Quand la mort fait un bilan de son activité, on est toujours assez satisfait de ne pas trouver son propre nom gravé sur la pierre tombale. Pourtant, ces résumés sont parfois d’importance histoire de tirer un constat assez précis du fauchage permanent d’espoirs déçus, ceux qui consistent à croire que la fin ne l’est jamais vraiment, et qu’il existe un autre avenir que celui du passé. Mais certains, au service de la grande faucheuse musicale se satisfont très bien de cette absence de perspectives futures, préférant se concentrer sur une nostalgie consommée pour continuer d’avancer…C’est le cas manifeste des allemands de REVEL IN FLESH, qui depuis leur création en 2011 n’ont eu de cesse de regarder en arrière pour ne pas marquer le pas vers le ravin. Et c’est un euphémisme de dire que ce combo se veut productif, puisqu’en six ans de présence discographique, le quintette (Gotzberg - basse, Herrmannsgard - guitares, Maggesson - guitares, Haubersson - chant, et Henriksson - batterie depuis 2017), il nous aura gratifiés de pas moins de quatre longue-durée, aux titres pas franchement ambigus. Ainsi, de Deathevokation en 2012, jusqu’au petit dernier Emissary Of All Plagues en 2016, et entrecoupé de Manifested Darkness en 2013 et Death Kult Legions en 2014, leur parcours se sera voulu aussi fourni que cohérent, les tendances restant les mêmes d’année en année. Et cette linéarité de surface est une constante qui permet d’apprécier chacun de leurs efforts pour ce qu’il est, à savoir une solide et épaisse tranche de Death à l’ancienne, très influencée par la période de gloire de l’épopée scandinave (on ne choisit pas un nom de baptême en piochant dans le répertoire d’ENTOMBED pour faire joli). Et en 2018, histoire de noircir un tableau déjà bien sombre, les allemands ont décidé de se la jouer recollection, en rassemblant sur un même volume toutes leurs exactions courte-durée. C’est ainsi que Relics of the Deathkult justifie son titre, et propose donc une introduction presque exhaustive à cet univers si froid et particulier.

Cumulant sur un unique CD tous les splits auxquels le quintette a participé (je vous renvoie à la liste dressée par Encyclopedia Metallum pour un panorama plus détaillé), REVEL IN FLESH ramasse donc les miettes pour proposer un produit fini à (presque) fière allure. Relics of the Deathkult cache donc sous un splendide artwork signé Juanjo Castellano Rosado une kyrielle de morceaux disséminés de çà et là, que les fans connaissent certainement déjà, mais qu’ils pourront enfin apprécier sans avoir à fouiller leur discothèque. Nonobstant le fait que cette compilation refuse d’évoquer les LP du groupe, elle n’en présente pas moins l’intérêt de synthétiser leur univers de façon très cohérente, mais joue justement un double jeu assez dangereux. Si l’on reconnait immédiatement la trademark des allemands, ces guitares ténébreuses et graves comme un check-up qui tourne mal, ce chant grogneur égrenant ses litanies sans complaisance mais sans variations, et cette approche profondément enracinée dans les origines les plus respectées du genre (avec une tendance à piller le catalogue des GRAVE, ENTOMBED, DISMEMBER et autres AUTOPSY), on y entrevoit aussi clairement les limites qui transforment chaque morceau en tronçon d’une unique symphonie de brutalité, il est vrai plus roborative que réellement effrayante. Car en choisissant de ne pas brider leur productivité, les REVEL IN FLESH se sont souvent heurté à l’écueil de la redite, qui plane au-dessus des huit titres originaux proposés sur Relics of the Deathkult.  

Huit morceaux sur onze, ce qui implique donc trois reprises, et le compte est très bon. En se frottant à l’exercice de la réappropriation, le quintette nous démontre que ses affinités ne sont pas déviantes, et qu’ils sont certainement très forts dans l’art du démarcage personnel. Ainsi, nous avons le plaisir de pouvoir savourer des covers de DEATH (« Mutilation »), de MASTER (« Pay To Die ») et de HEADHUNTER D.C. (« Deny Of The Light »), qui font d’ailleurs montre d’une sensible baisse de qualité sonore, les rapprochant des premières démos légendaires publiées à la fin des années 80. Les esprits chagrins s’accorderont à dire que ces références sont le seul point d’intérêt d’un album somme toute un peu trop formel pour séduire, et je ne saurais me porter complètement en faux contre cette assertion. Il est évident que le Death factuel des allemands est un peu trop classique pour vraiment s’imposer, et que leurs propres compositions ont salement tendance à stagner. Certes, le tout est efficace, autant qu’un Death old-school traditionnel peut l’être, mais on attend plus souvent l’étincelle de talent qui fera exploser la poudrière qu’on ne sourit d’un plaisir auditif sadique. On sent que les musiciens ont du mal à s’extirper de leur propre condition et de leurs obsessions, et qu’ils se contentent la plupart du temps de recycler des recettes déjà largement éprouvées, dopées par un son ample et profond, mais pas suffisamment pour cacher le manque d’inspiration. Alors, on aborde cette compilation pour ce qu’elle est, un moyen simple de faire le tour de la question REVEL IN FLESH, qui n’est pas vraiment une énigme en soi. La discographie longue-durée en témoigne, chaque apparition ressemblant étrangement à la précédente, et accumulant les mêmes plans cruels et autres exhortations froides, dans un désir de prolonger les sensations éprouvées lors de la sortie des premiers LP scandinaves révolutionnaires.

Pas de quoi crier haro sur le baudet, mais pas non plus l’impulsion pour se plonger dans l’œuvre passée, et juste un sympathique témoignage de la vitalité de la scène Death vintage européenne, qui n’a de cesse de vénérer ses idoles passées sans chercher à en devenir une propre. Un coup d’épée dans l’eau, qui comblera certainement les fans du groupe, mais qui peinera à en séduire de nouveaux. Le Death c’est très bien, le Death roots c’est encore mieux, mais à force de rester calé sur la ligne du parti, les activistes vont finir par devenir à peu près aussi fascinants que la dernière sensation Deathcore éventée avant même d’avoir été dégustée.


Titres de l'album:

  1. Bonecrusher
  2. Corpus Vermis
  3. A Chant of Misery
  4. Deathkult
  5. Phlebotomy/Blood Dripping Healing
  6. Nightrealm Ghouls/The Dead Will Walk the Earth
  7. The Ending in Fire
  8. Casket Ride
  9. Pay to Die
  10. Mutilation
  11. Deny the Light

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/04/2018 à 19:16
68 %    95

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
07/04/2018 à 22:17:21
Je connaissais de nom au moins depuis un moment, j'y trouve aussi l'inspiration de Bolt Thrower, en plus de la première scène suédoise. Des références très dominantes sur la scène ces dernières années.

Ajouter un commentaire


Shed The Skin

We Of Scorn

Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Beyond Creation*


... ou alors 5 circle-pits simultanés au Wacken !! Ah non pardon, c'est interdit...


Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)