Tu peux tromper mille personnes une fois. Mais tu ne peux pas tromper mille personnes mille fois. Non…Autrement dit, il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore. Il faudrait écouter mille albums de Hardcore pour en trouver mille bons. Non, un bon pour mille.

Enfin bref, vous m’avez compris.

Il y a bon Hardcore et bon Hardcore. Comme il y a bon Crust et bon Crust. Et assurément, les KÜRØISHI font partie de la première catégorie. Ou de la deuxième.

Mais ce qu’il y a à savoir, c’est qu’ils sont un bon groupe de Crust/D-Beat.

Et je sais d’avance ce que vous allez me répondre. Un truc du genre, « Normal, ils sont Finlandais, c’est facile pour eux ! »

Mais non, justement, c’est encore plus difficile, puisque tous les meilleurs viennent de Suède ou de Finlande. Alors faire son trou en passant après les légendes, c’est encore plus compliqué, surtout sans pelle.

KÜRØISHI, ce sont cinq mecs un peu hirsutes, un peu URSUT (Kai Jaakola – chant, Ilari Kinnunen et Markku "Lene" Leinonen – guitares, Timo Lindholm – batterie et Jani Kaarlela – basse), une découverte inopinée en 2016, et un premier LP dans la foulée, distribué en vinyle aux USA par SPHC, en Europe par Fight Records et en CD au Japon par Break The Records. Et même en tape tiens, via les services de Creative Class War.

Un LP blindé ras la gueule d’hymnes Crust et Darkcore qui ne fait pas dans la dentelle, et pérennise l’esprit des TRAGEDY en y insufflant une bonne dose de pessimisme revêche à la DISCHARGE. Mais en plus lourd, en plus méchant, en plus suintant, en gros, en plus indécent et puissant.

Pourtant rien de bien nouveau sous le soleil noir du Hardcore tendu, sauf que l’astre baignant Poverty.Ignorance.Greed.Slavery dans l’ombre est encore plus noir qu’une nuit scandinave sans fin. Et même l’amateur éclairé de Crust/D-beat un peu blasé d’avoir tout découvert et tout écouté sera bien obligé d’admettre que ce premier effort à quelque chose de plus, de particulier, dans son approche sans complaisance de la violence qu’il livre crue et pesante, au moins autant qu’une enclume de destin qu’on porte sur de frêles épaules. Ne cherchez pas, en substance, ce disque est au moins aussi indispensable que toutes les tables de loi l’ayant précédé. C’est comme ça.

Déjà, il bénéficie d’un son à la hauteur de ses sales prétentions. Une production gravissime, à l’emphase directe et profonde, qui met en exergue une rythmique infatigable sans le sacrifier aux guitares qui occupent l’espace, mais sans le polluer. Un équilibre parfait, qui gonfle les basses et les fait rebondir sur l’écho mat d’une caisse claire/défibrillateur qui martèle un tempo d’enfer. Des riffs simplissimes mais pas simplistes pour autant, des breaks infernaux et hivernaux qui cassent le schéma trop établi couplet/faux refrain/bridge pour délinéariser un ensemble qui s’écoute comme une litanie de haine dispensée par des révoltés permanents, qui savent d’ailleurs très bien que tout le monde les entend et va les comparer aux WOLFBRIGADE, DISFEAR, j’en passe et des plus ou moins indispensables puisque la liste est trop longue.

Mais après tout, on a tous besoin de références, et le but étant de les assumer tout en traçant sa route, les KÜRØISHI peuvent mouliner tranquille, personne n’ira les emmerder avec ce genre de considérations déplacées.

Alors du bon travail, OK, mais pourquoi ?

J’ai déjà plus ou moins répondu en substance à cette question, et anticipé toutes celles à venir. Poverty.Ignorance.Greed.Slavery, à la frontière du Crust, du D-Beat et du Darkcore est un monstre de vilénie, qui en veut salement à vos enceintes, mais qui varie et manie l’oblitération comme personne, osant même parfois s’embourber dans un terrain marécageux pour en faire ressortir les émanations les plus nauséabondes (« Annettiin Hänen Elää », rarement entendu truc aussi glauque depuis très, très longtemps). Mais leur kif, sans souci, ce sont bien sûr ces morceaux qui courent comme des dératés, mais pas comme des poulets étêtés. Parce que ce quintette sait exactement où il veut aller, et dans quelle ruelle borgne il veut vous coincer. Celle dont on ne ressort qu’avec plusieurs dents cassées, et la mine défaite, pas forcément prêt à en encaisser plus, mais résigné devant un destin qu’on ne peut occulter en gardant les paupières scellées

D’aucune me diront que tout ça n’est pas bien neuf, et que ce premier LP n’a rien d’un fantasme annoncé, je leur répondrai de tendre un peu mieux leurs oreilles pour qu’ils y décèlent la quintessence d’un Hardcore brutal à la nordique, qui se sert allégrement dans le patrimoine US et Asiatique pour endurcir encore plus son ton.  

Certes, ça n’est que du Crust, du D-Beat affolé, mais c’est justement ça le point fort des KÜRØISHI qui donnent des leçons de savoir-faire sans en avoir l’air et qui signent là un disque qui fera date dans l’histoire du genre. Un disque sale, rêche, sans empathie, sans regrets, qui déboule comme des giboulées de mars pour ruiner la journée, et qui déploie des trésors de violence pour agresser, bousculer, tout en restant musical et mélodique (« Lakes On Fire »).

Et puis cette voix…Kai Jaakola aurait pu se retrouver hurleur en chef d’un combo de Death, de Thrash ou de Grind sans que l’on trouve matière à redire, et son chant horriblement caverneux s’accorde très bien de parties de guitares empesées qui plombent le moral tout en accélérant les pulsions cardiaques de façon déraisonnée.

Quand le combo hurle « Freedom » en intro, il nous suggère un énorme Death’n’Crust à rendre vers de rage les ENTOMBED et autres UNKIND.

Quand il s’affole sur « Gasoline Stains », le spectre de Lemmy se réjouit de cette quatre cordes en gigogne qui émiette l’espoir de notes vrombissantes rebondissant sur des chœurs vaillants. Et quand il prend ses aises sur un « Hierarchy » glauque comme une file d’attente au job center, il à la mine renfrogné d’un Heavy dégénérant sur un D-Beat qui va tout casser, y compris les chaises et les guichets d’allocations bondés.

Bon, allez.

Il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore.

Réjouissez-vous. Vous avez trouvé un excellent album de Hardcore.


Titres de l'album:

  1. Freedom
  2. Gasoline Stains
  3. Crosses and Flags
  4. Gråa Dagar
  5. Minefield
  6. Hierarchy
  7. Weakness
  8. Transmission Stops
  9. Bombraid
  10. Annettiin Hänen Elää
  11. Save Yourself
  12. Lakes On Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/03/2017 à 14:26
80 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)