Rituals of Power

Misery Index

08/03/2019

Season Of Mist

Inutile de se compliquer la vie. Comme le disait la pub pour une obscure marque de charcuterie industrielle, « le bonheur est dans les choses simples ». Mais simples, pas simplistes, sinon, ça devient de l’abêtissement, et c’est très mauvais pour la santé. Tenez, en termes de brutalité, pas la peine de chercher GORGUTS à quatorze heures quand on peut compter sur les MISERY INDEX pour vous mettre la misère justement. Et en parlant d’index, c’est plutôt un gros majeur que ce sixième album tend à la face de l’intelligentsia underground, reprenant une fois de plus les ingrédients qui ont contribué à ériger ce projet en véritable institution. Tout le monde connaît l’histoire, le groupe fut formé par trois anciens aides-soignants de la maternité DYING FETUS un moche jour de 2001, lorsqu’un énième mort-né (comme moi, c’est rigolo) tomba de la table d’accouchement. Fort marris de se trouver débauchés, les trois compères décidèrent donc de changer de tablier pour le tâcher à nouveau d’un sang impur, toutefois plus dilué dans le Thrash et le Hardcore que celui de leur ancien employeur. Depuis, cinq albums studio, pas mal de tournées, des EP, des anecdotes, mais surtout, l’assurance de ne jamais être déçu, ce que leurs notes sur le site référentiel Encyclopedia Metallum confirment. Rien sous la barre des quatre-vingt pour cent, ce qui confirme que le combo de Baltimore n’a rien à envier à John Waters en termes de mauvais goût dans le bon goût, mais rien de surprenant non plus, les méthodes étant rodées depuis presque vingt ans, et qu’il serait idiot d’en changer. On nota en son temps une légère accalmie sur le fleuri The Killing Gods, publié il y a cinq ans déjà, et qui faisait montre de signes d’accommodation mélodique qui en avaient chagrinés certains. Depuis, une poignée de morceaux lâchés à la volée, et enfin, la suite des aventures post-opératoires avec ce Rituals of Power que les fans attendaient de pied ferme.

Et dire qu’ils ne seront pas désappointés est d’un lénifiant sens de l’euphémisme. On retrouve les MISERY INDEX (Jason Netherton - basse/chant, Adam Jarvis - batterie, Mark Kloeppel - guitare/chœurs et Darin Morris - guitare) au top de leur forme, toujours prompts à en découdre, et toujours aussi fascinés par la violence instrumentale, quoique de plus en plus éloignés de leurs racines Grind. Moins d’affolement donc, tendance que l’on constate depuis un bon moment, mais toujours cette pugnacité qui trouve ici un reflet encore plus Hardcore que d’ordinaire, au point qu’on se demande parfois si Baltimore ne s’est pas relocalisée du côté de Boston ou New-York. A cheval entre le Crossover et le Death qui bat le beurre, le quatuor se permet des beignes dans la catégorie poids lourd, avec des morceaux qui font gicler les dents si fort que le dentiste sadique de Marathon Man en perdrait ses tenailles. C’est particulièrement manifeste quand le tempo marque le pas, sur le monumental et écrasant « Hammering the Nails », qui gicle sur les gencives à la manière d’un glaviot lâché de la scène du CBGB’s, et encore plus sur la pulvérisation « Rituals of Power », qui vous prend aux aisselles pour vous soulever à deux mètres du sol, les babines retroussées et le regard apeuré. Limite Crust à la suédoise par moment, ce morceau est symptomatique de la démarche des américains en 2019, visant l’efficacité primale au travers d’une simplicité de propos faussement humble. Les animaux ont travaillé leurs riffs qui charcutent dans les grandes largeurs, et une place de plus en plus importante a été laissée aux chœurs, qui sonnent comme un pit de pitbulls dans un club paumé de la banlieue du Maryland.

Alors évidemment, la question se pose. Doit-on s’enthousiasmer d’écouter toujours la même chose, le groupe n’ayant manifestement pas décidé de biaiser ? La réponse est évidente, puisqu’on ne demande pas à une assemblée de bestiaux comme MISERY INDEX de finasser mais bien de tabasser. Et rayon mandales par paquet de douze, Rituals of Power se pose en nouveau mètre-étalon. Ok, son entame laisse présager d’une suite que tout le monde connaît, avec un rapide « Universal Untruths » troussé vite fait derrière une salle d’attente avec son feedback un peu en latence, et « Decline and Fall » semble confirmer cette inclinaison à la bestialité, mais au fur et à mesure que les pistes passent, une s’en dégage, celle de la temporisation, histoire d’appuyer là où ça fait vraiment mal. En tournant presque complètement le dos à ses origines les plus primaires et primales, le groupe en jette version fight Hardcore de l’enfer, et signe des uppercuts qui démontent la mâchoire. On apprécie toujours sans conteste la rythmique qui sait encore s’emballer, mais qui préfère concasser, et les rares accélérations sont toujours justifiées, bien que sans doute trop rares pour les habitués. Mais même les groupes les plus épais se doivent de muer et de trouver un nouveau souffle, et lorsque toutes les composantes (vitesse, puissance, méchanceté et hystérie) se mettent en branle, ça donne des moufles comme « The Choir Invisible » qui promet une méchante volée en live. D’ailleurs, le répertoire du groupe est à envisager sous l’angle d’une restitution in situ, et imaginer ces neuf nouveaux hymnes à l’immédiateté en concert donne la bave aux lèvres. En bons molosses qui ne lâchent pas leur os, les américains bastonnent, cognent et enfilent les tartes, sans se poser trop de questions, mais sans non plus jouer les gros bourrins au long menton. Et en tassant leur inspiration sous la barre des quarante minutes, les marsouins ont joué bon, puisque la bourrasque passe comme une tornade au joli prénom. Tiens, mange toi donc « New Salem » dans les dents encore une fois et tu comprendras. Et même si le morceau avait déjà été lâché en éclaireur, il fait du bien au petit cœur de bonheur.

Aucune déception donc, mais aucune révélation, sur le chemin de Damas ou ailleurs, et les MISERY INDEX d’ajouter une pièce de choix à leur parcours, avec un sixième LP qui tient largement la route et la comparaison avec la concurrence. Et comme ils sont suffisamment avenants pour nous proposer quelques fantaisies rythmiques (« They Always Come Back », et un Adam Jarvis en complète roue libre qui multiplie les fills jusqu’à en perdre le fil), et des pulsions qui prennent en traître (« I Disavow », nous on approuve ce petit regard en arrière qui blaste comme ta grand-mère), et qu’en plus ils finissent sur un mode « Massacre à la tronche grogneuse » (« Naysayer », vraiment vilain et velu qui remonte les BMP par le cul), on ne va surtout pas se plaindre. Non, on va juste chercher les pansements pour les oreilles, et apprécier le bourdonnement des acouphènes pendant quelques heures. Puisqu’on vous dit qu’il n’est pas utile de se compliquer à vie. Les MISERY INDEX d’ailleurs vous la simplifient, alors on leur dit merci !


Titres de l'album :

                             1. Universal Untruths

                             2. Decline and Fall

                             3. The Choir Invisible

                             4. New Salem

                             5. Hammering the Nails

                             6. Rituals of Power

                             7. They Always Come Back

                             8. I Disavow

                             9. Naysayer

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/05/2019 à 14:20
85 %    411

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
12/05/2019, 19:48:36
Énorme album encore une fois de la part des ricains. Ça cogne très très dur...
Excellente chronique ;)

RBD
membre enregistré
14/05/2019, 21:07:12
J'ai aimé "Killing Gods" mais un retour aux bases de la période Brutal mais mélodique ouverte depuis "Traitors" risquait d'être fatal pour l'auditeur, à nouveau. De toute façon Misery Index déçoit rarement.

Par contre il me semble que ce sont eux qui avaient quitté Dying Fetus, ils ne se sont pas fait débarquer, tout en maintenant d'assez bons termes.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11