Space Ninjas From Hell

Victorius

17/01/2020

Napalm Records

Mon éducation Metal a été faite par de gros machos et de bons bourrins. En grandissant dans les années 80, il n’y avait pas cinquante choix possibles, mais trois. D’un côté, les obsédés des drogues et du sexe, de l’autre les maniaques de la violence et des histoires horrifiques, et au milieu, ceux un peu plus concernés par des problèmes de société, les combos Hardcore et Thrash, mais aussi QUEENSRYCHE, MAIDEN entre deux crises existentielles romancées. Mais une chose est sûre et certaine, tous se prenaient terriblement au sérieux, comme si le Hard-Rock ne pouvait s’accompagner de second degré et faire sourire…Et puis un jour, une poignée de musiciens se sont dit qu’on pouvait très bien jouer une musique corsée sans faire de grosses grimaces, invoquer le diable et plastronner du nombre de ses conquêtes. Nous avons donc eu droit à des choses un peu plus légères mais pas moins crédibles, avec les S.O.D, INTENSE MUTILATION, jusqu’au jour où un des groupes les plus prometteurs de sa génération comprenne que le Metal pouvait être aussi agressif et rapide que mélodique, et s’accommoder de textes drôles sans tomber dans la parodie. Ainsi, HELLOWEEN commença à battre le pavé avec son chef d’œuvre Keeper of the Seven Keys part II, et ses hymnes « Dr Stein » et « Rise and Fall », accouchant d’un monstre dont les STRATOVARIUS n’allaient pas tarder à assumer la garde : le Power Metal, alors décrit comme Speed mélodique. Depuis, nombre de musiciens se sont emparé du genre, et d’autres, hors contexte ont accepté le fait qu’une musique aussi révoltée pouvait faire plaisir, sans tomber dans la gaudriole et la pantalonnade éhontée. Aujourd’hui, la triple combinaison mélodies/puissance/humour a été adoptée par moult combos internationaux, mais comme dans toute discipline, nous avons les héros et les zéros. Et le trio de tête des enfants terribles les plus doués est évidemment constitué de la fausse fratrie DRAGONFORCE, GLORYHAMMER et…VICTORIUS.

De leur Allemagne natale, ces cinq musiciens au look chamarré (David - chant, Dirk & Flo - guitares, Andreas - basse et Frank - batterie) ont construit patiemment un monde coloré, peuplé de créatures étranges et de superhéros aux tenues incroyables, mais surtout, une discographie époustouflante reposant sur la dualité simple séduction/impression. Leur musique a ceci d’impressionnant qu’elle n’hésite jamais à en faire trop, que ce soit au niveau du volume sonore, des gimmicks utilisés, des thèmes improbables abordés, des harmonies poussées à leur extrême…Et après quatre albums acclamés par une foule qui a bien su discerner la nature profonde de ces amuseurs publics, Space Ninjas From Hell vient parachever une œuvre d’importance, exutoire magnifique à une morosité ambiante qui pousse les artistes à se replier sur eux-mêmes pour ne pas à trouver de solutions faciles. Et après SPV et Massacre Records, c’est un autre label référentiel qui se charge aujourd’hui de la destinée des germains, et Napalm records de se frotter les mains au jugé du résultat obtenu. Car malgré un art consommé développé sur quatre LP, les VICTORIUS ont poussé le bouchon encore plus loin avec une nouvelle aventure aussi abracadabrantesque que les autres, et une musique qui ose tous les excès, embrassant l’exagération avec passion, et produisant de fait un blockbuster musical qui a de faux-airs de comédie musicale spatiale pour grands enfants ayant refusé de grandir dans un monde injuste. Et c’est certainement ça qu’on aime le plus chez ces cinq tarés là. Cette façon de conchier la demi-mesure et de foncer tête baissée, tous les potards à fond, comme si leur vie artistique en dépendait. Et croyez-moi, sur ce cinquième album, les moments de raison et de modération sont si rares qu’il vaut mieux les oublier avant de les avoir trouvés.

