Le sodium est un métal mou, de couleur argentée et très réactif, qui fait partie des métaux alcalins. 

 

Définition Wikipedia très exacte en termes physiques, mais contre laquelle je me porte en faux en termes artistiques. Non, SODIUM n’est pas un Metal mou, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il n’est pas Metal, stricto sensu, et d’autre part, parce qu’il est tout sauf mou. Il serait même d’une dureté incroyable, et d’une âpreté fatale. Il a été découvert du côté de Lübeck, Allemagne, aux alentours de 2010, date de sa première démo éponyme, sortie en tape. Depuis, le quintette (Lucas – chant, Hendrik – guitare/chant, Chris – guitare, Evelyne – basse et Julian – batterie) n’a eu de cesse de proposer des EP (Every Stone Made Me Stumble, 2012 et Häven, 2015), pour peaufiner sa vision d’un Hardcore très personnel, qui trouve aujourd’hui un aboutissement longue durée au travers des onze pistes de cette Odyssey, qui se veut concept et surtout parabole. Une parabole très personnelle, que le groupe se refuse à expliquer, mais qui, selon ses propres termes, « nous encouragera à réfléchir à notre façon de vivre et de penser »

Louable intention, qui dépendra de la bonne volonté justement de chacun, mais ce qui est certain par contre, c’est que leur musique vous obligera d’une façon ou d’une autre à revoir vos conceptions du Hardcore, du Crust, du D-beat et même du Post Crust, puisque les SODIUM ont une façon bien à eux de les restituer, avec force noirceur et violence avouée ou larvée.

Si leur label distribuant l’album en format vinyle les classe dans la même catégorie qu’un groupe comme DARKEST HOUR, ou s’ils se réclament eux-mêmes de l’influence d’ALWAYS WANTED WAR ou BONEHOUSE, reconnaissons aux allemands le droit à la différence. Car si leur Core est vraiment assombri jusqu’à la moelle, il porte les stigmates de l’école Post nationale, qui a vu des groupes comme AND THE WAVES WILL CARRY US HOME, RAHAW, ou THRAENENKIND battre le pavé d’une contre-culture peu amène de classicisme et de respect des limites. Mais de leur côté, Lucas et sa bande s’orientent de plus en plus vers une approche lourde de conséquences, et de riffs pesants, martelés par une rythmique plus posée que d’ordinaire. Toutefois, ne vous attendez pas à des litanies humanistes confondantes de simplisme, mais plutôt à une charge frontale mais dosée, qui a trouvé le plus parfait équilibre qui soit entre Crust vraiment venimeux et Post Hardcore salement teigneux. Résultat, du haut de ses trente-quatre minutes, Odyssey nous trimbale dans les atmosphères façon Ulysse sur le chemin du retour, mais gageons que la Pénélope de SODIUM ne doit pas s’affairer à un ouvrage sciemment interminable, mais plutôt à s’agiter live lorsque le groupe revient dans son giron…

Lourd, sec, nerveux, tendu, anxieux, tels sont les qualificatifs que l’on pourrait accoler au Hardcore développé. Si la tension progressive et le malaise harmonique semblent être des obsessions quasi cathartiques pour les allemands, ils n’en oublient pas pour autant de lâcher la vapeur de temps en temps, pour que la brutalité y soit vue comme un exutoire indispensable. Difficile de les comparer à des ensembles existants, puisque leur conception de la hargne est très excentrée, et concentrée sur des motifs compacts et répétés à l’envi. Pour autant, la répétition est totalement absente de ce premier album, chose suffisamment rare sur une œuvre Crust pour être soulignée. Mais les SODIUM jouent-ils encore du Crust ou du D-beat ? La question peut en effet se poser, mais la réponse est sans intérêt. Disons pour l’amour de la formule qu’ils pratiquent une sorte de Crossover global, qui pourra satisfaire les amateurs de Post en tous genres, qui ne crachent pas sur un brin de fantaisie progressive, dénuée d’ambitions démesurées.

Décomposé en onze chapitres, Odyssey se refuse à se conforter à des principes d’origine, et privilégie l’émotion sur la concision, même si l’homogénéité de ce LP n’est pas à remettre en cause. Aussi à l’aise dans des secteurs comme le D-beat pur et presque dur (« Awakening », ou comment dénaturer le genre en le décélérant d’une humeur maussade), ou le Post Hardcore urbain façon UNSANE sans lendemains (« Escape », mais s’échapper de quoi ?), les musiciens nous ont donc composé une partition plurielle, qui parfois emprunte des accents presque Metalcore/Screamo sur les dents (« Storm », moins de deux minutes, mais un panaché savoureux de pistes explorées, avec exercices rythmiques chaotiques bien grisés…), tout en se permettant une oppression vraiment maladive, qui appuie sur la dépression pour la rendre intuitive (« Repentance », acte d’attrition ou de contrition ? Ni l’un ni l’autre, mais acceptation de la lourdeur d’un Sludge presque retors dans son refus de condamner le Doomcore).

Les débats ne traînent jamais en longueur, et lorsque le groupe décide de dépasser les quatre minutes, c’est qu’il a suffisamment d’idées (« Into Deep Blue », là encore, beaucoup de ressentiment Hardcore, qui ose enfin accélérer le tempo pour peser sur le dos). Mais la plupart du temps, et surtout en deuxième moitié de parcours, les dérives se recentrent, et percutent parfois de plein fouet un genre de Post Mathcore vraiment énervé, mais subtilement rehaussé de mélodies anémiées (« The Odyssey », et ses petits riffs très métallisés). Il semblerait même que tous ces traumas aient permis au quintette de trouver la voie de la guérison (« Catharsis », up tempo incroyablement Rock’n’Core, avec toujours cette voix qui ferait passer Jeff Becerra de POSSESSED pour un petit chanteur à la croix de bois).

En conclusion, « Epilogue - Home No More » raidit le ton, et laisse la rythmique faire parler le plomb pour un départ brutal qui fait transpirer le chaos D-beat par tous les pores. Mais bien évidemment, comme les choses ne sont pas si simples, le même morceau se termine dans une acmé de Post-Hardcore faussement mélodique, mais réellement tragique dans ses boucles de guitares étourdissantes.

Le concept est donc bouclé, et visiblement, nul n’est prophète en son pays, et nul n’a réellement de maison là où son cœur séduit. L’homme est donc seul face à lui-même, tout comme l’auditeur est seul face à un groupe qui lui propose de voir la réalité d’une musique abrupte différemment, suffisamment en tout cas pour qu’il ne puisse pas lui accoler d’étiquettes sciemment.

Après deux EP, les SODIUM passent donc avec brio l’épreuve du LP, puisque Odyssey nous présente une facette Core purement allemande, qui se nourrit de ses propres références. Mais Wikipedia avait en partie raison. Ils sont très réactifs. Vraiment.


Titres de l'album:

  1. prologue - Ashore
  2. Escape
  3. Repentance
  4. Dream
  5. Into Deep Blue
  6. Apnea
  7. Awakening
  8. Storm
  9. The Odyssey
  10. Catharsis
  11. Epilogue - Home No More

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/09/2017 à 14:41
84 %    355

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas plutôt sorti chez Notre Dame des landes Records ce truc ?

... pardon. Ça doit être le soleil.


J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...