Fut un temps où l’annonce de la sortie d’un album de SEPULTURA créait un séisme dans les rédactions du monde entier et faisait palpiter le cœur des fans. J’ai connu cette époque, moi qui ait découvert les brésiliens avec Schizophrenia, tentative encore un peu gauche de traduire la bestialité sud-américaine dans un vocable américain et européen. Mais depuis combien de temps n’a-t-on pas vibré en écoutant un disque d’Andreas et les autres ? Je veux dire…vraiment vibré, comme lorsque la sueur perlait sur notre front en écoutant « Stronger Than Hate, « Terrirory » ou « Arise » ? Longtemps, très longtemps…Pourtant, l’indifférence polie à laquelle le groupe doit faire face depuis de longues années est injuste, et irrespectueuse de leurs tentatives de s’extirper d’une ombre qu’ils n’ont pas méritée. J’affirme, mais j’ai les preuves de mes dires, et je les avance. Car après tout, même si la discographie post-Max n’a jamais eu l’aura des albums les plus historiques, elle n’en est pas moins bien plus intéressante que les redites pathétiques du frontman aux dreadlocks qui depuis plus de vingt ans s’échine à reproduire le même son en nous martelant de ses histoires fatigantes de tribu. De la tribu, il ne reste pas grand-chose, Igor et Max évoluant de leur côté, reprenant même à leur compte les victoires anciennes en live, tandis que Paulo et Andreas continuent leur petit bout de chemin qui au bout du compte, propose un voyage Ô combien plus initiatique que la balade des gens faussement heureux de leurs deux anciens comparses. Il n’est pas vain d’affirmer que même un album en demi-teinte du SEPULTURA V2.0 est largement supérieur à une bourrinade supplémentaire de Max avec SOULFLY ou CAVALERA CONSPIRACY. Pas forcément en termes de puissance et de pertinence, mais en termes de prise de risque artistique. Mais depuis quelques années, les fans à la perception moins floue commencent à comprendre cet état de fait, et réserver au groupe un accueil qu’il mérite. Le premier indice de cette reconquête annoncée fut l’excellent et brutal The Mediator Between Head and Hands Must Be the Heart. Le second, le très probant Machine Messiah. Ces indices menaient sur une piste, celle de la rédemption et de la réalisation qu’un album de SEPULTURA pouvait encore se montrer aussi puissant que culotté. Mais aussi plaisant à suivre furent ces chapitres, leur continuité ne nous préparait pas à la déflagration de Quadra, qui de son titre en économie de sens et sa pochette sobre nous suggère une conclusion qui fait froid dans le dos. 

         

SEPULTURA en 2020 est redevenu cette entité créative incroyable qui a bousculé le monde du Metal et révélé à la face du monde que le Brésil n’était pas le quart monde de la musique extrême, mais bien son épicentre.

Quadra, comme son nom l’indique, ne se réfère pas à l’âge de ses protagonistes, mais bien à un découpage à parts égales d’une œuvre qui se veut presque résumé exhaustif d’une carrière non sans tâche. Décomposé en quatre chapitres pour une durée modeste de cinquante minutes, le quinzième LP des brésiliens offre une vision de miroir de fête foraine d’une histoire qui est loin d ‘arriver à son terme. Lorsque Max s’intéresse à son passé illustre, il ne fait que le piller grossièrement pour enthousiasmer des fans de plaisirs faciles. Lorsque SEPULTURA fait de même, il continue d’avancer et de progresser sans avoir besoin d’attirer l’attention sur ses heures de gloire de la façon la plus grossière qui soit. Il continue d’affirmer que le départ de Max était finalement inévitable, ne serait-ce que sur un point de vue créatif, puisque Quadra n’aurait jamais pu être composé par le line-up historique. D’ailleurs, le line-up de SEPULTURA depuis 2011 est certainement le plus killer de toute son histoire. Le trio de base, du moins celui l’étant depuis le départ de Max assure les arrières, mais avec l’adjonction en 2011 du grand batteur qu’est Eloy Casagrande, le quatuor a pris une ampleur instrumentale incroyable, que les années développent avec grandiloquence. Aujourd’hui, avec quatre musiciens au sommet de leur potentiel, la créature déploie à nouveau ses ailes et montre à quel point un animal blessé dans son orgueil peut être dangereux. Non que les choix effectués surprennent, non que l’approche soit radicalement différente, mais dans les faits, et en restant objectif, Quadra est le premier album depuis Arise à ne contenir aucun bouche-trou ou complément facile, et ce grâce à plusieurs éléments distincts et complémentaires. D’abord, le niveau stratosphérique de composition atteint par le noyau dur. Pour l’occasion, Andreas a sorti le grand jeu, multiplié les riffs assassins, les transitions intelligentes, a nettoyé son inspiration de toute scorie de complaisance, ne retenant que le meilleur des genres abordés. J’en veux pour preuve l’ouverture dantesque de « Isolation », de ces intros qui loin d’être de simples excuses d’entame, en disent long sur le contenu qui les succèdent et plantent l’ambiance. L’ambiance ici est à mi-chemin d’une BO de John Carpenter et Verdi. Du moins jusqu’à cette immense déflagration Thrash aux relents Death, qui nous ramène à l’époque bénie de Arise, revue et corrigée par un AT THE GATES en pleine crise Hardcore. Et admettons ce fait, Derrick Green lui aussi n’a jamais si bien chanté et interprété. A l’aise dans tous les registres, enfin débarrassé de ses tics les plus Hardcore, le chanteur s’époumone pour s’adapter à la couleur musicale, et permet à Eloy de balancer la purée entre Dave Lombardo et Joey Jordison. Et Dieu sait si le percussionniste s’en donne à cœur joie, adaptant son jeu au besoin de son groupe. Claquant la plupart du temps, fluide, véloce et persuasif.

