Voilà encore un groupe que je ne pourrai honorer d’une biographie digne de ce nom, puisque leurs pages officielles ne dispensent pas grand renseignement à leur sujet. Né en 2011, le projet SAMARIUM (ou SAMARIUM 62 selon les sources) nous en vient de Hawthorne, ville du comté de Los Angeles, Californie, et a sorti ce que je pense être son premier album début 2019. Pour info, le samarium est un métal rare, de numéro atomique 62, et peut donc sembler un choix de nom assez étrange pour un groupe, sauf que le dit métal se retrouve dans la composition des micros de guitares électriques, ceci expliquant sans doute cela, ainsi que dans les barres des réacteurs nucléaires. Le couplage des deux utilisations nous aiguille donc vers un Heavy Metal teinté de férocité, soit une forme très larvée de Speed/Thrash, ce qui est exactement le cas. D’une ossature en trio/quatuor selon les indices glanés (Alex Hurtado - batterie, Brian Fierros - chant, et David Deleon - basse, sur leur page Facebook et éventuellement Pablo Marquez - guitare, sur leur Reverbnation), les SAMARIUM jouent donc le jeu d’une certaine nostalgie, invoquant aux agapes d’un Metal US les spectres d’influences de SEPULTURA, SLAYER, EXODUS, MEGADETH, CANNIBAL CORPSE, BRUJERIA, ANTHRAX, DEATH, THE BEATLES, PINK FLOYD, PANTERA, NILE, MUNICIPAL WASTE, LED ZEPPELIN, BLACK SABBATH, IRON MAIDEN, METALLICA, KISS, OZZY OSBOURNE, PANTERA, ou D.R.I., même si cette énumération se doit d’être teintée d’un peu d’objectivité. Si les noms d’EXODUS, MEGADETH, SLAYER, MUNICPAL WASTE ou D.R.I sont employés avec justesse, le reste des références s’apparente plus à des goûts personnels qu’à de réelles sources d’inspiration, et en substance, le Metal des californiens, mordant, claquant, évoque aussi la clique des OVERKILL et EXCEL, avec ce je-ne-sais-quoi de Metal ibère et lusophone, le tout emballé dans une attitude légèrement Punk rappelant la période de transition du Hard Rock US de la charnière 85/86.

Encore une fois, aucune recherche d’originalité, puisque l’efficacité semble avoir été érigée en vertu majeure. On retrouve donc au menu de cet introductif Right to Get Violent pas mal de violence instrumentale, des poses radicales et des prises de position sociales, pour un ballet de l’outrance qui respecte les règles de la bienséance, tout en troussant des ambiances gentiment délétères. Pas de quoi fouetter un James Hetfield ou lacérer un Kerry King, mais largement de quoi enthousiasmer les fans d’un Speed/Thrash passéiste juste ce qu’il faut. Une certaine aisance pour passer des plans les plus rapides aux inserts Heavy presque lyriques, dans une tentative intéressante d’unir dans un même élan la théâtralité d’un LIEGE LORD et l’immédiateté d’un HALLOW’S EVE. Quelques idées mosh qui traînent de çà et là, mais aussi beaucoup de pertinence dans le déroulé, qui s’articule autour de compositions faussement simples mais concrètement progressives, aux thèmes accrocheurs et à l’implication totale. Il faut dire que le groupe s’y entend comme personne pour trousser des riffs qui tournoient comme des vautours, tout en soignant des soli parfaitement exécutés, sur fond de chaos instrumental qui pourtant répond à une logique implacable. Viscéral donc, bestial par moments lorsque la cadence s’accélère pour se rapprocher des exactions sud-américaine, et une belle lucidité de ton, le tout renforcé d’un chant qui module et couvre un spectre stylistique assez intéressant. Les qualités de vocaliste de Brian Fierros sont donc l’un des points d’orgue de ce premier LP, le chanteur pouvant tour à tour faire penser à David Wayne, à Bruce Dickinson, Paul Arakaki, mais aussi Zetro Souza, et pas mal d’autres signatures symptomatiques de ce crossover que le groupe souhaite proposer. Car il est bien question ici de mélange des genres, même si le Thrash modéré reste l’approche privilégiée, nous permettant d’apprécier des hymnes à la fougue sauvage (« Stand Up Fight Back »).

