Necrostalgia

Hacksaw

04/10/2017

Autoproduction

Partons du principe qu’il n’y a aucun mal à se faire du bien en faisant du mal. Traitons-là du cas éminent des films d’horreur que nous autres fans de Metal, adorons au plus haut point. Démembrements, énucléations, éventrations, sadisme, bouchers fous, tueurs masqués et gantés à l’arme blanche effilée, zombis dégénérés, psycho-killer on the loose, et hop, bouchons les trous de notre emploi du temps par quelques séances de stress intense sur pellicule histoire de voir la réalité différemment. Mais osons le dire, quel plus grand plaisir qu’une bonne session de triage de tripes sur fond de gros riff basique et de dégueulis vocal restitué avec une ferveur indéniable ? Aucun, je vous l’accorde, et c’est ainsi qu’une fois n’est pas coutume, je m’adonnerai aux joies du Goregrind le plus paillard histoire de vous maintenir en éveil assez tard. Je l’admets, le style n’est pas forcément celui qui me sied, tant d’ordinaire il s’encanaille de vomi buccal (j’ai déjà essayé le vomi nasal et croyez-moi, ça fait mal), de guitares en bataille et d’une rythmique en boite qui pilonne vaille que vaille. Mais lorsqu’il concède quelques accointances avec le Grind dit « de terroir », il peut se révéler diablement efficace, pour peu que son instrumentation respecte quelques règles de tradition.

C’est ainsi le cas du projet anglais HACKSAW, ou plutôt du musicien Mark Williamson, qui gère de front plusieurs concepts, et qui nous propose donc le premier LP de cette créature qu’il a générée dans le plaisir et les entrailles déchirées.

Pas grand-chose à savoir sur le bonhomme, son Bandcamp étant plutôt timide niveau infos, mais l’essentiel réside dans sa passion pour le chaos organisé (à peine) et les horror movies bien flippés (beaucoup). L’homme utilise donc un maximum de références, en puisant dans l’art du giallo d’Argento, dans la décrépitude morbide de Fulci Lucio, pour mener à bien son entreprise de démolition Grind, qui finalement a pas mal de gueule. La recette utilisée sur Necrostalgia est donc relativement simple, une tendance à l’ambivalence en mélangeant les pistes REPULSION, CARCASS, SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, et l’art séculaire des MORTICIAN pour accommoder les bas morceaux avec des samples de film qu’on regarde par lots. Alors, ça cavale sec, ça grogne sévère, et finalement, ça joue plutôt bien, puisque la bande instrumentale tient largement la route, celle qui mène à cette vieille maison abandonnée près du cimetière d’où vous ne reviendrez jamais. Mais on connaît ce genre de voyage sans retour, qui vous taillade les tympans et vous tenaille les dents, et on l’apprécie pour ce qu’il est, puisque Mark en fin connaisseur nous a soigné la panse et l’ouïe aux petits oignons. On trouve donc dans son chaudron pas mal de blasts, évidemment, mais aussi des plans rythmiques assez Core dans l’esprit, et Grind dans le rendu (gardez les gros morceaux tant qu’ils sont chauds), des parallèles avec le CARCASS de Reek of Putrefaction et Symphonies Of Sickness (donc, le meilleur pour les plus tarés), et pas mal d’extraits de classiques, que je vous laisserai identifier pour l’amour du jeu de piste.

La production étonnement claire et puissante donne encore plus de relief à ce barbecue sur le pouce, qui célèbre en grande ripaille la tradition du bon cochon instaurée par le grand père Herschell Gordon Lewis via Blood Feast et 2000 Maniacs, et fait exploser la batterie aux quatre coins de la pièce, histoire que vous ayez encore du ménage à faire. Tout ceci nous mène donc à une conclusion évidente, ce Grind là a beau être Gore sur les bords, il n’en a pas pour autant perdu prise avec la réalité accrocheuse des origines, et ne se vautre pas dans un massacre musical inintelligible, à peine capable de rassasier les moins difficiles des accros. Le repas est servi chaud, il coule en bouche comme des tripes à la mode de Grind, et ne reste pas longtemps sur l’estomac pour ne pas vous filer la gerbe jusqu’au trépas. Non, il se veut l’équivalent d’un très honnête b-movie bien Gore, qui n’oublie pas de développer un minimum d’intrigue sans se reposer sur des effets cheap, et qui nous tient en haleine (chargée) pendant les quatre-vingt minutes généralement imparties sans nous lasser de ses artifices plein de mépris.

Alors, de là, inutile de gloser pendant des heures, même si chaque morceau à son centre d’intérêt. Vous les écouterez vous-même, mais dites-vous que si le CARCASS des heures les plus sanglantes avait continué son chemin sans chercher à devenir un chantre du Death malin, il aurait sans doute profité des progrès technologiques pour sortir un disque comme Necrostalgia, qui aurait pu constituer le troisième volet d’une trilogie, à l’instar d’Argento et de ses trois mères.

Donc, du Grind, du Gore, des samples, une voix énorme, des riffs catchy, et une rythmique qui joue la polyvalence, bilan plus que positif pour ce premier album qui propose même quelques bonus tracks en démo, pour mieux vous faire décrocher le gros lot.

Rien ne vous interdit d’écouter HACKSAW en débitant de la viande à la chaîne, ou en faisant semblant d’étriper des donzelles, d’autant plus que l’auteur termine son album par un gag/Blues assez savoureux. Vous reprendrez bien des frites avec votre tartare nom de Dieu ?


Titres de l'album:

  1. In Pieces
  2. The Mutilator
  3. Cat In The Brain
  4. ferox
  5. Dreading Sundown
  6. The Beyond
  7. By The Cemetery
  8. Outpost 31
  9. Marching From The Burial Grounds
  10. City Of The Dead
  11. Holocaust Under Kannibalen
  12. Dreading Sundown (1st Demo)
  13. A Jonty Thank You

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/10/2017 à 14:33
70 %    561

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02