En général, j'aime les gens qui ne me prennent pas pour un imbécile. Et la franchise reste pour moi une vertu cardinale, une question de confiance, un label de qualité qu'il convient de ne pas fouler au pied. Alors, lorsque les VOMITOR débarquent avec un nouvel album sous les aisselles, je sais que je peux les écouter sans retenue, puisque de leur nom de baptême à leurs pseudos en poèmes, tout évoque une subtilité de profondeur qui nous ramène aux plus grandes heures de RUSH ou UZEB. Il faut dire qu'avec une clique répondant aux doux sobriquets de Death Dealer (chant/guitare), Anton Vomit (basse), Hellkunt (batterie) et Horror Illogium (guitare, et membre de PORTAL, indicateur non négligeable), une discographie impeccable émaillée de LP, de splits, compilations, et autres lives, et vingt ans de précision sonore au compteur, il y a de quoi leur jeter quelques fleurs. Défraîchies évidemment, et empestant le fumier, puisque les bougres, loin de se vautrer dans les plaisirs masturbatoires de la démonstration instrumentale illusoire, privilégient depuis deux décennies l'attaque bas du front, le Death à relents d'émanations de fion, et autres fantaisies sonores délicatement empreintes de paillardise occulte bon marché. En gros, ils représentent depuis 1999 la quintessence de la déliquescence underground australe, qui au tournant des deux siècles a décidé qu'il valait mieux faire fi de toute prétention pour se laisser guider par ses instincts les plus moribonds. Et autant dire qu'en tant que chefs de meute, ces quatre olibrius fascinés par la brutalité outrancière mais sympathique dominent le reste de la troupe, sans jamais dévier d'un iota de leur route. Et si le mois d'avril verra la parution de Pestilent Death, leur quatrième long, distribué par les mercenaires de Hells Headbangers, les fans les plus acharnés n'y verront que du feu, tant ce dernier né ressemble à ses aînés à la demie-croche près.

Oublions donc l'espace d'une chronique les exigences minimales demandées à tout groupe qui déballe, et concentrons-nous sur l'aspect le plus bestial d'un Death animal, qui a cessé toute évolution depuis la fin des années 80. Car depuis leur première démo Roar Of War, les australiens n'ont pas changé leur piège à loup de meule de foin, et continuent leur travail d'effondrement de la société australe via quelques morceaux hâtivement emballés dans un package ensanglanté. Si depuis The Escalation, leur formation en trio s'est enrichie d'un nouveau membre « guitar-hero », la formule du massacre n'a pas changé d'un iota, et semble toujours aussi bloquée sur les recettes fanées des premiers KREATOR, du Thrash à tendance Death et Black sud-américain, et des exactions des VULCANO, SEPULTURA, SARCOFAGO et autres chantres d'une cacophonie simpliste à outrance ne voyant dans la musique qu'un exutoire à leur saine violence. Pas de surprise donc, mais du plaisir, dans la douleur, puisque les olibrius n'ont pas plus appris à jouer que d'ordinaire, et se vautrent toujours dans le lupanar d'un Death méchamment rustique mais volontaire. A trois ou quatre, ils font toujours autant de barouf, et si leurs riffs restent les plus primaires possibles, si leur rythmique est aussi évolutive qu'un solo d'Angus Young, l'ensemble dégage toujours autant de bonne humeur et d'exubérance, ce qui achève de transformer ce Pestilent Death en produit hautement compétitif et corrosif, à l'instar de bien d 'autres productions de leur légendaire label. Pas de temps à perdre donc, surtout lorsque celui imparti ne dépasse pas la demi-heure bien tassée, et c'est à une pelletée d'hymnes à la cruauté que nous devons faire face, qui ressemblent en tout point à ceux qui les ont précédé, et qui rappellent méchamment les débuts des frangins Cavalera, avant qu'ils n'apprennent à manier leurs instruments pour faire les malins.

On nage donc en pleine euphorie quatre-pistes, puisque le son de ce nouvel album est évidemment bien vilain, mettant en avant des médiums qui empestent l'espace de leurs grésillements malsains, et réduisant les graves au rôle de figurants en sous-main. Et de « Tremolation » à « Hell's Butcher », aucune déviation sur les théories de dévolution, mais bien une succession de plans tous aussi néfastes les uns que les autres, mais diablement efficaces pour les puristes d'un Death bruitiste qui a refusé toute possibilité de perfectionnement et d'harmonisation. Ici, les mélodies, c'est juste pour faire joli, entre deux breaks pourris (dans le sens le plus noble du terme), mais entre le chant plein de véhémence d'un Death Dealer qui n'a pas oublié comment dégueuler avec classe, et ses licks qui déchirent ta race, le tableau est gentiment brutal, et l'ambiance génialement fatale. Le rendu (évidemment, avec des morceaux s'il vous plaît) est toujours aussi linéaire, les interventions toujours aussi sommaires, mais lorsqu'on décide d'écouter un album de VOMITOR, ça n'est pas pour frimer, mais bien pour prendre son pied sans avoir à réfléchir toute la matinée. De ce côté-là, le cahier des charges est fort bien respecté, puisqu'on trouve toujours ce flair pour accommoder des restes qui avait rendu Bleeding The Priest aussi essentiel qu'un rugissement de Tom Angelripper, et The Escalation aussi hargneux que débonnaire, et le bilan est donc largement positif pour nos amis australiens, qui continuent leur chemin sans se demander de quoi seront faits leurs lendemains. De tripailles bien sûr, d'éclaboussures bestiales, et de chansons, bonnes au demeurant, puisque agencées avec un minimum de dextérité, et un amour inconditionné pour les déviances les moins tolérées.

De là, inutile de broder pendant des heures histoire de gagner quelques lignes, puisqu'en lisant l'en-tête de cette chronique, et en assimilant le nom de VOMITOR et celui de leur album Pestilent Death, vous aurez déjà bien compris ce qui vous attend. Une grosse dose de Thrash Death à l'ancienne, est c'est exactement ce à quoi vous aurez droit. Alors comme tout va bien dans le meilleur des mondes, avalez, mais d'un trait, plus c'est fort, plus ça pue la mort !


Titres de l'album:

  1. Tremolation
  2. Roar Of War
  3. Abracadabra
  4. Manic Oppression
  5. Tremendous Insane
  6. Pestilent Death
  7. Hells Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 17:43
74 %    391

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !