Partons du principe qu’il n’y a aucun mal à se faire du bien en faisant du mal. Traitons-là du cas éminent des films d’horreur que nous autres fans de Metal, adorons au plus haut point. Démembrements, énucléations, éventrations, sadisme, bouchers fous, tueurs masqués et gantés à l’arme blanche effilée, zombis dégénérés, psycho-killer on the loose, et hop, bouchons les trous de notre emploi du temps par quelques séances de stress intense sur pellicule histoire de voir la réalité différemment. Mais osons le dire, quel plus grand plaisir qu’une bonne session de triage de tripes sur fond de gros riff basique et de dégueulis vocal restitué avec une ferveur indéniable ? Aucun, je vous l’accorde, et c’est ainsi qu’une fois n’est pas coutume, je m’adonnerai aux joies du Goregrind le plus paillard histoire de vous maintenir en éveil assez tard. Je l’admets, le style n’est pas forcément celui qui me sied, tant d’ordinaire il s’encanaille de vomi buccal (j’ai déjà essayé le vomi nasal et croyez-moi, ça fait mal), de guitares en bataille et d’une rythmique en boite qui pilonne vaille que vaille. Mais lorsqu’il concède quelques accointances avec le Grind dit « de terroir », il peut se révéler diablement efficace, pour peu que son instrumentation respecte quelques règles de tradition.

C’est ainsi le cas du projet anglais HACKSAW, ou plutôt du musicien Mark Williamson, qui gère de front plusieurs concepts, et qui nous propose donc le premier LP de cette créature qu’il a générée dans le plaisir et les entrailles déchirées.

Pas grand-chose à savoir sur le bonhomme, son Bandcamp étant plutôt timide niveau infos, mais l’essentiel réside dans sa passion pour le chaos organisé (à peine) et les horror movies bien flippés (beaucoup). L’homme utilise donc un maximum de références, en puisant dans l’art du giallo d’Argento, dans la décrépitude morbide de Fulci Lucio, pour mener à bien son entreprise de démolition Grind, qui finalement a pas mal de gueule. La recette utilisée sur Necrostalgia est donc relativement simple, une tendance à l’ambivalence en mélangeant les pistes REPULSION, CARCASS, SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, et l’art séculaire des MORTICIAN pour accommoder les bas morceaux avec des samples de film qu’on regarde par lots. Alors, ça cavale sec, ça grogne sévère, et finalement, ça joue plutôt bien, puisque la bande instrumentale tient largement la route, celle qui mène à cette vieille maison abandonnée près du cimetière d’où vous ne reviendrez jamais. Mais on connaît ce genre de voyage sans retour, qui vous taillade les tympans et vous tenaille les dents, et on l’apprécie pour ce qu’il est, puisque Mark en fin connaisseur nous a soigné la panse et l’ouïe aux petits oignons. On trouve donc dans son chaudron pas mal de blasts, évidemment, mais aussi des plans rythmiques assez Core dans l’esprit, et Grind dans le rendu (gardez les gros morceaux tant qu’ils sont chauds), des parallèles avec le CARCASS de Reek of Putrefaction et Symphonies Of Sickness (donc, le meilleur pour les plus tarés), et pas mal d’extraits de classiques, que je vous laisserai identifier pour l’amour du jeu de piste.

La production étonnement claire et puissante donne encore plus de relief à ce barbecue sur le pouce, qui célèbre en grande ripaille la tradition du bon cochon instaurée par le grand père Herschell Gordon Lewis via Blood Feast et 2000 Maniacs, et fait exploser la batterie aux quatre coins de la pièce, histoire que vous ayez encore du ménage à faire. Tout ceci nous mène donc à une conclusion évidente, ce Grind là a beau être Gore sur les bords, il n’en a pas pour autant perdu prise avec la réalité accrocheuse des origines, et ne se vautre pas dans un massacre musical inintelligible, à peine capable de rassasier les moins difficiles des accros. Le repas est servi chaud, il coule en bouche comme des tripes à la mode de Grind, et ne reste pas longtemps sur l’estomac pour ne pas vous filer la gerbe jusqu’au trépas. Non, il se veut l’équivalent d’un très honnête b-movie bien Gore, qui n’oublie pas de développer un minimum d’intrigue sans se reposer sur des effets cheap, et qui nous tient en haleine (chargée) pendant les quatre-vingt minutes généralement imparties sans nous lasser de ses artifices plein de mépris.

Alors, de là, inutile de gloser pendant des heures, même si chaque morceau à son centre d’intérêt. Vous les écouterez vous-même, mais dites-vous que si le CARCASS des heures les plus sanglantes avait continué son chemin sans chercher à devenir un chantre du Death malin, il aurait sans doute profité des progrès technologiques pour sortir un disque comme Necrostalgia, qui aurait pu constituer le troisième volet d’une trilogie, à l’instar d’Argento et de ses trois mères.

Donc, du Grind, du Gore, des samples, une voix énorme, des riffs catchy, et une rythmique qui joue la polyvalence, bilan plus que positif pour ce premier album qui propose même quelques bonus tracks en démo, pour mieux vous faire décrocher le gros lot.

Rien ne vous interdit d’écouter HACKSAW en débitant de la viande à la chaîne, ou en faisant semblant d’étriper des donzelles, d’autant plus que l’auteur termine son album par un gag/Blues assez savoureux. Vous reprendrez bien des frites avec votre tartare nom de Dieu ?


Titres de l'album:

  1. In Pieces
  2. The Mutilator
  3. Cat In The Brain
  4. ferox
  5. Dreading Sundown
  6. The Beyond
  7. By The Cemetery
  8. Outpost 31
  9. Marching From The Burial Grounds
  10. City Of The Dead
  11. Holocaust Under Kannibalen
  12. Dreading Sundown (1st Demo)
  13. A Jonty Thank You

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/10/2017 à 14:33
70 %    243

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)