Sounds of a Disease

Skam

29/01/2021

Petrichor

A force d’être enfermé, de n’avoir le droit que de travailler, de faire ses courses et de rentrer sagement à la maison, ça va péter, je vous le dis. Il faut trouver des exutoires, et comme le droit de rassemblement est interdit une fois de plus, ils se font rares. Alors, résidant à la campagne, je trouve des alternatives pour calmer ma frustration, et défouler mes instincts les plus violents. Je me la joue Leatherface et je coupe de tonnes de bois à la tronçonneuse, je pique tous les prospectus dans les boîtes aux lettres pour les faire brûler en dansant la gigue, ou alors, je m’enfonce dans les bois pour hurler tout mon saoul. Je fais ce que je veux, j’habite une région isolée ou personne ne peux m’emmerder, mais parfois, mes crises de folie font légèrement peur à mon entourage. Alors pour les rassurer et ne pas finir engoncé dans une camisole assortie au papier pain d’une chambre d’isolement, je mets mon casque et je découvre les nouveautés brutales à la mode. Et je suis confortablement aidé à distance par tous mes dealers habituels, qui connaissent mon addiction au brutal, et qui m’envoient régulièrement des doses de sévère que je m’injecte dans les oreilles sans stériliser le casque. Ce matin, ce sont les potes de Petrichor qui se sont inquiétés de ma santé mentale, la pensant sans doute sur la voie de la guérison, et soignant cette infamie à grands coups de bruits infâmes et de borborygmes vocaux impitoyables. En m’envoyant le promo de SKAM, le label savait que je ne tomberai pas dans l’arnaque, sachant pertinemment que cette petite bombe sonore m’avait déjà explosé aux oreilles lors de sa sortie en CD plus tôt dans l’année via Redefining Darkness. A l’époque, inondé de mails, j’avais passé cette découverte sous silence, mais j’avais écouté la rondelle en question, qui m’en avait posé un certain nombre. Dont celle-ci, essentielle : comment un homme seul peut faire autant de barouf ?

Définir la musique jouée par Mats Andersson n’est pas facile, puisqu’elle tient autant du Death barbare que du Crust tartare, le tout traité comme du Grind à la NASUM. Petrichor résume d’ailleurs assez bien la chose en parlant d’une sorte d’ANAAL NATHRAKH Crust, et la comparaison n’est pas si incongrue. Mais bien que fondé en 2019, SKAM n’a rien d’une copie légèrement retouchée pour tromper les correcteurs les plus vigilants. Et d’ailleurs Mats a largement eu le temps de roder son art bestial au sein des groupes dans lesquels il évolue en parallèle (NON DIVINE SUN, PROSTHETIC, WRETCHED FATE), pour proposer une musique personnelle qui se passe très bien de comparaisons, même flatteuses. Enfin musique, parlons plutôt de chaos, et si les influences de NASUM, TERRORIZER, MISERY INDEX, DISFEAR, FUCK THE FACTS, ANTI-CIMEX et SKITSYSTEM sont cités dans la bio du bonhomme, n’y voyez aucun hasard, elles ont été triées sur le volet. Un volet certes un peu décati, à la peinture qui craque, mais dans les faits, et même en accusant quelques mois d’existence, Sounds of a Disease mérite toujours autant son nom, et se montre d’une acuité collant à l’actualité qui fait froid dans le dos.

Mais qu’est-ce donc que cette maladie que le suédois aborde dans ses thématiques, le nihilisme ambiant ? Cette révolte qui couve mais n’éclate pas ? La gangrène de corruption qui ronge les gouvernements et les institutions ? Cette pandémie qu’on annonce comme les prémices d’une fin du monde annoncée depuis longtemps ? Le permafrost qui fond et nous réserve des virus Ô combien plus létaux ? Le manque de courage de la scène extrême qui se contente de redites plus ou moins habiles ? Ou celle dont un homme est atteint lorsqu’il se replie sur lui-même et laisse parler sa nature la plus vicieuse ? Un peu tout ça à la fois, et avec un timing de vingt-neuf minutes pour treize morceaux, ce premier album à de faux airs de massacre intégral, de ceux sur lesquels on tombe une ou deux fois par an. Doté d’une production qui fait trembler les bouteilles dans la cave, Sounds of a Disease ressemble à s’y méprendre aux premières minutes de 28 Days Later de Boyle, lorsque les premiers enragés contaminés par les singes twistent comme Johnny sous acide avant de bouffer tous les râteliers, et les bouches qui vont avec. Une rage hors du commun anime donc les pistes de ce premier album, et autant jouer la franchise en avouant que Mats n’a pas lésiné sur la brutalité. Combinant la force de frappe inouïe d’un NASUM en pleine crise de démence et la puissance d’un ANAAL NATHRAKH fort marri d’être constipé, SKAM cartonne tous azimuts pour ne pas gaspiller la moindre seconde de barbarie musicale. Mais le tout tient debout, à la manière d’un bazooka qui allume tout ce qui est vivant, et avec des tirs de barrage n’excédant pas les deux minutes, l’ensemble est un blitzkrieg qui ne laisse aucun survivant, et « Have You Tried Not Thinking About It » nous fait comprendre qu’en 2020, il est inutile de penser à autre chose que cette impasse dans laquelle cette humanité s’est engagée.

Blasts, riffs qui servent le prétexte de la débauche ambiante, Crust à l’anglaise dopé au D-beat scandinave, le tout sur fond de Grind à l’américaine, pour un melting-pot cruel, mais essentiel. Probablement le disque le plus puissant et décoiffant disponible sur le marché, rendant la concurrence soudainement inoffensive et presque attendrissante. Masterisé par John Bart Van Der Wal au Hewwetover Studio, disposant d’un superbe artwork signé Valeria Metsker de Blood Art, Sounds of a Disease est plus ou moins l’album que BRUTAL TRUTH n’a jamais osé enregistrer de peur d’être taxé de bande de tarés indécrottables et incurables. La même folie, la même passion en une forme de Death Hardcore poussé dans ses derniers retranchements, avec une batterie ayant tourné folle et une basse jouant le tapis grondant pour faire plaisir à Shane. En gros, une tuerie intégrale, qui méritait bien une sortie vinyle programmée en janvier par Petrichor. Alors allez-y, mettez de la dynamite dans les trous de taupes, lâchez toutes les insultes que vous voudrez, mais sincèrement, écoutez plutôt SKAM à poil devant votre fenêtre. Vous verrez, vous aurez pile le temps d’arriver à la fin de l’album avant que les gentils messieurs en blanc ne viennent vous chercher en carrosse à sirène bleue.          

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Have You Tried Not Thinking About It

02. When Liquid Is The New Solid

03. Passenger Of Decline

04. Millstone Gallows

05. Shit Out Of Luck

06. Prison Of Skin

07. A Stray In The Life

08. Echoes And…

09. Sounds Of A Disease

10. Learning To Die

11. Used Defiled Expended

12. The Face Of Decadence

13. Sentencing


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 20/01/2021 à 14:46
85 %    64

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09