Et en restant dans des balises temporelles raisonnables, le trio/quatuor joue donc la concision avec beaucoup de précision, mais aussi avec un naturel assez séduisant. Ainsi, le hurlement d’intro de Brian sur l’ouverture Heavy de « Special Kind of Devil » suggère une admiration pour le JUDAS PRIEST des années Painkiller, alors même que la rythmique claquante en arrière-plan s’ancre plus dans une tradition new-yorkaise de Hardcore que d’un héritage métallique typiquement californien. La production, un peu bordélique dose quand même assez bien les proportions, et permet à la basse de taper le duel avec les guitares, pour asseoir un peu plus cette emprise Punk à laquelle le groupe semble tant tenir. Si certains auditeurs auront peut-être du mal avec les velléités lyriques de Brian qui aurait tout à fait eu sa place au sein d’AGENT STEEL ou ABATTOIR, tout le monde se réconciliera autour de cette énergie venant des tripes qui permet de catapulter le projet dans une dimension naturelle formellement prenante. Et comme les musiciens ont pris leur temps pour élaborer un répertoire varié mais cohérent, Right to Get Violent déroule sur du velours, et nous entraîne d’un Speed létal à un Thrash fatal, tenant la corde quel que soit le domaine, et parvenant toujours à trouver des plans percutant, et des idées fédératrices. Ainsi, l’alternance de violence de « Blood Countess » et la lourdeur pachydermique de « Friend or Foe » représentent une dualité intéressante, et surtout, la preuve que les SAMARIUM sont bien plus qu’un combo Thrash old-school de plus.

Hargneux comme une scène californienne passant sans opportunisme de la radiophonie et du make-up à une réalité Metal très concrète, solide comme une NWOBHM adaptée aux standards américains et déviant vers les extrêmes avec beaucoup de franchise (« At War With Myself », et son accélération purement VIO-LENCE, sur fond de mid tempo à la PANIC), ce premier jet fait montre d’une diversité intéressante, et sait aussi développer des climats sombres et aimablement théâtraux (« Frantic Schizophrenic »). Un batteur qui connaît la musique et qui joue comme le proverbial lapin Duracell avec l’inventivité des percussionnistes qui refusent de souligner le tempo comme des corniauds, un bassiste qui fait vrombir ses cordes comme un new-yorkais pur souche, un guitariste qui n’a pas le médiator dans sa poche et qui brille en groupe pour mieux étinceler en solo, et un chanteur aux mille visages qui s’adapte à l’approche, pour un groupe qui finalement, mérite mieux que l’anonymat mondial dans lequel il est plongé malgré une carrière émaillée de rencontres fameuses. D’autant que ces quatre-là s’y entendent comme personne pour suggérer une folie collective contagieuse (« United We Thrash », le genre d’hymne que les MUNICIPAL WASTE composent à longueur de temps), et nous laisser la mine radieuse et le verbe haut, pour chanter leurs louanges et propager leur nom au-delà de leurs frontières. Un album recommandable pour un groupe ne l’étant pas moins, et une certaine façon de réconcilier la Californie et New-York sans jouer les agents doubles.     

  

Titres de l'album :

                         1.Special Kind of Devil

                         2.Blood Countess

                         3.Friend or Foe

                         4.At War With Myself

                         5.Frantic Schizophrenic

                         6.Sangre Por Sangre (Blood for Blood)

                         7.Bomb 62

                         8.Stand Up Fight Back

                         9.Violence

                         10.United We Thrash

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/02/2019 à 16:11
80 %    118

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...