Y’avait déjà un bon moment que j’avais perdu mon split. Je le cherchais partout, sur les étagères, sous les piles de linge sales, et même dans le frigidaire, parce que je suis un peu tête en l’air. Et à force, j’en ai eu marre, et j’ai laissé faire le destin, ce coquin. Et il me l’a retrouvé ce sagouin !!! Non dans mon placard, mais sur le net, sur cette damnée toile que j’inspecte tous les matins, espérant y trouver de quoi vous habiller…pour l’hiver. Et ce fut donc fait, gloire à Dieu ou n’importe lequel de ses sbires, lorsque je tombais au hasard des Vk sur celui d’une alliance made in Royaume-Uni. Un split tout sauf anecdotique, proposant des faces cohabitées par des farces localisées, du côté de Belfast et Dunbar, Irlande et Ecosse, pour un truc en écorce de lande qui frappe fort, et vous laisse la queue comme celle d’un chien qui quémande. Genre, qui bouge dans tous les sens, comme la tête. Qui dodeline. Parce que c’est la fête. A quoi ?

Au Thrash, au Crust, au Hardcore, au Thrashcore et tout genre de boucan qui fait loi. En même temps, pas étonnant vu les forces en présence, qui ne sont jamais les dernières à faire preuve de bienséance lorsqu’il s’agit de foutre le bordel ailleurs ou ici. Mais présentations, je n’ai pas été élevé par des cochons.

A gauche, les improbables DANIEL WAX OFF! qui entament ce moyen-métrage de leur rage en nage. Les originaires de Dunbar (rien à voir avec Aynsley, mais ça percute quand même) et grands trublions devant l’éternel n’en sont pas vraiment à leur coup d’essai, puisque leurs origines remontent à 2011 et leur premier méfait longue durée à 2014. Sobrement (ou presque) intitulé Puttin’ Oot Da Thrash, et comprenant treize morceaux bien corsés, il annonçait la couleur en plaçant la barre très haut, barre repoussée quelques temps après via les jets d’un EP, Night Of Da Shred et un premier split en compagnie des STABBING DEVICE, qui lui non plus ne faisait pas dans la dentelle ouvragée. Nous les retrouvons donc en grande forme pour un passage éclair sous la forme de quatre morceaux très clairs, mais aussi très brefs, qui réduisent leur participation à une peau de chagrin. En même temps, lorsqu’on connaît les zigues, et leur zique, on sait qu’ils ne sont pas du genre à mettre leurs pantoufles pour s’incruster. Une fois votre porte ouverte, les malandrins s’engouffrent du salon à la salle de bain histoire d’imprégner vos murs d’un Thrash à portée Crossover qui rappelle les meilleures influences du genre, de MUNICIPAL WASTE aux anciens d’ACID REIGN, SLAMMER, TOXIC HOLOCAUST, et autres dégénérés de la rythmique enragée qui ne savent jamais s’arrêter. Ou plutôt si, pile à temps pour ne pas devenir redondant comme des vieillards nostalgiques un peu chiants. Dont acte. Pas plus de deux minutes et vingt secondes pour l’intervention la moins en trombe, « Ellen Brody », à l’humour ravageur et la rythmique en turbo moteur. Ici, c’est l’efficacité qui prime, et elle est garantie, comme le plaisir de retrouver un Thrash fortement connoté Hardcore, qui n’a pas oublié d’humer l’air de Venice et de la Californie en général, transposé à l’humidité de l’Ecosse et de ses paysages magnifiés. En résumé, une bonne claque à la mauvaise humeur, et des furieux qui ne reculent devant aucun riff sismique et aucune rythmique en bourre-pif pour nous séduire. Et ça marche, pas qu’un peu.

