Y’avait déjà un bon moment que j’avais perdu mon split. Je le cherchais partout, sur les étagères, sous les piles de linge sales, et même dans le frigidaire, parce que je suis un peu tête en l’air. Et à force, j’en ai eu marre, et j’ai laissé faire le destin, ce coquin. Et il me l’a retrouvé ce sagouin !!! Non dans mon placard, mais sur le net, sur cette damnée toile que j’inspecte tous les matins, espérant y trouver de quoi vous habiller…pour l’hiver. Et ce fut donc fait, gloire à Dieu ou n’importe lequel de ses sbires, lorsque je tombais au hasard des Vk sur celui d’une alliance made in Royaume-Uni. Un split tout sauf anecdotique, proposant des faces cohabitées par des farces localisées, du côté de Belfast et Dunbar, Irlande et Ecosse, pour un truc en écorce de lande qui frappe fort, et vous laisse la queue comme celle d’un chien qui quémande. Genre, qui bouge dans tous les sens, comme la tête. Qui dodeline. Parce que c’est la fête. A quoi ?

Au Thrash, au Crust, au Hardcore, au Thrashcore et tout genre de boucan qui fait loi. En même temps, pas étonnant vu les forces en présence, qui ne sont jamais les dernières à faire preuve de bienséance lorsqu’il s’agit de foutre le bordel ailleurs ou ici. Mais présentations, je n’ai pas été élevé par des cochons.

A gauche, les improbables DANIEL WAX OFF! qui entament ce moyen-métrage de leur rage en nage. Les originaires de Dunbar (rien à voir avec Aynsley, mais ça percute quand même) et grands trublions devant l’éternel n’en sont pas vraiment à leur coup d’essai, puisque leurs origines remontent à 2011 et leur premier méfait longue durée à 2014. Sobrement (ou presque) intitulé Puttin’ Oot Da Thrash, et comprenant treize morceaux bien corsés, il annonçait la couleur en plaçant la barre très haut, barre repoussée quelques temps après via les jets d’un EP, Night Of Da Shred et un premier split en compagnie des STABBING DEVICE, qui lui non plus ne faisait pas dans la dentelle ouvragée. Nous les retrouvons donc en grande forme pour un passage éclair sous la forme de quatre morceaux très clairs, mais aussi très brefs, qui réduisent leur participation à une peau de chagrin. En même temps, lorsqu’on connaît les zigues, et leur zique, on sait qu’ils ne sont pas du genre à mettre leurs pantoufles pour s’incruster. Une fois votre porte ouverte, les malandrins s’engouffrent du salon à la salle de bain histoire d’imprégner vos murs d’un Thrash à portée Crossover qui rappelle les meilleures influences du genre, de MUNICIPAL WASTE aux anciens d’ACID REIGN, SLAMMER, TOXIC HOLOCAUST, et autres dégénérés de la rythmique enragée qui ne savent jamais s’arrêter. Ou plutôt si, pile à temps pour ne pas devenir redondant comme des vieillards nostalgiques un peu chiants. Dont acte. Pas plus de deux minutes et vingt secondes pour l’intervention la moins en trombe, « Ellen Brody », à l’humour ravageur et la rythmique en turbo moteur. Ici, c’est l’efficacité qui prime, et elle est garantie, comme le plaisir de retrouver un Thrash fortement connoté Hardcore, qui n’a pas oublié d’humer l’air de Venice et de la Californie en général, transposé à l’humidité de l’Ecosse et de ses paysages magnifiés. En résumé, une bonne claque à la mauvaise humeur, et des furieux qui ne reculent devant aucun riff sismique et aucune rythmique en bourre-pif pour nous séduire. Et ça marche, pas qu’un peu.

A droite, pas mieux, les irlandais féroces de DEATHBUS, provenant non des verts pâturages locaux, mais plutôt de Belfast, ville qui subit leurs constantes vibrations depuis bientôt cinq saisons. Fondé en novembre 2013, le quintette/sextette (Chef – chant, John MacE. Ó Laibhertaigh – batterie, Alessandro Rocco – guitare/chœurs, Eddie Cross – guitare, Quinn Begley – basse et… Pearse Moreland – danseur sexy…) n’a pas encore accroché à son tableau de chasse au bazooka l’indispensable LP qui fera d’eux des rois, mais ont suffisamment glandé pour nous proposer deux albums live (Live At The Warzone et Drunk, High and Fucking Ballixed), deux démos (Skeletal Warfare et Holocoaster), ce qui ne les empêche nullement de faire un max de boucan, en poussant les choses un peu plus loin que leurs conjoints de faces et confesse. Beaucoup plus radicaux que nos amis les animaux de DANIEL WAX OFF!, et sans vaseline pour faire glisser la planche à l’usine, les irlandais jouent la carte de l’outrance Thrashcore limite Crust, imitant de fait les aïeuls d’OLD LADY DRIVERS et IMPULSE MANSLAUGHTER, en tentant le coup des BPM jusqu’à plus soif, et de l’approximation technique ludique. On pense à l’écoute de pamphlets morveux comme « Goonbag-Rip Raw Boner » aux débuts des CEREBRAL FIX, et leur inoubliable Life Sucks…Then You Die !, spécialement à cause de la voix très étouffé et raclée de Chef, qui semble geindre ses injonctions, sans jamais perdre son souffle en crachant dans le mirliton. De leur côté, ses comparses ne se font pas prier pour alterner lourdeur et coups d’accélérateur, en pratiquant eux-aussi un style de Crossover, beaucoup plus extrême, mais pas moins enjôleur. Les parties purement Core de «SBOD » nous propulsent donc quelques années en arrière, au milieu d’années 80 chaudes comme l’enfer, lorsque les groupes de Hardcore commençaient à durcir leur son sans parvenir au niveau des groupes Metal de tradition. Alors, beaucoup d’énergie, un gros grain de folie, pour une participation pas si parcimonieuse qu’elle n’en a l’air, avec cinq morceaux qui ne manquent pas d’air, mais pas non plus d’espace. D’ailleurs, les fumiers en occupent les deux-tiers à eux-seuls, sans qu’on regrette cette distribution un peu bégueule. Mais leur furia laisse pantois, leurs riffs mettent en joie, et leur exubérance totale fait loi, à tel point qu’on finit « Shooting Up With Satan » avec un seul cri en bouche, « vite un album complet que j’écoute sous la douche !!! ». Mais à vrai dire, quand on est capable de composer un truc aussi immédiat que pas rapiat comme « Acid Tsunami », il est logique qu’on fasse passer tout le monde de vite à trop pas.

Alors oui, tout ça est classique, mais trop joyeux pour ne pas filer la trique. Un album aux faces partagées qui sent bon la nostalgie digérée, et qui file la banane, histoire de bien remplir le split. D’ailleurs, le mien affiche une bosse de bonne taille, sans vouloir jouer les Don Juan sur la paille. Mais comme l’objet en question (le split, pas celui dans mon pantalon…) est gratuit, pas la peine de se lever la nuit pour faire des heures sup à Shopi. Téléchargez-le nom de Dieu, histoire de vous taper une bonne tranche de violence made in outre-manche !!


Titres de l'album:

  1. Daniel Wax Off! - Ed Rooney Rules
  2. Daniel Wax Off! - Ellen Brody
  3. Daniel Wax Off! - Folded Arms Crew
  4. Daniel Wax Off! - Fry or be Fried
  5. Deathbus - Acid Tsunami
  6. Deathbus - World in Submission
  7. Deathbus - Goonbag-Rip Raw Boner
  8. Deathbus - SBOD
  9. Deathbus - Shooting up with Satan

Daniel Wax Off Bandcamp

Deathbus Bandcamp


par mortne2001 le 15/12/2017 à 14:01
80 %    239

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)