Et avec Space Ninjas From Hell, les allemands sont allés au bout d’une formule qui consiste à mixer la grandiloquence d’un Wagner de Nickelodeon à la moulinette d’un Tex Avery sous acides. Avec une nouvelle histoire incongrue émanant certainement du cerveau malade du fils de Dr Stein, VICTORIUS nous narre les aventures improbables des ninjas de l’espace devant lutter face à la coalition des forces d’un clan de ninjas diaboliques, les Sunbladers et du Dieu dragon Ling Long, qui n’ont pour autre but que d’asservir le monde. Avec un postulat pareil, n’importe quel autre groupe serait tombé dans le grotesque achevé, mais les fans du quintet savent très bien que leurs héros sont capables de plus grandes réussites. Et cette réussite prend rapidement forme avec le premier morceau de l’album, « Tale of the Sunbladers » qui synthétise tout ce qu’on aime dans cette musique si excessive et sans complexes. Rythmique en bombardement de double grosse caisse permanent, riffs qui semblent accélérés au mixage, voix lyrique gonflée à l’hélium, mélodies si accentuées qu’elles tiennent de l’opéra pour enfants, influences toujours aussi proéminentes, pour un résultat qui dépasse toutes les espérances. Très intelligents, les musiciens s’accrochent toujours à l’idée que le Power Metal moderne ne doit tenir compte d’aucune restriction et oser sans avoir peur du ridicule, et cette façon de ne pas se préoccuper d’une quelconque légitimité artistique a quelque chose de magique, que le fédérateur et entêtant « Ninjas Unite » porte à ébullition. En se plaçant sur la même ligne de front que les soldats les plus vaillants que sont les DRAGONFORCE et GLORYHAMMER, VICTORIUS assure sa place au Walhalla des conscrits les plus allumés, et sort ses figures de style les plus connotées, via un implacable « Super Sonic Samurai » qui est au Power Metal ce que Bipbip et le Coyote sont au dessin animé.

Ne nous trompons pas, avec ce cinquième album, les allemands ne persuaderont pas leurs détracteurs de rejoindre leur camp. Leur méthode est toujours la même, mais ici portée à son paroxysme, et chaque morceau est un hit de l’espace en puissance. Les chœurs sont toujours aussi présents et ludiques, et la rythmique infatigable Andreas/Frank, toujours dopée aux poppers se veut le moteur d’un vaisseau intergalactique qui ne supporte pas les ralentissements. Avec quelques clins d’œil aux icones du Metal (« Evil Wizard WuShu Master », qui n’a pas oublié METALLICA près de Pluton), des délires à rendre fiers Georges Brassens et les VRP (l’intro de l’improbable « Wasabi Warmachine » que même Devin sous son masque de Ziltoïd n’aurait pas osé), mais surtout, une emphase sonore en cathédrale d’une autre galaxie, Space Ninjas From Hell n’est rien de moins que la transposition d’un fantasme de Michael Bay version Metal hyper-mélodique, une transposition de 6 Underground dans l’univers de DRAGONFORCE, avec hymnes conquérants (« Wrath of the Dragongod »), fantaisies médium qui se veulent plus radiophoniques et apprivoisées mais pas moins contagieuses (« Cosmic Space Commando Base »), et histoire Ô combien foutraque, mais euphorisante pour ceux n’ayant pas oublié leur âme d’enfant. Et VICTORIUS avec ce nouvel album prouve que les adultes que nous sommes devenus n’ont pas oublié qu’un château gonflable rempli de boules en plastique reste le défouloir le plus jouissif qui soit. Une façon d’oublier que ce monde est devenu trop triste, que la routine nous ronge, et qu’il nous faut de temps à autres enfiler de nouveau nos costumes de superhéros fantoches pour faire une pause bien méritée. Too much, too big, too loud, et pourtant, pile au bon moment.         

                                

Titres de l’album :

                           01. Tale of the Sunbladers

                           02. Ninjas Unite

                           03. Super Sonic Samurai

                           04. Evil Wizard WuShu Master

                           05. Nippon Knights

                           06. Shuriken Showdown

                           07. Wasabi Warmachine

                           08. Wrath of the Dragongod

                           09. Astral Assassin Shark Attack

                           10. Space Ninjas From Hell

                           11. Cosmic Space Commando Base

                           12. Shinobi Strike 3000

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/01/2020 à 17:34
82 %    567

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10