Shelter

The Enders

16/03/2024

Autoproduction

THE ENDERS n’est assurément pas un groupe comme les autres. Un groupe qui a des influences revendiquées et même indiquées sur sa page officielle, et qui prend plaisir à les combiner pour obtenir une musique riche, pleine, mais aussi déviante et complexe. Beaucoup le classent dans la case restreinte du Metal Progressif moderne, mais le quatuor est plus que ça. Beaucoup plus que ça. D’ailleurs, quel groupe Progressif citerait les FOO FIGHTERS, MR BIG, EXTREME, ou VAN HALEN pour décrire son approche artistique ?

La question est donc la suivante. Peut-on s’encarter Progressif tout en proposant des riffs directs, un groove contagieux et un boogie savoureux ? En découvrant ce deuxième album, la réponse est évidemment un énorme oui, puisque THE ENDERS a réussi le pari de jouer un gigantesque Crossover sans aucune limite, quelque part entre le Metal moderne, le Hard Rock classique, et le Rock plus généraliste. Mais connaissant le talent des hommes impliqués, il n’y a guère à s’étonner.

Depuis 2018, nous n’avions plus de nouvelles de notre quintet étrange. Entre temps, il était devenu quatuor (Greg Giraudo - chant/guitare, Olivier Viac - guitare, Antoine Moutet - basse et Laurent Ambard - batterie), avec un Greg Giraudo prenant les rennes pour composer, écrire, produire et même…chanter. On pouvait se montrer dubitatif quant à cette mainmise, mais le résultat est là, sous la forme de neuf morceaux flamboyants, et totalement persuasifs. La mutation s’est donc opérée sans encombre, et le groupe est désormais taillé pour affronter les plus grands sur le terrain de la créativité.

Shelter est à l’image de sa sublime pochette. Un endroit où se cacher du monde extérieur, un ailleurs secret pour les désabusés, les craintifs, les névrosés et autres êtres sensibles aux évènements extérieurs, et surtout, un lieu où la musique occupe une place prépondérante. Une musique qui résume ce qui se passe dehors, sans que vous ayez besoin de l’affronter. Un havre de paix, un équilibre des forces, et un melting-pot de références. Et ce havre de paix peut tout aussi bien être concret qu’abstrait, et présent uniquement dans votre imagination. Et celles des musiciens.

Je suis tombé sous le charme de ce disque qui offre bien plus qu’une simple facilité contemporaine de plus, ou qu’une fausse friandise vintage au goût rance. Hors du temps, THE ENDERS dessine les contours de son monde au fusain, à la gouache, à l’acrylique, pour offrir le plus beau contraste entre un noir et blanc pur et des couleurs chatoyantes. Musicalement parlant, un quelconque résumé est quasiment impossible à fournir. Le groupe prend un malin plaisir à sauter du coq à l’âne d’un titre à l’autre, pour confronter la puissance dévastatrice de la distorsion à la délicatesse d’un son clair aussi pur qu’une aube champêtre.

Et quelle que soit la thématique abordée, la sensibilité et la sincérité sont de mise. J’en tiens pour preuve le superbe « A Reason to Believe », délicat et fragile, qui toutefois prend racine dans la terre la plus saine et compacte d’un Rock plus généraliste, ou d’un Progressif des années 90 resté très proche d’un Hard-Rock simple mais précieux. Le chant désormais prodigué par Greg est d’une valeur inestimable, et on ne saurait que trop remercier le guitariste de s’être lancé de cette façon. Cette plus-value permet au groupe de se montrer allusif à beaucoup de mastodontes des années 70 (YES, QUEEN, SAGA), tout en assumant son ancrage temporel en citant DREAM THEATER, PAIN OF SALVATION et bien d’autres.

Avec des morceaux construits au déroulé relativement long, Shelter bruite notre quotidien avec ses humeurs et ses sentiments traduits en musique. On peut presque entendre la pluie sur les carreaux, sentir l’herbe humide, mais aussi subir le carbone s’échappant des pots des voitures, être assourdi par le brouhaha du métro, pour soudainement faire le vide comme si tous les êtres vivants s’étaient volatilisés sans explication. Ou plutôt si, comme l’explique « Shelter », title-track qui débarrasse la planète de ses occupants encombrants pour dévoiler une mélodie de toute beauté, sur fond d’arrangements simples, mais très justes.

De l’autre côté su spectre, « S.T.A.Y » joue les gros bras et sort la grosse artillerie pour aguicher les fans de Metal syncopé et moderne. Et comme THE ENDERS est à l’aise dans tous les registres, cette combinaison de teintes nuancées prend toute son ampleur une fois l’album ingurgité, dessinant un paysage entre tranquillité bucolique et oppression urbaine.

Il y aurait des pages à noircir pour vous décrire le contenu d’un disque qui justement, prend un plaisir certain à le cacher. On pourrait consacrer deux ou trois paragraphes au très VAN HALEN/EXTREME « Unfading Children », qui tombe comme une perruque sur le consommé avec son riff classique et son énergie débridée. On pourrait continuer de manier la plume pour aborder le cas très clair de « Worth to Be Told », qui sonne comme la rencontre pas si improbable entre PURE INC et MAXXWELL, et puis utiliser un maximum de signes pour souligner l’opposition entre une première partie terriblement ambitieuse et une seconde beaucoup plus immédiate et efficace.             

Si ça n’était évidemment pour « Dusk to Dawn », final développé qui nous ramène au point de départ. Ce Progressif moderne et décomplexé qui préfère se montrer ouvert et inspiré plutôt qu’arque bouté sur des principes classiques inamovibles. THE ENDERS opère donc un virage passionnant, et se présente sous un jour très flatteur, après ces quelques aménagements et ajustements.

Shelter est cette cabane de votre enfance où tout était possible. Etre un pirate, un détective privé, un superhéros, ou simplement un petit garçon à l’abri d’un monde beaucoup trop dangereux pour lui.    

   

     

Titres de l’album :

01. S.T.A.Y

02. True Spirit

03. The End of Innocence

04. A Reason to Believe

05. Shelter

06. Unfading Children

07. Worth to Be Told

08. Homecoming

09. Dusk to Dawn


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/05/2024 à 17:17
88 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49