Tu peux tromper mille personnes une fois. Mais tu ne peux pas tromper mille personnes mille fois. Non…Autrement dit, il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore. Il faudrait écouter mille albums de Hardcore pour en trouver mille bons. Non, un bon pour mille.

Enfin bref, vous m’avez compris.

Il y a bon Hardcore et bon Hardcore. Comme il y a bon Crust et bon Crust. Et assurément, les KÜRØISHI font partie de la première catégorie. Ou de la deuxième.

Mais ce qu’il y a à savoir, c’est qu’ils sont un bon groupe de Crust/D-Beat.

Et je sais d’avance ce que vous allez me répondre. Un truc du genre, « Normal, ils sont Finlandais, c’est facile pour eux ! »

Mais non, justement, c’est encore plus difficile, puisque tous les meilleurs viennent de Suède ou de Finlande. Alors faire son trou en passant après les légendes, c’est encore plus compliqué, surtout sans pelle.

KÜRØISHI, ce sont cinq mecs un peu hirsutes, un peu URSUT (Kai Jaakola – chant, Ilari Kinnunen et Markku "Lene" Leinonen – guitares, Timo Lindholm – batterie et Jani Kaarlela – basse), une découverte inopinée en 2016, et un premier LP dans la foulée, distribué en vinyle aux USA par SPHC, en Europe par Fight Records et en CD au Japon par Break The Records. Et même en tape tiens, via les services de Creative Class War.

Un LP blindé ras la gueule d’hymnes Crust et Darkcore qui ne fait pas dans la dentelle, et pérennise l’esprit des TRAGEDY en y insufflant une bonne dose de pessimisme revêche à la DISCHARGE. Mais en plus lourd, en plus méchant, en plus suintant, en gros, en plus indécent et puissant.

Pourtant rien de bien nouveau sous le soleil noir du Hardcore tendu, sauf que l’astre baignant Poverty.Ignorance.Greed.Slavery dans l’ombre est encore plus noir qu’une nuit scandinave sans fin. Et même l’amateur éclairé de Crust/D-beat un peu blasé d’avoir tout découvert et tout écouté sera bien obligé d’admettre que ce premier effort à quelque chose de plus, de particulier, dans son approche sans complaisance de la violence qu’il livre crue et pesante, au moins autant qu’une enclume de destin qu’on porte sur de frêles épaules. Ne cherchez pas, en substance, ce disque est au moins aussi indispensable que toutes les tables de loi l’ayant précédé. C’est comme ça.

Déjà, il bénéficie d’un son à la hauteur de ses sales prétentions. Une production gravissime, à l’emphase directe et profonde, qui met en exergue une rythmique infatigable sans le sacrifier aux guitares qui occupent l’espace, mais sans le polluer. Un équilibre parfait, qui gonfle les basses et les fait rebondir sur l’écho mat d’une caisse claire/défibrillateur qui martèle un tempo d’enfer. Des riffs simplissimes mais pas simplistes pour autant, des breaks infernaux et hivernaux qui cassent le schéma trop établi couplet/faux refrain/bridge pour délinéariser un ensemble qui s’écoute comme une litanie de haine dispensée par des révoltés permanents, qui savent d’ailleurs très bien que tout le monde les entend et va les comparer aux WOLFBRIGADE, DISFEAR, j’en passe et des plus ou moins indispensables puisque la liste est trop longue.

Mais après tout, on a tous besoin de références, et le but étant de les assumer tout en traçant sa route, les KÜRØISHI peuvent mouliner tranquille, personne n’ira les emmerder avec ce genre de considérations déplacées.

Alors du bon travail, OK, mais pourquoi ?

J’ai déjà plus ou moins répondu en substance à cette question, et anticipé toutes celles à venir. Poverty.Ignorance.Greed.Slavery, à la frontière du Crust, du D-Beat et du Darkcore est un monstre de vilénie, qui en veut salement à vos enceintes, mais qui varie et manie l’oblitération comme personne, osant même parfois s’embourber dans un terrain marécageux pour en faire ressortir les émanations les plus nauséabondes (« Annettiin Hänen Elää », rarement entendu truc aussi glauque depuis très, très longtemps). Mais leur kif, sans souci, ce sont bien sûr ces morceaux qui courent comme des dératés, mais pas comme des poulets étêtés. Parce que ce quintette sait exactement où il veut aller, et dans quelle ruelle borgne il veut vous coincer. Celle dont on ne ressort qu’avec plusieurs dents cassées, et la mine défaite, pas forcément prêt à en encaisser plus, mais résigné devant un destin qu’on ne peut occulter en gardant les paupières scellées

D’aucune me diront que tout ça n’est pas bien neuf, et que ce premier LP n’a rien d’un fantasme annoncé, je leur répondrai de tendre un peu mieux leurs oreilles pour qu’ils y décèlent la quintessence d’un Hardcore brutal à la nordique, qui se sert allégrement dans le patrimoine US et Asiatique pour endurcir encore plus son ton.  

Certes, ça n’est que du Crust, du D-Beat affolé, mais c’est justement ça le point fort des KÜRØISHI qui donnent des leçons de savoir-faire sans en avoir l’air et qui signent là un disque qui fera date dans l’histoire du genre. Un disque sale, rêche, sans empathie, sans regrets, qui déboule comme des giboulées de mars pour ruiner la journée, et qui déploie des trésors de violence pour agresser, bousculer, tout en restant musical et mélodique (« Lakes On Fire »).

Et puis cette voix…Kai Jaakola aurait pu se retrouver hurleur en chef d’un combo de Death, de Thrash ou de Grind sans que l’on trouve matière à redire, et son chant horriblement caverneux s’accorde très bien de parties de guitares empesées qui plombent le moral tout en accélérant les pulsions cardiaques de façon déraisonnée.

Quand le combo hurle « Freedom » en intro, il nous suggère un énorme Death’n’Crust à rendre vers de rage les ENTOMBED et autres UNKIND.

Quand il s’affole sur « Gasoline Stains », le spectre de Lemmy se réjouit de cette quatre cordes en gigogne qui émiette l’espoir de notes vrombissantes rebondissant sur des chœurs vaillants. Et quand il prend ses aises sur un « Hierarchy » glauque comme une file d’attente au job center, il à la mine renfrogné d’un Heavy dégénérant sur un D-Beat qui va tout casser, y compris les chaises et les guichets d’allocations bondés.

Bon, allez.

Il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore.

Réjouissez-vous. Vous avez trouvé un excellent album de Hardcore.


Titres de l'album:

  1. Freedom
  2. Gasoline Stains
  3. Crosses and Flags
  4. Gråa Dagar
  5. Minefield
  6. Hierarchy
  7. Weakness
  8. Transmission Stops
  9. Bombraid
  10. Annettiin Hänen Elää
  11. Save Yourself
  12. Lakes On Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/03/2017 à 14:26
80 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !