Tu peux tromper mille personnes une fois. Mais tu ne peux pas tromper mille personnes mille fois. Non…Autrement dit, il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore. Il faudrait écouter mille albums de Hardcore pour en trouver mille bons. Non, un bon pour mille.

Enfin bref, vous m’avez compris.

Il y a bon Hardcore et bon Hardcore. Comme il y a bon Crust et bon Crust. Et assurément, les KÜRØISHI font partie de la première catégorie. Ou de la deuxième.

Mais ce qu’il y a à savoir, c’est qu’ils sont un bon groupe de Crust/D-Beat.

Et je sais d’avance ce que vous allez me répondre. Un truc du genre, « Normal, ils sont Finlandais, c’est facile pour eux ! »

Mais non, justement, c’est encore plus difficile, puisque tous les meilleurs viennent de Suède ou de Finlande. Alors faire son trou en passant après les légendes, c’est encore plus compliqué, surtout sans pelle.

KÜRØISHI, ce sont cinq mecs un peu hirsutes, un peu URSUT (Kai Jaakola – chant, Ilari Kinnunen et Markku "Lene" Leinonen – guitares, Timo Lindholm – batterie et Jani Kaarlela – basse), une découverte inopinée en 2016, et un premier LP dans la foulée, distribué en vinyle aux USA par SPHC, en Europe par Fight Records et en CD au Japon par Break The Records. Et même en tape tiens, via les services de Creative Class War.

Un LP blindé ras la gueule d’hymnes Crust et Darkcore qui ne fait pas dans la dentelle, et pérennise l’esprit des TRAGEDY en y insufflant une bonne dose de pessimisme revêche à la DISCHARGE. Mais en plus lourd, en plus méchant, en plus suintant, en gros, en plus indécent et puissant.

Pourtant rien de bien nouveau sous le soleil noir du Hardcore tendu, sauf que l’astre baignant Poverty.Ignorance.Greed.Slavery dans l’ombre est encore plus noir qu’une nuit scandinave sans fin. Et même l’amateur éclairé de Crust/D-beat un peu blasé d’avoir tout découvert et tout écouté sera bien obligé d’admettre que ce premier effort à quelque chose de plus, de particulier, dans son approche sans complaisance de la violence qu’il livre crue et pesante, au moins autant qu’une enclume de destin qu’on porte sur de frêles épaules. Ne cherchez pas, en substance, ce disque est au moins aussi indispensable que toutes les tables de loi l’ayant précédé. C’est comme ça.

Déjà, il bénéficie d’un son à la hauteur de ses sales prétentions. Une production gravissime, à l’emphase directe et profonde, qui met en exergue une rythmique infatigable sans le sacrifier aux guitares qui occupent l’espace, mais sans le polluer. Un équilibre parfait, qui gonfle les basses et les fait rebondir sur l’écho mat d’une caisse claire/défibrillateur qui martèle un tempo d’enfer. Des riffs simplissimes mais pas simplistes pour autant, des breaks infernaux et hivernaux qui cassent le schéma trop établi couplet/faux refrain/bridge pour délinéariser un ensemble qui s’écoute comme une litanie de haine dispensée par des révoltés permanents, qui savent d’ailleurs très bien que tout le monde les entend et va les comparer aux WOLFBRIGADE, DISFEAR, j’en passe et des plus ou moins indispensables puisque la liste est trop longue.

Mais après tout, on a tous besoin de références, et le but étant de les assumer tout en traçant sa route, les KÜRØISHI peuvent mouliner tranquille, personne n’ira les emmerder avec ce genre de considérations déplacées.

Alors du bon travail, OK, mais pourquoi ?

J’ai déjà plus ou moins répondu en substance à cette question, et anticipé toutes celles à venir. Poverty.Ignorance.Greed.Slavery, à la frontière du Crust, du D-Beat et du Darkcore est un monstre de vilénie, qui en veut salement à vos enceintes, mais qui varie et manie l’oblitération comme personne, osant même parfois s’embourber dans un terrain marécageux pour en faire ressortir les émanations les plus nauséabondes (« Annettiin Hänen Elää », rarement entendu truc aussi glauque depuis très, très longtemps). Mais leur kif, sans souci, ce sont bien sûr ces morceaux qui courent comme des dératés, mais pas comme des poulets étêtés. Parce que ce quintette sait exactement où il veut aller, et dans quelle ruelle borgne il veut vous coincer. Celle dont on ne ressort qu’avec plusieurs dents cassées, et la mine défaite, pas forcément prêt à en encaisser plus, mais résigné devant un destin qu’on ne peut occulter en gardant les paupières scellées

D’aucune me diront que tout ça n’est pas bien neuf, et que ce premier LP n’a rien d’un fantasme annoncé, je leur répondrai de tendre un peu mieux leurs oreilles pour qu’ils y décèlent la quintessence d’un Hardcore brutal à la nordique, qui se sert allégrement dans le patrimoine US et Asiatique pour endurcir encore plus son ton.  

Certes, ça n’est que du Crust, du D-Beat affolé, mais c’est justement ça le point fort des KÜRØISHI qui donnent des leçons de savoir-faire sans en avoir l’air et qui signent là un disque qui fera date dans l’histoire du genre. Un disque sale, rêche, sans empathie, sans regrets, qui déboule comme des giboulées de mars pour ruiner la journée, et qui déploie des trésors de violence pour agresser, bousculer, tout en restant musical et mélodique (« Lakes On Fire »).

Et puis cette voix…Kai Jaakola aurait pu se retrouver hurleur en chef d’un combo de Death, de Thrash ou de Grind sans que l’on trouve matière à redire, et son chant horriblement caverneux s’accorde très bien de parties de guitares empesées qui plombent le moral tout en accélérant les pulsions cardiaques de façon déraisonnée.

Quand le combo hurle « Freedom » en intro, il nous suggère un énorme Death’n’Crust à rendre vers de rage les ENTOMBED et autres UNKIND.

Quand il s’affole sur « Gasoline Stains », le spectre de Lemmy se réjouit de cette quatre cordes en gigogne qui émiette l’espoir de notes vrombissantes rebondissant sur des chœurs vaillants. Et quand il prend ses aises sur un « Hierarchy » glauque comme une file d’attente au job center, il à la mine renfrogné d’un Heavy dégénérant sur un D-Beat qui va tout casser, y compris les chaises et les guichets d’allocations bondés.

Bon, allez.

Il est toujours facile de dénicher un bon album de Hardcore. Mais il est beaucoup plus difficile de trouver un bon album de Hardcore.

Réjouissez-vous. Vous avez trouvé un excellent album de Hardcore.


Titres de l'album:

  1. Freedom
  2. Gasoline Stains
  3. Crosses and Flags
  4. Gråa Dagar
  5. Minefield
  6. Hierarchy
  7. Weakness
  8. Transmission Stops
  9. Bombraid
  10. Annettiin Hänen Elää
  11. Save Yourself
  12. Lakes On Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/03/2017 à 14:26
80 %    338

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)