En général, j'aime les gens qui ne me prennent pas pour un imbécile. Et la franchise reste pour moi une vertu cardinale, une question de confiance, un label de qualité qu'il convient de ne pas fouler au pied. Alors, lorsque les VOMITOR débarquent avec un nouvel album sous les aisselles, je sais que je peux les écouter sans retenue, puisque de leur nom de baptême à leurs pseudos en poèmes, tout évoque une subtilité de profondeur qui nous ramène aux plus grandes heures de RUSH ou UZEB. Il faut dire qu'avec une clique répondant aux doux sobriquets de Death Dealer (chant/guitare), Anton Vomit (basse), Hellkunt (batterie) et Horror Illogium (guitare, et membre de PORTAL, indicateur non négligeable), une discographie impeccable émaillée de LP, de splits, compilations, et autres lives, et vingt ans de précision sonore au compteur, il y a de quoi leur jeter quelques fleurs. Défraîchies évidemment, et empestant le fumier, puisque les bougres, loin de se vautrer dans les plaisirs masturbatoires de la démonstration instrumentale illusoire, privilégient depuis deux décennies l'attaque bas du front, le Death à relents d'émanations de fion, et autres fantaisies sonores délicatement empreintes de paillardise occulte bon marché. En gros, ils représentent depuis 1999 la quintessence de la déliquescence underground australe, qui au tournant des deux siècles a décidé qu'il valait mieux faire fi de toute prétention pour se laisser guider par ses instincts les plus moribonds. Et autant dire qu'en tant que chefs de meute, ces quatre olibrius fascinés par la brutalité outrancière mais sympathique dominent le reste de la troupe, sans jamais dévier d'un iota de leur route. Et si le mois d'avril verra la parution de Pestilent Death, leur quatrième long, distribué par les mercenaires de Hells Headbangers, les fans les plus acharnés n'y verront que du feu, tant ce dernier né ressemble à ses aînés à la demie-croche près.

Oublions donc l'espace d'une chronique les exigences minimales demandées à tout groupe qui déballe, et concentrons-nous sur l'aspect le plus bestial d'un Death animal, qui a cessé toute évolution depuis la fin des années 80. Car depuis leur première démo Roar Of War, les australiens n'ont pas changé leur piège à loup de meule de foin, et continuent leur travail d'effondrement de la société australe via quelques morceaux hâtivement emballés dans un package ensanglanté. Si depuis The Escalation, leur formation en trio s'est enrichie d'un nouveau membre « guitar-hero », la formule du massacre n'a pas changé d'un iota, et semble toujours aussi bloquée sur les recettes fanées des premiers KREATOR, du Thrash à tendance Death et Black sud-américain, et des exactions des VULCANO, SEPULTURA, SARCOFAGO et autres chantres d'une cacophonie simpliste à outrance ne voyant dans la musique qu'un exutoire à leur saine violence. Pas de surprise donc, mais du plaisir, dans la douleur, puisque les olibrius n'ont pas plus appris à jouer que d'ordinaire, et se vautrent toujours dans le lupanar d'un Death méchamment rustique mais volontaire. A trois ou quatre, ils font toujours autant de barouf, et si leurs riffs restent les plus primaires possibles, si leur rythmique est aussi évolutive qu'un solo d'Angus Young, l'ensemble dégage toujours autant de bonne humeur et d'exubérance, ce qui achève de transformer ce Pestilent Death en produit hautement compétitif et corrosif, à l'instar de bien d 'autres productions de leur légendaire label. Pas de temps à perdre donc, surtout lorsque celui imparti ne dépasse pas la demi-heure bien tassée, et c'est à une pelletée d'hymnes à la cruauté que nous devons faire face, qui ressemblent en tout point à ceux qui les ont précédé, et qui rappellent méchamment les débuts des frangins Cavalera, avant qu'ils n'apprennent à manier leurs instruments pour faire les malins.

On nage donc en pleine euphorie quatre-pistes, puisque le son de ce nouvel album est évidemment bien vilain, mettant en avant des médiums qui empestent l'espace de leurs grésillements malsains, et réduisant les graves au rôle de figurants en sous-main. Et de « Tremolation » à « Hell's Butcher », aucune déviation sur les théories de dévolution, mais bien une succession de plans tous aussi néfastes les uns que les autres, mais diablement efficaces pour les puristes d'un Death bruitiste qui a refusé toute possibilité de perfectionnement et d'harmonisation. Ici, les mélodies, c'est juste pour faire joli, entre deux breaks pourris (dans le sens le plus noble du terme), mais entre le chant plein de véhémence d'un Death Dealer qui n'a pas oublié comment dégueuler avec classe, et ses licks qui déchirent ta race, le tableau est gentiment brutal, et l'ambiance génialement fatale. Le rendu (évidemment, avec des morceaux s'il vous plaît) est toujours aussi linéaire, les interventions toujours aussi sommaires, mais lorsqu'on décide d'écouter un album de VOMITOR, ça n'est pas pour frimer, mais bien pour prendre son pied sans avoir à réfléchir toute la matinée. De ce côté-là, le cahier des charges est fort bien respecté, puisqu'on trouve toujours ce flair pour accommoder des restes qui avait rendu Bleeding The Priest aussi essentiel qu'un rugissement de Tom Angelripper, et The Escalation aussi hargneux que débonnaire, et le bilan est donc largement positif pour nos amis australiens, qui continuent leur chemin sans se demander de quoi seront faits leurs lendemains. De tripailles bien sûr, d'éclaboussures bestiales, et de chansons, bonnes au demeurant, puisque agencées avec un minimum de dextérité, et un amour inconditionné pour les déviances les moins tolérées.

De là, inutile de broder pendant des heures histoire de gagner quelques lignes, puisqu'en lisant l'en-tête de cette chronique, et en assimilant le nom de VOMITOR et celui de leur album Pestilent Death, vous aurez déjà bien compris ce qui vous attend. Une grosse dose de Thrash Death à l'ancienne, est c'est exactement ce à quoi vous aurez droit. Alors comme tout va bien dans le meilleur des mondes, avalez, mais d'un trait, plus c'est fort, plus ça pue la mort !


Titres de l'album:

  1. Tremolation
  2. Roar Of War
  3. Abracadabra
  4. Manic Oppression
  5. Tremendous Insane
  6. Pestilent Death
  7. Hells Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 17:43
74 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)