Cette première partie, la plus violente et rapide de l’ensemble, est une démonstration de savoir-faire Thrash moderne, qui relègue la jeune concurrence à des années lumières. Je défie d’ailleurs tous les opportunistes de ces dix dernières années de composer une tuerie de l’ampleur de « Means To An End », certainement l’un des titres les plus techniques et écrasants du répertoire du groupe depuis très longtemps. Même constat, minoré d’une rythmique trop emphatique pour « Last Time». En trois morceaux, SEPULTURA remet les pendules à l’heure, et repart à la conquête de son trône. Et se dire que cette première partie est pourtant ce que ce quinzième album a à proposer de plus classique et de moins fascinant en dit long sur le potentiel de ce comeback qu’on attendait plus. Mais il en va des blessures comme des injustices. Certaines se guérissent plus longuement que d’autres. Dans son créneau, « Capital Enslavement » est une tuerie immédiate, mais il convient d’y voir plus un défouloir qu’un sursaut d’orgueil de violence. Une transition vers une seconde partie plus modérée et symptomatique des années de crossover, de métissage, avec le Heavy martelé par l’efficace « Ali », qui siffle l’autre départ. On replonge alors dans les années troubles durant lesquelles le groupe se cherchait encore, voulant intégrer un chanteur purement Hardcore à un contexte plus volontiers Metal, et « Guardians Of Earth » de prouver que l’intégration est maintenant entérinée depuis des années. Ce morceau est d’une autre importance, il valide la compréhension d’un producteur face à l’importance versatile d’une œuvre. Le boulot accompli par Jens Bogren est tout simplement ébouriffant de justesse, et prouve que l’homme est capable de mettre sa longue et diverse expérience au service d’un seul groupe. Ses expériences passées de producteur et arrangeur de KATATONIA, AMORPHIS, lui ont permis de comprendre là où le groupe voulait en venir, et Jens a utilisé tout l’arsenal à sa disposition, entre les guitares classiques, les violons, les percussions, les chœurs opératiques spectraux, et tout ce qui pouvait achever de transformer « Guardians Of Earth » en ce chef d’œuvre tragique et grandiloquent, tout en gardant la limpidité radicale de « The Pentagram » au ras des pâquerettes de la violence la plus crue. A ce titre, cette fin d’album est une acmé en soi, le paroxysme d’un travail de recyclage qui montre les visages, assume les rides, mais refuse de lâcher les armes. Et pour cause, les chargeurs sont encore pleins et les lames affûtées.

« Autem » fascine, mais c’est « Agony Of Defeat » qui hypnotise. Avec sa mise en place progressive, son riff redondant expulsé par Andreas comme une catharsis, un chant modulé de Derrick qui soudainement hurle à plein poumons, et ces arrangements circulaires tragiques, ce morceau est le haut point dont un album a toujours besoin en pénultième injonction. Opéra étrange en fascination maximale, ce titre cite Tom Warrior, l’Italie, la Suède, OPETH, et réconcilie les amateurs de perfection avec un groupe qu’ils ont trop longtemps laissé de côté. « Fear; Pain; Suffering » en est même presque superfétatoire en tant que final, malgré une osmose intégrale entre les musiciens et leur producteur. Mais tout est là finalement, sous une forme un peu étrange, et pas agencé de la façon qu’on aurait pensé, mais les preuves à décharge s’accumulent comme des dossiers trop évidents sur le bureau d’un procureur. Chassé comme une vilaine sorcière difforme, SEPULTURA assure lui-même sa défense avec les meilleurs arguments qui soient. Et dès lors, inutile de jouer les avocats du diable et faire preuve de complaisance pour apprécier ce Quadra. Car il n’est rien de moins que le meilleur album que les brésiliens ont pu nous offrir depuis Arise.

