Le sodium est un métal mou, de couleur argentée et très réactif, qui fait partie des métaux alcalins. 

 

Définition Wikipedia très exacte en termes physiques, mais contre laquelle je me porte en faux en termes artistiques. Non, SODIUM n’est pas un Metal mou, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il n’est pas Metal, stricto sensu, et d’autre part, parce qu’il est tout sauf mou. Il serait même d’une dureté incroyable, et d’une âpreté fatale. Il a été découvert du côté de Lübeck, Allemagne, aux alentours de 2010, date de sa première démo éponyme, sortie en tape. Depuis, le quintette (Lucas – chant, Hendrik – guitare/chant, Chris – guitare, Evelyne – basse et Julian – batterie) n’a eu de cesse de proposer des EP (Every Stone Made Me Stumble, 2012 et Häven, 2015), pour peaufiner sa vision d’un Hardcore très personnel, qui trouve aujourd’hui un aboutissement longue durée au travers des onze pistes de cette Odyssey, qui se veut concept et surtout parabole. Une parabole très personnelle, que le groupe se refuse à expliquer, mais qui, selon ses propres termes, « nous encouragera à réfléchir à notre façon de vivre et de penser »

Louable intention, qui dépendra de la bonne volonté justement de chacun, mais ce qui est certain par contre, c’est que leur musique vous obligera d’une façon ou d’une autre à revoir vos conceptions du Hardcore, du Crust, du D-beat et même du Post Crust, puisque les SODIUM ont une façon bien à eux de les restituer, avec force noirceur et violence avouée ou larvée.

Si leur label distribuant l’album en format vinyle les classe dans la même catégorie qu’un groupe comme DARKEST HOUR, ou s’ils se réclament eux-mêmes de l’influence d’ALWAYS WANTED WAR ou BONEHOUSE, reconnaissons aux allemands le droit à la différence. Car si leur Core est vraiment assombri jusqu’à la moelle, il porte les stigmates de l’école Post nationale, qui a vu des groupes comme AND THE WAVES WILL CARRY US HOME, RAHAW, ou THRAENENKIND battre le pavé d’une contre-culture peu amène de classicisme et de respect des limites. Mais de leur côté, Lucas et sa bande s’orientent de plus en plus vers une approche lourde de conséquences, et de riffs pesants, martelés par une rythmique plus posée que d’ordinaire. Toutefois, ne vous attendez pas à des litanies humanistes confondantes de simplisme, mais plutôt à une charge frontale mais dosée, qui a trouvé le plus parfait équilibre qui soit entre Crust vraiment venimeux et Post Hardcore salement teigneux. Résultat, du haut de ses trente-quatre minutes, Odyssey nous trimbale dans les atmosphères façon Ulysse sur le chemin du retour, mais gageons que la Pénélope de SODIUM ne doit pas s’affairer à un ouvrage sciemment interminable, mais plutôt à s’agiter live lorsque le groupe revient dans son giron…

Lourd, sec, nerveux, tendu, anxieux, tels sont les qualificatifs que l’on pourrait accoler au Hardcore développé. Si la tension progressive et le malaise harmonique semblent être des obsessions quasi cathartiques pour les allemands, ils n’en oublient pas pour autant de lâcher la vapeur de temps en temps, pour que la brutalité y soit vue comme un exutoire indispensable. Difficile de les comparer à des ensembles existants, puisque leur conception de la hargne est très excentrée, et concentrée sur des motifs compacts et répétés à l’envi. Pour autant, la répétition est totalement absente de ce premier album, chose suffisamment rare sur une œuvre Crust pour être soulignée. Mais les SODIUM jouent-ils encore du Crust ou du D-beat ? La question peut en effet se poser, mais la réponse est sans intérêt. Disons pour l’amour de la formule qu’ils pratiquent une sorte de Crossover global, qui pourra satisfaire les amateurs de Post en tous genres, qui ne crachent pas sur un brin de fantaisie progressive, dénuée d’ambitions démesurées.

Décomposé en onze chapitres, Odyssey se refuse à se conforter à des principes d’origine, et privilégie l’émotion sur la concision, même si l’homogénéité de ce LP n’est pas à remettre en cause. Aussi à l’aise dans des secteurs comme le D-beat pur et presque dur (« Awakening », ou comment dénaturer le genre en le décélérant d’une humeur maussade), ou le Post Hardcore urbain façon UNSANE sans lendemains (« Escape », mais s’échapper de quoi ?), les musiciens nous ont donc composé une partition plurielle, qui parfois emprunte des accents presque Metalcore/Screamo sur les dents (« Storm », moins de deux minutes, mais un panaché savoureux de pistes explorées, avec exercices rythmiques chaotiques bien grisés…), tout en se permettant une oppression vraiment maladive, qui appuie sur la dépression pour la rendre intuitive (« Repentance », acte d’attrition ou de contrition ? Ni l’un ni l’autre, mais acceptation de la lourdeur d’un Sludge presque retors dans son refus de condamner le Doomcore).

Les débats ne traînent jamais en longueur, et lorsque le groupe décide de dépasser les quatre minutes, c’est qu’il a suffisamment d’idées (« Into Deep Blue », là encore, beaucoup de ressentiment Hardcore, qui ose enfin accélérer le tempo pour peser sur le dos). Mais la plupart du temps, et surtout en deuxième moitié de parcours, les dérives se recentrent, et percutent parfois de plein fouet un genre de Post Mathcore vraiment énervé, mais subtilement rehaussé de mélodies anémiées (« The Odyssey », et ses petits riffs très métallisés). Il semblerait même que tous ces traumas aient permis au quintette de trouver la voie de la guérison (« Catharsis », up tempo incroyablement Rock’n’Core, avec toujours cette voix qui ferait passer Jeff Becerra de POSSESSED pour un petit chanteur à la croix de bois).

En conclusion, « Epilogue - Home No More » raidit le ton, et laisse la rythmique faire parler le plomb pour un départ brutal qui fait transpirer le chaos D-beat par tous les pores. Mais bien évidemment, comme les choses ne sont pas si simples, le même morceau se termine dans une acmé de Post-Hardcore faussement mélodique, mais réellement tragique dans ses boucles de guitares étourdissantes.

Le concept est donc bouclé, et visiblement, nul n’est prophète en son pays, et nul n’a réellement de maison là où son cœur séduit. L’homme est donc seul face à lui-même, tout comme l’auditeur est seul face à un groupe qui lui propose de voir la réalité d’une musique abrupte différemment, suffisamment en tout cas pour qu’il ne puisse pas lui accoler d’étiquettes sciemment.

Après deux EP, les SODIUM passent donc avec brio l’épreuve du LP, puisque Odyssey nous présente une facette Core purement allemande, qui se nourrit de ses propres références. Mais Wikipedia avait en partie raison. Ils sont très réactifs. Vraiment.


Titres de l'album:

  1. prologue - Ashore
  2. Escape
  3. Repentance
  4. Dream
  5. Into Deep Blue
  6. Apnea
  7. Awakening
  8. Storm
  9. The Odyssey
  10. Catharsis
  11. Epilogue - Home No More

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/09/2017 à 14:41
84 %    394

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...