Vous connaissez cette friandise roublarde que nos amis anglo-saxons appellent très justement le jawbreaker ? Un truc qu’on suce ou qu’un croque, assemblage de plusieurs couches de sucre successives qui vous caressent la langue avant de vous déboîter la mâchoire et de vous cramer la glotte ? Le genre de confiserie qui résume à elle seule les surprises de la vie, les sensations douces/amères, et les pains dans la tronche après les câlins ? On en a même fait un teen movie, plutôt fun au demeurant, mais on vient surtout d’en sortir une métaphore musicale absolument parfaite et fidèle. Mais plus que des Etats-Unis ou du Canada, cette transposition Rock nous vient une nouvelle fois de Norvège, où Oslo prend de plus en plus des airs de la Californie des années 80…Froid le climat ? Pas dans les studios ni dans les clubs si j’en crois la température dégagée par le premier album des fripons Glam de THE CRUEL INTENTIONS…Formé à l’orée de 2015, par le chanteur Lizzy DeVine, ex-VAINS OF JENNA, combo pur L.A juice,  Mats Wernerson, Kristian Solhaug et Eiliv Sagrusten, avant que ce dernier ne cède sa place sur le tabouret de batteur à Robin Nilsson, ce quatuor aux aspirations claires et pas nettes vient de frapper un double grand coup, en sortant le LP le plus exubérant de cette année 2018, et en trouvant refuge chez le label historique Indie Recordings. Label d’ailleurs plus habitué aux exactions Post ou aux dérives arty, qui se frotte les mains de cette bonne affaire, sentant certainement le vent de la folie tourner en faveur de ses poulains, qui ne sont pas les derniers à humer l’air du Sunset entre deux hymnes juvéniles à rendre les FASTER PUSSYCAT verts de jalousie de s’être fait piquer leur eye-liner. Avec des tronches correspondant parfaitement à leur emploi, ces quatre amateurs de party all night long ont tout lâché pour leur présentation, réconciliant de fait la moue boudeuse des NEW YORK DOLLS, l’attitude punky des collègues de BACKYARD BABIES, et la fronde excessive des PRETT BOY FLOYD, sans jamais se départir d’un sens du groove purement Rock N’Roll hérité du SMITH et des frères ennemis Richards/Jagger.

Pour être tout à fait honnête, et puisque je ne connaissais pas le groupe avant de jeter mes oreilles incrédules sur leur travail, autant dire que ce No Sign of Relief m’a bien retourné les tripes et fait valser les valseuses en toute objectivité. Dans la même veine qu’un Faster Pussycat, et aussi jouissif qu’un Backyard Babies, ce carton d’invitation pour une fête permanente à les arguments de ses excès, et les excuses de ses affronts. Doté d’une production un peu rauque mettant le Rock en vedette, il aligne les hymnes teenage comme les punchlines lucides, et nous assomme d’un enthousiasme débordant, le confinant à l’euphorie, puisqu’en respectant une durée globale de trente-cinq minutes, la redite n’est pas de mise et la nonchalance pas plus. Et si l’image du jawbreaker m’est si facilement venue à l’esprit, c’est certainement parce que ce bonbon maléfique est aussi la première douceur offerte par les norvégiens, qui commencent sur les chapeaux de roue, même pas décoiffés dans leur décapotable Sleaze pour cause d’abus de laque. Batterie d’intro qui tonne, petit lick hésitant et approximatif en arrière-plan, pour un soudain déluge de riffs adolescents qui vous collent une crise de priapisme digne d’une érection face à un poster de Debbie Harry. C’est turgescent, mordant, sans complexe, mais surtout à l’image d’une rue que certains n’ont jamais pu quitter, après avoir laissé leur enfance de côté sur les trottoirs de la vie. Aussi Punk qu’un ongle de pied de David Johansen, mais aussi Glam qu’un hit des BLACKRAIN ou des BACKYARD BABIES, cette mise en bouche arrache la gueule et laisse un peu pantois, d’autant plus qu’elle est enchaînée sans transition avec « Reckoning », ne faisant pas plus preuve de calme et de sérénité.