              

Titres de l’album :

                         01. Isolation

                         02. Means To An End

                         03. Last Time

                         04. Capital Enslavement

                         05. Ali

                         06. Raging Void

                         07. Guardians Of Earth

                         08. The Pentagram

                         09. Autem

                         10. Quadra

                         11. Agony Of Defeat

                         12. Fear; Pain; Suffering

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/02/2020 à 17:34
92 %    415

Commentaires (10) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
12/02/2020 à 18:13:04
Bon... bah va peut-être falloir se pencher la dessus ! Je fais pourtant partie du groupe de "l’indifférence polie à laquelle le groupe doit faire face depuis de longues années", mais vu les avis sur cette nouvelle offrande, il doit y avoir quelque chose !

Arioch91
membre enregistré
13/02/2020 à 12:19:05
Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre que les brésiliens affichent une belle santé et n'ont pas à rougir de leur carrière, qu'on les aime ou pas.

Buck Dancer
@191.85.189.173
13/02/2020 à 14:25:24
J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à cet album.




RBD
membre enregistré
14/02/2020 à 00:08:31
Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si facile de perdre tout un terrain durement regagné auprès des fans.

Mais ça c'était avant. Depuis une dizaine d'années les albums sont bons, la régularité était acquise. La collaboration avec Jens Bogren est la meilleure chose qui pouvait leur arriver : il leur donne le son Metal, puissant, propre et très léché qui leur manquait pour renouer avec un large public. Ce n'est pas la première fois qu'ils structurent un album de la sorte. Il renoue avec des choses du passé, avec ça... Il me faut encore des écoutes mais malgré la bonne dynamique en cours c'est frappant d'avoir un album d'un niveau assez haut pour ce qu'on peut en dire après quelques jours.

Les encyclopédistes auront remarqué que les deux premiers titres sont intitulés exactement comme deux autres morceaux d'un même album de Joy Division ("Closer"). Cela me trouble.

Mika
@80.78.5.106
14/02/2020 à 10:36:01
Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de respecter Sepultura autant Max c'est terminé depuis longtemps pour moi. Vu les critiques que j'ai lues (Metallian, ici..) je me suis penché dessus, et je me suis pris une grosse fessée, ça envoie du steak, c'est propre, ça fait hyper plaisir de voir ce groupe tant sous-estimé dans une telle forme olympique, les compos sont bonnes, on s'ennuie pas, pas de répétition, une super réussite !

Jefflonger
@92.184.98.232
19/02/2020 à 12:48:07
Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman

Yoloman
@78.192.38.132
23/02/2020 à 12:29:37
Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.

Humungus
membre enregistré
23/02/2020 à 13:23:52
Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!

LeMoustre
@93.4.16.166
24/02/2020 à 09:52:05
Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'acheter, je trouve (à voir sur cet album) qu'il est en décalage avec la musique, avec une technique limitée et un grain HxC peu raccord avec la musique. Les deux morceaux en écoute, j'imagine les plus furieux de l'album, sont bien sympas pourtant.

Humungus
membre enregistré
26/02/2020 à 09:15:46
Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu l'échine. Alors que merde, c'est tout de même le but ultime de tout album de Thrash (ou de Metal au sens large d'ailleurs) non ?
Et ces shreds Rococos dans quasi tous les titres… Tout bonnement inutiles et de fait insupportables (d'ailleurs je pourrai faire cette critique pour de nombreux autres groupes... Qui a dit KREATOR !?).
Pis ce désir quasi jusqu'au-boutiste de "prise de risque artistique" tant vanté, n'est-ce pas justement la preuve qu'ils ne savent toujours pas où ils en sont et surtout où ils veulent aller ?
Enfin bref, c'est du "Metal moderne" comme j'appel ça (vieux con speaking...) et comme vous le voyez, cela ne me plait pas du tout.

PS : "Quadra est le premier album depuis Arise à ne contenir aucun bouche-trou ou complément facile"...
Pardon ???
Y'en a plus ici que dans "Chaos A.D." ou "Roots" réuni bon dieu de dieu !

Re-PS : Lors de la dernière (merveilleuse !) tournée "Return beneath arise" de Max et Iggor, le Maxou nous avait lâché au milieu du set : "We are the true SEPULTURA !".
Ben c'est vrai.

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !