En général, j'aime les gens qui ne me prennent pas pour un imbécile. Et la franchise reste pour moi une vertu cardinale, une question de confiance, un label de qualité qu'il convient de ne pas fouler au pied. Alors, lorsque les VOMITOR débarquent avec un nouvel album sous les aisselles, je sais que je peux les écouter sans retenue, puisque de leur nom de baptême à leurs pseudos en poèmes, tout évoque une subtilité de profondeur qui nous ramène aux plus grandes heures de RUSH ou UZEB. Il faut dire qu'avec une clique répondant aux doux sobriquets de Death Dealer (chant/guitare), Anton Vomit (basse), Hellkunt (batterie) et Horror Illogium (guitare, et membre de PORTAL, indicateur non négligeable), une discographie impeccable émaillée de LP, de splits, compilations, et autres lives, et vingt ans de précision sonore au compteur, il y a de quoi leur jeter quelques fleurs. Défraîchies évidemment, et empestant le fumier, puisque les bougres, loin de se vautrer dans les plaisirs masturbatoires de la démonstration instrumentale illusoire, privilégient depuis deux décennies l'attaque bas du front, le Death à relents d'émanations de fion, et autres fantaisies sonores délicatement empreintes de paillardise occulte bon marché. En gros, ils représentent depuis 1999 la quintessence de la déliquescence underground australe, qui au tournant des deux siècles a décidé qu'il valait mieux faire fi de toute prétention pour se laisser guider par ses instincts les plus moribonds. Et autant dire qu'en tant que chefs de meute, ces quatre olibrius fascinés par la brutalité outrancière mais sympathique dominent le reste de la troupe, sans jamais dévier d'un iota de leur route. Et si le mois d'avril verra la parution de Pestilent Death, leur quatrième long, distribué par les mercenaires de Hells Headbangers, les fans les plus acharnés n'y verront que du feu, tant ce dernier né ressemble à ses aînés à la demie-croche près.

Oublions donc l'espace d'une chronique les exigences minimales demandées à tout groupe qui déballe, et concentrons-nous sur l'aspect le plus bestial d'un Death animal, qui a cessé toute évolution depuis la fin des années 80. Car depuis leur première démo Roar Of War, les australiens n'ont pas changé leur piège à loup de meule de foin, et continuent leur travail d'effondrement de la société australe via quelques morceaux hâtivement emballés dans un package ensanglanté. Si depuis The Escalation, leur formation en trio s'est enrichie d'un nouveau membre « guitar-hero », la formule du massacre n'a pas changé d'un iota, et semble toujours aussi bloquée sur les recettes fanées des premiers KREATOR, du Thrash à tendance Death et Black sud-américain, et des exactions des VULCANO, SEPULTURA, SARCOFAGO et autres chantres d'une cacophonie simpliste à outrance ne voyant dans la musique qu'un exutoire à leur saine violence. Pas de surprise donc, mais du plaisir, dans la douleur, puisque les olibrius n'ont pas plus appris à jouer que d'ordinaire, et se vautrent toujours dans le lupanar d'un Death méchamment rustique mais volontaire. A trois ou quatre, ils font toujours autant de barouf, et si leurs riffs restent les plus primaires possibles, si leur rythmique est aussi évolutive qu'un solo d'Angus Young, l'ensemble dégage toujours autant de bonne humeur et d'exubérance, ce qui achève de transformer ce Pestilent Death en produit hautement compétitif et corrosif, à l'instar de bien d 'autres productions de leur légendaire label. Pas de temps à perdre donc, surtout lorsque celui imparti ne dépasse pas la demi-heure bien tassée, et c'est à une pelletée d'hymnes à la cruauté que nous devons faire face, qui ressemblent en tout point à ceux qui les ont précédé, et qui rappellent méchamment les débuts des frangins Cavalera, avant qu'ils n'apprennent à manier leurs instruments pour faire les malins.

On nage donc en pleine euphorie quatre-pistes, puisque le son de ce nouvel album est évidemment bien vilain, mettant en avant des médiums qui empestent l'espace de leurs grésillements malsains, et réduisant les graves au rôle de figurants en sous-main. Et de « Tremolation » à « Hell's Butcher », aucune déviation sur les théories de dévolution, mais bien une succession de plans tous aussi néfastes les uns que les autres, mais diablement efficaces pour les puristes d'un Death bruitiste qui a refusé toute possibilité de perfectionnement et d'harmonisation. Ici, les mélodies, c'est juste pour faire joli, entre deux breaks pourris (dans le sens le plus noble du terme), mais entre le chant plein de véhémence d'un Death Dealer qui n'a pas oublié comment dégueuler avec classe, et ses licks qui déchirent ta race, le tableau est gentiment brutal, et l'ambiance génialement fatale. Le rendu (évidemment, avec des morceaux s'il vous plaît) est toujours aussi linéaire, les interventions toujours aussi sommaires, mais lorsqu'on décide d'écouter un album de VOMITOR, ça n'est pas pour frimer, mais bien pour prendre son pied sans avoir à réfléchir toute la matinée. De ce côté-là, le cahier des charges est fort bien respecté, puisqu'on trouve toujours ce flair pour accommoder des restes qui avait rendu Bleeding The Priest aussi essentiel qu'un rugissement de Tom Angelripper, et The Escalation aussi hargneux que débonnaire, et le bilan est donc largement positif pour nos amis australiens, qui continuent leur chemin sans se demander de quoi seront faits leurs lendemains. De tripailles bien sûr, d'éclaboussures bestiales, et de chansons, bonnes au demeurant, puisque agencées avec un minimum de dextérité, et un amour inconditionné pour les déviances les moins tolérées.

De là, inutile de broder pendant des heures histoire de gagner quelques lignes, puisqu'en lisant l'en-tête de cette chronique, et en assimilant le nom de VOMITOR et celui de leur album Pestilent Death, vous aurez déjà bien compris ce qui vous attend. Une grosse dose de Thrash Death à l'ancienne, est c'est exactement ce à quoi vous aurez droit. Alors comme tout va bien dans le meilleur des mondes, avalez, mais d'un trait, plus c'est fort, plus ça pue la mort !


Titres de l'album:

  1. Tremolation
  2. Roar Of War
  3. Abracadabra
  4. Manic Oppression
  5. Tremendous Insane
  6. Pestilent Death
  7. Hells Butcher

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/04/2018 à 17:43
74 %    210

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)