Chant gouailleur comme un vendeur de tapis en crise de fin de mois, avec ce timbre inimitable de Lizzy DeVine qui a largement eu le temps de roder ses organes du côté de la Californie avant de déménager à Oslo rejoindre sa nouvelle bande, distorsion juste assez crade pour empester les bas-fonds dégoulinant de bourbon bon marché, rythmique simple mais qui pilonne grave, et évidemment une grosse louche de chœurs fédérateurs, genre manif de lycéens pour réclamer des uniformes plus sexy pour les filles. Tout ça sniffe la luxure et l’ambivalence à plein nez, puisque les quatre félins aux griffes pointues ne se gênent pas pour évoquer les misères de la vie, et surtout, sa dualité d’espoir et de déprime, ou de douleur et de plaisir. Loin d’être de jeunes cons en mal de cause en promo, les THE CRUEL INTENTIONS se veulent les boots sur terre, juste assez concernés pour faire partie de la société, mais suffisamment écervelés pour croire que le Glam Rock peut encore sauver le monde. Et entre leurs références finaudes et autres allusions décalées (« Genie’s Got a Problem », les RAMONES passés à la moulinette Pop-Punk des nineties, avec cette patine DESCENDENTS qui sent bon le facteur à midi et quart), leurs problèmes existentiels sur fond de riff que les AIRBOURNE auraient pu replacer entre deux volées de binouze braquée (« Weekend Suffering »), l’heure est à la decadence dance, et aux refrains qu’on reprend en chœur. Profitant de l’expérience d’une carrière passée bien rodée, les norvégiens passent en revue le catalogue du Rock façon Glam avec une dextérité incroyable, adoptant même le déhanché si particulier de la paire Tyler/Perry sur un « Borderline Crazy » à vous rendre dingue de jalousie. Et alors qu’on se dit que tout ça va bien finir par marquer un temps d’arrêt histoire d’aller pisser, « Check Your Head » nous la joue Heavy, tout en gardant ce détachement le confinant même à l’inconscience, pour une énième virée downtown à la recherche de la vérité.

Carburant à l’innocence perdue et à la réalité, No Sign of Relief ne montre en effet aucun signe de guérison possible, et avance le port altier mais la dégaine relâchée, pour un concert en studio qui laisse présager de prestations live incendiées. Aussi futile que le premier NEW YORK DOLLS, mais aussi essentiel qu’une compile des HELLACOPTERS, il court, détale, et fonce bille en tête sans se demander de quoi ses lendemains seront faits, puisque seul compte l’instant. Et l’instant, ce sont onze morceaux qui mélange le pétillant d’un rêve bubble-gum et l’amertume d’un réveil le lundi qui assomme, spécialement lorsque l’ambiance se durcit un peu sur « Everybody Riot ». Et avec quelques injonctions à la clarté majeure (« Go Fuck Yourself », addictif comme un inédit de Marc Bolan passé à la moulinette des frères Binzer), des raccourcis lippus qui rendent velu (« Chaos In a Bombshell », et ses « gnagnagnagna » purement puérils mais intensément cathartiques), et un final aux accents Bluesy qui stimule encore un peu les papilles sans gimmick de pacotille (« Devilicious »), on se retrouve complètement dépassé par le délire d’un album totalement assumhalluciné, qui illumine la nuit de néons brillants, et qui assombrit le jour de cris et de sang. Sans tomber dans l’hagiographie programmée, THE CRUEL INTENTIONS est probablement ce qui est arrivé de mieux au Glam depuis l’appropriation des bas-résille par les hommes, et se place dans le peloton de tête des albums les plus efficaces de l’année, sans discussion possible. De toute façon avec un jawbreaker dans la bouche, essayez donc d’argumenter sans baver.      

 

Titres de l'album :

                            01 Jawbreaker

                            02 Reckoning

                            03 Genie’s Got a Problem

                            04 Weekend Suffering

                            05 Borderline Crazy

                            06 Check Your Head

                            07 Sick Adrenaline

                            08 Everybody Riot

                            09 Go Fuck Yourself

                            10 Chaos In a Bombshell

                           11 Devilicious

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/10/2018 à 15:46
95 %    299

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)