Partons du principe qu’il n’y a aucun mal à se faire du bien en faisant du mal. Traitons-là du cas éminent des films d’horreur que nous autres fans de Metal, adorons au plus haut point. Démembrements, énucléations, éventrations, sadisme, bouchers fous, tueurs masqués et gantés à l’arme blanche effilée, zombis dégénérés, psycho-killer on the loose, et hop, bouchons les trous de notre emploi du temps par quelques séances de stress intense sur pellicule histoire de voir la réalité différemment. Mais osons le dire, quel plus grand plaisir qu’une bonne session de triage de tripes sur fond de gros riff basique et de dégueulis vocal restitué avec une ferveur indéniable ? Aucun, je vous l’accorde, et c’est ainsi qu’une fois n’est pas coutume, je m’adonnerai aux joies du Goregrind le plus paillard histoire de vous maintenir en éveil assez tard. Je l’admets, le style n’est pas forcément celui qui me sied, tant d’ordinaire il s’encanaille de vomi buccal (j’ai déjà essayé le vomi nasal et croyez-moi, ça fait mal), de guitares en bataille et d’une rythmique en boite qui pilonne vaille que vaille. Mais lorsqu’il concède quelques accointances avec le Grind dit « de terroir », il peut se révéler diablement efficace, pour peu que son instrumentation respecte quelques règles de tradition.

C’est ainsi le cas du projet anglais HACKSAW, ou plutôt du musicien Mark Williamson, qui gère de front plusieurs concepts, et qui nous propose donc le premier LP de cette créature qu’il a générée dans le plaisir et les entrailles déchirées.

Pas grand-chose à savoir sur le bonhomme, son Bandcamp étant plutôt timide niveau infos, mais l’essentiel réside dans sa passion pour le chaos organisé (à peine) et les horror movies bien flippés (beaucoup). L’homme utilise donc un maximum de références, en puisant dans l’art du giallo d’Argento, dans la décrépitude morbide de Fulci Lucio, pour mener à bien son entreprise de démolition Grind, qui finalement a pas mal de gueule. La recette utilisée sur Necrostalgia est donc relativement simple, une tendance à l’ambivalence en mélangeant les pistes REPULSION, CARCASS, SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, et l’art séculaire des MORTICIAN pour accommoder les bas morceaux avec des samples de film qu’on regarde par lots. Alors, ça cavale sec, ça grogne sévère, et finalement, ça joue plutôt bien, puisque la bande instrumentale tient largement la route, celle qui mène à cette vieille maison abandonnée près du cimetière d’où vous ne reviendrez jamais. Mais on connaît ce genre de voyage sans retour, qui vous taillade les tympans et vous tenaille les dents, et on l’apprécie pour ce qu’il est, puisque Mark en fin connaisseur nous a soigné la panse et l’ouïe aux petits oignons. On trouve donc dans son chaudron pas mal de blasts, évidemment, mais aussi des plans rythmiques assez Core dans l’esprit, et Grind dans le rendu (gardez les gros morceaux tant qu’ils sont chauds), des parallèles avec le CARCASS de Reek of Putrefaction et Symphonies Of Sickness (donc, le meilleur pour les plus tarés), et pas mal d’extraits de classiques, que je vous laisserai identifier pour l’amour du jeu de piste.

La production étonnement claire et puissante donne encore plus de relief à ce barbecue sur le pouce, qui célèbre en grande ripaille la tradition du bon cochon instaurée par le grand père Herschell Gordon Lewis via Blood Feast et 2000 Maniacs, et fait exploser la batterie aux quatre coins de la pièce, histoire que vous ayez encore du ménage à faire. Tout ceci nous mène donc à une conclusion évidente, ce Grind là a beau être Gore sur les bords, il n’en a pas pour autant perdu prise avec la réalité accrocheuse des origines, et ne se vautre pas dans un massacre musical inintelligible, à peine capable de rassasier les moins difficiles des accros. Le repas est servi chaud, il coule en bouche comme des tripes à la mode de Grind, et ne reste pas longtemps sur l’estomac pour ne pas vous filer la gerbe jusqu’au trépas. Non, il se veut l’équivalent d’un très honnête b-movie bien Gore, qui n’oublie pas de développer un minimum d’intrigue sans se reposer sur des effets cheap, et qui nous tient en haleine (chargée) pendant les quatre-vingt minutes généralement imparties sans nous lasser de ses artifices plein de mépris.

Alors, de là, inutile de gloser pendant des heures, même si chaque morceau à son centre d’intérêt. Vous les écouterez vous-même, mais dites-vous que si le CARCASS des heures les plus sanglantes avait continué son chemin sans chercher à devenir un chantre du Death malin, il aurait sans doute profité des progrès technologiques pour sortir un disque comme Necrostalgia, qui aurait pu constituer le troisième volet d’une trilogie, à l’instar d’Argento et de ses trois mères.

Donc, du Grind, du Gore, des samples, une voix énorme, des riffs catchy, et une rythmique qui joue la polyvalence, bilan plus que positif pour ce premier album qui propose même quelques bonus tracks en démo, pour mieux vous faire décrocher le gros lot.

Rien ne vous interdit d’écouter HACKSAW en débitant de la viande à la chaîne, ou en faisant semblant d’étriper des donzelles, d’autant plus que l’auteur termine son album par un gag/Blues assez savoureux. Vous reprendrez bien des frites avec votre tartare nom de Dieu ?


Titres de l'album:

  1. In Pieces
  2. The Mutilator
  3. Cat In The Brain
  4. ferox
  5. Dreading Sundown
  6. The Beyond
  7. By The Cemetery
  8. Outpost 31
  9. Marching From The Burial Grounds
  10. City Of The Dead
  11. Holocaust Under Kannibalen
  12. Dreading Sundown (1st Demo)
  13. A Jonty Thank You

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/10/2017 à 14:33
70 %    299

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...