On vous l’a assez répété, les apparences sont souvent trompeuses. Ainsi, en abordant le cas des anglais de THE BLEEDING, et au jugé de leur pochette, je m’attendais à devoir traiter de l’énième cas Brutal Death du mois, la mine déconfite et le verbe en berne.

Il faut dire qu’entre le nom et la pochette, rien n’aiguillait dans un sens divergent. Et pourtant, la réalité, sans être radicalement opposée à l’impression de départ, s’avérait beaucoup moins prévisible, et un poil plus nuancée. Et au final, la conclusion opposait une fin de non-recevoir Death/Thrash tout à fait raisonnable et musicale en lieu et place de borborygmes et régurgitation de riff prémâchés déjà refourgués à toutes les sauces.

Mais qui sont donc ces musiciens à la technique beaucoup plus précise et au sens de composition plus concis que le graphisme sanglant de leur couverture ne le laissait préfigurer ?

THE BLEEDING, ce sont tout d’abord quatre musiciens (Jamie "Germ" Stungo – chant, ERA VULGARIS/SCAR DIVINE, Tasos – guitare, SNAKESKIN/NEOMORT, Sean Richardson – basse, INESCAPABLE FATE, et James Loh – batterie, DERMOID/AGRONA), qui ont uni leurs destins en 2010, avant de donner leur premier concert en septembre 2012.

Ce fut aussi l’année de leur première démo, qui précéda de quelques mois la sortie d’un premier EP, Death Eternal, qui leur servi longtemps de mètre étalon et de répertoire on stage.

Mais en trois ans, les progrès accomplis par le quatuor sont patents et éclatants, et explosent à la face d’un monde de l’extrême médusé de tant de véhémence instrumentale intelligente. Car loin de se contenter de pilonner comme des ânes pendant trois quarts d’heure, les anglais modulent, varient, mais sans jamais perdre de leur intensité ni de leur créativité.

Celle-ci s’exprime parfois avec un brio époustouflant, sur un morceau comme « Rites Of Absolution », qui a    tout d’un hymne que les metalheads vont bientôt reprendre en cœur live. Riff futé, multiplicité des tempi, sifflantes, harmoniques, et tempo soutenu, c’est une boucherie fine en règle qui découpe le Thrash en petits morceaux Death, d’un couteau de production finement aiguisé. Mais ils l’avouent eux-mêmes, la formation du groupe découle de leur sevrage musical personnel, puisqu’ils ont tous été biberonnés à SLAYER, ASPHYX, PESTILENCE, CORONER, MORBID ANGEL et autres cadors du Thrash et du Death de ces trente dernières années.

Et on découvre bien vite que les lascars ont une culture de l’extrême très pointue, puisque une fois l’intro futée « Precognition » diffusée dans un air moite, « Consumed Existence » déboule sans crier gare de sa polyrythmie, se transformant vite en assaut Thrash sans pitié, mais asséné avec pertinence et précaution. La sauvagerie le dispute dès lors à l’acuité technique, et on se replonge dans les plus grandes années de la brutalité contrôlée, sans pour autant tomber dans le panneau du vintage usurpé.

Bons musiciens, compositeurs affutés, les THE BLEEDING ne sont pas trop polis pour être honnête, et gardent l’emphase sur l’efficacité sans pour autant occulter une certaine forme d’originalité. Certes, leurs influences avouées sont criantes, et les soudaines accélérations sont placées en alternance sous l’égide de SLAYER ou PESTILENCE, pour une union pas du tout contre nature entre le Death morbide et le Thrash rapide. Nous avons même droit à de régulières salves de blasts qui envoient tout valser, et qui aplanissent le terrain pour des soli tout à fait capables.

Si les morceaux de Rites Of Absolution sont plutôt longs, ils ne perdent jamais leur temps à nous refourguer des plans trop étirés ou éculés, et concassent, fracassent, dans un ballet outrancier de violence, qui ne dépasse jamais les limites de la bienséance. On atteint parfois un degré élevé de concentration épidermique, un peu comme dans une expérience étrange visant à cumuler la puissance mathématique d’un ATHEIST et les déviances sadiques d’un ASPHYX.   

Mais bien loin de se focaliser sur d’incessantes poussées de fièvres de BPM, les anglais savent aussi manipuler le mid tempo à la EXODUS, ce que démontre avec panache l’irrésistible et groovy « Death Eternal », qui nous secoue les puces plus efficacement qu’un traitement chimique.

En fait, et en toute objectivité, Rites Of Absolution est un premier album en tour de force, qui cumule les moments de bravoure sans freiner son entrain. « Crook And Flail » prouve que les londoniens sont à l’aise dans tous les domaines, et qu’ils assurent tout autant dans le Death technique un peu sardonique à la Schuldiner de fin de carrière, que dans le Thrash séculaire.

D’ailleurs, la référence n’est pas anodine, puisqu’ils osent se frotter au terrifiant « Open Casket » de DEATH en fermeture des portes, sans paraître ridicules, loin de là. La reprise est respectueuse, quoique légèrement plus fluette que l’originale, et manquant un peu des fioritures ludiques de Bill Andrews à la batterie. Certes, Jamie n’a pas le timbre aussi evil que feu Chuck, mais l’un dans l’autre, et en tant que clin d’œil, cette cover a largement sa place sur cet album, et son rôle de conclusion est particulièrement pertinent, rappelant que THE BLEEDING est avant tout un ensemble de fans de musique extrême ayant un jour décidé de jouer la leur.

Et finalement, et ce qui est le meilleur des compliments, est que ce sont leurs propres compositions qu’on retient le plus, puisqu’elles parviennent à unir le plus bestial et fin des deux mondes, dans une fusion intéressante de technique et de furie instrumentale. Jouissant d’une production compacte mais claire, ce premier album risque fort de devenir une référence du Death/Thrash européen, replaçant l’Angleterre au centre des débats.

Pas de temps mort et beaucoup de points forts, Rites Of Absolution s’incruste dans votre tête et s’impose dans votre mémoire longtemps après écoute, vous obligeant à revenir vers lui, sans que le geste ne vous coûte vraiment.

Une excellente carte de visite qui annonce bien des carnages en concert à venir, pour une symphonie de violence canalisée, qui n’hésite pas à ouvrir les vannes en grand pour inonder la vallée de votre inconscient carnassier.

Ça va saigner. Mais pas gicler dans tous les sens non. Ces mecs sont trop précis pour accepter de travailler comme des bouchers.


Titres de l'album:

  1. Precognition
  2. Consumed Existence
  3. Dreams of Hatred
  4. Crook and Flail
  5. Rites of Absolution
  6. One Way Out
  7. Death Eternal
  8. Open Casket (Death cover)

Site officiel


par mortne2001 le 02/08/2017 à 18:01
80 %    529

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.