A droite, pas mieux, les irlandais féroces de DEATHBUS, provenant non des verts pâturages locaux, mais plutôt de Belfast, ville qui subit leurs constantes vibrations depuis bientôt cinq saisons. Fondé en novembre 2013, le quintette/sextette (Chef – chant, John MacE. Ó Laibhertaigh – batterie, Alessandro Rocco – guitare/chœurs, Eddie Cross – guitare, Quinn Begley – basse et… Pearse Moreland – danseur sexy…) n’a pas encore accroché à son tableau de chasse au bazooka l’indispensable LP qui fera d’eux des rois, mais ont suffisamment glandé pour nous proposer deux albums live (Live At The Warzone et Drunk, High and Fucking Ballixed), deux démos (Skeletal Warfare et Holocoaster), ce qui ne les empêche nullement de faire un max de boucan, en poussant les choses un peu plus loin que leurs conjoints de faces et confesse. Beaucoup plus radicaux que nos amis les animaux de DANIEL WAX OFF!, et sans vaseline pour faire glisser la planche à l’usine, les irlandais jouent la carte de l’outrance Thrashcore limite Crust, imitant de fait les aïeuls d’OLD LADY DRIVERS et IMPULSE MANSLAUGHTER, en tentant le coup des BPM jusqu’à plus soif, et de l’approximation technique ludique. On pense à l’écoute de pamphlets morveux comme « Goonbag-Rip Raw Boner » aux débuts des CEREBRAL FIX, et leur inoubliable Life Sucks…Then You Die !, spécialement à cause de la voix très étouffé et raclée de Chef, qui semble geindre ses injonctions, sans jamais perdre son souffle en crachant dans le mirliton. De leur côté, ses comparses ne se font pas prier pour alterner lourdeur et coups d’accélérateur, en pratiquant eux-aussi un style de Crossover, beaucoup plus extrême, mais pas moins enjôleur. Les parties purement Core de «SBOD » nous propulsent donc quelques années en arrière, au milieu d’années 80 chaudes comme l’enfer, lorsque les groupes de Hardcore commençaient à durcir leur son sans parvenir au niveau des groupes Metal de tradition. Alors, beaucoup d’énergie, un gros grain de folie, pour une participation pas si parcimonieuse qu’elle n’en a l’air, avec cinq morceaux qui ne manquent pas d’air, mais pas non plus d’espace. D’ailleurs, les fumiers en occupent les deux-tiers à eux-seuls, sans qu’on regrette cette distribution un peu bégueule. Mais leur furia laisse pantois, leurs riffs mettent en joie, et leur exubérance totale fait loi, à tel point qu’on finit « Shooting Up With Satan » avec un seul cri en bouche, « vite un album complet que j’écoute sous la douche !!! ». Mais à vrai dire, quand on est capable de composer un truc aussi immédiat que pas rapiat comme « Acid Tsunami », il est logique qu’on fasse passer tout le monde de vite à trop pas.

Alors oui, tout ça est classique, mais trop joyeux pour ne pas filer la trique. Un album aux faces partagées qui sent bon la nostalgie digérée, et qui file la banane, histoire de bien remplir le split. D’ailleurs, le mien affiche une bosse de bonne taille, sans vouloir jouer les Don Juan sur la paille. Mais comme l’objet en question (le split, pas celui dans mon pantalon…) est gratuit, pas la peine de se lever la nuit pour faire des heures sup à Shopi. Téléchargez-le nom de Dieu, histoire de vous taper une bonne tranche de violence made in outre-manche !!


Titres de l'album:

  1. Daniel Wax Off! - Ed Rooney Rules
  2. Daniel Wax Off! - Ellen Brody
  3. Daniel Wax Off! - Folded Arms Crew
  4. Daniel Wax Off! - Fry or be Fried
  5. Deathbus - Acid Tsunami
  6. Deathbus - World in Submission
  7. Deathbus - Goonbag-Rip Raw Boner
  8. Deathbus - SBOD
  9. Deathbus - Shooting up with Satan

Daniel Wax Off Bandcamp

Deathbus Bandcamp


par mortne2001 le 15/12/2017 à 14:01
80 %    176

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !