Lorsque le temps est lourd et l’atmosphère pesante, que l’orage gronde et que la soirée s’annonce dense, quoi de mieux qu’un bon album de Death Metal de tradition pour entrer dans la danse ? La perfection n’étant pas de ce monde, autant faire tous les efforts pour s’en approcher, ce qui est un peu la leçon à tirer du troisième album des chypriotes de VOMITILE. Beaucoup plus subtils en essence que ce que leur nom semblent suggérer, ces preux chevaliers du riff morbide et de la rythmique avide n’en sont pas à leur coup d’essai, et passent avec Pure Eternal Hate le cap fatidique du troisième longue-durée, quatre ans après Mastering the Art of Killing, qui lui-même succédait d’une année à l’initial Igniting Chaos. C’est donc à une formation au style stable et aux convictions profondément ancrées dans l’inconscient collectif Death à laquelle nous avons affaire, et il n’est dès lors pas étonnant de constater que le quatuor a pu assurer en toute légitimité les premières parties de SODOM, KREATOR, ONSLAUGHT, et même effectuer une mini-tournée en co-headlining aux côtés d’ONSLAUGHT. Chefs de file de l’extrême à Chypre, Khatch Yildizian (chant/basse), Panos Larkou & George Yildizian (guitares) et Hugo Olivos (batterie) ne cherchent en rien à révolutionner le genre, mais bien à le faire perdurer en lui gardant ses lettres de noblesse. Mais avec un intitulé aussi clair que Pure Eternal Hate, aucun doute n’était permis, et si tel était encore le cas, ses dix morceaux auront tôt fait de les dissiper.

Pas vraiment original dans le fond, ni la forme, VOMITILE est le genre de combo qui prône l’efficacité, et qui prend toute son ampleur lorsque la foule a les poings levés. S’adressant selon leur label aux fans de MORBID ANGEL, CANNIBAL CORPSE, DEICIDE, VADER, DEMOLITION HAMMER, BOLT THROWER, ENTOMBED, GRAVE, MALEVOLENT CREATION, MASSACRE, ou PESTILENCE, les chypriotes font montre de solides qualités rythmiques, et d’une science imparable du riff grave qui tue, et parviennent sans mal à capter l’attention des plus traditionalistes qui ne crachent pas sur un brin de puissance moderne. Sans chercher le pourquoi du comment qu’ils ne trouveront pas, ces musiciens au talent remarquable se contentent de réciter le bréviaire du parfait ensemble Death rédigé par ceux qui ont apprécié cette musique au travers d’œuvres phares de modèles assumés, et qui s’évertuent à en restituer les aspects les plus classiques tout en y apportant leur touche personnelle. Ainsi, certains morceaux ne manquent pas de groover quelque peu, juste avant de tout cramer à grand renfort de blasts savamment agencés. Nous restons bien sûr en terrain connu, et peu de détails vous prendront à revers, l’ensemble dégageant un formalisme très prononcé, que certains segments mettent en exergue plus efficacement que d’autres. Ainsi, « Glorify The Insane » et ses nombreuses cassures sur fond de riffs plus malins que la moyenne vous procurera un confort de headbanging total, tandis que « To Deflesh » vous entraînera sur les traces des pionniers suédois, avec son ambiance délicieusement morbide et lapidaire.

Je conviens que mon discours s’apparente à une jolie langue de bois sémantique, mais les VOMITILE sont si attachés à leur classicisme qu’il en devient difficile d’employer des tournures fantaisistes pour les décrire. Non que tout ceci soit vain et condamné à la répétition, mais par sa volonté de comprimer la violence pour la rendre encore plus efficiente, Pure Eternal Hate tend vers une sorte de perfection intangible qu’il est très difficile de retranscrire sur papier. Un titre comme « Pestilation », à cent lieues d’un Death barbare et sanglant se permet même quelques allusions Thrash de bon aloi, et rappelle aussi la seconde vague de Death américain, lorsque les musiciens tendaient à revenir vers la simplicité, après avoir passé des années à tester les limites de la technicité. Ce qui n’empêche nullement nos amis de Chypre d’accélérer la cadence et d’imposer leur violence, comme sur l’impitoyable et propre « Labeled Dead », qui juxtapose des syncopes de guitare au millimètre à une ossature basse/batterie ludique dans son mimétisme. Restant autant que possible dans des limites temporelles raisonnables, les instrumentistes refusent le jeu dangereux de la redondance, et parviennent parfois à retrouver l’esprit des CARCASS qu’ils réincarnent dans le corps moribond d’un MORBID ANGEL de la période charnière (« Executioner Of Strength »). Et entre des parties de guitare toutes plus clean les unes que les autres, un chant caverneux qui sait rester intelligible, des breaks qui s’enchaînent sans en faire trop ou paraître trop logiques, et une philosophie purement Death qui s’accommode fort bien de principes Heavy externes, nous tombons parfois sur de petits miracles d’inspiration, qui mettent en avant un Crossover à l’estomac sur les talons (« Nothing But Pain », plus calibré que ça, c’est impossible).

Si les accros à l’évolutionnisme vilipenderont cette réalisation en la taxant de passéiste et d’inutile, les dépendants au Death des origines y verront une tentative sinon culottée, du moins bien exécutée de retrouver l’impulsion primale, et se satisferont amplement de titres aussi fondamentalement brutaux qu’indéniablement costauds comme « Soulskinner », qui de son insistance Heavy finit par avoir raison de nos dernières réserves. Et comme le dit le groupe lui-même, mieux vaut avancer prudemment et placer ses pions intelligemment que de cramer ses cartouches inutilement, philosophie pleine de bon sens que Pure Eternal Hate met brillamment en avant. Vous pouvez ajouter à ce positif bilan quelques soli vraiment performants, et une production à l’équilibre bluffant, et vous obtenez donc l’album parfait à écouter alors que l’orage commence à gronder. La boucle est donc bouclée.                 

  

Titres de l'album:

                        1.Mass Extermination           

                        2.Pestilation   

                        3.Labeled Dead        

                        4.HateField   

                        5.Glorify the Insane  

                        6.Executioner of Strength    

                        7.To Deflesh  

                        8.Nothing But Pain   

                        9.Soulskinner 

                       10.Carnal Surgery

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/06/2018 à 14:22
74 %    182

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!