Perfectly Imperfect

Chip Z'nuff

18/03/2022

Frontiers Records

Tous ceux ayant fricoté de près ou de loin avec la scène Glam américaine de la fin des années 80 sont virtuellement potes avec ce bon vieux Chip Z'nuff. Tout du moins liés par la musique, et une certaine vision du Rock n’Roll, héritée des années 60, lorsque les BEATLES expérimentaient à tout va à cause des drogues au point de populariser le psychédélisme au travers du prisme LSD de leur propre génie mélodique. Et dire que Chip Z'nuff a été influencé par les BEATLES est un truisme que le premier album de ENUFF Z’NUFF soulignait de ses mélodies de guingois et de son attitude pour le moins lysergique. Ce groupe unique était drôle sur papier, coloré dans les faits, mais bien plus malin artistiquement que bon nombre de ses confrères pailletés. En effet, au lieu de se caler sur la ligne du parti de L.A., les NUFF ont choisi une autre voie, plus complexe mais incroyablement plus enrichissante, celle du Glam psychédélique. Et depuis l’émergence du groupe, il n’a eu de cesse de propager la bonne parole défoncée d’un Hard Rock joué à la CHEAP TRICK sous acides BEATLES.

Alors, lorsque le nom de Chip Z'nuff revient sur les fax en solitaire, tout critique digne de ce nom prend son clavier pour coucher ses impressions. Il écoute bien sur l’album avant de prendre une décision, mais celle-ci est fantoche, puisque le choix est déjà fait : on aime tous Chip, et on adore sa musique. Dix-sept albums avec son propre groupe, ça suffit largement pour accorder sa confiance à l’aveugle, puisqu’on sait très bien ce qui nous attend. Un album haut en couleurs, haut en délires, gorgé de mélodies, et évidemment frappé du sceau de cette musique unique, vestige hippie improbable de l’ère Glam un peu trop fardée. Mais que dit Chip sur ce premier album solo qui le voit battre son propre pavillon ?

« Toutes les chansons ont été écrites telles que je vois le monde à travers mes lunettes roses. Cet album, c’est ma lettre à l’héroïne pour la nouvelle génération ».

Si la drogue rentre en jeu Chip a perdu d’avance, puisque celle de cette nouvelle génération est beaucoup plus dure que n’importe quel acide, la réalité virtuelle. Alors, pour lutter contre cette évasion de la réalité trop dangereuse pour être cautionnée, Chip a versé un peu de LSD dans nos esgourdes, pour nous proposer une échappatoire plus ludique : l’évasion par la musique la plus colorée qui soit, comme si le TEARS FOR FEARS de Sowing The Seeds of Love rencontrait le CHEAP TRICK de Dream Police chez un disquaire passant le « Rain » des BEATLES en boucle tout l’après-midi.

Des formules, il en faut, mais autant ne pas en abuser. Pour l’occasion et pour décrire ce disque avec plus d’honnêteté, disons que Chip a comme d’habitude endossé bien des costumes, celui de compositeur évidemment, d’auteur bien sûr, mais aussi de chanteur/bassiste, de guitariste et même de soliste à l’occasion, taquinant parfois le mellotron. Accompagné par pas moins de trois batteurs, dont son grand ami Steven Adler (plus Daxx Neilsen (CHEAP TRICK) et Daniel Hill (ENUFF Z'NUFF)), et soutenu par quelques leads signés Joel Hoekstra (WHITESNAKE, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA), Chip s’en est donc donné à lunettes joie, et a même récupéré un ancien titre co-écrit par son compère/chanteur Donnie Vie (« Heaven In A Bottle »), se permettant au passage de citer les MOTT THE HOOPLE dans le texte via leur classique « Honaloochie Boogie ». Du beau monde, de grands noms, mais est-ce pour autant que Perfectly Imperfect est un grand album, postulat définitif  de la carrière d’un des musiciens les plus charmants et attachants de l’Illinois ?

Oui, mais attention. Perfectly Imperfect mérite son nom, et est effectivement parfaitement imparfait.

On y trouve tout ce qui a fait le charme de ce bassiste/chanteur goguenard, à l’air perpétuellement ailleurs, mais terriblement affuté lorsqu’il s’agit de travailler. On y trouve ces mélodies défoncées qui parsèment tous les albums de son groupe, mais on y note aussi un adoucissement général, et des guitares moins agressives qu’à l’accoutumée.  

Ainsi, on pourrait presque envisager cet album comme un parfait disque de Pop-Rock traumatisé par les sixties, et old-school à sa façon, mais loin d’un simple Hard-Rock joué comme à l’époque. Après tout, Chip était à l’époque, et n’a plus rien à prouver depuis longtemps, alors, il s’est simplement fait plaisir, et nous a troussé dix hymnes à cette décennie qu’il aurait aimé vivre musicalement, taquinant parfois le meilleur de la Pop psychédélique avec un morceau comme « I Still Hail You », qui excuse de sa pureté le côté pomp de l’intro « The Church ». Mais peut-on en vouloir à ce messie de rameuter ses brebis dans son église de la liberté, spécialement lorsqu’il leur offre une fête de la trempe de « Welcome To The Party » ?

Avouons-le, Chip nous donne avec ce premier album tout ce qu’on est en droit d’attendre de lui. De la légèreté de bulles de savon s’élevant dans un ciel azur, les silhouettes sculpturales de bombes atomiques blondes vues à travers d’immenses lunettes de soleil roses, la chaleur d’Ibiza planant au-dessus de la Californie, et une certaine vision du farniente qui ressemble beaucoup à une villégiature entre amis.

Le bassiste/chanteur ineffable le dit lui-même, il est juste un mec lambda (« Ordinary Man »), qui groove, roucoule, essaie de rassembler ses esprits, tout en couchant sur guitare des mélodies incroyables. Si le manque de puissance globale sera peut-être regretté par les die-hard, les autres se délecteront de ces chansons simples, Pop (« 3 Way » »), parfois plus sombres (« Heroin »), mais tout le monde sera d’accord sur un point : Chip Z'nuff est resté le même, honnête, et roublard derrière ses binocles.

Perfectly Imperfect, escapade en mode mineur, donne chaud au cœur. Il altère gentiment la perception sans effets secondaires, et nous fait planer sans craindre la chute. Mais l’addiction est réelle. Et délicieuse comme un bonbon acidulé un peu passé.

           

              

Titres de l’album :                                              

01. The Church

02. Welcome To The Party

03. Doctor (I'm Going Down Can You Save Me?)

04. Ordinary Man

05. Heaven In A Bottle

06. Roll On

07. I Still Hail You

08. 3 Way

09. Heroin

10. Honaloochie Boogie


Facebook officiel


par mortne2001 le 30/03/2022 à 18:02
80 %    455

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

@ Gargan : en parlant du best-of de Pestilence, les fans ont tellement gueulé qu'ils ont changé de visuel !  &(...)

05/03/2024, 11:42

Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24