En général, j'aime les gens qui ne me prennent pas pour un imbécile. Et la franchise reste pour moi une vertu cardinale, une question de confiance, un label de qualité qu'il convient de ne pas fouler au pied. Alors, lorsque les VOMITOR débarquent avec un nouvel album sous les aisselles, je sais que je peux les écouter sans retenue, puisque de leur nom de baptême à leurs pseudos en poèmes, tout évoque une subtilité de profondeur qui nous ramène aux plus grandes heures de RUSH ou UZEB. Il faut dire qu'avec une clique répondant aux doux sobriquets de Death Dealer (chant/guitare), Anton Vomit (basse), Hellkunt (batterie) et Horror Illogium (guitare, et membre de PORTAL, indicateur non négligeable), une discographie impeccable émaillée de LP, de splits, compilations, et autres lives, et vingt ans de précision sonore au compteur, il y a de quoi leur jeter quelques fleurs. Défraîchies évidemment, et empestant le fumier, puisque les bougres, loin de se vautrer dans les plaisirs masturbatoires de la démonstration instrumentale illusoire, privilégient depuis deux décennies l'attaque bas du front, le Death à relents d'émanations de fion, et autres fantaisies sonores délicatement empreintes de paillardise occulte bon marché. En gros, ils représentent depuis 1999 la quintessence de la déliquescence underground australe, qui au tournant des deux siècles a décidé qu'il valait mieux faire fi de toute prétention pour se laisser guider par ses instincts les plus moribonds. Et autant dire qu'en tant que chefs de meute, ces quatre olibrius fascinés par la brutalité outrancière mais sympathique dominent le reste de la troupe, sans jamais dévier d'un iota de leur route. Et si le mois d'avril verra la parution de Pestilent Death, leur quatrième long, distribué par les mercenaires de Hells Headbangers, les fans les plus acharnés n'y verront que du feu, tant ce dernier né ressemble à ses aînés à la demie-croche près.

Oublions donc l'espace d'une chronique les exigences minimales demandées à tout groupe qui déballe, et concentrons-nous sur l'aspect le plus bestial d'un Death animal, qui a cessé toute évolution depuis la fin des années 80. Car depuis leur première démo Roar Of War, les australiens n'ont pas changé leur piège à loup de meule de foin, et continuent leur travail d'effondrement de la société australe via quelques morceaux hâtivement emballés dans un package ensanglanté. Si depuis The Escalation, leur formation en trio s'est enrichie d'un nouveau membre « guitar-hero », la formule du massacre n'a pas changé d'un iota, et semble toujours aussi bloquée sur les recettes fanées des premiers KREATOR, du Thrash à tendance Death et Black sud-américain, et des exactions des VULCANO, SEPULTURA, SARCOFAGO et autres chantres d'une cacophonie simpliste à outrance ne voyant dans la musique qu'un exutoire à leur saine violence. Pas de surprise donc, mais du plaisir, dans la douleur, puisque les olibrius n'ont pas plus appris à jouer que d'ordinaire, et se vautrent toujours dans le lupanar d'un Death méchamment rustique mais volontaire. A trois ou quatre, ils font toujours autant de barouf, et si leurs riffs restent les plus primaires possibles, si leur rythmique est aussi évolutive qu'un solo d'Angus Young, l'ensemble dégage toujours autant de bonne humeur et d'exubérance, ce qui achève de transformer ce Pestilent Death en produit hautement compétitif et corrosif, à l'instar de bien d 'autres productions de leur légendaire label. Pas de temps à perdre donc, surtout lorsque celui imparti ne dépasse pas la demi-heure bien tassée, et c'est à une pelletée d'hymnes à la cruauté que nous devons faire face, qui ressemblent en tout point à ceux qui les ont précédé, et qui rappellent méchamment les débuts des frangins Cavalera, avant qu'ils n'apprennent à manier leurs instruments pour faire les malins.

On nage donc en pleine euphorie quatre-pistes, puisque le son de ce nouvel album est évidemment bien vilain, mettant en avant des médiums qui empestent l'espace de leurs grésillements malsains, et réduisant les graves au rôle de figurants en sous-main. Et de « Tremolation » à « Hell's Butcher », aucune déviation sur les théories de dévolution, mais bien une succession de plans tous aussi néfastes les uns que les autres, mais diablement efficaces pour les puristes d'un Death bruitiste qui a refusé toute possibilité de perfectionnement et d'harmonisation. Ici, les mélodies, c'est juste pour faire joli, entre deux breaks pourris (dans le sens le plus noble du terme), mais entre le chant plein de véhémence d'un Death Dealer qui n'a pas oublié comment dégueuler avec classe, et ses licks qui déchirent ta race, le tableau est gentiment brutal, et l'ambiance génialement fatale. Le rendu (évidemment, avec des morceaux s'il vous plaît) est toujours aussi linéaire, les interventions toujours aussi sommaires, mais lorsqu'on décide d'écouter un album de VOMITOR, ça n'est pas pour frimer, mais bien pour prendre son pied sans avoir à réfléchir toute la matinée. De ce côté-là, le cahier des charges est fort bien respecté, puisqu'on trouve toujours ce flair pour accommoder des restes qui avait rendu Bleeding The Priest aussi essentiel qu'un rugissement de Tom Angelripper, et The Escalation aussi hargneux que débonnaire, et le bilan est donc largement positif pour nos amis australiens, qui continuent leur chemin sans se demander de quoi seront faits leurs lendemains. De tripailles bien sûr, d'éclaboussures bestiales, et de chansons, bonnes au demeurant, puisque agencées avec un minimum de dextérité, et un amour inconditionné pour les déviances les moins tolérées.

De là, inutile de broder pendant des heures histoire de gagner quelques lignes, puisqu'en lisant l'en-tête de cette chronique, et en assimilant le nom de VOMITOR et celui de leur album Pestilent Death, vous aurez déjà bien compris ce qui vous attend. Une grosse dose de Thrash Death à l'ancienne, est c'est exactement ce à quoi vous aurez droit. Alors comme tout va bien dans le meilleur des mondes, avalez, mais d'un trait, plus c'est fort, plus ça pue la mort !


Titres de l'album:

  1. Tremolation
  2. Roar Of War
  3. Abracadabra
  4. Manic Oppression
  5. Tremendous Insane
  6. Pestilent Death
  7. Hells Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 17:43
74 %    167

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.