivrer de leurs vents délicatement lâchés par l’anus ? Si, et puisqu’on en est là, autant transformer cette fête salement commerciale en célébration de l’hédonisme, avec fouets, fessées, cordages et autres raffinements SM. Et si jamais vous cherchez la bande-son idéale d’une telle soirée de déviance, ne vous jetez pas sur une compile de Barry White, puisque j’ai exactement le truc qu’il vous faut. Alors, PINK MASS. Mais qu’est-ce à dire ? Une messe rose ? Pas la peine de vous triturer les méninges avant de faire le grand ménage, le groupe vous explique ça lui-même, en termes choisis.

« PINK MASS propage l’idée de libération sexuelle, et d’épouser votre moi intime. Un étrange sentiment de pouvoir, pour trouver votre réelle identité, dans une société uniformisée. Là devient utile de préciser ce que cette « Messe Rose » signifie vraiment. Elle évoque un rituel satanique pratiqué post-mortem, qui transforme l’âme d’un hétérosexuel mort en homosexuel »

Je ne sais pas si les fondements de ce « rituel » sont formalisés dans un grimoire quelconque, mais avouons tout de go que Necrosexual en explique les tenants et aboutissants avec une énergie de tous les diables, et qu’en tant que BO d’une soirée de débauche hautement spirituelle, il tient la dragée haute à bien d’autres litanies dégoulinant de stupre.

Le Metal à tendance BDSM, on connaît, via les GENITORTURERS, les INTENSE MUTILATION, et toute la clique des fans de Goregrind qui s’en donnent à orifice joie pour nous les remplir de leurs giclées pas toujours très saines. La plupart du temps, c’est amusant, mais musicalement, nous restons loin d’un plaisir autre qu’excessif, qui peine à cacher le manque d’inspiration d’une provocation pas toujours de bon ton. Mais le cas des PINK MASS est éminemment différent. Même si les braillards paillards ne peuvent s’empêcher de sombrer dans le chaos désorganisé à la moindre crise de priapisme, au moins ont-ils la délicatesse de nous proposer des morceaux accrocheurs avant de décharger. Ainsi, les originaires du New-Jersey (Tyrant Perversor – chant,

Snevil the Wet Brained Mercenary – basse/chant, Shock the Cockringed Mongrel – guitare/chant, Van Lee Tassels the Obnoxious – guitare et Kurtemis Caninus – batterie) proposent une jolie partouze musicale à base de spiritualité Gore, de pénétrations Death, d’éjaculations Grind, et secouent le tout dans leur caleçon avant d’étendre les bâches et d’allumer les chandeliers. Sous ses allures de célébration « officielle », Necrosexual nous entraîne dans un monde de débauche hédoniste, qu’une intro glauque mais bien troussée (elle aussi…) « introduit » à merveille, si vous me passez l’expression. On pourrait faire le tour de la question assez rapidement, si nos hôtes lubriques n’avaient pas soigné leur présentation, et préparé leur accueil dans les moindres détails. Mais une fois les portes passées, attendez-vous à un sale choc dans les noix, tant « Hedonist’s Lament », loin de pleurnicher dans son coin, agite ses soubresauts rythmiques d’un Crust/Grind décomplexé, mais méchamment efficace sur sa petite durée. Je ne vais pas mentir en prétendant que ces américains pas très puritains vont chambouler le petit monde de l’underground musical sexué, mais leur approche est si exubérante qu’on se laisse aller, et qu’on laisse tomber nos défenses petit à petit. Plus orgie bon enfant que réelle réflexion sur l’indépendance spirituelle, ce second album reprend peu ou prou les choses là où Slvt Kvlt les avaient laissées, lessivées, mais heureuses d’avoir été si malmenées.

Et d’accents Gore en impulsions Thrash, d’accélérations du bassin Grind en caresses intimes Death, le tableau est complet, et le cerveau bien cramé. Dès lors, ce viol du libre arbitre nous oblige à rentrer dans le jeu, qui cela dit est loin d’être déplaisant. Plutôt bons musiciens, les PINK MASS ne sont justement ni à la masse, ni à la ramasse, et gardent leurs instincts en éveil pour nous rendre la pareille. Avec des intitulés ne laissant aucune place à l’imagination comme « Bestial Sodomizers » (au groove suintant pourtant) ou « Craving Asphyxiation » (déchaîné comme un pervers lâché dans un club aux punitions sévères), le quatuor ne cherche pas à dissimuler ses penchants, mais les assume avec un bel allant. Cet allant se matérialise souvent en blasts qui vous chauffent un peu le gland (« Voreified », que les GORE BEYOND NECROPSY auraient pu décorer de quelques étrons parfumés), mais aussi en interludes plus surprenants (« Lair of the Hedonist », et sa basse grave qui coule le long de samples), ou en compressions qui atteignent même l’intensité d’un EMPEROR qui aurait vraiment mal tourné (« Extinction of the Breeders »). D’ailleurs, les mecs en profitent pour régler quelques comptes au NSBM (« F.O.A.D N.S.B.M », lourd comme des allusions nationalistes, mais intense comme des récriminations pacifistes, et légèrement Indus pour nous garder sur la piste), tout en usant de stridences pour rameuter le péquin nostalgique d’un Grind anglais bien chafouin (« Altar Of Domination », ou comment unir CARCASS, MORBID ANGEL et SUFFOCATION dans la même pièce pour claquer celui qui acquiesce).

Tout ça est donc beaucoup plus fin que les apparences ne le laissaient penser, même si le chaos est toujours à portée de fouet. Les mélodies sont parfois laissées en souvenir, comme sur le final « Sigil of the Sexorcist » qui résonne d’échos de plaisir et de râles de désir, mais ne croyez pas pour autant que le romantisme ait sa place à la table des élans. Une simple écoute au pulvérisant « Excoriated Purity » vous suffira à piger que les culs-bénis n’ont pas le droit de cité, à moins qu’ils n’assument leur hypocrisie en se faisant convertir aux délices de la violence musicale et physique. Mais pour autant, Necrosexual ne tombe jamais dans la gaudriole post-mortem d’une adaptation des standards de Jörg Buttgereit, et ne s’amuse avec les cadavres que pour de faux. A l’inverse, il traite le Death à tendance Gore et Grind avec le plus grand des sérieux, et parvient même à nous embarquer dans sa cérémonie biaisée sans avoir à nous dominer. Du latex OK, des claques sur les parties charnues aussi, mais du boulot, et une puissance à décorner les cocus. Qui d’ailleurs n’en sont toujours pas revenus. Un truc à écouter pour une fête d’Halloween déguisée, en soubrette ou en pompier, mais qui laisse repu et fatigué une fois les six heures du matin bien tapés. Se dégorger, c’est bien, mais ça râpe le frein et ça brule quand on fait pipi. Ici la pénicilline n’est pas fournie, mais le lub’ si. Et c’est bien la seule fois où vous pourrez vous faire mettre sans avoir l’impression de vous faire enfler. Histoire de rester poli, entre gens bien éduqués.


Titres de l'album:

  1. Invocation of the Necrosexual
  2. Hedonist's Lament
  3. Dismal Tormentor
  4. Bestial Sodomizers
  5. Crypt Perversor
  6. Extinction of the Breeders
  7. Lair Of The Hedonist
  8. Voreified
  9. Altar Of Domination
  10. Craving Asphyxiation
  11. Excoriated Purity
  12. F.O.A.D. N.S.B.M.
  13. Sigil of the Sexorcist

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2017 à 17:37
70 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)